Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Lena N. MEASURES

SÉGUIN, G., F. BOUCHARD, L.N. MEASURES, C.F. UHLAND, S. LAIR, 2011. Infections with Philometra sp. Associated with mortalities in wild-hatched captive-raised striped bass, Morone saxatilis (Walbaum). J. Fish Dis., 34(6): 475-481.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The striped bass, Morone saxatilis (Walbaum), once represented an important resource for fisheries in the St Lawrence River (Quebec, Canada). A restoration programme, involving captive propagation, was implemented with the objective of restocking the population, which had disappeared in the late 1960s. An unusually high rate of mortality was observed during the winter of 2006 in captive-raised fingerlings that were originally collected from the Miramichi River (New Brunswick, Canada) the previous summer. Post-mortem examinations revealed extensive granulomatous and hyperplastic peritonitis associated with numerous nematodes of the genus Philometra. Given the severity of the lesions, high intensity of infection by Philometra sp. Was presumed to be the primary factor in the unusual mortalities reported that winter. Observations suggest that this nematode, which was acquired in the wild, cannot establish itself in a captive environment, most likely because of the absence of the obligate intermediate host. Examination of archived specimens of striped bass showed that this parasite was probably present in the St Lawrence River population prior to its extirpation. Consequently, the introduction of infected fish into this ecosystem should not be a concern. Nevertheless, infectionrelated mortalities of fingerlings might affect dynamics of wild striped bass populations.

FROUIN, E., L. MENARD, L. MEASURES, P. BROUSSEAU, M. FOURNIER, 2010. T lymphocyte-proliferative responses of a Grey Seal (Halichoerus grypus) exposed to heavy metals and PCBs in Vitro. Aquat. Mamm.,36(4): 365-371.

[Résumé disponible seulement en anglais]
This study investigated in vitro the effects of methylmercury chloride (CH3 HgCl), zinc chlo-ride (ZnCl2), cadmium chloride (CdCl2), lead acetate (Pb(C2H3O2)2), and PCBs (Aroclor mix-tures) on the proliferation of T lymphocytes from the thymus, lymph node, and blood from one female grey seal (Halichoerus grypus) juvenile. After exposure to heavy metals, a dose-response curve was observed with a decrease in prolifera-tion of both T lymphocytes from blood and the lymph node. Exposure to Aroclor mixtures led to a mostly reduced proliferation of thymocytes and T lymphocytes from the lymph node and blood. Lymph node cells seem less sensitive to heavy metals than peripheral blood lymphocytes. Lymph node lymphocytes are more sensitive to PCBs than peripheral blood lymphocytes but less than thymocytes. These results suggest that the sensitivity of T lymphocytes from one grey seal to contaminants may be due to inherent tissue/matrix differences in the sensitivity of these cells to con-taminants; however, an individual response cannot be excluded in the present case. That is, samples from a single individual are not extrapolated to the species as a whole in this paper but discussed rela-tive to exposure response by tissues.©2010 Aquatic mammals.

APPELBEE, A.J., R.C.A. THOMPSON, L.M. MEASURES, M.E. OLSON, 2010. Giardia and Cryptosporidium in Harp and Hooded Seals from the Gulf of St. Lawrence, Canada. Vet. Parasitol., 173(1-2): 19-23.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Giardia and Cryptosporidium are protozoan parasites known to cause enteric disease in terrestrial wildlife species (mammals, reptiles and birds). Few surveys for Giardia and Cryptosporidium in marine wildlife species, such as pinnipeds, have been reported. The objective of this study was to determine the prevalence and genotype of Giardia and Cryptosporidium in two species of pinnipeds, Harp Seal (Phoca groenlandica) and Hooded Seal (Cystophora cristata), from the Gulf of St. Lawrence, Canada. Faecal samples were collected from pup and adult seals and examined for the presence of cysts of Giardia and oocysts of Cryptosporidium using microscopy and immunofluorescent staining. Tissues from the small intestine of adult seals were also collected and examined for infections using the polymerase chain reaction (PCR) technique. Giardia cysts were found in the faeces of 42 %(16/38) of adult Harp Seals, but in none of the harp seal pups (0/20). Although Giardia cysts were not detected in faeces of adult hooded seals (0/10) using microscopy, 80 % tested positive for Giardia using PCR of intestinal tissue indicative of a true replicating infection. Both harp and hooded seals harboured infections with the zoonotic strain, Giardiaduodenalis Assemblage A, as determined using a nested-PCR technique to amplify a small subunit ribosomal (SSU-rRNA) gene of Giardia. Cryptosporidium was not detected by microscopy, nor using the PCR technique on intestinal tissues from any of the 68 seals examined.©2010 Elsevier B.V.

PICHÉ, C., L. MEASURES, C. BÉDARD, S. LAIR, 2010. Bronchoalveolar lavage and pulmonary histopathology in harp seals (Phoca groenlandica) experimentally infected with otostrongylus circumlitus. J. Wildl. Dis., 46(2): 409-421.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The objective of this study was to characterize pathologic changes associated with experimental infection of harp seals (Phoca groenlandica) with the lungworm Otostrongylus circumlitus (Metastrongyloidea: Crenosomatidae). The leukocyte differential cell count in samples obtained by unguided bronchoalveolar lavage (BAL) and the intensity of the histologic lesions in the lungs were assessed in seven harp seals experimentally exposed to 300 infective, third-stage O. Circumlitus larvae. Seven unexposed harp seals were used as controls. First-stage larvae were observed in the feces of three of the seven exposed seals at 38, 42, and 45 days postexposure (dpe). Adult nematodes were found in the right primary bronchi of two of these three seals at necropsy 53 dpe. Fifty-six BALs were performed on the 14 seals. No statistical difference was observed between the exposed and control seals and among the four sampling times in percentage of neutrophils and macrophages in the BAL fluid. A significant difference was observed between the exposed and control seal groups in the percentage of eosinophils (P<0.0001), the count of eosinophils having increased by a factor of 70.4 in exposed seals. Significant statistical differences were observed between exposed and control seals in intensity of interstitial inflammation (P=0.001), bronchitis (P=0.02), bronchiolitis (P=0.04), alveolitis (P=0.03), and interstitial granulomatous inflammation (P=0.04). Our findings showed that harp seals are susceptible to infection with O. circumlitus. However, parasitic infections were transient and of low intensity, at least under our experimental conditions.©2010 Wildlife Disease Association

MEASURES, L., 2008. Les causes de mortalité du béluga du Saint-Laurent. Naturaliste can., 132(2): 75-79.

La population de bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent (ESL) est estimée à quelque 1 100 individus, ce qui représente, au mieux, moins de 15  % de ce qu'elle pouvait être à la fin du XIX· siècle. La cause principale de ce déclin est attribuable à la chasse, laquelle n'a pris fin qu'en 1979. Les dénombrements réguliers et étalonnés des 20 dernières années n'indiquent toutefois aucun accroissement significatif des effectifs malgré la cessation de la récolte. Entre 1983 et 2005, 337 carcasses de béluga ont été trouvées. Les maladies infectieuses (38  % ) combinées aux cancers (15  % ) représentent plus de 50  % des cas de mortalité déterminés. L'âge moyen des bélugas trouvés morts dans l'ESL est de 34 ans même si ceux-ci peuvent vivre plus de 80 ans. En outre, les bélugas étudiés avaient accumulé une charge importante de contaminants chimiques dans leurs tissus. Cependant, on n'a pas démontré une relation de cause a effet entre les contaminants chimiques et les cancers et autres maladies dont les bélugas sont victimes. Plusieurs hypothèses sont proposées pour expliquer les difficultés qu'éprouve cette population au statut menacé pour se rétablir. La population de bélugas de l'ESL est unique en ce que les maladies y jouent un rôle important.©2008 La Société Provancher d'histoire naturelle du Canada

MARIGO, J., A.C.P. VICENTE, A.L.S. VALENTE, L. MEASURES, C.P. SANTOS, 2008. Redescription of Synthesium pontoporiae n. comb. With notes on S. tursionis and S. seymouri n. comb. (Digenea: Brachycladiidae Odhner, 1905). J. Parasitol., 94(2): 505-514.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Synthesium pontoporiae n. comb. Is redescribed, together with Synthesium tursionis and Synthesium seymouri n. comb.; the parasites were obtained from stranded and accidentally caught cetaceans. The sucker ratio (ratio between widths of the oral and ventral suckers) in S. pontoporiae was 1:1.8–3.0 (mean 1:2.2); in S. tursionis was 1:0.8–1.2; and in S. seymouri was 1:0.5–0.7. Synthesium pontoporiae differed from its congeners by additional diagnostic characters, including: oval to lobed testes; small cirrus with pyriform proximal region and flexible, tubular distal region formed by evagination of ejaculatory duct; and vitellarium in small follicles extending from the level of the seminal vesicle to the posterior extremity of the body and not forming dendritic radial bunches. Data on the morphology of adult S. pontoporiae and S. tursionis were inferred from confocal laser microscopical observations.©2008 American Society of Parasitologists

HAMMILL, M.O., L.N. MEASURES, J.-F. GOSSELIN, V. LESAGE, 2007. Lack of recovery in St. Lawrence Estuary beluga ; Absence de rétablissement du béluga de l'estuaire du Saint-Laurent. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2007/026, 19 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La taille initiale de la population et les changements d'abondance des bélugas du Saint-Laurent ont été estimés pour la période de 1866 à 2006. La surchasse a entraîné un déclin de l'abondance d'une population initiale de 7 800 (erreur-type=600) en 1866 à environ 1000 animaux en 1985. Malgré 30 années de protection contre la chasse, le béluga du Saint-Laurent ne montre aucun signe de rétablissement avec un indice d'abondance corrigé pour la plongée de 1100 (erreur-type=300, IC 95 % = 500-1 800 arrondi à la centaine) animaux. Un programme de suivi des carcasses et de nécropsies rapporte en moyenne 15 carcasses par année, ce qui représente vraisemblablement qu'une faible fraction du nombre total des mortalités de cette population. La structure d'âge des individus adultes suggère que les taux de mortalité des adultes (6,5 % par année) sont similaires à ce qui est attendu dans une population saine de l'Arctique (7,0 % par année)(Burns and Seaman 1985). Les estimations des taux de reproduction sont incertains et les juvéniles sont sous-représentés dans les rapports d'échouages. Parmi les animaux pour lesquels la cause de mortalité a été identifiée, 38 % étaient liées à des infections de parasites et de bactéries, 15 % liées au cancer, 7 % à des difficultés pendant la mise bas, 5 % à un trauma, et 7 % à d'autres facteurs. Le manque d'information sur la diète limite la modélisation des interactions trophiques et les besoins en habitat. L'émigration ne semble pas être un problème important, mais la perte de seulement un ou deux individus annuellement a des effets cumulatifs à long terme qui ne sont pas positifs pour la population.

