Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Pierre LAROUCHE

PETTIGREW, B., P. LAROUCHE, D. GILBERT, 2011. Validation des images composites des températures de surface produites au laboratoire de télédétection de l’Institut Maurice- Lamontagne. Rapp. tech. can. hydrogr. sci. océan., 270, 39 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un système opérationnel entièrement automatisé ayant la charge de produire des images composites des températures de surface (SST) des eaux canadiennes a été élaboré au laboratoire de télédétection de l’Institut Maurice-Lamontagne (IML) à partir de données du capteur Advanced Very High Resolution Radiometer (AVHRR). Des températures de surface de l’eau mesurées in situ provenant de six stations réparties dans l’estuaire et le golfe du St-Laurent ont servi à la validation des images composites pour la période allant d’août 1995 à août 2004. Pour l’ensemble des stations nous avons calculé les statistiques des différences entre les moyennes SST et les moyennes de températures in situ pour des périodes de 1, 7 et 15 jours et nous avons obtenu respectivement les valeurs moyennes (écarts-types) de -0,26 °C (1,06 °C), -0,21 °C (0,90 °C) et -0,13 °C (0,84 °C). D’autre part, les résultats montrent que la précision des moyennes journalières est fortement corrélée avec le nombre de mesures composant ces moyennes ; toutefois, à la plupart des stations, cette corrélation diminue rapidement pour les moyennes de 7 et 15 jours. Finalement, nous avons estimé, au niveau de confiance à 95 %, l’erreur maximale absolue journalière et hebdomadaire à pratiquement toutes les stations.

GALBRAITH, P.S., J. CHASSÉ, D. GILBERT, P. LAROUCHE, D. BRICKMAN, B. PETTIGREW, L. DEVINE, A. GOSSELIN, R.G. PETTIPAS, C. LAFLEUR, 2011. Physical oceanographic conditions in the Gulf of St. Lawrence in 2010 ; Conditions océanographiques physique dans le golfe du Saint-Laurent en 2010. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2011/045, 86 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le présent document donne un aperçu des conditions d’océanographie physique qui ont prévalu dans le golfe du Saint-Laurent en 2010. Les températures de l’air moyennées de janvier à mars, d’octobre à décembre, ainsi qu’annuellement ont atteint des niveaux records. L’apport d’eau douce mensuel moyen mesuré à Québec a été normal pour l’ensemble de l’année 2010, mais a été supérieur à la moyenne au cours de l’hiver et l’automne, ce qui fut compensé par une crue printanière presque absente. Les températures de l’eau près de la surface ont été normales ou supérieures à la normale dans l’ensemble du golfe pendant tous les mois de l’année, à l’exception de la région de la cuvette de Mécatina et du chenal Esquiman au cours du mois de juin. Le volume maximal des glaces dans le Golfe s’est établi à 11 km³, une valeur minimum depuis 1969. La durée de la saison de glace 2009-2010 a été plus courte que la normale et était associée à une fonte précoce. Les entrées hivernales d’eaux froides et salées du plateau du Labrador ont rempli entièrement la cuvette de Mécatina au cours de l’hiver 2010. La propagation de cette intrusion s’est davantage limitée près du détroit de Belle Isle et de la côte nord comparativement aux conditions observées en 2009, se traduisant par un volume global plus faible (809 km³). Ce faible volume a néanmoins représenté 29 % de la couche hivernale de surface plus froide que – 1 °C. Le volume de cette couche hivernale, sélectionnée avec un critère moins strict de la température, sous 0 °C au lieu de – 1 °C, était de 13 900 km³ (excluant l’estuaire). C’est une valeur supérieure de 0,7 fois l’écart type à la moyenne de la période 1996-2009, et correspondait à 42 % du volume d’eau total présent dans le Golfe. Cependant, la couche de surface hivernale était chaude, autour de 1 °C au dessus du point de congélation. Ce fut la première fois en 15 ans de monitorage hivernal que de telles conditions ont été observées. L’indice de la CIF (couche intermédiaire froide) d’été pour 2010 s’est établi à – 0,04 °C, ce qui est comparable aux conditions observées en 2000 et représente une forte augmentation (de 0,38 °C) par rapport à l’été 2009. Sur le Plateau madelinien, aucune partie du fond n’était couverte par des eaux de température < 0 °C en septembre 2010, tel qu’observé aussi en 2005, 2006, 2007 et 2009. Les profils régionaux de la CIF d’août et de septembre indiquent que les couches où T < 1 °C et < 0 °C ont été beaucoup plus minces dans la plupart du Golfe en 2010 comparativement à 2009 et que la température minimale était en général supérieure dans l’ensemble du Golfe. Les températures dans la colonne d’eau observées en mars 2010 ont été caractérisées par une couche de surface très épaisse dans la plupart des régions, mais particulièrement chaude, et caractérisée par une épaisse intrusion d’eaux du Golfe dans l’Estuaire. Dès le mois de juin, la CIF s’était amincie vers des épaisseurs normales mais avait encore des températures minimales au dessus de la normale. Le taux de réchauffement de la CIF a semblé plus faible qu’habituellement car les températures minimales de la CIF étaient près de la normale dès le mois d’août dans certaines régions, et davantage en novembre. Les eaux profondes de l’estuaire qui étaient chaudes en 2009 ont été remplacées par des eaux plus froides que la normale dès juin 2010. Des eaux très chaudes occupaient le détroit de Cabot en juin à 250 m, la profondeur du maximum de température, et il y a des signes que la partie supérieure de ces eaux a été échantillonnée en mars. Ces eaux chaudes étaient encore présentes dans le détroit de Cabot durant les relevés d’août et de novembre. Dans l’ensemble, la température a été généralement sous la normale à une profondeur allant de 200 à 300 m, tandis que la salinité était sous la normale de 150 à 300 m. Les températures à 300 m ont globalement augmenté légèrement, mais de façon significative au détroit de Cabot (par 1 écart-type) où l’anomalie atteignait +1 écart-type. La salinité à 200 m et 300 m a diminué globalemnt de 0,6 écart-type mais a augmenté au détroit de Cabot pour atteindre +0,6 écart-type à 200 m. Les eaux profondes de l’estuaire devraient se refroidir durant les deux prochaines années, l’anomalie chaude présente en 2010 dans le détroit de Cabot qui devrait remonter le chenal Laurentien vers l’estuaire par la suite. La couche de surface était épaisse et très chaude en novembre 2010, plus chaude même que les conditions de novembre 2009 qui étaient précurseurs de l’hiver record de 2010.

SMIRNOV, A., B.N. HOLBEN, D.M. GILES, I. SLUTSKER, I., N.T. O'NEILL, T.F., ECK, A. MACKE, P. CROOT, Y. COURCOUX, S.M. SAKERIN, T.J. SMYTH, T. ZIELINSKI, G. ZIBORDI, G., J.I. GOES, M.J. HARVEY, P.K. QUINN, N.B. NELSON, V.F. RADIONOV, C.M. DUARTE, R. LOSNO, J. SCIARE, K.J. VOSS, S. KINNE, N.R. NALLI, E. JOSEPH, K. KRISHNA MOORTHY, D.S. COVERT, S.K. GULEV, G. MILINEVSKY, P. LAROUCHE, S. BÉLANGER, E. HORNE, M. CHIN, L.A. REMER, R.A. KAHN, J.S. REID, M. SCHULZ, C.L. HEALD, J. ZHANG, K. LAPINA, R.G. KLEIDMAN, J. GRIESFELLER, B.J. GAITLEY, Q. TAN, T.L. DIEHL, 2011. Maritime Aerosol Network as a component of AERONET : first results and comparison with global aerosol models and satellite retrievals. Atmos. Meas. Tech. Discuss., 4(1): 1-32.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The Maritime Aerosol Network (MAN) has been collecting data over the oceans since November 2006. Over 80 cruises were completed through early 2010 with deployments continuing. Measurements areas included various parts of the Atlantic Ocean, the 5 Northern and Southern Pacific Ocean, the South Indian Ocean, the Southern Ocean, the Arctic Ocean and inland seas. MAN deploys Microtops hand-held sunphotometers and utilizes a calibration procedure and data processing traceable to AERONET. Data collection included areas that previously had no aerosol optical depth (AOD) coverage at all, particularly vast areas of the Southern Ocean. The MAN data archive provides 10 a valuable resource for aerosol studies in maritime environments. In the current paper we present results of AOD measurements over the oceans, and make a comparison with satellite AOD retrievals and model simulations.©2011 Copernicus Publications on behalf of the European Geosciences Union

GALBRAITH, P.S., P. LAROUCHE, 2011. Sea-surface temperature in Hudson Bay and Hudson Strait in relation to air temperature and ice cover breakup, 1985-2009. J. Mar. Syst., 87(1) 66-78.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Sea-surface weekly average temperatures derived from NOAA–AVHRR remote sensing data are analyzed for the period 1985–2009 for Hudson Bay and Hudson Strait, and compared to weekly ice cover data obtained from the Canadian Ice Service for the period 1971–2009 as well as to monthly average air temperature at four stations around Hudson Bay and to four around Hudson Strait. Results show a decreasing trend in the breakup date of the sea-ice in Hudson Strait of 5.6 days per decade since 1971 as well as an interannual variability of 5 °C in the Hudson Bay average SST in August between extreme years. There is good correlation in Hudson Bay between average SST in August and average air temperature anomalies at four meteorological weather stations (R2=0.80) and with the percentage of open water from June to August (R2=0.80). Climatology for SST of the warmest week of the year is presented, and the variability of different regions within Hudson Bay is discussed. One area in southwestern Hudson Bay is shown to exhibit the highest interannual variability, having nearly the warmest surface waters in some years and nearly the coldest in others. The historical observed variability of SST and ice cover is compared to expected changes in the literature that are associated with climate change.©2011 Elsevier B.V.

