Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Caroline MARCHAND

MARCHAND, C., Y. SIMARD, Y. GRATTON, 1999. Concentration of capelin (Mallotus villosus) in tidal upwelling fronts at the head of the Laurentian Channel in the St. Lawrence Estuary. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 56 : 1832-1848 .

En 1994 et 1995, le monitorage continu des caractéristiques physiques et l'échointégration furent employés pour détecter des agrégations de capelan (Mallotus villosus) dans la partie supérieure de la colonne d'eau en relation avec des fronts thermiques, ainsi que pour examiner la dynamique sur un cycle de marée dans une région de résurgence à la tête du chenal Laurentien. Au cours des quatre missions, des agrégations de poissons ont été notées dans 72 % des fronts croisés (n=61), résultant de la résurgence périodique d'eau froide. Pendant le cycle de marée, peu de biomasse de poissons fut détectée à marée haute lors de la résurgence de la couche intermédiaire froide (< 2 °C); 90 % de la biomasse de capelan de 2 ans a été détectée dans les eaux plus chaudes que 2 °C. Les proies zooplanctoniques du capelan étaient essentiellement concentrées dans le chenal Laurentien et généralement en nombre très faible au-dessus des zones moins profondes qui l'entourent et où les fronts se manifestent. Leur concentration n'a pas montré d'augmentation aux fronts à aucune phase de la marée. Les quelques concentrations de zooplancton détectées par le compteur optique de particules ne coïncidaient pas avec les structures physiques ni avec les concentrations de poissons. L'index de remplissage des estomacs et les contenus stomacaux des capelans pêchés dans les fronts ne différaient pas de ceux des capelans pêchés ailleurs. Ces agrégations frontales de capelan semblent être plus dictées par une réponse à un seuil de basses températures que par des interactions trophiques basées sur une densité de proies plus élevée.