MEASURES, L., 2007. Compte rendu de l'atelier sur le béluga de l'estuaire du Saint-Laurent : revue du programme des carcasses, 14 au 17 novembre 2005, Mont-Joli ; Proceedings of the workshop on the St. Lawrence estuary beluga : review of carcass program, November 14-17, 2005, Mont-Joli. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series, 2007/005, 88 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le béluga (Delphinapterus leucas) est un odontocète (baleine à dents) de taille moyenne des eaux arctiques et subarctiques. Des sept populations de bélugas au Canada, la population de l’estuaire du Saint-Laurent (ESL) est celle qui se trouve le plus au sud. Le béluga de l’ESL vit dans un habitat estuarien faisant partie d’une voie navigable internationale, à savoir la voie maritime du Saint-Laurent, où le trafic maritime est quotidien et où divers contaminants sont introduits, notamment des effluents industriels, des résidus chimiques et biologiques provenant du ruissellement des terres agricoles, des eaux usées des villes et des navires et des eaux de ballast. Cette population est protégée de la chasse depuis 1979. Elle compte actuellement environ 1 000 animaux. En 1983, elle a été désignée comme étant en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et a été inscrite en 2004 dans une catégorie de moindre risque, à savoir menacée; elle est protégée à ce titre par la Loi sur les espèces en péril (LEP). Des préoccupations ont été soulevées quant au rôle des contaminants chimiques qui causent certaines modifications pathologiques pouvant empêcher le rétablissement de cette population. Au cours des deux dernières décennies, diverses mesures visant à améliorer la qualité de l’habitat et à protéger davantage cette population ont été prises par des organismes gouvernementaux et non gouvernementaux. Cependant, la population de béluga de l’ESL n’a toujours pas montré de signes importants de rétablissement. On n’en comprend toujours pas les raisons. Les bélugas sont des prédateurs longévifs de niveau trophique supérieur et sont exposés à divers contaminants anthropiques et naturels. Le béluga de l’ESL est très visible et charismatique et fait figure d’emblème au Québec, au Canada et dans le monde. Le ministère des Pêches et des Océans du Canada (MPO) a la responsabilité légale de conserver et de protéger cette population ainsi que d’en favoriser le rétablissement par l’élaboration et la mise en oeuvre d’un programme de rétablissement de l’espèce et d’un plan d’action tels que stipulés dans la LEP. Depuis 1982, le MPO, Parcs Canada et d’autres organismes (Institut national d’écotoxicologie du Saint-Laurent [INESL], Industries Filmar, Faculté de médicine vétérinaire [FMV] de l’Université de Montréal, Fonds mondial pour la nature [WWF]) appuient un programme permettant le suivi des mortalités au sein de la population de béluga de l’ESL ainsi que la nécropsie et l’échantillonnage des carcasses échouées. L’objectif de ce programme des carcasses de bélugas est de déterminer la cause de décès des animaux échoués au moyen de méthodes pathologiques et diagnostiques vétérinaires qui sont adaptées et normalisées. On a souvent employé les résultats publiés dans la littérature comme fondement scientifique sur lequel repose la mise en oeuvre de mesures de conservation et dans la prise de décisions par les gestionnaires des ressources et des habitats, y compris la création du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent et le projet de la zone de protection marine (ZPM) Estuaire du Saint-Laurent, tous les deux étant conçus, en partie, pour protéger le béluga de l’ESL et son habitat. Le programme des carcasses de bélugas de l’ESL comporte trois volets : suivi, échantillonnage et nécropsie (examen post-mortem). Après 22 années complètes (1983-2004), le MPO et Parcs Canada ont considéré qu’une évaluation critique de ce programme méritait d’être réalisée et ont organisé un atelier auquel prendraient part divers scientifiques ou les gestionnaires du MPO et de Parcs Canada qui sont associés au programme ou, encore, qui emploient ses résultats pour la gestion de la conservation. Des spécialistes externes ont été invités à fournir des évaluations critiques du programme. L’atelier comptait quatre thèmes, à savoir les causes de mortalité et les maladies, les contaminants et les effets toxiques, la biologie et la démographie ainsi que la conservation. Les participants ont également été invités à fournir une évaluation des conséquences des quatre options présentées pour le programme des carcasses (élimination, réduction, maintien du statu quo ou modification) selon leur champ particulier de recherche ou d’intérêt. Le béluga de l’ESL est devenu un symbole mondial de la sensibilisation à l’environnement et à la protection. Les connaissances acquises dans le cadre du programme des carcasses ont contribué aux efforts de conservation visant à préserver et à protéger cette population de béluga. Le volet sur le suivi a permis de documenter les cas de mortalité. Le volet sur l’échantillonnage a permis de documenter l’exposition à certains contaminants toxiques. Les volets sur les nécropsies et l’échantillonnage ont permis de documenter des lésions, des anomalies comme le cancer, des infections opportunistes et des biomarqueurs comme les adduits de l’ADN dont la présence laisse sous-entendre des effets toxiques, une possible perturbation endocrinienne et une immunosuppression attribuables à des contaminants qui peuvent, à l’échelon de la population, avoir une incidence sur la croissance, la survie, le recrutement et la reproduction ainsi qu’accroître le taux de mortalité. À cet égard, le programme des carcasses s’est révélé important dans la détermination des menaces potentielles pesant sur le rétablissement de la population. L’étiologie ou la cause de certaines lésions ainsi que le rôle des contaminants toxiques et des agents pathogènes, ou des deux, demeurent encore inconnus. Les limites du programme des carcasses incluent : le petit nombre de carcasses trouvées, dont les biais sont inconnus, comme la sous-représentation des jeunes bélugas dans la base de données sur les échouements; les problèmes liés à la détermination de l’âge des animaux, particulièrement pour les vieux individus; l’état de décomposition avancée de certaines carcasses et d’autres facteurs qui donnent lieu à un pourcentage important de causes de décès inconnues. Au rang des limites du programme, mentionnons aussi le faible nombre d’échantillons de tissus d’assez bonne qualité pour permettre de vérifier des hypothèses relatives au rôle des agents pathogènes ou des concentrations de contaminants et de leurs effets toxiques ou, encore, de détecter des tendances annuelles; la mauvaise gestion de la base de données; enfin, l’absence d’intégration des données sur les contaminants avec des données sur les affections ou les biomarqueurs, intégration dont on a besoin pour démontrer tout lien causal entre certaines lésions et la présence de certains contaminants toxiques. L’intégration de ces données, y compris des données d’autres recherches (relevés aériens, études sur le régime alimentaire, etc.) permettrait d’augmenter grandement la puissance des analyses et nous aiderait à comprendre les raisons du non-rétablissement de cette population. Parmi les problèmes qui sont sources de confusion figurent : la longévité du béluga et le déclin de certains contaminants toxiques ainsi que la découverte de nouveaux contaminants toxiques dans le milieu marin et dans les tissus du béluga. Les discussions en ateliers ont permis la formulation de quatre recommandations clés concernant le programme des carcasses. Recommandation 1 - On doit maintenir le programme des carcasses de bélugas de l’ESL, une étude de cas reconnue à l’échelle mondiale, afin de suivre l’état et le rétablissement (détecter l’amélioration ou la détérioration) de cette population. Ce programme fournit des données importantes sur les échouements (volet sur le suivi), les affections et la cause de décès (volet sur la nécropsie) de même que des échantillons de tissus dont on a besoin pour approfondir les évaluations portant, par exemple, sur l’âge au décès, les agents pathogènes, le génotypage, les contaminants, les états physiologiques et reproducteurs ainsi que le régime alimentaire (volet sur l’échantillonnage). Dans le cas des animaux longévifs, il faut recueillir des données sur une longue période pour détecter les changements dans les charges de contaminants et les effets toxiques et pour évaluer les réactions aux efforts de gestion visant à favoriser le rétablissement de cette population. Il est maintenant nécessaire que la base de données sur la nécropsie soit mise à jour, validée, mieux organisée et rendue accessible à certains chercheurs. Avec cette grande série chronologique de données, on doit débuter l’intégration des données actuelles qui reliera l’information concernant divers aspects de la recherche sur le béluga de l’ESL, notamment le suivi, la nécropsie, l’échantillonnage, les analyses des contaminants, les données génétiques, les relevés aériens, l’identification photographique, l’étiquetage, etc. On pourrait proposer et évaluer des hypothèses à l’aide des données actuelles, et ces hypothèses serviront de plateforme de ressources utiles sur laquelle on peut concevoir des projets spéciaux financés par des fonds spéciaux. Recommandation 2 - Il y aurait lieu de créer un consortium et d’intégrer toute l’information disponible. Un consortium regroupant des chercheurs participants qui étudient le béluga de l’ESL, avec le MPO à titre d’organisme responsable, serait une manière efficace de gérer et de partager l’information, d’améliorer la collaboration, de déterminer les besoins en matière de recherche et de faciliter le financement de projets spéciaux. Les objectifs du consortium devraient inclure les points suivants : 1) établir et documenter les protocoles de tous les volets du programme des carcasses; 2) améliorer le partage des données et favoriser les travaux réalisés en collaboration, et portant sur le béluga de l’ESL; 3) formuler des avis sur l’orientation à donner aux recherches, les priorités et les mesures d’atténuation en vue de protéger la population et de faciliter le rétablissement; 4) effectuer l’inventaire des banques de tissus et des bases de données archivées, les mettre à jour, les gérer et coordonner leur utilisation; 5) explorer les sources possibles de financement afin de mener des projets de recherche spéciaux; 6) aider à l’élaboration d’un plan d’urgence pour détecter un échouement inhabituel, une mortalité inhabituelle ou une menace immédiate pour la population et y réagir en temps opportun; 7) tenir un inventaire de toutes les publications liées au programme et communiquer les résultats à d’autres scientifiques, à des gestionnaires et au public. Il faudrait obtenir des fonds pour faciliter l’organisation et coordonner les activités du consortium. Recommandation 3 - Les volets de base du programme des carcasses de bélugas de l’ESL (suivi, nécropsie, échantillonnage) doivent se poursuivre et bénéficier d’un financement adéquat puisqu’ils sont nécessaires à l’obtention des données essentielles à la gestion, au rétablissement et à la conservation de cette population. Cependant, ce programme de « base » ne bénéficie pas à l’heure actuelle d’un financement adéquat. Le financement interne (du MPO et de Parcs Canada) s’est révélé jusqu’ici insuffisant. Presque tous les volets du programme de « base » ont été partiellement financés par des fonds externe (provenant de l’extérieur du programme des carcasses, de bénévoles, etc.) et leur avenir demeure imprévisible, faute d’un engagement financier à long terme. Recommandation 4 - On doit établir des projets de recherche spéciaux financés par des fonds spéciaux à l’extérieur du programme de « base », c.-à-d. des subventions du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), du Fonds pour la formation de chercheurs et l’aide à la recherche (FCAR) et d’organismes non gouvernementaux. Les projets spéciaux financés par des fonds externes spéciaux bénéficieront du programme de « base » et l’enrichiront. Ils permettront de répondre à des questions précises soulevées par les résultats du programme de « base » de même qu’à des besoins de gestion particuliers. Le programme de « base » a recueilli suffisamment de données jusqu’ici pour permettre la formulation d’un certain nombre d’hypothèses vérifiables qui peuvent être examinées en tant que projets spéciaux appuyés ou non par le MPO (selon le mandat et les priorités). Certains exemples de projets spéciaux ont été proposés. La réussite de la conservation de l’écosystème du Saint-Laurent et du rétablissement de sa population endémique et emblématique de béluga repose sur des données scientifiques solides. Selon des preuves actuelles, la population ne diminue pas, mais ne semble pas non plus s’accroître. Étant donné qu’elle est protégée de la chasse, il faut relever et quantifier les facteurs qui peuvent limiter le rétablissement. Des données utiles obtenues du programme des carcasses peuvent aider à déterminer ces facteurs, mais elles doivent être intégrées à celles d’autres recherches portant sur cette population, et une collaboration étroite entre les chercheurs et les gestionnaires intéressés doit être facilitée et accrue. La réussite de la protection et du rétablissement de la population de béluga de l’ESL figure parmi les résultats stratégiques clés du MPO - le maintien d’écosystèmes aquatiques sains et productifs - pour tous les Canadiens.