DJAGOUA, E.V, P. LAROUCHE, J.B. KASSI, K. AFFIAN, B. SALEY, 2011. Seasonal and inter-annual variability of the chlorophyll concentration in the coastal area of Gulf of Guinea using SeaWIFS images. Int. J. Remote Sens., 32(14): 3851-3874.

GALBRAITH, P.S., P. LAROUCHE, 2011. Reprint of "Sea-surface temperature in Hudson Bay and Hudson Strait in relation to air temperature and ice cover breakup, 1985-2009". J. Mar. Syst., 88(3) 463-475.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Sea-surface weekly average temperatures derived from NOAA-AVHRR remote sensing data are analyzed for the period 1985-2009 for Hudson Bay and Hudson Strait, and compared to weekly ice cover data obtained from the Canadian Ice Service for the period 1971-2009 as well as to monthly average air temperature at four stations around Hudson Bay and to four around Hudson Strait. Results show a decreasing trend in the breakup date of the sea-ice in Hudson Strait of 5.6 days per decade since 1971 as well as an interannual variability of 5 °C in the Hudson Bay average SST in August between extreme years. There is good correlation in Hudson Bay between average SST in August and average air temperature anomalies at four meteorological weather stations (R2=0.80) and with the percentage of open water from June to August (R2=0.80). Climatology for SST of the warmest week of the year is presented, and the variability of different regions within Hudson Bay is discussed. One area in southwestern Hudson Bay is shown to exhibit the highest interannual variability, having nearly the warmest surface waters in some years and nearly the coldest in others. The historical observed variability of SST and ice cover is compared to expected changes in the literature that are associated with climate change. © 2011 Published by Elsevier B.V.

DUFOUR, R., H. BENOIT, M. CASTONGUAY, J. CHASSÉ, L. DEVINE, P. GALBRAITH, M. HARVEY, P. LAROUCHE, S. LESSARD, B. PETRIE, L. SAVARD, C. SAVENKOFF, L. ST-AMAND, M. STARR, 2010. 2010 Canadian marine ecosystem status and trends report. Advis. Sec. Sci. Advis. Rep. 2010/030(Revised), 38 p.

Cliquer pour voir tout le texte

GALBRAITH, P.S., R.G. PETTIPAS, J. CHASSÉ, D. GILBERT, P. LAROUCHE, B. PETTIGREW, A. GOSSELIN, L. DEVINE, C. LAFLEUR, 2010. Physical Oceanographic Conditions in the Gulf of St. Lawrence in 2009 Conditions d’océanographie physique dans le golfe du Saint-Laurent en 2009. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2010/035, 77 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Lle présent document donne un aperçu des conditions d’océanographie physique qui ont prévalu dans le golfe du Saint-Laurent en 2009. La moyenne des températures de l’air établie pour la période allant de janvier à mars a été près de la normale, ce qui a contribué à la formation d’une couverture de glace qui est demeurée juste sous la normale climatologique. En général, les températures de l’air ont été normales ou supérieures à la normale pendant le reste de l’année. L’apport d’eau douce mensuel moyen mesuré à Québec a été normal pour l’ensemble de l’année 2009, mais a été supérieur à la moyenne au cours du mois de juillet et inférieur à la normale à l’automne. Les températures de l’eau près de la surface ont été en général supérieures à la normale dans l’ensemble du golfe à l’exception du nord-ouest du Golfe et de l’Estuaire au cours des mois de juin, et partout en août. Le volume maximal des glaces dans le Golfe et sur le Plateau néo-écossais s’est établi à 65 km³, une valeur sous la normale selon de nouvelles estimations de volumes de glace pour la période s’étendant de 1971 à 2000. La durée de la saison de glace a été plus longue que la normale dans l’Estuaire, normale dans le centre du Golfe et le détroit de Cabot, et plus courte ailleurs. Ceci était associée à une variabilité dans la date d’englacement, la fin de la saison étant normale partout. Les entrées hivernales d’eaux froides et salées du plateau du Labrador ont rempli entièrement la cuvette de Mécatina au cours de l’hiver 2009. La propagation de cette intrusion s’est davantage limitée près de la côte comparativement aux conditions observées en 2008, se traduisant par un volume global plus faible (1270 km³), similaire aux valeurs observées en 2002. Le volume de la couche mélangée d’eau froide d’hiver s’est établi à 14 000 km³, une valeur supérieure de 0,7 fois l’écart type à la moyenne de la période 1996-2009, et correspondait à 42 % du volume d’eau total présent dans le Golfe. L’indice de la CIF (couche intermédiaire froide) d’été pour 2009 s’est établi à - 0,42 °C, ce qui est comparable aux conditions très froides observées en 2002, 2004, 2005 et 2007 et représente une forte augmentation (de 0,32 °C) par rapport à l’été 2008. Sur le Plateau madelinien, presque qu’aucune proportion du fond a été couverte par des eaux de température < 0 °C en septembre 2009, telle qu’observé aussi en 2005, 2006 et 2007. Les profils régionaux de la CIF d’août et de septembre indiquent que les couches où T < 1 °C et < 0 °C ont été beaucoup plus minces dans la plupart des parties du Golfe en 2009 comparativement à 2008 et que la température minimale était en général supérieure dans l’ensemble du Golfe. Dans le nord du Golfe, la superficie couverte par des eaux de faibles températures (< 1 °C) a diminuée en août 2009 par rapport à août 2008. Les températures dans la colonne d’eau observées en mars 2009 ont été caractérisées par une couche de surface froide très épaisse dans la plupart des régions, et particulièrement par une épaisse intrusion des eaux froides du Golfe dans l’Estuaire. Dès le mois de juin, l’épaisseur de la CIF s’était amincie vers des conditions normales et la tendance au réchauffement s’est maintenue jusqu’en août, plus particulièrement sur le Plateau madelinien. En octobre-novembre, les conditions de la CIF était normales presque partout, sauf dans l’Estuaire et le nord-ouest du Golfe où la CIF était profonde ainsi que la couche de surface mélangée. Dans l’ensemble, les températures et la salinité ont été généralement normales à une profondeur allant de 150 à 200 m, et sous la normale à 250 et 300 m. Les températures et la salinité à 300 m ont diminué pour une troisième année consécutive pour atteindre des valeurs sous la normale, composées d’eaux de température normale dans l’Estuaire et le nord-ouest du Golfe et à des températures plus froides dans le centre et s’écoulant dans le Golfe depuis le détroit de Cabot. Cette anomalie froide poursuivra son cours vers l’Estuaire dans les prochaines années.

DUFOUR, R., H. BENOIT, M. CASTONGUAY, J. CHASSÉ, L. DEVINE, P. GALBRAITH, M. HARVEY, P. LAROUCHE, S. LESSARD, B. PETRIE, L. SAVARD, C. SAVENKOFF, L. ST-AMAND, M. STARR, 2010. Rapport sur l'état et les tendances des écosystèmes marins canadiens en 2010. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Avis scientifique, 2010/030(révisé), 43 p.

Cliquer pour voir tout le texte

DUFOUR, R., H. BENOIT, M. CASTONGUAY, J. CHASSÉ, L. DEVINE, P. GALBRAITH, M. HARVEY, P. LAROUCHE, S. LESSARD, B. PETRIE, L. SAVARD, C. SAVENKOFF, L. ST-AMAND, M. STARR, 2010. Ecosystem status and trends report: Estuary and Gulf of St. Lawrence ecozone. Rapport sur l’état et les tendances des écosystèmes : écozone de l’estuaire et du golfe du Saint Laurent. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche; 2010/030, 193 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le présent document a été produit dans la foulée du programme national sur l'état et les tendances des écosystèmes et traite de l'écozone de l'estuaire et du golfe Saint-Laurent. Il s'articule autour de l'état et des tendances de plusieurs espèces marines ainsi que de certaines variables physico-chimiques importantes de l'écosystème. Le rapport national sur l'état et les tendances des écosystèmes servira à établir les priorités pour un programme national sur la biodiversité et intègrera de l'information écosystémique de portée nationale et provinciale. Il traitera de nombreuses écozones terrestres et marines d'envergure.

LAROUCHE, P., U. BOYER-VILLEMAIRE, 2010. Suspended particulate matter in the St. Lawrence estuary and Gulf surface layer and development of a remote sensing algorithm. Estuar. Coast. Shelf Sci., 90:241-249.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Remote sensing of chlorophyll concentration is potentially affected by the presence of inorganic matter in the water column. Seasonal variability of total suspended particulate matter (SPM) concentration and its partition into organic and inorganic fractions was thus measured in the estuary and Gulf of St. Lawrence during five cruises. These measures were made in the surface layer down to the depth of the 0.1% light level. Results indicate that vertical variability was small for the entire study area. Data analysis lead to the definition of two main regions having different SPM characteristics: 1) the estuary zone characterized by a strong spatial variability, intermediate SPM concentrations and a clear spring phytoplankton bloom that is combined to an increased inorganic matter load; 2) the gulf region characterized by a relatively low SPM concentration and phytoplankton blooms in the spring and fall periods. Combined with in situ measurements of remote sensing reflectances, the database was used to validate existing inorganic matter retrieval algorithms and develop a new one better adapted to the low concentrations encountered in the St. Lawrence estuary and Gulf. ©2010 Published by Elsevier Ltd.

