Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Susanne MARK

MARK, S., L. PROVENCHER, E. ALBERT, C. NOZERES, 2010. Cadre de suivi écologique de la zone de protection marine Manicouagan (Québec) : bilan des connaissances et identification des composantes écologiques à suivre. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2914, 135 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le secteur marin au large de la péninsule de Manicouagan a été ciblé comme future zone de protection marine (ZPM) en vue de conserver et protéger cet espace marin productif et diversifié. Dans le cadre du programme Santé des Océans, la Direction régionale des sciences du ministère des Pêches et des Océans doit fournir aux gestionnaires des ZPM (Direction régionale des océans, de l’habitat et des espèces en péril) une recommandation de suivi écologique pour chacune des ZPM. Le développement d’un suivi écologique comprend trois étapes : dresser le portrait de la zone, concevoir le suivi et, enfin, le réaliser. Le présent document traite des deux premières étapes en dressant le portrait de l’écosystème de la ZPM Manicouagan à partir des connaissances disponibles et en ciblant les composantes écologiques à suivre pour évaluer l’atteinte des objectifs de conservation de la ZPM. Deux groupes de composantes ont été sélectionnés : 1) celui des composantes dites représentatives de la ZPM qui permettront d’évaluer la performance de la ZPM dans l’atteinte des objectifs de conservation et 2) celui des composantes qui permettront un suivi de l’état global de l’écosystème de la ZPM et apporteront un support à l’interprétation des indicateurs de performance.

MUNRO, J. (PRÉSIDENT), S. MARK, L. PROVENCHER, E. ALBERT, 2008. Compte rendu des ateliers sur l’élaboration du cadre de suivi écologique de la future zone de protection marine Manicouagan, Québec, le 15 décembre 2006, le 24 janvier 2007, le 7 mars 2007, Mont-Joli ; Proceedings of the workshops held for preparing the ecological monitoring framework of the future Manicouagan Marine Protected Area, Quebec, December 15, 2006, January 24, 2007, March 7, 2007, Mont-Joli. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series, 2008/023, 112 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La zone de protection marine Manicouagan est en voie d’être créée en vertu de la Loi sur les océans. Dès la désignation de la ZPM, un suivi doit être effectué afin de vérifier l’atteinte des objectifs de conservation de la zone, qui visent à maintenir la productivité et la diversité biologique, ainsi qu’assurer une exploitation durable des ressources. La démarche pour développer un plan de suivi a commencé par l’élaboration d’un cadre de suivi écologique, exposant l’information écologique disponible sur la zone et identifiant les programmes de suivi existants et potentiels, ainsi que les connaissances à acquérir. Pour compléter et améliorer le cadre de suivi, trois ateliers traitant respectivement 1) des ressources exploitées, 2) de la productivité et de l’océanographie et 3) de la diversité bio-logique dans le secteur de la ZPM ont eu lieu à l’Institut Maurice-Lamontagne à l’hiver 2006-07. La plupart des participants sont affiliés à la direction régionale des Sciences du MPO. Atelier 1 : À partir de l’information disponible sur les principales ressources exploitées dans la ZPM, les spécialistes recommandent un suivi des populations de buccin et de mye. Plusieurs indicateurs ont été ciblés pour ces espèces. Le monitorage existant du crabe des neiges suffirait pour surveiller l’état de la population dans la ZPM. Atelier 2 : Les connaissances sur l’océanographie biologique à l’échelle de l’estuaire du Saint-Laurent, présentées par les experts, ont servi à émettre des hypothèses quant à la dynamique des eaux dans la ZPM. Les apports d’eau douce des rivières, les vents et les remontées d’eau froide ont été identifiés comme des processus déterminants dans la zone. La grande batture, la baie sous-marine et le talus littoral seraient des secteurs importants pour la productivité. On estime que le phytoplancton (notamment les algues toxiques), les mollusques filtreurs près des estuaires, les herbiers de zostère, les marais salés et les poissons juvéniles contribuent considérablement à la productivité de la région. Les experts recommandent de suivre les organismes produits dans le milieu, principalement les organismes sédentaires, constamment soumis aux conditions propres à la ZPM. Les pressions environnementales agissant sur les composantes clés ont été considérées, et un besoin de connaître et de suivre le niveau de contamination des sédiments a été identifié. Atelier 3 : Les connaissances actuelles sur la diversité biologique de la ZPM ont été exposées. Les herbiers de zostères, les marais salés et les communautés dominées par des mollusques sont importants pour la diversité de la zone littorale. La diversité des poissons de fond semble élevée dans la ZPM. Pour l’ensemble de la ZPM, des assemblages d’épibenthos ont été cartographiés. Les connaissances en eau profonde demeurent limitées, mais les experts estiment que l’endobenthos et le suprabenthos y constituent des groupes importants. Le crabe des neiges, présent presque partout dans la ZPM, peut agir comme prédateur structurant dans les communautés benthiques. La géologie du secteur et les problèmes d’érosion des berges ont fait l’objet d’une présentation, tout comme l’utilisation possible des biomarqueurs et de la génétique lors des suivis. Dans l’ensemble, un suivi écosystémique où l’on considère les composantes clés est accepté par les experts, mais la distribution et l’intensité des pressions environnementales doivent également être prises en compte dans l’approche globale. Pour d’éventuelles espèces indicatrices, les espèces peu mobiles et à développement direct sont à favoriser.

MARK, S., L. PROVENCHER, J. MUNRO, 2003. Approach for the assessment and monitoring of marine ecosystem health with application to the Mya-Macoma community. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2491, 78 p .

Cliquer pour voir tout le texte

Ce rapport élabore une méthodologie pour le suivi et l'évaluation de la santé de l'écosystème au niveau des communautés biologiques de la zone littorale. Nous présentons au départ le concept de santé de l'écosystème. Ensuite, nous décrivons la méthode permettant de produire une suite d'indicateurs, suivant quatre étapes principales. Premièrement nous identifions les problématiques principales affectant une communauté spécifique. Deuxièmement nous déterminons les propriétés écologiques susceptibles d'être touchées à différents niveaux de l'écosystème. Troisièmement nous suggérons des indicateurs potentiels de ces propriétés pour la communauté à Mya-Macoma. Quatrièmement, nous explorons l'établissement d'objectifs et de points de référence nécessaires pour une évaluation. Au cours de ces étapes, des définitions et des concepts pertinents sont présentés. Suite à cet exercice, nous évaluons les indicateurs suggèrent pour la communauté à Mya-Macoma selon un ensemble de critères et nous proposons une suite d'indicateurs pour chaque problématique principale affectant cette communauté (pêche, contamination, altération d'habitat et changement climatique). Le processus fait ressortir la nécessité d'établir des priorités à chaque étape, limitant par conséquent le nombre de paramètres nécessaires pour suivre les composantes importantes de l'écosystème et leur fonction. Le travail présenté dans ce rapport cible la communauté à Mya-Macoma mais l'approche proposée peut aussi être appliquée à d'autres communautés ou à un autre niveau de l'écosystème.