LEBEUF, M., M. NOËL, S. TROTTIER, L. MEASURES, 2007. Temporal trends (1987–2002) of persistent, bioaccumulative and toxic (PBT) chemicals in beluga whales (Delphinapterus leucas) from the St. Lawrence Estuary, Canada. Sci. Total Environ., 383(1-3): 216-231.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Temporal trends of persistent, bioaccumulative and toxic (PBT) chemicals were examined in beluga whales (Delphinapterus leucas) from the St. Lawrence Estuary (SLE), Canada. Blubber samples of 86 adult belugas were collected from animals stranded on the shore of the SLE between 1987 and 2002 and analyzed for several regulated PBTs, including polychlorinated biphenyls (PCBs), p,p''dichlorodiphenyltrichloroethane (DDT) and its metabolites, chlordane (CHL) and related compounds, hexachlorocyclohexane (HCH) isomers, hexachlorobenzene (HCB) and Mirex. In addition, time trends of tris(4-chlorophenyl) methane (TCPMe) and tris(4-chlorophenyl)methanol (TCPMOH), two compounds that may origin from DDT formulations, were also examined. Concentrations of most of the PBTs examined had exponentially decreased by at least a factor of two (half-life time (t1/2)<15 years) in beluga between 1987 and 2002 while no increasing trends were observed for any of the PBTs measured. The decreasing trends of PBT concentrations in SLE beluga may be due to a decline in contamination of its diet following North American and international regulations on the use and production of these compounds or by a change in its diet itself or by a combination of both. Some PBTs did not exhibit any significant trends in beluga possibly because the most intense elimination phase subsequent to legislative regulations occurred prior to the 1987-2002 time period. Other chemicals, such γ-HCH, did not significantly decrease likely because they are still currently used in some restricted applications. Conversely, α-HCH showed a significant decreasing trend indicating that ∑HCHs is not representative of all HCHs. Both TCPMe and TCPMOH exhibited no trends in beluga during the time period examined. The metabolic capacity of SLE beluga has apparently accelerated the depletion of at least one PBT, namely CB-28/31. A significant relationship between the half-life of PBTs in beluga and log Kow was observed for most of the chemicals examined. Several factors are expected to have influenced the temporal changes of PBT concentrations in beluga which limit the usefulness of this species as a bioindicator of changes in PBT contamination in the SLE ecosystem. ©2007 Elsevier B.V.

MEASURES, L., 2007. Proceedings of the Workshop on the St. Lawrence Estuary Beluga : review of carcass program, November 14-17, 2005, Mont-Joli ; Compte rendu de l'atelier sur le béluga de l'estuaire du Saint-Laurent : revue du programme des carcasses, 14 au 17 novembre 2005, Mont-Joli. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des compte rendus, 2007/005, 88 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le béluga (Delphinapterus leucas) est un odontocète (baleine à dents) de taille moyenne des eaux arctiques et subarctiques. Des sept populations de bélugas au Canada, la population de l’estuaire du Saint-Laurent (ESL) est celle qui se trouve le plus au sud. Le béluga de l’ESL vit dans un habitat estuarien faisant partie d’une voie navigable internationale, à savoir la voie maritime du Saint-Laurent, où le trafic maritime est quotidien et où divers contaminants sont introduits, notamment des effluents industriels, des résidus chimiques et biologiques provenant du ruissellement des terres agricoles, des eaux usées des villes et des navires et des eaux de ballast. Cette population est protégée de la chasse depuis 1979. Elle compte actuellement environ 1 000 animaux. En 1983, elle a été désignée comme étant en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et a été inscrite en 2004 dans une catégorie de moindre risque, à savoir menacée; elle est protégée à ce titre par la Loi sur les espèces en péril (LEP). Des préoccupations ont été soulevées quant au rôle des contaminants chimiques qui causent certaines modifications pathologiques pouvant empêcher le rétablissement de cette population. Au cours des deux dernières décennies, diverses mesures visant à améliorer la qualité de l’habitat et à protéger davantage cette population ont été prises par des organismes gouvernementaux et non gouvernementaux. Cependant, la population de béluga de l’ESL n’a toujours pas montré de signes importants de rétablissement. On n’en comprend toujours pas les raisons. Les bélugas sont des prédateurs longévifs de niveau trophique supérieur et sont exposés à divers contaminants anthropiques et naturels. Le béluga de l’ESL est très visible et charismatique et fait figure d’emblème au Québec, au Canada et dans le monde. Le ministère des Pêches et des Océans du Canada (MPO) a la responsabilité légale de conserver et de protéger cette population ainsi que d’en favoriser le rétablissement par l’élaboration et la mise en oeuvre d’un programme de rétablissement de l’espèce et d’un plan d’action tels que stipulés dans la LEP. Depuis 1982, le MPO, Parcs Canada et d’autres organismes (Institut national d’écotoxicologie du Saint-Laurent [INESL], Industries Filmar, Faculté de médicine vétérinaire [FMV] de l’Université de Montréal, Fonds mondial pour la nature [WWF]) appuient un programme permettant le suivi des mortalités au sein de la population de béluga de l’ESL ainsi que la nécropsie et l’échantillonnage des carcasses échouées. L’objectif de ce programme des carcasses de bélugas est de déterminer la cause de décès des animaux échoués au moyen de méthodes pathologiques et diagnostiques vétérinaires qui sont adaptées et normalisées. On a souvent employé les résultats publiés dans la littérature comme fondement scientifique sur lequel repose la mise en oeuvre de mesures de conservation et dans la prise de décisions par les gestionnaires des ressources et des habitats, y compris la création du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent et le projet de la zone de protection marine (ZPM) Estuaire du Saint-Laurent, tous les deux étant conçus, en partie, pour protéger le béluga de l’ESL et son habitat. Le programme des carcasses de bélugas de l’ESL comporte trois volets : suivi, échantillonnage et nécropsie (examen post-mortem). Après 22 années complètes (1983-2004), le MPO et Parcs Canada ont considéré qu’une évaluation critique de ce programme méritait d’être réalisée et ont organisé un atelier auquel prendraient part divers scientifiques ou les gestionnaires du MPO et de Parcs Canada qui sont associés au programme ou, encore, qui emploient ses résultats pour la gestion de la conservation. Des spécialistes externes ont été invités à fournir des évaluations critiques du programme. L’atelier comptait quatre thèmes, à savoir les causes de mortalité et les maladies, les contaminants et les effets toxiques, la biologie et la démographie ainsi que la conservation. Les participants ont également été invités à fournir une évaluation des conséquences des quatre options présentées pour le programme des carcasses (élimination, réduction, maintien du statu quo ou modification) selon leur champ particulier de recherche ou d’intérêt. Le béluga de l’ESL est devenu un symbole mondial de la sensibilisation à l’environnement et à la protection. Les connaissances acquises dans le cadre du programme des carcasses ont contribué aux efforts de conservation visant à préserver et à protéger cette population de béluga. Le volet sur le suivi a permis de documenter les cas de mortalité. Le volet sur l’échantillonnage a permis de documenter l’exposition à certains contaminants toxiques. Les volets sur les nécropsies et l’échantillonnage ont permis de documenter des lésions, des anomalies comme le cancer, des infections opportunistes et des biomarqueurs comme les adduits de l’ADN dont la présence laisse sous-entendre des effets toxiques, une possible perturbation endocrinienne et une immunosuppression attribuables à des contaminants qui peuvent, à l’échelon de la population, avoir une incidence sur la croissance, la survie, le recrutement et la reproduction ainsi qu’accroître le taux de mortalité. À cet égard, le programme des carcasses s’est révélé important dans la détermination des menaces potentielles pesant sur le rétablissement de la population. L’étiologie ou la cause de certaines lésions ainsi que le rôle des contaminants toxiques et des agents pathogènes, ou des deux, demeurent encore inconnus. Les limites du programme des carcasses incluent : le petit nombre de carcasses trouvées, dont les biais sont inconnus, comme la sous-représentation des jeunes bélugas dans la base de données sur les échouements; les problèmes liés à la détermination de l’âge des animaux, particulièrement pour les vieux individus; l’état de décomposition avancée de certaines carcasses et d’autres facteurs qui donnent lieu à un pourcentage important de causes de décès inconnues. Au rang des limites du programme, mentionnons aussi le faible nombre d’échantillons de tissus d’assez bonne qualité pour permettre de vérifier des hypothèses relatives au rôle des agents pathogènes ou des concentrations de contaminants et de leurs effets toxiques ou, encore, de détecter des tendances annuelles; la mauvaise gestion de la base de données; enfin, l’absence d’intégration des données sur les contaminants avec des données sur les affections ou les biomarqueurs, intégration dont on a besoin pour démontrer tout lien causal entre certaines lésions et la présence de certains contaminants toxiques. L’intégration de ces données, y compris des données d’autres recherches (relevés aériens, études sur le régime alimentaire, etc.) permettrait d’augmenter grandement la puissance des analyses et nous aiderait à comprendre les raisons du non-rétablissement de cette population. Parmi les problèmes qui sont sources de confusion figurent : la longévité du béluga et le déclin de certains contaminants toxiques ainsi que la découverte de nouveaux contaminants toxiques dans le milieu marin et dans les tissus du béluga. Les discussions en ateliers ont permis la formulation de quatre recommandations clés concernant le programme des carcasses. Recommandation 1 - On doit maintenir le programme des carcasses de bélugas de l’ESL, une étude de cas reconnue à l’échelle mondiale, afin de suivre l’état et le rétablissement (détecter l’amélioration ou la détérioration) de cette population. Ce programme fournit des données importantes sur les échouements (volet sur le suivi), les affections et la cause de décès (volet sur la nécropsie) de même que des échantillons de tissus dont on a besoin pour approfondir les évaluations portant, par exemple, sur l’âge au décès, les agents pathogènes, le génotypage, les contaminants, les états physiologiques et reproducteurs ainsi que le régime alimentaire (volet sur l’échantillonnage). Dans le cas des animaux longévifs, il faut recueillir des données sur une longue période pour détecter les changements dans les charges de contaminants et les effets toxiques et pour évaluer les réactions aux efforts de gestion visant à favoriser le rétablissement de cette population. Il est maintenant nécessaire que la base de données sur la nécropsie soit mise à jour, validée, mieux organisée et rendue accessible à certains chercheurs. Avec cette grande série chronologique de données, on doit débuter l’intégration des données actuelles qui reliera l’information concernant divers aspects de la recherche sur le béluga de l’ESL, notamment le suivi, la nécropsie, l’échantillonnage, les analyses des contaminants, les données génétiques, les relevés aériens, l’identification photographique, l’étiquetage, etc. On pourrait proposer et évaluer des hypothèses à l’aide des données actuelles, et ces hypothèses serviront de plateforme de ressources utiles sur laquelle on peut concevoir des projets spéciaux financés par des fonds spéciaux. Recommandation 2 - Il y aurait lieu de créer un consortium et d’intégrer toute l’information disponible. Un consortium regroupant des chercheurs participants qui étudient le béluga de l’ESL, avec le MPO à titre d’organisme responsable, serait une manière efficace de gérer et de partager l’information, d’améliorer la collaboration, de déterminer les besoins en matière de recherche et de faciliter le financement de projets spéciaux. Les objectifs du consortium devraient inclure les points suivants : 1) établir et documenter les protocoles de tous les volets du programme des carcasses; 2) améliorer le partage des données et favoriser les travaux réalisés en collaboration, et portant sur le béluga de l’ESL; 3) formuler des avis sur l’orientation à donner aux recherches, les priorités et les mesures d’atténuation en vue de protéger la population et de faciliter le rétablissement; 4) effectuer l’inventaire des banques de tissus et des bases de données archivées, les mettre à jour, les gérer et coordonner leur utilisation; 5) explorer les sources possibles de financement afin de mener des projets de recherche spéciaux; 6) aider à l’élaboration d’un plan d’urgence pour détecter un échouement inhabituel, une mortalité inhabituelle ou une menace immédiate pour la population et y réagir en temps opportun; 7) tenir un inventaire de toutes les publications liées au programme et communiquer les résultats à d’autres scientifiques, à des gestionnaires et au public. Il faudrait obtenir des fonds pour faciliter l’organisation et coordonner les activités du consortium. Recommandation 3 - Les volets de base du programme des carcasses de bélugas de l’ESL (suivi, nécropsie, échantillonnage) doivent se poursuivre et bénéficier d’un financement adéquat puisqu’ils sont nécessaires à l’obtention des données essentielles à la gestion, au rétablissement et à la conservation de cette population. Cependant, ce programme de « base » ne bénéficie pas à l’heure actuelle d’un financement adéquat. Le financement interne (du MPO et de Parcs Canada) s’est révélé jusqu’ici insuffisant. Presque tous les volets du programme de « base » ont été partiellement financés par des fonds externe (provenant de l’extérieur du programme des carcasses, de bénévoles, etc.) et leur avenir demeure imprévisible, faute d’un engagement financier à long terme. Recommandation 4 - On doit établir des projets de recherche spéciaux financés par des fonds spéciaux à l’extérieur du programme de « base », c.-à-d. des subventions du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), du Fonds pour la formation de chercheurs et l’aide à la recherche (FCAR) et d’organismes non gouvernementaux. Les projets spéciaux financés par des fonds externes spéciaux bénéficieront du programme de « base » et l’enrichiront. Ils permettront de répondre à des questions précises soulevées par les résultats du programme de « base » de même qu’à des besoins de gestion particuliers. Le programme de « base » a recueilli suffisamment de données jusqu’ici pour permettre la formulation d’un certain nombre d’hypothèses vérifiables qui peuvent être examinées en tant que projets spéciaux appuyés ou non par le MPO (selon le mandat et les priorités). Certains exemples de projets spéciaux ont été proposés. La réussite de la conservation de l’écosystème du Saint-Laurent et du rétablissement de sa population endémique et emblématique de béluga repose sur des données scientifiques solides. Selon des preuves actuelles, la population ne diminue pas, mais ne semble pas non plus s’accroître. Étant donné qu’elle est protégée de la chasse, il faut relever et quantifier les facteurs qui peuvent limiter le rétablissement. Des données utiles obtenues du programme des carcasses peuvent aider à déterminer ces facteurs, mais elles doivent être intégrées à celles d’autres recherches portant sur cette population, et une collaboration étroite entre les chercheurs et les gestionnaires intéressés doit être facilitée et accrue. La réussite de la protection et du rétablissement de la population de béluga de l’ESL figure parmi les résultats stratégiques clés du MPO - le maintien d’écosystèmes aquatiques sains et productifs - pour tous les Canadiens.