GALBRAITH, P., R.G. PETTIPAS, J. CHASSÉ, D. GILBERT, P. LAROUCHE, B. PETTIGREW, A. GOSSELIN, L. DEVINE, C. LAFLEUR, 2009. Physical oceanographic conditions in the Gulf of St. Lawrence in 2008 ; Conditions d’océanographie physique dans le golfe du Saint-Laurent en 2008. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2009/014, 73 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le présent document donne un aperçu des conditions d’océanographie physique qui ont prévalu dans le golfe du Saint-Laurent en 2008. La moyenne des températures de l’air établie pour la période allant de janvier à mars a été près de la normale, ce qui a contribué à la formation d’une couverture de glace qui est demeurée près de la moyenne climatologique. En général, les températures de l’air ont été normales ou supérieures à la normale pendant le reste de l’année. L’apport d’eau douce mensuel moyen mesuré à Québec a été normal pour l’ensemble de l’année 2008, mais a été supérieur à la moyenne au cours de l’été et inférieur à la moyenne à l’automne. L’apport important d’eau douce en été a contribué à une stratification supérieure à la normale. Les températures de l’eau près de la surface ont été en général supérieures à la normale dans l’ensemble du golfe au cours des mois de mai, de juillet et de novembre, sur le Plateau madelinien au mois de juin ainsi que dans le nord du golfe du mois d’août au mois d’octobre. En août, les secteurs situés dans le nord du golfe ont affiché des anomalies positives, tandis que ceux situés dans le sud ont présenté des anomalies négatives. Cela a provoqué l'occurrence inhabituelle de températures plus élevées en juillet qu’en août dans les eaux entourant l’Île-du-Prince-Édouard et celles du détroit de Northumberland, en 2008. Sur le Plateau madelinien, une grande proportion du fond a été couverte par des eaux de température < 0 °C en septembre 2008, ce qui rappelle la période froide observée dans les années 1990 et contraste avec les conditions enregistrées en septembre 2005, 2006 et 2007, alors que de telles eaux froides étaient absentes. Le volume maximal des glaces dans le golfe et sur le Plateau néo-écossais s’est établi à 81 km<sup3, une valeur près de la normale selon de nouvelles estimations de volumes de glace pour la période s’étendant de 1971 à 2000. La glace est apparue tôt en saison et est demeurée plus tard que la normale (environ huit semaines de plus sur le Plateau madelinien). Les arrivées hivernales d’eaux froides et salées du plateau du Labrador ont rempli entièrement la fosse de Mécatina au cours de l’hiver 2008. La propagation de cette intrusion s’est davantage limitée près de la côte comparativement aux conditions observées en 2007, se traduisant par un volume global plus faible (1850 km3), similaire aux valeurs observées en 2001 et en 2006. Le volume de la couche mélangée d’eau froide d’hiver s’est établi à 13 700 km3, une valeur supérieure de 0,8 fois l’écart type à la moyenne de la période 1996-2008, et correspondait à 41 % du volume d’eau total présent dans le golfe. L’indice de la CIF (couche intermédiaire froide) d’été pour 2008 s’est établi à - 0,70 °C, ce qui est comparable aux conditions très froides observées en 2003 et représente une forte diminution (de 0,47 °C, par rapport à l’été 2007. Les profils régionaux de la CIF d’août et de septembre indiquent que les couches où T < 1 °C et < 0 °C ont été beaucoup plus épaisses dans la plupart des parties du golfe en 2008 comparativement à 2007 et que la température minimale était en général inférieure dans l’ensemble du golfe. Dans le nord du golfe, la superficie couverte par des eaux de faibles températures (de < -1 °C à < 1 °C) s’est accrue en août 2008 par rapport à août 2007. Les températures dans la colonne d’eau observées en juin 2008 ont été caractérisées par une CIF très épaisse et froide dans la plupart des régions, sauf dans l’estuaire, et par des eaux profondes chaudes dans l’estuaire et le nord-ouest du golfe. Ce profil global s’est maintenu en août et en septembre. En octobre et novembre, la CIF était toujours épaisse et froide, tandis que les eaux situées au-dessus de la CIF étaient anormalement chaudes. Dans l’ensemble, les températures et la salinité ont été généralement normales à une profondeur allant de 150 à 300 m, exception faite des températures légèrement inférieures à la normale (de 0,6 fois l’écart type) observées à 150 m attribuables à l’épaisseur accrue de la CIF. Les températures et la salinité dans cette gamme de profondeurs ont diminué pour une deuxième année consécutive. Les températures de l’eau étaient près de la normale dans l’ensemble du golfe à 300 m, composées d’eaux plus chaudes dans l’estuaire, à des températures près de la normale dans les secteurs du nord-ouest et du centre et à des eaux plus froides s’écoulant dans le golfe depuis le détroit de Cabot.

MATSUOKA, A., P. LAROUCHE, M. POULIN, VINCENT, W., H. HATTORI, 2009. Phytoplankton community adaptation to changing light levels in the southern Beaufort Sea, Canadian Arctic. Estuar. Coast. Shelf Sci., 82(3): 537-546.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The chlorophyll a specific absorption coefficient of phytoplankton, a*φ(λ) is an important parameter to determine for primary production models and for the estimation of phytoplankton physiological condition. Knowledge of this parameter at high latitudes where nutrient rich cold water submitted to low incident light is a common environment is almost nonexistent. To address this issue, we investigated the light absorption properties of phytoplankton as a function of irradiance, temperature, and nutrients using a large data set in the southern Beaufort Sea during the open water to ice cover transition period. The a*φ(λ) tended to increase from autumn when open water still existed to early winter when sea ice cover was formed, resulting from a biological selection of smaller-size phytoplankton more efficient to absorb light. There was no significant correlation between a*φ(λ) and irradiance or temperature for both seasons. However, a*φ(λ) showed a significant positive correlation with NO3 + NO2. Implications of the results for phytoplankton community adaptation to changing light levels are discussed. ©2009 Elsevier Ltd.

SMIRNOV, A., B.N. HOLBEN, I. SLUTSKER, D.M. GILES, C.R. McCLAIN, T.F. ECK, S.M. SAKERIN, A. MACKE, P. CROOT, G. ZIBORDI, P.K. QUINN, J. SCIARE, S. KINNE, M. HARVEY, T.J. SMYTH, S. PIKETH, T. ZIELINSKI, A. PROSHUTINSKY, J.I. GOES, N.B. NELSON, P. LAROUCHE, V.F. RADIONOV, P. GOLOUB, K. KRISHNA MOORTHY, R.B., R. MATARRESE, E.J. ROBERTSON, F. JOURDIN, 2009. Maritime aerosol network as a component of aerosol robotic network. J. Geophys. Res. (D Atmospheres), 114(6), art. no. D06204, 10 p.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The paper presents the current status of the Maritime Aerosol Network (MAN), which has been developed as a component of the Aerosol Robotic Network (AERONET). MAN deploys Microtops handheld Sun photometers and utilizes the calibration procedure and data processing (Version 2) traceable to AERONET. A web site dedicated to the MAN activity is described. A brief historical perspective is given to aerosol optical depth (AOD) measurements over the oceans. A short summary of the existing data, collected on board ships of opportunity during the NASA Sensor Intercomparison and Merger for Biological and Interdisciplinary Oceanic Studies (SIMBIOS) Project is presented. Globally averaged oceanic aerosol optical depth (derived from island-based AERONET measurements) at 500 nm is ˜0.11 and Angstrom parameter (computed within spectral range 440-870 nm) is calculated to be ˜0.6. First results from the cruises contributing to the Maritime Aerosol Network are shown. MAN ship-based aerosol optical depth compares well to simultaneous island and near-coastal AERONET site AOD.©2009 American Geophysical Union

GALBRAITH, P.S., D. GILBERT, R.G. PETTIPAS, J. CHASSÉ, C. LAFLEUR, B. PETTIGREW, P. LAROUCHE, L. DEVINE, 2008. Physical oceanographic conditions in the Gulf of St. Lawrence in 2007 ; Conditions d'océanographie physique dans le golfe Saint-Laurent en 2007. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2008/001, 59 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les conditions d’océanographie physique dans le golfe du Saint-Laurent en 2007 sont brièvement présentées. Les températures de l'air étaient généralement normales, ou inférieures à la normale, dans les parties ouest du Golfe. Par contre elles n’ont été sous les normales mensuelles qu’en avril et mai dans les parties est du Golfe. Moyennée sur toute l’année sur l’ensemble du Golfe, la température de l’air était normale. Le débit mensuel d’eau douce à Québec a été sous la normale durant toute l’année 2007. Les températures de surface de l’eau ont été plus froides en 2007 qu’en 2006. Des redoux au début janvier et encore en février ont causé des températures de surface au-dessus du point de congélation dans l'estuaire. Les maximums de température de surface estivale sont survenus plus tôt que la normale et ont été suivis d’un refroidissement plus hâtif. Les températures de surface ont alors été généralement sous la normale pour le reste de l’année sauf en octobre dans l’estuaire. Sur le Plateau madelinien, il n’y a presque pas eu d’eau plus froide que 0 °C au mois de septembre. Le volume de glace de mer durant l’hiver a été sous la normale, mais quand même beaucoup plus qu’en hiver 2006. L'intrusion hivernale d’eau froide et salée par le détroit de Belle Isle a occupé la fosse de Mecatina de la surface jusqu’au fond. L'étendue de l'intrusion était similaire à celle de 2006, bien que son volume en fût beaucoup plus grand et semblable à celui observé en 2004. Le volume de la couche mélangée d’eau froide hivernale était de 13100 km3, légèrement au-dessus de la moyenne 1997-2007, et correspondait à 39 % du volume d’eau total dans le Golfe. Cette couche mélangée plus profonde qu’en hiver 2006 s’est traduite par une baisse de 0,44 °C de l'indice de la couche intermédiaire froide (CIF) pour l’été 2007, après trois années consécutives de hausses. Celui-ci a atteint - 0,23 °C, similaire aux conditions de 2004. La distribution régionale de la CIF indique que les couches sous 1 °C et 0 °C étaient plus épaisses dans le nord du Golfe en été 2007 qu’en 2006, et que le minimum de température était aussi généralement plus froid presque partout. La distribution saisonnière et régionale de la température de la colonne d’eau montre que la période de juin était relativement près des normales climatologiques de 1971-2000 à toutes les profondeurs, exception faite de l’épaisse et froide CIF dans le chenal Anticosti et des eaux profondes chaudes dans le nord-ouest. Ce patron a persisté en août et septembre mais les conditions sont revenues à la normale à la fin de l’automne, excepté pour la couche mélangée de surface chaude dans le nord-ouest et les eaux de surface chaudes sur le Plateau madelinien et dans le détroit de Cabot. Moyennées annuellement et pour l’ensemble du Golfe, la température et la salinité de 150 à 300 m étaient normales en 2007. Spatialement, cette normale à 300 m était composée d’eaux plus chaudes que la normale dans la région de l’estuaire, d’eaux de températures normales dans le centre plus, et d’eaux froides que la normale dans le détroit de Cabot. L'épaisseur de la couche de surface froide mesurée lors de la mission de mars 2008 nous laisse prévoir des conditions estivales 2008 de la CIF légèrement plus froide qu’en 2007, avec un indice de -0,47 °C .