PANG, D.S.J., Y. RONDENAY, L. MEASURES, S. LAIR, 2006. The effects of two dosages of midazolam on short-duration anesthesia in the harp seal (Phoca groenlandica). J. Zoo Wildl. Med., 37(1): 27-32.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The purpose of this study was to provide safe anesthesia for bronchoalveolar lavage and assess the utility of premedication with i.m. midazolam for short-duration anesthesia with isoflurane in harp seals (Phoca groenlandica). Fourteen yearling harp seal pups were anesthetized three times each as part of a prospective, cross-over, blinded study. Each animal received i.m. premedication with saline, low-dose, or high-dose midazolam (respectively 0.1 and 0.2 mg/ kg). Following premedication, anesthesia was induced with 4 % isoflurane in oxygen delivered through a mask and connected to a Bain non-rebreathing system. A significantly longer time was taken from the end of general anesthesia to head movement in the high-dose group compared with the saline group (P = 0.002). A significantly longer time was taken from the end of general anesthesia to ambulation in the high-dose group compared with the saline group (P = 0.006). There were no significant differences between groups in the subjective assessment of anesthetic quality or ease of intubation. Premedication with i.m. midazolam at the dosages used did prolong recovery from anesthesia, although to a degree unlikely to be significant clinically.©2006 American Association of Zoo Veterinarians

PANG, D.S.J., Y. RONDENAY, E. TRONCY, L.N. MEASURES, S. LAIR, 2006. Use of end-tidal partial pressure of carbon dioxide to predict arterial partial pressure of carbon dioxide in harp seals during isoflurane-induced anesthesia. Am. J. Vet. Res., 67(7): 1131-1135.

BOILY, F., S. BEAUDOIN, L.N. MEASURES, 2006. Hematology and serum chemistry of harp (Phoca groenlandica) and hooded seals (Cystophora cristata) during the breeding season, in the Gulf of St. Lawrence, Canada. J. Wildl. Dis., 42(1): 115-132.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Standard hematologic and serum chemistry parameters were determined from 28 harp seals (>i>Phoca groenlandica) and 20 hooded seals (Cystophora cristata) sampled from 6 March 2001 to 13 March 2001 during the breeding season. Whole blood was collected immediately postmortem from harp seal mother–pup pairs and from six hooded seal pups, and from live-captured adult hooded seals and three hooded seal pups; blood was analyzed within 24 hr at a local human hospital. A certified veterinary laboratory validated subsamples of whole blood and analyzed all serum chemistry parameters. Significant interlaboratory differences in mean values of packed cell volume (PCV) and mean cell volume (MCV) were found. Significant differences were found between samples from the five seal groups (adult male hooded seals, lactating female hooded seals, unweaned hooded seal pups; lactating female harp seals, and unweaned harp seal pups) for hematology and most serum chemistry parameters. In general, age-class influenced mean values of PCV, hemoglobin (HB), red blood cell (RBC) counts, MCV, mean cell hemoglobin (MCH), mean cell hemoglobin concentration (MCHC), and nucleated red blood cell (NRBC) counts per 100 leucocytes, but most age-related variations were species specific. Harp seal pups had significantly lower mean values of HB, PCV, MCH, and MCHC than did other seal groups, and significantly lower mean RBC counts than did hooded seal pups. Mean NRBC counts per 100 leukocytes were more than three times higher in harp seal pups than in hooded seal pups, but this difference was not statistically significant. Mean MCV were significantly lower in harp and hooded seal pups compared to those of adult harp and hooded seals. Differences in hemograms between pup species were likely because of the precocious development of hooded seal pups, which are weaned within 4 days, compared to 12 days for harp seal pups. Among adult seal groups, male hooded seals had significantly higher mean values of PCV and HB than did female harp and hooded seals, and significantly higher mean RBC counts than did adult female hooded seals. Among adult females, mean values of MCH and MCHC were statistically higher in hooded seals than in harp seals. Adult female harp and hooded seals did not differ significantly in other RBC parameters and mean leukocyte counts. Mean values of glucose, blood urea nitrogen, total bilirubin, alanine aminotransferase (ALT), alkaline phosphatase (ALP), total protein, and albumin showed species-specific variations between adults and pups. Except for ALP, few significant differences in mean enzyme activities of aspartate aminotransferase (AST), ALT, creatine kinase and -glutamyltransferase were found between seal groups. Mean concentrations of electrolytes (calcium, phosphorus, sodium, potassium, chloride, magnesium, and total carbon dioxide) varied with age class, but variations in potassium and magnesium were species specific. Harp seal pups had significantly higher mean phosphorus and potassium levels compared to other seal groups.© 2006 Wildlife Disease Association

LEBEUF, M., M. NOËL, S. TROTTIER, L. MEASURES, 2005. Temporal trends (1987 - 2002) of regulated POPs in beluga whales from the St. Lawrence Estuary, Canada. Organohalogen compounds, 67: 1233-1235.