DONIOL-VALCROZE, T., D. BERTEAUX, P. LAROUCHE, R. SEARS, 2008. Influence of thermal fronts on habitat selection by four rorqual whale species in the Gulf of St. Lawrence. Mar. Ecol. Prog. Ser., 335: 207-216.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Understanding the factors influencing habitat selection is critical to improving management and conservation plans for large whales. Many studies have linked the distribution of cetaceans to basic environmental features such as underwater topography and sea surface temperature (SST), but the mechanisms underlying these relationships are poorly understood. Dynamic mesoscale processes like thermal fronts are prime candidates to link physiographic factors to whale distribution because they increase biological productivity and aggregate prey. However, previous studies of large whales have found little evidence of such associations, possibly because they were not at the appropriate spatio-temporal scales. We quantified the relationship between SST fronts and the distribution of blue Balaenoptera musculus, finback B. physalus, humpback Megaptera novaeangliae and minke B. acutorostrata whales in the northern Gulf of St. Lawrence. We compared the distribution of 1094 whale sightings collected from boat surveys conducted in 1996 to 2000 to the locations of frontal areas determined from 61 satellite maps. The distributions of whales and thermal fronts were highly correlated (random resampling and Mantel tests of matrix similarity). Spatial distributions differed among species, probably reflecting differences in feeding strategies. Identification of surface fronts from satellite imagery thus effectively complemented field observations of whales. These findings significantly increase our understanding of habitat quality in rorqual whales, and encourage a greater use of dynamic environmental variables in future studies of whale habitat use. ©2007 Inter-Research

BÉLANGER, S., M. BABIN, P. LAROUCHE, 2008. An empirical ocean color algorithm for estimating the contribution of chromophoric dissolved organic matter to total light absorption in optically complex waters. J. Geophys. Res. (C Oceans), 113(4), art. no C04027, 14 p.

[Résumé disponible seulement en anglais]
To estimate the depth-integrated rate of photochemical processes involving chromophoric dissolved organic matter (CDOM) in coastal waters, the contribution of CDOM to the total absorption coefficient must be known from UV to green. At 307 sites sampled in various coastal marine environments, the ratio between CDOM and the total absorption coefficient ([aCDOM/at]) at 412 nm was found to vary over a wide range, from 0.20 to 0.95. An empirical algorithm was developed to retrieve [aCDOM/at ](412) from satellite remote sensing reflectance. The absolute uncertainty on the [aCDOM/at ] retrieval was 0.14. As exemplified with the data from the Baltic and North Seas, the algorithm provides a means to distinguish the contribution of CDOM to the absorption coefficient of colored detrital material (i.e., CDM = CDOM + nonalgal particles) at the regional scale. The implications of the variability in the magnitude and spectral shape of [aCDOM/at ] for the assessment of depth-integrated production of any photoproducts involving CDOM photolysis are discussed in details. We applied the algorithm to a Sea-viewing Wide Field-of-View Sensor (SeaWiFS) image of the Southeastern Beaufort Sea where terrestrial inputs are abundant. The spatial variability in the [aCDOM/at ] reaches as much as threefold over the continental shelf and beyond. These results clearly show that it is necessary to account for the spatial variability of [aCDOM/at ] when quantifying CDOM-related photochemical processes in the ocean.©2008 American Geophysical Union

LAVOIE, D., M. STARR, B. ZAKARDJIAN, P. LAROUCHE, 2007. Identification of ecologically and biologically significant areas (EBSA) in the Estuary and Gulf of St. Lawrence: primary production ; Identification de zones d’importance écologique et biologique (ZIEB) pour l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent: production primaire. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2007/079, 33 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce rapport présente l’analyse d’une importante banque de données de chlorophylle a, d’azote et de production primaire récoltées en mer depuis le début des années 70, de même que les résultat d’un modèle 3D couplé physiquebiologie, dans le but d’identifier des zones d’importance écologique et biologique (ZIEB) pour la production primaire dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent. Une production primaire et des concentrations de Chl a élevées sont observables successivement dans chaque région du golfe et de l’estuaire du Saint-Laurent. Chaque région est donc importante à un certain moment de l’année en ce qui concerne la production primaire. Toutefois, en considérant les données sur une base annuelle et en se basant sur les critères d’unicité et de concentration tels que définis dans le Rapport sur l’état des écosystèmes 2004/006 du SCCS, seulement quelques régions peuvent être identifiées comme ZIEB. Il s’agit de l’estuaire maritime, du courant de Gaspé, et du nord-ouest du golfe.

GALBRAITH, P.S., D. GILBERT, C. LAFLEUR, P. LAROUCHE, B. PETTIGREW, J. CHASSÉ, R.G. PETTIPAS, W.M. PETRIE, 2007. Physical oceanographic conditions in the Gulf of St. Lawrence in 2006 ; Conditions d'océanographie physique dans le golfe Saint-Laurent en 2006. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2007/024, 51 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les conditions d’océanographie physique dans le golfe du Saint Laurent en 2006 sont brièvement présentées. Les températures de l’air et des eaux de surface étaient supérieures à la normale, sauf à la fin de l’été, dans la plupart des régions du Golfe. Les températures de l’eau près du fond du Plateau madelinien ont été exceptionnellement chaudes en septembre, aucune température inférieure à 0 °C n’ayant été observée à ce moment-là. Le débit d’eau douce à Québec avait une moyenne annuelle normale, mais sa répartition mensuelle incluait une crête anormalement forte à l’automne. La superficie et le volume de glace de mer durant l’hiver ont été les plus faibles enregistrés depuis 1969. Le volume de la couche mélangée d’eau froide hivernale était le plus faible en 11 ans de relevés par hélicoptère et correspondait à 29 % du volume d’eau total dans le Golfe. Cette couche mélangée moins profonde s’est traduite par une hausse de l’indice de la CIF pour l’été 2006. Celui-ci a atteint +0,21 °C. Il s’agissait de la température la plus chaude enregistrée depuis 1983, bien qu’elle n’ait été que légèrement plus chaude qu’en 2000. La distribution régionale des températures minimales de la CIF estivale montrent que les augmentations de 2005 à 2006 ont été plus prononcées dans le chenal Laurentien qu’ailleurs. En effet, la température minimale a même diminué dans la fosse de Mécatina, causée par l’intrusion hivernale d’une épaisse couche d’eau froide et salée par le détroit de Belle Isle. La répartition spatiale de l’épaisseur de la CIF est semblable à celle de la température minimale. Le volume de la CIF (T <1 °C) observé sur le Plateau madelinien pendant le relevé multidisciplinaire de septembre a été le plus faible enregistré depuis 1982. Les températures de l’eau étaient généralement au dessus de la moyenne climatologique de 1971 à 2000 par un écart-type, à toutes les profondeurs pour une grande partie de l’année. Les exceptions comprenaient la CIF dans le chenal Esquiman et dans la fosse de Mécatina ainsi que les eaux profondes (>300 m) de la partie sud du chenal Laurentien, où les eaux ont été plus froides que la normale. En novembre, les caractéristiques les plus remarquables de la température de l’eau ont été une CIF anormalement profonde dans l’estuaire et dans la partie nord-ouest du Golfe ainsi que les eaux anormalement chaudes au-dessus de la CIF partout dans le Golfe. Les perspectives pour 2007, d’après le relevé de mars 2007, comprennent un refroidissement de 0,6 °C de l’indice de la CIF estivale par-rapport à 2006, en raison de la couche de surface froide plus épaisse en hiver 2007 et de l’apport hivernal plus important en provenance du plateau continental du Labrador via le détroit de Belle Isle.

DU, Y., P. LAROUCHE, P.W. VACHON, 2007. Multi-scale feature tracking in sequential satellite images with wavelet analysis to measure sea surface currents in the Gulf of St. Lawrence. Can. J. Remote Sensing, 33(6): 534-540.

La mesure des courants océaniques de surface représente un défi technologique en océanographie. Le suivi de traceurs utilisant les séries chronologiques d'images de télédétection a été proposé comme solution à cette problématique. L'approche la plus utilisée est la méthode du maximum de corrélation croisée (MCC; « maximum cross-correlation ») développée au départ pour le suivi du mouvement des nuages. Nous proposons une nouvelle technique utilisant l'analyse par ondelettes Daubechies combinée à la méthode MCC. Dans notre approche, les images satellites sont décomposées en diverses échelles spatiales à l'aide de la transformée en ondelettes et la position affichant le coefficient de corrélation croisée maximum pam1i toutes les échelles est choisie en tant que nouvelle position la plus plausible du traceur. Les résultats de l'analyse de cinq paires d'images séquentielles AVHRR («advanced very high resolution radiometer ») de NOAA (« National Oceanic and Atmospheric Administration ») du golfe du Saint-Laurent montrent que l'analyse en ondelettes améliore l'estimation du champ de courant océanique de surface en augmentant le nombre de vecteurs de courant d'environ 20 %, avec le même niveau de confiance (0,9) par rapport à la méthode MCC seule. ©2007 Government of Canada

OUELLET, P., L. SAVARD, P. LAROUCHE, 2007. Spring oceanographic conditions and northern shrimp Pandalus borealis recruitment success in the northwestern Gulf of St. Lawrence. AZMP Bull. PMZA, 6: 47-52.

Cliquer pour voir tout le texte

Des séries temporelles de la température de surface (TS), de la profondeur de la couche mélangée (en température) et du taux de réchauffement de TS au printemps au moment de l’émergence des larves de crevettes ont été corrélées à des indices de recrutement de la crevette nordique (Pandalus borealis) entre 1994 et 2004 dans le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent, Canada. L’indice de la survie larvaire était corrélé négativement avec la moyenne journalière de TS au moment de l’émergence des larves de crevettes. L’indice de la survie larvaire était corrélé positivement avec le taux de réchauffement de TS et la profondeur de la couche mélangée au moment de l’émergence des larves. Dans leur ensemble, les analyses ont révélé que l’émergence des larves de crevettes pendant une période de faibles stratifications de densité et de faibles TS au printemps, suivi d’un taux de réchauffement relativement élevé dans la couche supérieure de la colonne d’eau est favorable à la survie des larves. Notre étude montre aussi l’importance d’un monitorage des conditions océanographiques tôt au printemps dans l’écosystème du nord du golfe du Saint-Laurent.

OUELLET, P., L. SAVARD, P. LAROUCHE, 2007. Spring oceanographic conditions and northern shrimp Pandalus borealis recruitment success in the north-western Gulf of St. Lawrence. Mar. Ecol. Prog. Ser., 339 : 229-241.

Des séries temporelles de la température de surface (TS), de la profondeur de la couche de mélange (en température), et du taux de réchauffement de TS au printemps au moment de l’émergence des larves ont été corrélées à des indices de recrutement calculés à partir de données de capture de la crevette nordique (Pandalus borealis) dans le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent entre 1994 et 2003. L’indice de recrutement et l’indice de la survie larvaire étaient corrélés négativement avec la moyenne journalière de TS au moment de l’émergence des larves. L’indice de recrutement et l’indice de la survie larvaire étaient corrélés positivement avec le taux de réchauffement de TS et la profondeur de la couche de mélange au moment de l’émergence des larves. Dans leur ensemble, les analyses ont révélé que l’émergence des larves pendant une période de faibles stratifications de densité et de faibles TS au printemps, suivi d’un taux de réchauffement relativement élevé dans la couche supérieure de la colonne d’eau est favorable à la survie des larves. Nous proposons que les relations observées supportent l’hypothèse que les conditions océanographiques dans la couche supérieure de la colonne d’eau, lesquelles inities et maintiennes un haut niveau de production biologique au moment de l’émergence des larves et au début du développement, sont favorables au succès de recrutement de la crevette nordique. Ainsi, la variabilité interannuelle du recrutement de la crevette nordique dans le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent pourrait être expliquée par l’hypothèse de « Match/mismatch » de Cushing.

DONIOL-VALCROZE, T., D. BERTEAUX, P. LAROUCHE, R. SEARS, 2007. Influence of thermal fronts on habitat selection by four rorqual whale species in the Gulf of St. Lawrence. Mar. Ecol. Prog. Ser., 335: 207-216.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Understanding the factors influencing habitat selection is critical to improving management and conservation plans for large whales. Many studies have linked the distribution of cetaceans to basic environmental features such as underwater topography and sea surface temperature (SST), but the mechanisms underlying these relationships are poorly understood. Dynamic mesoscale processes like thermal fronts are prime candidates to link physiographic factors to whale distribution because they increase biological productivity and aggregate prey. However, previous studies of large whales have found little evidence of such associations, possibly because they were not at the appropriate spatio-temporal scales. We quantified the relationship between SST fronts and the distribution of blue Balaenoptera musculus, finback B. physalus, humpback Megaptera novaeangliae and minke B. acutorostrata whales in the northern Gulf of St. Lawrence. We compared the distribution of 1094 whale sightings collected from boat surveys conducted in 1996 to 2000 to the locations of frontal areas determined from 61 satellite maps. The distributions of whales and thermal fronts were highly correlated (random resampling and Mantel tests of matrix similarity). Spatial distributions differed among species, probably reflecting differences in feeding strategies. Identification of surface fronts from satellite imagery thus effectively complemented field observations of whales. These findings significantly increase our understanding of habitat quality in rorqual whales, and encourage a greater use of dynamic environmental variables in future studies of whale habitat use. ©2007 Inter-Research

BÉLANGER, S., H. XIE, N. KROTKOV, P. LAROUCHE, W. F. VINCENT, M. BABIN, 2006. Photomineralization of terrigenous dissolved organic matter in Arctic coastal waters from 1979 to 2003: Interannual variability and implications of climate change. Global Biogeochem. Cycles, 20(GB4005), 13 p.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Photomineralization of terrigenous dissolved organic matter (Tdom) in the Arctic Ocean is limited by persistent sea ice cover that reduces the amount of ultraviolet (UV) radiation reaching the underlying water column. UV-dependent processes are likely to accelerate as a result of shrinking sea ice extent and decreasing ice thickness caused by climatic warming over this region. In this study, we made the first quantitative estimates of photomineralization of tDOM in a coastal Arctic ecosystem under current and future sea ice regimes. We used an optical-photochemical coupled model incorporating water column optics and experimental measurements of photoproduction of dissolved inorganic carbon (DIC), the main carbon product of DOM photochemistry. Apparent quantum yields of DIC photoproduction were determined on water samples from the Mackenzie River estuary, the Mackenzie Shelf, and Amundsen Gulf. UV irradiances just below the sea surface were estimated by combining satellite backscattered and passive microwave radiance measurements with a radiative transfer model. The mean annual DIC photoproduction between 1979 and 2003 was estimated as 66.5 ± 18.5 Gg carbon in the surface waters of the southeastern Beaufort Sea, where UV absorption is dominated by chromophoric dissolved organic matter discharged by the Mackenzie River. This value is equivalent to 10 % of bacterial respiration rates, 8 % of new primary production rates and 2.8 ± 0.6 % of the 1.3 Tg of dissolved organic carbon (DOC) discharged annually by the Mackenzie River into the area. During periods of reduced ice cover such as 1998, the latter value could rise to 5.1 % of the annual riverine DOC discharge. Under an ice-free scenario, the model predicted that 150.5 Gg of DIC would be photochemically produced, mineralizing 6.2 % of the DOC input from the Mackenzie River. These results show that the predicted trend of ongoing contraction of sea ice cover will greatly accelerate the photomineralization of tDOM in Arctic surface waters.&Copy2006 the American Geophysical Union.

LAROUCHE, P., 2006. Activities of the remote sensing laboratory at the Maurice Lamontagne Institute;Les activités du laboratoire de télédétection à l’Institut Maurice-Lamontagne. AZMP Bull. PMZA, 5: 53-56.

Cliquer pour voir tout le texte

Cet article décrit les projets de recherche et les activités opérationnelles du laboratoire de télédétection de l’Institut Maurice-Lamontagne (MPO région du Québec) depuis ses débuts en 1988.

DJAGOUA, E.V., K. AFFIAN, P. LAROUCHE, M.B. SALEY, 2006. Variabilité saisonnière et interannuelle de la chlorophylle en surface de la mer sur le plateau continental de la Côte d'Ivoire à l'aide des images de SeaWiFS, de 1997 à 2004 ; Seasonal and interannual variability of the sea surface chlorophyll on the continental shelf of the Ivory Coast : an investigation using SeaWiFS and AVHRR data from 1997 to 2004. Télédétection, 6(2): 143-151.

La télédétection a constitué l’outil principal de cette étude où l’on tente de mettre en relation les caractéristiques de l’eau de mer et les prises de poissons. L’analyse de la biomasse phytoplanctonique a été effectuée dans l’écosystème marin de la Côte d’Ivoire durant la période de septembre 1997 à décembre 2004. La procédure adoptée est l’analyse temporelle des images satellitaires, afin d’avoir des informations à la fois saisonnières et interannuelles. Ainsi, l'utilisation harmonieuse des données provenant de l’analyse multidate opérée sur les différentes images du visible (SeaWiFS d'Obview-2) et les images de l’infrarouge thermique (AVHRR de NOAA) ont montré que :• lorsque la température de surface est basse ( < 24 °C), la concentration en chlorophylle est à son maximum (>1,5mg/m3);• à l’échelle de l’année, la concentration en chlorophylle présente une variation saisonnière accentuée entre le mois de juillet et le mois de septembre;• à l’échelle interannuelle, une forte concentration est observée en juillet et septembre des années 2002 et 2004;• la forte prise de sardines (Sardinelle aurita) coïncide avec la présence d’une résurgence d’eau froide, caractérisée par la baisse de la température de surface et une augmentation de la concentration en chlorophylle de surface.©2006 Contemporary Publishing International

MUSTAPHAL, S.B., P. LAROUCHE, S. BÉLANGER, M. BABIN, 2006. Evaluation of ocean color algorithms in the Cape Bathurst polynya using MODIS and SeaWiFS spectral bands. 8 p. in Proceedings of Ocean Optics Conference XVIII, Montréal, Canada, 9-13 October 2006.