LEBEUF, M., B. GOUTEUX, L. MEASURES, S. TROTTIER, 2004. Levels and temporal trends (1988-1999) of polybrominated diphenyl ethers in beluga whales (Delphinapterus leucas) from the St. Lawrence estuary, Canada. Environ. Sci. Technol., 38: 2971-2977.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Polybrominated diphenyl ethers (PBDEs) were determined in blubber samples of 54 stranded adult beluga whales (Delphinapterus leucas) collected between 1988 and 1999 in the St. Lawrence Estuary (SLE), Quebec, Canada. Summed concentrations of 10 PBDE congeners (£PBDEs) measured in beluga samples varied between 20 and almost 1000 ng/g wet weight. According to the PBDE concentrations in marine mammals reported in the scientific literature, SLE belugas appear to be relatively lightly contaminated. Only a few predominant congeners (namely, PBDE-47, -99, and -100) represent on average more than 75 % of £PBDEs in SLE belugas. The accumulation of £PBDEs in both male and female belugas showed significant exponential increase throughout the 1988-1999 time period. The time necessary for beluga to double their blubber concentration of the most prevalent PBDE congeners was no longer than 3 years. The PBDE temporal changes reported in this study are generally faster but in agreement with the trend observed in other organisms collected in Canada, such as lake trout (Salvelinus namaycush) from the Great Lakes, ringed seal (Phoca hispida), and beluga whale from the Canadian Arctic. Some changes in the pattern of PBDEs in belugas were also observed during the time period investigated. The recent and important increase of PBDE levels in SLE belugas could explain the unexpected lack of statistical difference in PBDE contamination between males and females. This suggests that to date PBDEs tend to be accumulated by both male and female belugas, masking the elimination of PBDEs by females through post-natal transfer to their offspring. This study confirms that the growing use of PBDEs as flame retardants has resulted in rising contamination of Canadian aquatic environments. Additional studies are needed to assess the toxicological implications of the PBDE tissue levels found in SLE belugas.©2004 American Chemical Society

MEASURES, L.N., 2004. Marine mammals and "wildlife rehabilitation" programs ; Mammifères marins et programmes de « réhabilitation de la faune ». DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2004/122, 39 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La réhabilitation d'animaux sauvages comporte la récupération ou la capture, le soin et le traitement d'un individu abandonné, orphelin, blessé ou malade dans le but ultime de le libérer dans son milieu s'il est en santé, capable de survivre et ne pose pas un risque aux populations sauvages, aux animaux domestiques ou à la sécurité publique. Non seulement la réhabilitation de mammifères marins prête-elle à controverse, mais Pêches et Océans Canada n'a en place aucun règlement ou politique pour la régir malgré l'intérêt et l'appui manifestés dans diverses régions du Canada. Le présent document est un examen de la législation visant à protéger les animaux sauvages et les mammifères marins du Canada. Il comprend un bref survol de la législation et des mesures de protection des mammifères marins aux états-Unis, ainsi que des ententes internationales relatives à la translocation (= réhabilitation) d'animaux sauvages et à la lutte contre les maladies. Un court historique de la réhabilitation des mammifères marins est présenté, ainsi qu'une discussion du pour et contre. Même si la protection des animaux sauvages est habituellement la raison principale pour laquelle ils sont réhabilités, la réhabilitation comporte d'autres avantages, comme l'acquisition de nouvelles connaissances sur les maladies et les malaises et les traitements vétérinaires fructueux, l'identification de nouvelles menaces aux populations sauvages, y compris les espèces en péril, et des opportunités de sensibilisation du public à la conservation. Par contre, les animaux sauvages réhabilités remis en liberté ne contribuent pas dans une grande mesure aux populations sauvages; ils peuvent en outre être porteurs de maladies dangereuses pour les populations sauvages, en particulier les espèces en péril. Les programmes de réhabilitation d'animaux sauvages posent aussi de graves risques pour les populations sauvages à cause de la possibilité d'introduction d'agents pathogènes nouveaux ou exotiques au sein de celles-ci, du développement d'une résistance aux antibiotiques et d'interférence dans la sélection naturelle par modification des fréquences géniques, perpétuation de gènes délétères ou création d'agents pathogènes très virulents. Les coûts de la réhabilitation et de la réglementation constituent un autre problème dont doivent tenir compte les organismes gouvernementaux et les groupes non gouvernementaux. Si la réhabilitation de mammifères marins est autorisée au Canada, les recommandations de règlements formulées permettront de réduire les risques pour les populations sauvages.

MEASURES, L.N., J.P. DUBEY, P. LABELLE, D. MARTINEAU, 2004. Seroprevalence of Toxoplasma gondii in Canadian pinnipeds. J. Wildl. Dis., 40(2): 294-300.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Sera (n=328) collected from phocids (1995-97) from the east coast of Canada, including harp seals (Phoca groenlandica), hooded seals (Cystophora cristata), grey seals (Halichoerus grypus), and harbor seals (Phoca vitulina), were diluted 1:25, 1:50, and 1:500 and tested by a modified agglutination test for antibodies to Toxoplasma gondii. Titers equal to or greater than 1:25 were considered evidence of exposure. Grey seal (11/122, 9 %), harbor seal (3/34, 9 %), and hooded seal (1/60, 2 %) had titers of 1:25 and 1:50. Harp seals (n=112) were seronegative. Probable maternal antibody transfer was observed in one harbor and one grey seal pup at 10 and 14 day of age, respectively. Transmission of T. gondii in the marine environment is not understood. The discovery of T. gondii in marine mammals might indicate natural infections unknown because of lack of study or might indicate recent contamination of the marine environment from the terrestrial environment by natural or anthropogenic activities.©2004 Wildlife Disease Association

GAJADHAR, A.A., L. MEASURES, L.B. FORBES, C. KAPEL, J.P. DUBEY, 2004. Experimental Toxoplasma gondii infection in grey seals (Halichoerus grypus). J. Parasitol., 90(2): 255-259.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Laboratory-reared animals were used to assess the susceptibility of seals Halichoerus grypus to Toxoplasma gondii infection. Four seals were each orally inoculated with 100 or 10,000 oocysts of T. gondii (VEG strain), and another 4 seals served as negative controls. Occasionally, mild behavioral changes were observed in all inoculated seals but not in control animals. A modified agglutination test revealed the presence of antibodies to T. gondii in sera collected from inoculated seals and mice inoculated as controls. No evidence of the parasite was found on an extensive histological examination of seal tissues, and immunohistochemical staining of tissue sections from inoculated seals revealed a single tissue cyst in only 1 seal. Control mice inoculated with 10 oocysts from the same inoculum given to seals became serologically and histologically positive for T. gondii. Cats that were fed brain or muscle tissue collected from inoculated seals passed T. gondii oocysts in feces. This study demonstrates that T. gondii oocysts can establish viable infection in seals and supports the hypothesis that toxoplasmosis in marine mammals can be acquired from oocysts in surface water runoff and sewer discharge.©2004 American Society of Parasitologists

MEASURES, L.N., B. ROBERGE, R. SEARS, 2004. Stranding of a pygmy sperm whale, Kogia breviceps, in the Northern Gulf of St. Lawrence, Canada. Can. Field-Nat., 118(4): 495-498.

[Résumé disponible seulement en anglais]
A pygmy sperm whale, Kogia breviceps, stranded alive and later died in the Northern Gulf of St. Lawrence, Quebec, Canada on 28 August 2001. This is the northern-most stranding of this species in the western Atlantic. The whale was estimated to be approximately 3 m long and a longitudinal section from one tooth (31 mm long and 5.0 mm in diameter) revealed 3.5 growth layer groups

KAPEL, C.M.O., L. MEASURES, L.N. MOLLER, L. FORBES, A. GAJADHAR, 2003. Experimental Trichinella infection in seals. Int. J. Parasitol., 33: 1463-1470.

HOUDE, M., L.N. MEASURES, J. HUOT, 2003. Lungworm (Pharurus pallasii : Metastrongyloidea: Pseudaliidae) infection in the endangered St. Lawrence beluga whale Delphinapterus leucas). Can. J. Zool., 81: 543-551.

Au cours de notre étude, 88 % des bélugas adultes (âge ;≥ 7 ans; n = 32) et 72 % des juvéniles (1 ≥ âge < 7 ans; n = 11) étaient infectés par le nématode des sinus crâniens, Pharurus pallasii. Aucun fœtus ni jeune de l’année (âge ≤1 an; n = 9) n’était infecté. L’intensité moyenne des infections chez les adultes était de 419 (étendue 2-2042) et de 179 chez les juvéniles (étendue 1-500). Il n’y avait pas de différence significative entre l’intensité moyenne des infections des mâles et celle des infections des femelles, ni entre celle des infections des bélugas juvéniles et celle des infections des bélugas adultes. L’absence d’infection chez les jeunes de l’année laisse croire que la transmission n’est pas transplacentaire ni transmammaire et que les infections sont acquises lorsque les jeunes bélugas commencent à manger des proies infectées. Les P. pallasii étaient 3 fois plus nombreux dans les sinus péribullaires que dans les sinus frontaux, mais répartis également des deux côtés. Les mâles et les femelles de P. pallasii étaient significativement plus longs dans les sinus très infectés que dans les sinus légèrement infectés. La fécondité des femelles gravides n’était pas affectée par l’intensité des infections. Aucune lésion macroscopique n’a été observée en association avec P. pallasii, ni dans les carcasses fraîches, ni dans les carcasses congelées. Le faible nombre des P. pallasii adultes dans les poumons fait croire que les sinus crâniens constituent leur site d’infection favori. Aucune relation n’a été établie entre l’intensité des infections et la condition physique des bélugas©2003 Conseil national de recherches Canada

COUTURE, C., L. MEASURES, J. GAGNON, C. DESBIENS, 2003. Human intestinal anisakiosis due to consumption of raw salmon. Am. J. Surg. Pathol., 27: 1167-1172.

HOUDE, M., L. MEASURES, J. HUOT, 2003. Experimental transmission of Pharurus pallasii (Nematoda : Metastrongyloidea), lungworm of the cranial sinuses of the beluga (Delphinapterus leucas), to fish. Can. J. Zool., 81: 364-370.

La transmission des vers pulmonaires (Metastrongyloidea : Pseudaliidae) en milieu marin a été très peu étudiée. Notre étude expérimentale est la première à porter sur un pseudaliidé, Pharurus pallasii, un parasite des sinus crâniens du béluga (Delphinapterus leucas). Une variété d’organismes marins (poissons, crustacés et mollusques) ont été exposés en laboratoire aux larves de premier stade provenant des utérus de femelles P. pallasii gravides prélévées sur un béluga mort depuis peu. Aucun développement du premier stade larvaire n’a été observé chez les invertébrés. La première mue de P. pallasii a été observée dans la paroi intestinale de plies canadiennes (Hippoglossoides platessoides) et de chaboisseaux arctiques (Myoxocephalus scorpioides), respectivement 45 et 78 jours après l’exposition. Le troisième stade larvaire, infectieux pour l’hôte final, n’a pas été observé au cours des 14 mois de l’expérience. Aucune réaction cellulaire inflammatoire ou encapsulation des larves n’a été observée dans les coupes histologiques de l’intestin d’une plie canadienne 268 jours après l’exposition. La survie et le développement des larves de P. pallasii jusqu’au deuxième stade laissent croire que le poisson est probablement un hôte intermédiaire adéquat dans le cycle vital de P. pallasii. Le rôle des invertébrés dans le transport des larves (hôte paraténique) au cours du cycle vital de P. pallasii ne doit pas être écarté. La morphologie des deux premiers stades larvaires est décrite pour la première fois©2003 Conseil national de recherches Canada

GOLDSTEIN, T., F.M.D. GULLAND, B.M. ALDRIDGE, J.T. HARVEY, T. ROWLES, D.M. LAMBOURN, S.J. JEFFRIES, L. MEASURES, P.K. YOCHEM, B.S. STEWART, R.J. SMALL, D.P. KING, J.L. STOTT, J.A.K. MAZET, 2003. Antibodies to phocine herpesvirus-1 are commun in north North America harbor seals (Phoca vitulina). J. Wildl. Dis., 39: 487-494.