BÉLANGER, S., M. BABIN, H. XIE, N. KROTKOV, P. LAROUCHE, W. F. VINCENT, 2006. CDOM photooxidation in the Arctic coastal waters: new approach using satellite informations and implications of climate change. 13 p in Proceedings of Ocean Optics Conference XVIII, Montréal, Canada, 9-13 October 2006.

YAYLA, M., N.T. O’NEILL, P. LAROUCHE, S. ÇIZMELI, S.-E. ZIDANE, 2006. Local remote sensing algorithm development for chlorophyll estimation in the estuary and gulf of Saint Lawrence. 10 p in Proceedings of Ocean Optics Conference XVIII, Montréal, Canada, 9-13 October 2006.

ZIDANE, S-E, N.T. O’NEILL, P. LAROUCHE, S. ÇIZMELI, M. YAYLA, 2006. Use of multi-altitude imaging spectrometry for validating the SeaWiFS atmospheric correction algorithm over the St. Lawrence Estuary and the Gulf of St. Lawrence. 5 p. in Proceedings of Ocean Optics Conference XVIII, Montréal, Canada, 9-13 October 2006.

MATSUOKA, A., P. LAROUCHE, M.-È. GARNEAU, K. SIMPSON, S.-I. SAITOH, H. HATTORI, 2006. Dramatic change of bio-optical properties before and after sea ice production in the mouth of the Mackenzie River and the Cape Bathurst polynya regions, Canadian Artic. 10 p in Proceedings of Ocean Optics Conference XVIII, Montréal, Canada, 9-13 October 2006.

ÇIZMELI, S.A., N. O'NEILL, S. ROY, M. YAYLA, P. LAROUCHE, B. CEMBELLA, 2006. Inherent optical properties of the St. Lawrence estuary and gulf. 16 p in Proceedings of Ocean Optics Conference XVIII, Montréal, Canada, 9-13 October 2006.

LAROUCHE, P., J.-M. BOUCHER, É. THOMASSIN, 2006. Development of a surface feature motion estimation system for the Gulf of St. Lawrence using SST images. Can. Tech. Rep. Hydrogr. Ocean Sci., 250, 21 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Nous présentons un système d’analyse d’images permettant d’évaluer le déplacement de traceurs en utilisant des paires d’images de température de surface de la mer. Des filtres sont utilisés pour générer les meilleurs traceurs et une combinaison de correspondance de forme et de transformée de Hough évalue le déplacement. Un ensemble de paramètres optimaux a été défini afin d’obtenir un équilibre entre le nombre de vecteurs obtenus et leur qualité pour le golfe du Saint-Laurent. Cet ensemble a été utilisé pour traiter 19 paires d’images représentant diverses saisons et intervalles de temps. Après élimination des faux vecteurs générés par les nuages, environ 50 % des vecteurs obtenus étaient de bonne qualité. Ceci pourrait être amélioré mais au détriment du nombre de vecteurs. Les résultats étaient meilleurs lorsque les images n’étaient séparées que d’une période orbitale du satellite.

HUDIER, E., P. LAROUCHE, 2005. A potential of polarimetric SAR data in mapping first year sea ice pressure ridges from the coherent and non-coherent components of HH and VV channels. EARSeL eProc., 4(1), 130-138.

[Résumé disponible seulement en anglais]
During the early melt period, the air-ice and air-snow temperature conditions may vary from melting to freezing within 12 hours. When solar irradiance and air temperature are at their maximum, the increased wetness of the snow layer coupled with the development of a liquid film on exposed ice faces increases the contrast between ridges and flat ice areas. We present two images recorded at 4 am and 4 pm that show this natural enhancement process of ridges when a liquid phase is present on ice blocks (4 pm). Besides, it also shows that, on the contrary, the development of new ice crystals during the night create conditions that highly reduce the contrast between ridges and flat ice areas (4 am image). For smooth wet surfaces the backscattering at normal incidence is dominated by the coherent component. In addition, the non-coherent component is maximum at normal incidence. The variability in surface slope orientations being a characteristic of ridge areas, we computed probability densities that pixels from ridge regions would be identified as ridge pixels. Both coherent and non-coherent models show a dependence on block size and the applied threshold value. As anticipated, the coherent model gives the highest probability levels with a maximum for cubic blocks of 0.4 m. The maximum value with non-coherent backscattering is reached for 1 m blocks. ©2005 European Association of Remote Sensing Laboratories/BIS-Verlag

LAROUCHE, P., U. BOYER-VILLEMAIRE, 2005. A SeaWiFS algorithm to measure low concentrations of suspended matter in the St. Lawrence estuary. 5 p. in 8th International Conference on Remote Sensing for Marine and Coastal Environments, Halifax, Nova Scotia, Canada, 17-19 May 2005 : proceedings.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Since 1997, the Remote Sensing Laboratory of the Maurice-Lamontagne Institute (Dept. Of Fisheries and Oceans, Canada) has been conducting an ocean optics research program. This paper presents the development of an algorithm to evaluate total suspended sediment in the mixed type I and II waters of the St. Lawrence estuary and gulf using SeaWiFS data. The algorithm was developped using a set of multispectral light profiles taken during an optics research cruise in 2001 and validated against 40 independent SeaWiFS overpass and in situ measurements taken during 4 other cruises (1997-2000). Many algorithms were tested but the best one is based on a regression of the total suspended sediment concentration with the 670 nm band. Results of the validation test show that the algorithm performs very well for the St. Lawrence sediment concentration range (0-3 mg -1) with a mean RMS error of 0,21 mg -1. This development now offers us a potential tool to evaluate the spatial and temporal variability of suspended sediment in the surface layer using the 7 years of available SeaWiFS data.©2005 Her Majesty in Right of Canada as represented by the Minister of Fisheries and Oceans

LAROUCHE, P., J.-M. DUBOIS, 2004. Introduction au numéro 4(2): La télédétection en océanographie. Télédétection, 4(2): 99-101.

LAROUCHE, P., 2004. L'estimation des courants de surface par télédétection ; Estimation of surface currents by remote sensing. Télédétection, 4(2): 139-155.

Les courants de surface sont un paramètre océanographique important à mesurer pour pouvoir effectuer le suivi de phénomènes océanographiques, tel les tourbillons, les courants côtiers et les autres phénomènes dynamiques. Divers outils de télédétection peuvent être utilisés pour mesurer ces courants sur de vastes superficies marines. Nous présentons une revue de l’utilisation de méthodes statistiques (corrélation croisée, ondelettes, transformée de Hough, correspondance de formes et réseau de neurones), de modèles physiques (méthode de conservation de la chaleur), de suivi d’objets dans les régions sous couvert de glace (équation du mouvement en dérive libre) et d’interférométrie radar permettant de traiter soit des paires d’images ou des images uniques. Nous discutons des forces et faiblesses de chaque technique et présentons une série d’exemples tirés de la littérature afin d’en illustrer leur capacité à évaluer les courants de surface.©2004 Contemporary Publishing International

BARBIERI, M.A., C. SILVA, P. LAROUCHE, K. NIETO, E. YANEZ, 2004. Detection of mesoscale oceanic features using RADARSAT-1, AVHRR and SeaWIFS images and the possible link with jack mackerel (Trachurus murphyi) distribution in Central Chili. Gayana (Concepc.), 68(2), supl. T.I. Proc.: 29-39.

[Résumé disponible seulement en anglais]
In order to verify the ability of RADARSAT-1 images to detect mesoscale oceanic features and the possible link of these oceanographic patterns with jack mackerel (Trachurus murphyi) distribution in the waters off central Chile, a project was developed as part of the Canada Centre for Remote Sensing Globesar-2 program. The combined use of simultaneously acquired RADARSAT-1, AVHRR sea surface temperature (SST), SeaWiFS Chlorophyll a concentration (Chl), TOPEX/ERS altimeter and ERS-2 catterometer wind data greatly enhanced SAR imaging capabilities for the detection of oceanic features. Results show that detection of coastal wind-driven upwellings, eddies, frontal boundaries and phytoplankton blooms is possible using SAR imagery, given the proper environmental conditions. Results also suggest that jack mackerel distribution coastal resources is mainly associated with frontal boundaries, upwelling waters and high chlorophyll concentrations detected by the remotely sensing images.©2005 Universidad de Concepción.Facultad de Ciencias Naturales y Oceanográficas

LAROUCHE, P., B. PETTIGREW, R. PIGEON, 2003. Optical buoy network in the St. Lawrence Estuary and Gulf. Pages 1-13 in Larouche P., B. Pettigrew & R. Pigeon. Seventh International Conference on Remote Sensing for Marine and Coastal Environments, Miami, 20-22 May 2002.

LAROUCHE, P., M. EL-MOUTTAKI, A. DJOUAI, 2003. Spectroradiométrie de la matière particulaire dans l'Oued Sebou (Maroc) : application aux données de télédétection. Télédétection, 3(1): 85-96.

LAROUCHE, P., B. PETTIGREW, 2003. Oceanographic buoy network in the Gulf of St. Lawrence. AZMP Bull. PMZA, 3: 42-45.

Cliquer pour voir tout le texte

Le Laboratoire de Télédétection de l'Institut Maurice-Lamontagne reçoit et traite des images NOAA-AVHRR et SeaWiFS afin d’utiliser la couleur et la température de surface de l’eau comme outils de suivi de l’environnement. Pour ce faire, des algorithmes standards développés à l’aide de données océanographiques sont utilisés. Cependant, l’utilisation de ces algorithmes pour les eaux des mers intérieures comme celles du golfe du Saint-Laurent et de la baie d’Hudson cause problème puisque ces environnements sont fortement influencés par de forts débits d’eau douce qui transportent avec eux une grande quantité de matières organiques particulaires et dissoutes qui ont une influence significative sur les mesures de télédétection. De plus, l’atmosphère au-dessus de ces mers intérieures est influencée par des aérosols de type continentaux, ce qui affecte la qualité des mesures. Il est donc très important de pouvoir valider ces algorithmes avec des mesures de terrain et/ou encore, d’en développer de nouveaux qui sont mieux adaptés aux conditions particulières des régions sous forte influence des débits d’eau douce. Nous avons entrepris un tel projet dans le golfe du Saint-Laurent avec l’aide de l’Agence Spatiale Canadienne. Comme la fréquence d’échantillonnage (toutes les deux semaines) aux stations fixes du Programme de Monitorage de la Zone Atlantique (PMZA) n’est pas bien adaptée à ce type de travail de validation d’images satellites, nous avons opté pour le développement d’une nouvelle bouée océanographique qui permettrait d’obtenir des mesures de terrain en temps réel. Nous avons donc décidé de mettre en place un réseau d’observation du Saint-Laurent composé, dans un premier temps, de 3 bouées localisées dans des régions très différentes de l’écosystème du Saint-Laurent (l’estuaire, le sud et le nord-est du Golfe). L’accès en temps réel aux résultats des bouées peut se faire en consultant l’adresse Internet suivante: www.osl.gc.ca. Dans le présent article, nous décrivons le projet plus en détail et nous présentons quelques résultats provenant des deux premières années d’échantillonnage de la bouée mouillée à la station de Rimouski (IML-4). Ces résultats indiquent qu’il existe une relativement bonne concordance entre les données provenant de la bouée et celles provenant du monitorage régulier à cette station pour le suivi de la variabilité saisonnière. Toutefois, les données de la bouée indiquent également qu’il existe une grande variabilité à plus courte échelle de temps et qu’il est possible de détecter des événements océanographiques importants qui peuvent passer complètement inaperçus à l’échelle de temps du monitorage régulier (deux semaines). En plus de contribuer au monitorage environnemental, les données obtenues par les bouées océanographiques peuvent aussi servir à des projets de recherche scientifique de nature plus fondamentale. Par exemple, les données optiques obtenues indiquent qu’il pourrait être possible de développer un algorithme utilisant des données de télédétection de couleur de la mer pour mesurer la salinité dans les milieux possédant de forts gradients horizontaux. La mise en place de notre réseau de bouées n’est pas encore terminée. Nous comptons ajouter une seconde bouée en 2004 à la station de monitorage de Shédiac (sud du golfe, IML-6) et une troisième bouée est prévue pour 2005 à la station du Banc Beaugé (nord-est du golfe, IML-2). Il convient en terminant de noter qu’il sera facilement possible d’intégrer de nouveaux senseurs aux bouées de base afin de les rendre plus polyvalentes et ainsi participer encore plus fortement aux activités du PMZA.

KLEIN, B., B. LEBLANC, Z.-P. MEI, R. BERET, J. MICHAUD, C.-J. MUNDY, C.H. VON QUILLFELDT, M.-È. GARNEAU, S. ROY, Y. GRATTON, J. KIRK COCHRAN, S. BÉLANGER, P. LAROUCHE, J. DEAN PAKULSKI, R.B. RIVKIN, L. LEGENDRE, 2002. Phytoplankton biomass, production and potential export in the North Water. Deep-Sea Res., Part II, 49: 4983-5002.

MEI, Z.-P., L. LEGENDRE, Y. GRATTON, J.-É. TREMBLAY, B. LEBLANC, C.J. MUNDY, B. KLEIN, M. GOSSELIN, P. LAROUCHE, T.N. PAPAKYRIAKOU, C. LOVEJOY, C.H. VON QUILLFELDT, 2002. Physical control of spring-summer phytoplankton dynamics in the North Water, April-July 1998. Deep-Sea Res., Part II, 49: 4959-4982.

BOOTH, B.C., P. LAROUCHE, S. BÉLANGER, B. KLEIN, D. AMIEL, Z.P. MEI, 2002. Dynamics of Chaetoceros socialis blooms in the North Water. Deep-Sea Res., Part II, 49: 5003-5025.

THIBAULT, B., P. LAROUCHE, J.-M. M. DUBOIS, 2002. Variabilité des phénomènes hydrodynamiques de l'estuaire supérieur du Saint-Laurent à l'aide des données thermiques TM de Landsat-5. Int. J. Remote Sens., 23: 511-524.

RINGUETTE, M., L. FORTIER, M. FORTIER, J.A. RUNGE, S. BÉLANGER, P. LAROUCHE, J.-M. WESLAWSKI, S. KWASNIEWSKI, 2002. Advanced recruitment and accelerated population development in Arctic calanoid copepods of the North Water. Deep-Sea Res., Part II, 49: 5081-5099.

B. PETRIE, J.-C. THERRIAULT, G. HARRISON, V. SOUKHOVTSEV, P. PEPIN, M. HARVEY, M. STARR, P. LAROUCHE, S. SAMEOTO, 2001. The Atlantic Zone Monitoring Program;Le programme de monitorage de la zone atlantique. AZMP Bull. PMZA, 1: 1-12.

Cliquer pour voir tout le texte

LAROUCHE, P., 2000. Field intercomparison of two current meters in an under-ice environment under conditions of low current speeds. Can. Tech. Rep. Hydrogr. Ocean Sci., 210, 17 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des données provenant de deux courantomètres installés sous une couverture de glace ont été comparées afin d'estimer leur réponse en l'absence de mouvements des instruments induits par le vent. Les instruments étaient un Aanderaa RCM4S et un Applied Microsystems VACM-12. Les résultats montrent que le RCM4S a mesuré des vitesses d'environ 1 cm s-1 supérieures à celles du VACM sur l'ensemble de la gamme de vitesses mesurées (0-15 cm s-1). Une grande différence de direction moyenne (20°) a aussi été notée entre les deux instruments. La source de ce problème est peut-être reliée à la trop grande proximité entre l'ancre du mouillage et les instruments. Finalement, le capteur de direction du VACM a montré une tendance à indiquer la même valeur durant plusieurs mesures consécutives pendant que celle du RCM4S variait. Aucune explication n'a pu être avancée pour expliquer ce phénomène

ACKER, J., P. LAROUCHE, 2000. Ocean color spectrum : a compilation of international news relevant to the ocean color research community. Backscatter, Feb.: 21-22.

LAROUCHE, P., 2000. Results from the 2nd St. Lawrence estuary and Gulf SeaWIFS validation cruise. Pages I351-I358 in Proceeding of the 6th International Conference on Remote Sensing for Marine and Coastal Environments, Charleston, South Carolina, May 1-3.

SAVARD, L., 2000. Comparison of in situ-and satellite-derived quantities of CDOM and chlorophyll A in the St. Lawrence Estuary and Gulf, Canada. 1 page in Ocean Optics XV Conference, Monaco, 16-20 October, 2000.

HUDIER, E., C. FUENTES, P. LAROUCHE, 1999. Extraction des crêtes de pression sur images Radarsat en mode fin. Pages 629-636 in Fourth International Airborne Remote Sensing Conference and Exhibition/21st Canadian Symposium on Remote Sensing, Ottawa, Canada, 21-24 June 1999.

HABBANE, M., J.-M. DUBOIS, M.I. EL-SABH, P. LAROUCHE, 1998. Empirical algorithm using Sea WiFS hyperspectral bands : a simple test. Int. J. Remote Sens., 19: 2161-2169.

LAROUCHE, P., 1998. SeaWiFS validation program in the St. Lawrence estuary and gulf. Pages II-349 - II-359 in Proceedings of the 5th International Conference on Remote Sensing for Marine and Coastal Environments, San Diego, California, 5-7 october, 1998.

LAROUCHE, P., É. THOMASSIN, J.-M. BOUCHER, H. DUBOIS, 1998. Mesure de courants de surface par suivi de traceurs sur des images satellitaires. Pages 199-206 in J.M.M. Dubois, M. Bernier, J.-P. Fortin & F. Boivin (éd.). La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes. (Actes des 7e Journées scientifiques du Réseau Télédétection de l'AUPELF-UREF, Sainte-Foy, Québec, 13-17 oct 1997).