LALANCETTE, A., Y MORIN, L. MEASURES, M. FOURNIER, 2003. Contrasting changes of sensitivity by lymphocytes and neutrophils to mercury in developing grey seals. Dev. Comp. Immunol., 27(8): 735-747.

MEASURES, L.N., 2003. Otostrongylus circumlitus, a lungworm of phocids – life cycle, epizootiology, development and pathology. Page 125 in Proceedings of the European Society of Veterinary Pathologists (21).

FORBES, L.B., L. MEASURES, A. GAJADHAR, C. KAPEL, 2003. Infectivity of Trichinella nativa in traditional northern (country) foods prepared with meat from experimentally infected seals. J. Food Protect., 66: 1857-1863.

GOSSELIN, J.-F., L. MEASURES, 2002. La population de bélugas de l'estuaire. Saint-Laurent Vision 2000 (Suivi de l'état du Saint-Laurent, 15) 6 p..

Cliquer pour voir tout le texte

PILLET, S., M. FOURNIER, L.N. MEASURES, J.-M. BOUQUEGNEAU, D.G. CYR, 2002. Presence and regulation of metallothioneins in peripheral blood leukocytes of grey seals. Toxicol. Appl. Pharmacol., 185(3): 207-217.

MEASURES, L.N., M.E. OLSON, 2002. Giardiasis in Canadian phocid seals. Page 316 in B.E. Olson, M.E. Olson & P.M. Wallis (eds.). Giardia : the cosmopolitan parasite.

MEASURES, L.N., 2002. Pathogen pollution in the Gulf of St. Lawrence and estuary. Pages 165-168 in F. McLaughlin, C. Gobeil, D. Monahan & M. Chadwick (eds.). Proceedings of the First Annual National Science Workshop, Department of Fisheries and Oceans (Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci. 2403).

MEASURES, L.N., 2002. Protozoans of marine mammals. Pages 49-57 in Proceedings of the Tenth International Congress of Parasitology - ICOPA X, Vancouver, August 2002.

GOSSELIN, J.-F., L. MEASURES, 2002. Beluga whale population of the estuary. St. Lawrence Vision 2000 (Monitoring the state of the St. Laurence River, 15) 6 p..

Cliquer pour voir tout le texte

NIELSEN, O., R.E.A. STEWART, K. NIELSEN, L. MEASURES, P. DUIGNAN, 2001. Serologic survey of Brucella spp. antibodies in some marine mammals of North America. J. Wildl. Dis., 37(1): 89-100.

MEASURES, L.N., 2001. Dioctophymatosis. Pages 357-364 in W.M. Samuel, M.J. Pybus & A.A. Kocan (ed.). Parasitic diseases of wild mammals.

MEASURES, L.N., 2001. Lungworms of marine mammals. Pages 279-300 in W.M. Samuel, M.J. Pybus & A.A. Kocan (ed.). Parasitic diseases of wild mammals.

HAMMILL, M.O., V. LESAGE, Y. DUBÉ, L.N. MEASURES, 2001. Oil and gas exploration in the Southeastern Gulf of St. Lawrence : a review of information on Pinnipeds and Cetaceans in the area. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2001/115, 40 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Cette étude présente un sommaire de l’information disponible sur les pinnipèdes (phoques) et les cétacés (baleines) de la région du sud-est du golfe du Saint-Laurent qui est visée par le projet d’exploration pétrolière et gazéifère. Le Détroit de Cabot constitue une importante route migratoire pour les mammifères marins visitant le golfe du Saint-Laurent. Un couvert de glace saisonnier qui procure aux pinnipèdes une plate-forme pour la reproduction et qui réduit durant l’hiver l’accessibilité du golfe du Saint-Laurent aux mammifères marins (principalement les cétacés) sont d’importantes caractéristiques de cette région. De grands canyons dans le Golfe, principalement celui situé près de Cheticamp à l’île du Cap-Breton, sont d’importants habitats d’alimentation pour les cétacés. Quatre espèces de pinnipèdes se retrouvent communément dans cette région : les phoques du Groenland, à capuchon, gris et communs. Des connaissances générales de l’abondance, des aires de mise bas, de distribution, et du régime alimentaire existent pour ces animaux, mais leur distribution, abondance et régime alimentaire au niveau local sont mal connus. L’industrie de l’observation des mammifères marins de la côte est de l’Île-du-Prince-Édouard repose sur les phoques communs. Au moins 15 espèces de baleines sons susceptibles d’occuper ou traverser le Détroit de Cabot. Six sont des visiteurs réguliers et abondants. Les rorquals communs, petits rorquals, rorquals à bosse, globicéphales, dauphins à flancs blancs et marsouins communs sont observés régulièrement, alors qu`un faible nombre de baleines franches noires transitent régulièrement dans cette région. Cette dernière semble être particulièrement importante pour les globicéphales, l’industrie de l’observation des mammifères marins reposant sur cette espèce le long de la côte ouest de l’île du Cap-Breton. Globalement, il existe un manque flagrant d’information concernant l’abondance relative, l’occupation et les mouvements saisonniers et sur le régime alimentaire des espèces de cétacés présentes dans le sud-est du golfe du Saint-Laurent. L’exploration séismique est susceptible de causer des dommages physiques à l’appareil auditif, de résulter en des changements de distribution par le bruit sous-marin et les changements de distribution de la nourriture qu’elle cause. Des augmentations du nombre d’échouages de mammifères marins ont été attribuées à une augmentation de la production de bruit sous-marin par l’humain. Le globicéphale, une espèce qui s’échoue souvent dans cette région, semble particulièrement vulnérable à ces activités.

HOUDE, M., J. HUOT, L.N. MEASURES, 2001. Infections of the lungworm, Pharurus pallasii (Metastrongyloidea), in the endangered St. Lawrence beluga (Delphinapterus leucas). Page 18 in Proceedings of the International Association for Aquatic Animal Medicine (32).

MEASURES, L.N., J.P. DUBEY, 2001. Seroprevalence of Toxoplasma gondii in Canadian phocids - an example of pathogen pollution?. Page 146 in Proceedings of the International Association for Aquatic Animal Medicine (32).

TETREAULT, F., J.H. HIMMELMAN, L. MEASURES, 2000. Impact of a castrating trematode, Neophasis sp., on the common whelk, Buccinum undatum, in the Northern Gulf of St. Lawrence. Biol. Bull., 198: 261-271.

NIELSEN, O., R.E.A. STEWART, L. MEASURES, P. DUIGNAN, C. HOUSE, 2000. A morbillivirus antibody survey of Atlantic walrus, narwhal and beluga in Canada. J. Wildl. Dis., 36(3): 508-517.

LEBEUF, M., K.E. BERNT, S. TROTTIER, M. NOËL, M.O. HAMMILL, L. MEASURES, 2000. Tris (4-chlorophenyl) methane and tris (4-chlorophenyl) methanol in marine mammals from the Estuary and Gulf of St. Lawrence. Environ. Pollut., 111(1): 29-43.

FORBES, L.B., O. NIELSEN, L. MEASURES, D.R. EWALT, 2000. Brucellosis in ringed seals and harp seals from Canada. J. Wildl. Dis., 36(3): 595-598.

MEASURES, L.N., 2000. Protozoan and helminth infections of marine mammals : recognized and emerging diseases?. Page 347 in Proceedings of the American Association of Zoo Veterinarians and the International Association for Aquatic Animal Medicine (31).

LEBEUF M., K. BERNT, M. HAMMILL, L. MEASURES, 2000. Stratification of PCBs in the blubber of beluga whales (Delphinapterus leucas) from the St. Lawrence estuary. Organohalogen Compounds, 46: 487-490.

MEASURES, L.N., M. OLSON, 1999. Giardiasis in Pinnipeds from Eastern Canada. J. Wildl. Dis., 35(4): 779-782.

MEASURES, L.N., M. OLSON, 1999. Giardiasis in Canadian phocid seals. Page 160 in Proceedings of the International Association for Aquatic Animal Medicine (30).

MEASURES, L.N., 1999. Life cycle of Otostrongylus circumlitus (Metastrongyloidea : Crenosomatidae) of phocid seals.. Page 49 in Proceedings of the International Association for Aquatic Animal Medicine (30).

MIKAELIAN, I., M.-P. TREMBLAY, C. MONTPETIT, S.V. TESSARO, H.J. CHO, C. HOUSE, L. MEASURES, D. MARTINEAU, 1999. Seroprevalence of selected viral infections in a population of beluga whales (Delphinapterus leucas) in Canada. Vet. Rec., 144(2): 50-51.

DURETTE-DESSET, M.C., R. CLAVEAU, L. MEASURES, R. ISABEL, 1999. Adultes de Nematodirus helvetianus (Trichostrongylina: Molineoidea) dans le diaphragme de Coyote, Canis latrans, du Bas St-Laurent et de Gaspésie, au Québec. Can. Field-Nat., 113: 279-281.

HAYES, R., L.N. MEASURES, J. HUOT, 1998. Euphausiids as intermediate hosts of Anisakis simplex in the St. Lawrence estuary. Can. J. Zool., 76: 1226-1235.

Afin de déterminer l'abondance des larves d'Anisakis simplex chez les euphausiacés de l'estuaire du Saint-Laurent, Meganyctiphanes norvegica et Thysanoessa raschii ont été récoltés sur sept sites, allant de l'embouchure du Saguenay à la Baie des Outardes. Les larves ont été extraites des euphausiacés après une digestion par une solution pepsine-HCI effectuée dans des appareils de Baermann modifiés. Les abondances des larves chez les euphausiacés s'étendent de 0 à 58,2 x 10-5. Les larves (N=100) étaient au troisième stade larvaire (une cuticule présente) ou en mue entre les deuxième et troisième stades larvaires (deux cuticules présentes). Les euphausiacés, et plus spécifiquement, T. raschii, qui constitue plus de 98 % de notre échantillon total, sont des hôtes intermédiaires importants pour A. simplex dans l'estuaire du Saint-Laurent. L'estuaire du Saint-Laurent est donc considéré comme une zone privilégiée pour l'étude de la biologie et de la transmission d'A. simplex©1998 Conseil national de recherches Canada

GOSSELIN, J.-F., L.N. MEASURES, J. HUOT, 1998. Lungworm (Nematoda : Metastrongyloidea) infections in Canadian phocids. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 55: 825-834.

Otostrongylus circumlitus (Railliet, 1899) a été trouvé dans 5 % (16/308) des phoques gris (Halichoerus grypus), 6 % (1/17; intensité=38) des phoques communs (Phoca vitulina) et aucun des 100 phoques du Groenland (Phoca groenlandica) de l'est du Canada et aucun des 31 phoques annelés (Phoca hispida) de Holman, Territoires du Nord-Ouest. Quatre-vingt-deux pourcent de ces infections ont été observées chez des jeunes phoques de l'année. Filaroides (Parafilaroides) gymnurus (Railliet, 1899), détecté dans des nodules dans le parenchyme en surface des poumons, infectait 24 % (5/16) des phoques gris, 27 % (4/15) des phoques communs, 57 % (29/51) des phoques du Groenland, 81 % (25/31) des phoques annelés et un phoque barbu (Erignathus barbatus) échoué (nouvelle mention d'hôte pour le phoque du Groenland, annelé et barbu; nouvelle mention géographique pour Holman). Filaroides (Parafilaroides) hispidus Kennedy, 1986 a été trouvé à l'examen systématique de poumons de phoques gris (2/3; nouvelle mention d'hôte) et de phoque annelés (2/7), mais non dans ceux de phoques du Groenland (n=11) ou de phoques communs (n=5). L'intensité variait de 37 à 3 570 pour F.(P.) gymnurus et de 295 à 1 196 pour F.(P.) hispidus. Aucun effet préjudiciable sur la condition corporelle des phoques ne put être associé avec l'infection par ces nématodes pulmonaires.

HAYS, R., L.N. MEASURES, J. HUOT, 1998. Capelin (Mallotus villosus) and herring (Clupea harengus) as paratenic hosts of Anisakis simplex, a parasite of beluga (Delphinapterus leucas) in the St. Lawrence estuary. Can. J. Zool., 76: 1411-1417.

Afin de déterminer l'importance des poissons pélagiques dans la transmission d'Anisakis simplex aux cétacés, 760 capelans (Mallotus villosus) et 165 harengs (Clupea harengus) ont été récoltés dans l'estuaire du Saint-Laurent pendant les étés 1994 et 1995. Les larves d'A. simplex ont été retirées des poissons par digestion à l'aide d'une solution de pepsine ou par dissection. La prévalence d'A. simplex chez les capelans disséqués a été évaluée à 5 % et l'intensité moyenne à 1.2. Chez les harengs, la prévalence d'A. simplex était de 95 % dans les échantillons digérés, et de 99 % dans les échantillons disséqués, alors que l'intensité a été évaluée à 6.2 dans le premier cas et à 6.8 dans l'autre. Les larves de troisième stade d'A. simplex provenant des capelans et des harengs ont été comparées aux larves du même stade trouvées chez des euphausiacés et chez des bélugas (Delphinapterus leucas) de l'estuaire du Saint-Laurent; la taille et la morphologie des larves étaient les mêmes chez les quatre hôtes. Les euphausiacés, qui abritent des larves de deuxième stade en mue et des larves de troisième stade, sont des hôtes intermédiaires d'A. simplex. Comme les larves du parasite ne semblent pas subir de développement chez les harengs ou les capelans, ces poissons sont considérés comme des hôtes paraténiques d'A. simplex dans l'estuaire du Saint-Laurent©1998 Conseil national de recherches Canada

MEASURES, L.N., 1998. Oral mycoplasmal infections in Canadian pinnipeds. Page 127 in Proceedings of the Third International Symposium on Aquatic Animal Health, Baltimore.

FAULKNER, J., L.N. MEASURES, F.G. WHORISKEY, 1998. Stenurus minor (Metastrongyloidea : Pseudaliidae) infections of the cranial sinuses of the harbour porpoise, Phocoena phocoena. Can. J. Zool., 76: 1209-1216.

Soixante-dix-huit Marsouins communs, Phocoena phocoena (33 femelles, 45 mâles), ont été capturés accidentellement au cours d'opérations de pêche à la morue (juin-septembre) dans le golfe du Saint-Laurent. Les crânes des animaux ont été examinés dans le but de repérer les nématodes dans les sinus. Des Stenurus minor (Kühn, 1829) Baylis et Daubney, 1925 ont été trouvés dans les sinus de tous les adultes (> 1 an, N=66, intensité moyenne=2362, gamme=87-8920), mais ils étaient absents chez tous les jeunes de l'année (moins d'un an, N=12). Seuls des vers du cinquième stade ont été repérés et ils étaient répartis également entre les côtés gauche (intensité moyenne=1158) et droit (intensité moyenne=1213) du crâne. Les vers étaient cependant près de deux fois plus nombreux dans les sinus frontaux que dans les sinus des oreilles. L'intensité moyenne était à peu près la même chez tous les marsouins infectés. L'abondance des parasites n'avait pas d'effet apparent sur la condition des marsouins (évaluée d'après le pourcentage de gras sur la carcasse). La présence de S. minor dans les sinus n'a pas causé de lésions macroscopiques. Nous avons constaté une relation inverse entre l'intensité des infections et la longueur des vers, ce qui semble indiquer un effet de densité. La longueur moyenne des vers était de 17,8 ± 0,2 mm chez les marsouins légèrement  infectés et de 16,1 ± 0,2 mm chez les animaux fortement infectés©1998 Conseil national de recherches Canada

MEASURES, L.N., 1998. Oral mycoplasmal infections in Canadian pinnipeds. Page 50 in Proceedings of the International Association for Aquatic Animal Medicine (29).

MEASURES, L.N., J.-F. GOSSELIN, E. BERGERON, 1997. Heartworm, Acanthocheilonema spirocauda (Leidy, 1858), infections in Canadian phocid seals. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 54: 842-846.

Le vers de cœur, Acanthocheilonema spirocauda, a été observé chez quatre des six espèces de phoques (19 phoques sur 701) examinées, provenant de la côte atlantique canadienne et de l'Arctique canadien. Quatorze des 221 phoques annelés (Phoca hispida), 2 des 18 phoques communs (Phoca vitulina), 2 des 186 phoques du Groenland (Phoca groenlandica) (première mention pour cet hôte) et le seul phoque à capuchon (Cystophora cristata) examiné étaient infectés par A. spirocauda. L'intensité d'infection s'étendait de 1 à 31. Les phoques infectés étaient âgés de 0 à 14 ans, mais 8 des 14 phoques annelés infectés étaient d'âge 0. Tous les vers, sauf trois, ont été trouvés dans le ventricule droit. Dans un des phoques annelés, les vers ont été trouvés en profondeur dans les poumons. Aucune infection n'a été trouvée chez les phoques gris (Halichoerus grypus) (N=271) ou les phoques barbus (Erignathus barbatus) (N=4). Le vers de cœur est principalement un parasite de jeunes phoques. Son apparente absence chez les phoques gris suggère qu'un plus gros échantillon de jeunes phoques provenant d'une plus grande région géographique est requis, que les phoques gris sont réfractaires aux infections ou que ces phoques ne survivent pas aux infections.

BERGERON, E., L.N. MEASURES, J. HUOT, 1997. Experimental transmission of Otostrongylus circumlitus (Railliet, 1899) (Metastrongyloidea : Crenosomatidae), a lungworm of seals in eastern Arctic Canada. Can. J. Zool., 75: 1364-1371.

La transmission de peu de métastrongyloides infestant les mammifères marins est connue. Des expériences sur la transmission d'Otostrongylus circumlitus (Crenosomatidae) indiquent que ce ver du poumon des pinnipèdes utilise un poisson comme hôte intermédiaire. Une variété d'organismes marins (crustacés, mollusques et poissons) a été exposée à des larves de premier stade provenant de jeunes Phoques annelés (Phoca hispida) du Nouveau-Québec (Salluit), naturellement infestés d'O. circumlitus. La première et la deuxième mues ont été observées 3 et 56 jours après l'exposition, dans la muqueuse et les couches musculaires de l'intestin de Plies canadiennes (Hippoglossoides platessoides) maintenues à 4 °C. L'exposition des invertébrés s'est avérée sans succès. La transmission des larves aux phoques semble se faire de la mi-juin à la fin de l'automne, alors que les jeunes phoques consomment plus d'invertébrés et de poissons. Les larves de premier stade, quittent les poumons via l'escalier bronchial, sont avalées puis relâchées dans la mer avec les fèces, ce qui les rend disponibles aux poissons benthiques et pélagiques. La morphologie des trois premiers stades larvaires est décrite.©1997 Conseil national de recherches Canada

GOSSELIN, J.-F., L.N. MEASURES, 1997. Redescription of Filaroides (Parafilaroides) gymnurus (Railliet, 1899) (Nematoda : Metastrongyloidea), with comments on other species in pinnipeds. Can. J. Zool., 75(3): 359-370.

L'espèce Filaroides (Parafilaroides) gymnurus (Railliet, 1899) Anderson, 1978, est redécrite après un examen de spécimens de cinquième stade à maturité extraits de Phoques annelés (Phoca hispida), de Phoques du Groenland (Phoca groenlandica), de Phoques communs (Phoca vitulina) et de Phoques gris (Halichoerus grypus) provenant de l'est et de l'Arctique canadiens. Des spécimens à maturité de Filaroides (Parafilaroides) hispidus Kennedy, 1986 extraits de Phoques annelés et de Phoques gris ont aussi été examinés. La comparaison de ces vers avec des spécimens de musée et de données de la littérature nous ont incités à faire la révision des espèces du sous-genre Parafilaroides (Dougherty, 1946) Anderson, 1978. Filaroides (Parafilaroides) gymnurus (Railliet, 1988) Anderson, 1978, F.(P.) decorus (Dougherty et Herman, 1947) Anderson, 1978, F. (P.) hydrurgae (Mawson, 1953) Kennedy, 1986 et F. (P.) hispidus Kennedy, 1986 et F.(P.) krascheninnikovi (Yurakhno et Skrjabin, 1971) Kennedy, 1986 deviennent synonymes de F.(P.) gymnurus (Railliet, 1899) Anderson, 1978. Filaroides (Parafilaroides) caspicus (Kurochkin et Zablotsky, 1958) Kennedy, 1986 est considérée comme "species inquirenda"©1997 Conseil national de recherches Canada

BERGERON, E., L.N. MEASURES, J. HUOT, 1997. Lungworm (Otostrongylus circumlitus) infections in ringed seals (Phoca hispida) from eastern Arctic Canada. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 54: 2443-2448.

Otostrongylus circumlitus, un nématode metastrongyloide qui infecte les poumons des pinnipèdes, peut nuire à la santé et à une prédation efficace de l'hôte. Des cinq sites échantillonnés (190 phoques examinés), Salluit (Québec) constitue une importante zone enzootique (prévalence 48,2 %, n=27). L'intensité maximale d'O. circumlitus parmi tous les sites était de 32 vers. L'infection, restreinte aux jeunes de l'année, pourrait affecter le recrutement de la population. Les conditions géographiques locales pourraient influencer la transmission du parasite et ainsi la prévalence et l'intensité d'O. circumlitus dans les populations de phoques annelés (Phoca hispida). L'épaisseur de gras au niveau du sternum était statistiquement reliée à la prévalence et à l'intensité d'O. circumlitus chez les phoques infectés (0.01 < p < 0.05). Par contre, aucun indice de condition utilisés n'a démontré statistiquement que le parasite avait un effet sur l'état physique des phoques annelés infectés. L'effet d'O. circumlitus sur les phoques serait de nature indirecte, modifiant leur comportement de plongée. Les fortes infections pourraient induire la mort des phoques, mais les infections légères pourraient disparaître après quelques mois, et procureraient aux jeunes phoques une immunité protectrice.

MEASURES, L.N., 1996. Effect of temperature and salinity on development and survival of eggs and free-living larvae of sealworm (Pseudoterranova decipiens). Can. J. Fish. Aquat. Sci., 53: 2804-2807.

Le développement des œufs de ver du phoque (Pseudoterranova decipiens) a été observé dans 12 conditions différentes impliquant quatre températures (0, 5, 10 et 15 °C) et trois salinités (eau douce, eau saumâtre, eau de mer). Les œufs se sont développés jusqu'à l'éclosion des larves dans toutes les conditions sauf à 0 °C. Les larves ont éclos après 57 jours à 5 °C, 21-24 jours à 10 °C et 10-11 jours à 15 °C. Le pourcentage moyen d'éclosion des larves varie de 95-99 % à 5, 10 et 15 °C. Après un an à 0 °C, les œufs de ver du phoque n'étaient pas encore éclos. Lorsqu'ils ont ensuite été placés à 18-20 °C, très peu de larves se sont développées et ont éclos (0-6 %). En eau saumâtre et en eau de mer les larves écloses ont survécu 91 jours à 5 °C, 63-67 jours à 10 °C et 43-44 jours à 15 °C. En eau douce, les larves ont survécu 11, 7-8 et 4-5 jours à 5, 10 et 15 °C, respectivement. Ces données suggèrent que les basses températures de l'eau observées récemment au large de la côte est du Canada peuvent avoir un effet sur la transmission du ver du phoque aux premiers hôtes intermédiaires et sur son développement à l'intérieur de ces hôtes. La transmission subséquente aux poissons et la distribution du parasite pourraient aussi être influencées.

HOBERG, E.P., L.N. MEASURES, 1995. Anophryocephalus inuitorum sp.nov. and A. arcticensis sp.nov. (Eucestoda : Tetrabothriidae) in ringed seals (Phoca hispida hispida) and harp seals (Phoca groenlandica) from high-latitude seas of eastern Canada and the Arctic basin. Can. J. Zool., 73: 34-44.

On trouvera ici la description d'Anophryocephalus inuitorum sp. Nov. Et d'A. arcticensis sp. Nov., rencontrés chez des Phoques annelés (Phoca hispida) dans l'est de l'Arctique canadien; la seconde espèce a également été trouvée chez des Phoques du Groenland (Phoca groenlandica) dans le golfe du Saint-Laurent. Anophryocephalus inuitorum s'apparente surtout à A. skrjabini, mais s'en distingue par le nombre plus restreint de ses testicules (14-27) et les dimensions plus réduites des composantes de son strobila, cou (3,0-5,9 mm longueur), sac du cirre (31-70 µm), atrium génital (44-68 µm de diamètre), canal mâle (23-42 µm de longueur). Anophryocephalus arcticensis ressemble à A. nunivakensis par la structure de son scolex, mais s'en distingue facilement par un cou plus long (8,9-14,7 mm de longueur), par son sac du cirre allongé (60-98 x 44-73 µm) à la paroi musculaire beaucoup plus épaisse, par sa glande vitelline plus globuleuse et par la taille plus importante de ses embryophores (29-41 µm de longueur) et de ses oncophères (24-34 µm de longueur). Il s'agit là des premières espèces d'Anophryocephalus jamais trouvées chez des Phocinae dans l'est de l'Arctique canadien; la clé du genre a été amendée de façon à inclure les nouvelles espèces.©1995 Conseil national de recherches Canada

SIDDALL, M.E., L.N. MEASURES, S.S. DESSER, 1995. Seasonal changes in erythrocyte osmotic fragility and haematocrit in American plaice infected with Haemohormidium terranovae. J. Fish Biol., 47: 1-6.

MEASURES, L.N., P. BÉLAND, D. MARTINEAU, S. DE GUISE, 1995. Helminths of an endangered population of belugas, Delphinapterus leucas, in the St. Lawrence Estuary, Canada. Can. J. Zool., 73: 1402-1409.

Les helminthes trouvés chez 38 Bélugas, Delphinapterus leucas, échoués dans l'estuaire et le golfe du St-Laurent entre 1982 et 1993 ont été identifiés. Les espèces trouvées sont Anisakis simplex, Contracaecinea sp., Pseudoterranova sp., Stenurus arctomarinus, Pharurus pallasii, Halocercus taurica (nouvelle mention d'hôte), Halocercus monoceris (nouvelle mention d'hôte), Hadwenius seymouri, Diphyllobothrium sp. Et Bolbosoma sp. (nouvelle mention d'hôte). Des 21 espèces d'helminthes décrites chez les autres populations de bélugas du monde, 7 ont été trouvées chez la population du St-Laurent. Les vers du poumon, comme Halocercus monoceris peuvent être utiles pour l'identification des populations de bélugas de l'Arctique et ils constituent peut-être aussi une cause importante de morbidité et de mortalité chez les jeunes bélugas.©1995 Conseil national de recherches Canada

MEASURES, L.N., H. HONG, 1995. The number of moults in the egg of sealworm, Pseudoterranova decipiens (Nematoda : Ascaridoidea) : an ultrastructural study. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 52 (Suppl. 1): 156-160.

Le nombre de mues dans l'œuf du ver de phoque, Pseudoterranova decipiens (Nematoda : Ascaridoidea) et d'autres ascaridoïdes est controversé. L'analyse d'œufs et de larves libres de ver de phoque par microscopie électronique à transmission a confirmé qu'il se produit seulement une mue dans l'œuf. La cuticule du premier stade larvaire (L1) sur les embryons a été observée pour la première fois dans les œufs incubés en eau de mer à 15 °C le 5e après le prélèvement des œufs dans l'utérus de vers de phoque recueillis dans l'estomac de phoques gris. Il n'y a pas eu d'ecdysis de cette cuticule L1. Une seconde cuticule a commencé à se former sous la cuticule L1 entre le 5e et le 12e jour. La cuticule du second stade larvaire (L2) a continué à se développer et, le 12e, la larve L2 a éclos, enfermée dans la cuticule du premier stade. La cuticule L1 semble s'être partiellement résorbée pendant le développement de la cuticule L2. Cette étude présente la première preuve ultrastructurale sur le nombre de mues qui se produisent dans l'œuf du ver de phoque.

SIDDALL, M.E., S.S. DESSER, L.N. MEASURES, 1994. Light and electron microscopic examination of so-called piroplasms of fishes from Atlantic Canada and systematic revision of the Haemohormiidae (Incertae sedis). J. Parasitol., 80: 1018-1025.

MEASURES, L.N., 1994. Synonymy of Longibucca eptesica with Longibucca lasiura (Nematoda : Rhabditoidea) and new host and geographic records. J. Parasitol., 80: 486-489.

MEASURES, L.N., 1994. Seasonal dynamics of the bat stomach worm, Longibucca lasiura (Nematoda : Rhabditoidea), in Alberta. Can. J. Zool., 72: 791-794.

Des chauve-souris (N=169) de 6 espèces différentes ont été examinées afin d'y inventorier les helminthes en 1988 et 1989, en 4 zones écologiques de l'Alberta (la forêt de trembles, la forêt boréale, la prairie, et la montagne). Longibucca lasiura McIntosh and Chitwood, 1934 a été trouvé chez 40 chauves-souris. La taille de l'échantillon, la prévalence, et l'intensité moyenne (l'étendue) de L. lasiura ont été déterminées chez chacune des espèces de chauves-souris : Myotis lucifugus, N=130, 27 %, 39 (1-121); M. ciliolabrum, N=10, 10 %, 1; Eptesicus fuscus, N=6, 33 %, 12 (2-22); Lasionycteris noctivagans, N=2, 100 %, 22 (5-39). Myotis evotis (N=9) et Lasiurus cinereus (N=3) n'étaient pas contaminées. Longibucca lasiura a été trouvé chez les chauves-souris de toutes les zones écologiques sauf celles de la forêt boréale. Le parasite prévalait chez les chauves-souris actives pendant l'été (juin à août) et au cours de l'hibernation (septembre à avril).©1994 Conseil national de recherches Canada

SIDDALL, M.E., L.N. MEASURES, S.S. DESSER, 1994. Infection with the Piroplasm Haemohormidium terranovae in relation to haematocrit and mortality of American Plaice (Hippoglossoides platessoisdes). Can. J. Fish. Aquat. Sci., 51: 959-964.

MEASURES, L.N., J.-F. GOSSELIN, 1994. Helminth parasites of ringed seal, Phoca hispida, from northern Quebec, Canada. J. Helminthol. Soc. Wash., 61: 240-244.

MEASURES, L.N., 1993. Annotated list of metazoan parasites reported from the blue whale, Balaenoptera musculus. J. Helminthol. Soc. Wash., 60: 62-66.

MEASURES, L., L. BOSSÉ, 1993. Gammarus lawrencianus (Amphipoda) as intermediate host of Echinorhynchus salmonis (Acanthocephala) in an estuarine environment. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 50: 2182-2183.

MEASURES, L.N., 1992. Bolbosoma turbinella (Acanthocephala) in a blue whale, Balaenoptera musculus, stranded in the St. Lawrence Estuary, Quebec. J. Helminthol. Soc. Wash., 59: 206-211.

WONG, P.L., C.M. BARTLETT, L.N. MEASURES, M.A. McNEILL, R.C. ANDERSON, 1990. Synopsis of the parasites of vertebrates of Canada : Nematodes of birds. Alberta Agriculture, Animal Health Division, 44 p.

MEASURES, L.N., M. BEVERLEY-BURTON, A. WILLIAMS, 1990. Three new species of Monocotyle (Monogenea : Monocotylidae) from the stingray, Himantura uarnak (Rajiformes : Dasyatidae) from the Great Barrier Reef : phylogenetic reconstruction, systematics and emended diagnoses. Int. J. Parasitol., 20: 755-767 .