La mesure des courants de surface repose généralement sur des techniques lagrangiennes utilisant des dériveurs de surface. Une variation de cette approche consiste à estimer le déplacement de traceurs visibles sur des images satellitaires A VHRR de NOAA consécutives. Dans cet article, on présente le développement d'une méthode opérationnelle servant à estimer le courant de surface à l'aide de séries d'images de température de surface de la mer et d'une combinaison des techniques de transformée de Hough et de reconnaissance de formes (shape-matching). Divers tests réalisés ont montré que la méthode peut évaluer des vecteurs de déplacement acceptables environ 50  % du temps. Les meilleures performances sont atteintes lorsque les images ne sont séparées que de quelques heures.©1998 AUPELF-UREF

FUENTES-YACO, C., A.F. VÉZINA, M. GOSSELIN, Y. GRATTON, P. LAROUCHE, 1997. Influence of late-summer storms on the horizontal variability of phytoplankton pigment determined by Coastal Zone Color Scanner images in the Gulf of St. Lawrence, Canada. Pages 678-683 in S.G. Ackleson & R.J. Frouin (ed.). Ocean Optics XIII : proceedings.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The western Gulf of St. Lawrenoe (GSL) is characterized by high, persistent phytopIankton production and functions as the principal supplier of phytoplankton biomass for the central and eastern Gulf. The main objective of this study was to report on the evolution of a wind-induced phytopIankton bloom in this region. We used Coastal Zone Color Scanner images taken on 20, 22, 28, and 30 August 1980 to calculate phytoplankton pigment concentration, sea surface temperature and water reflectance fields. We coupled the satellite information with storm track, wind, air temperature, and bright sunshine data. A strong storm blew over the Gulf between 15 and 17 August, triggering upwelling and mixing processes that resumably made high nutrient concentrations available in the euphotic layer. High atmospheric pressure and southwesterly winds between 18 and 25 August allowed air and water temperatures to rise, stabilizing the water column and stimulating phytoplankton growth. A northern storm between 25 and 27 August associated with clear weather and low temperatures between 28 and 30 August, coinciding with the bloom decline. Water-normalized reflectance values suggested that the estuarine region was characterized by diatoms, the western-central GSL by a mixed composition of diatoms/small flagellates/coccolithophorids, and the eastern-central region by coccolithophorids and small flagellates. These blooms may be critical for fish recruitment. Cooling and warming of the water column by meteorological events seem to be intermittent but frequent at this time of year. The resulting nutrient input may support phytoplankton blooms of intensities similar to or higher than those recorded during spring in the western region of the Gulf.©1997 SPIE

LAROUCHE, P., 1997. Les techniques de télédétection au service des sciences de la mer. Naturaliste can., 121(1): 58-62.

FUENTES-YACO, C., A.F. VÉZINA, P. LAROUCHE, Y. GRATTON, M. GOSSELIN, 1997. Phytoplankton pigment in the Gulf of St. Lawrence, Canada, as determined by the Coastal Zone Color Scanner - Part II : Multivariate analysis. Cont. Shelf Res., 17: 1441-1459.

FUENTES-YACO, C., A.F. VÉZINA, P. LAROUCHE, C. VIGNEAU, M. GOSSELIN, M. LEVASSEUR, 1997. Phytoplankton pigment in the Gulf of St. Lawrence, Canada, as determined by the Coastal Zone Color Scanner - Part I : Spatio-temporal variability. Cont. Shelf Res., 17(12): 1421-1439.

LAROUCHE, P., É. THOMASSIN, J.-M. BOUCHER, H. DUBOIS, 1997. Sea surface velocity estimations using SST images. Pages I-431-I438 in 4th International Conference on Remote Sensing for Marine and Coastal Environments, Orlando, Florida, 17-19 March 1997.

THERRIAULT, J.-C., D. GILBERT, P. LAROUCHE, D. LEFAIVRE, B. PELCHAT, 1997. L'estuaire et le golfe du Saint-Laurent scrutés de près. Le Fleuve : bull. d’inf., 8(1) : 2-4.

Cliquer pour voir tout le texte

La mer n’est pas inépuisable. La chute des stocks de morue dans l’est du Canada et les manchettes faisant état depuis quelques années des difficultés des pêcheurs aux deux extrémités du pays ont puissamment contribué à sensibiliser le grand public à la nécessité de mieux connaître le milieu marin, si l’on veut en gérer les ressources durablement.©1997 Saint-Laurent Vision 2000

SIMARD, N., J.-C. THERRIAULT, P. LAROUCHE, A. VÉZINA, J. PLOURDE, J. PERCY, D.A. STEEL, 1996. Données d'océanographie physique et biologique recueillies dans l'est et le nord de la baie d'Hudson et dans le détroit d'Hudson en août et septembre 1993. Rapp. stat. can. sci. halieut. aquat., 978, 199 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce rapport présente des données relatives à l'océanographie physique et biologique des parties est et nord du bassin d'Hudson recueillies lors d'une mission d'échantillonnage réalisée à 84 stations entre le 22 août et le 15 septembre 1993. Un tableau sommaire permet d'identifier les variables mesurées à chaque station. Les profils verticaux de température, salinité, fluorescence in situ, chlorophylle a, carbone et azote organiques particulaires et sels nutritifs sont présentés dans ce rapport. Les résultats des dénombrements du phytoplancton et du zooplancton ainsi que les biomasses zooplanctoniques sont présentés sous forme de tableaux. Les résultats des calculs des paramètres photosynthétiques réalisés à partir de courbes P-I et des estimés de la production primaire totale à la surface sont également disponibles dans ce rapport.

GILBERT, M., D. GAUTHIER, J.A. GAGNÉ, Y. GRATTON, P. LAROUCHE, B. MORIN, R. MORIN, J.A. PERCY, T.G. SMITH, G.-H. TREMBLAY, G. WALSH, 1996. Hypothèses reliées aux effets environnementaux du projet Grande Baleine sur l'écosystème marin côtier du sud-est de la baie d'Hudson. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2127, 67 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La réalisation éventuelle du projet de développement hydroélectrique Grande Baleine pourrait avoir des indices biophysiques significatives sur le milieu marin côtier du sud-est de la baie d'Hudson. Le présent document documente les résultats des discussions d'un groupe de travail formé de personnel scientifique du MPO - Région Laurentienne qui a cerné, sous la forme d'hypothèses et de propositions de recherche, certains aspects environnementaux lies à la réalisation du projet Grande Baleine. Ces aspects concernent principalement l'océanographie physique, chimique et biologique du sud-est de la baie d'Hudson, ainsi que la biologie de certaines espèces importantes de poissons et de mammifères marins peuplant cette région. On y présente également une description sommaire des aménagements hydroélectriques actuels et projets dans le bassin hydrographique des baies James et d'Hudson, ainsi qu'une synthèse des activités de recherche et des connaissances acquises à ce jour sur le milieu marin de cette région.

LAVOIE, D., Y. SIMARD, J. BENOÎT, P. LAROUCHE, B. THIBEAULT, 1996. Distribution des masses d'eau à la tête du chenal laurentien dans l'estuaire du Saint-Laurent aux étés 1994 et 1995. Rapp. tech. can. hydrogr. sci. océan., 176, 126 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des données de température et de salinité recueillies aux étés 1994 et 1995 à la tête du chenal Laurentien, ainsi que des images satellite, nous ont permis de caractériser les masses d'eau à cet endroit. Les trois masses d'eau typiques de ce système, les nappes superficielle, intermédiaire et profonde, avaient des caractéristiques indiquant : 1) un amincissement et une élévation de la nappe intermédiaire froide à la fin de l'été, associés à l'épaississement de la nappe profonde, 2) une nappe intermédiaire plus froide en 1995 et 3) une structure spatiale récurrente caractérisée par la convergence de la nappe intermédiaire froide dans la région au large des Escoumins. La remontée typique de la nappe intermédiaire froide à la tête du Chenal à été observée la plupart du temps, de même que les fronts associés aux contacts de celle-ci avec les masses d'eau adjacentes de la décharge du Saguenay et de l'estuaire supérieur. Nos résultats suggèrent que l'intensité et l'occurrence de ces phénomènes sont liées au cycle vive-eau/morte-eau et au vent qui génère régulièrement des remontées d'eau profonde le long de la côte nord.

LAROUCHE, P., C. FUENTES-YACO, A.F. VÉZINA, 1996. Spatio-temporal variability of phytoplankton pigments in the Gulf of St. Lawrence as measured by CZCS. International Archives of Photogrammetry and Remote Sensing, 31(B7): 406-411.

LAROUCHE, P., 1996. Observation of the Gaspé current using ERS-1 SAR. Can. J. Remote Sensing, 22: 420-427.

LAROUCHE, P., A. LAVOIE, 1996. Applications de la télédétection à l'étude des océans. Pages 345-392 in F. Bonn (éd.). Précis de télédétection. Vol. 2, Applications thématiques. Presses de l'Université du Québec.

FUENTES-YACO, C., P. LAROUCHE, A. VÉZINA, C. VIGNEAU, M. GOSSELIN, 1995. Catalogue of phytoplankton pigment images from the Gulf of St. Lawrence : Coastal Zone Color Scanner data from 1979 to 1981. Can. Data Rep. Hydrogr. Ocean Sci., 135, 91 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce catalogue présente les concentrations de pigments de phytoplancton (chlorophylle a plus phaeophytin), calculées à partir des images du capteur Coastal Zone Color Scanner (CZCS) du Golfe du Saint-Laurent. Les données consistent en 80 images captées pendant la période comprise entre les mois de mars et septembre, pour les années 1979 à 1981.

SAUCIER, F., P. LAROUCHE, J. DIONNE, 1994. Moored physical oceanographic data from northeastern Hudson Bay between August 1992 and September 1993. Can. Data Rep. Hydrogr. Ocean Sci., 132, 78 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Dix mouillages (28 courantomètres, 4 marégraphes et 4 chaînes de thermistors) furent déployés entre août 1992 et septembre 1993 dans les quatre détroits fermant le nord de la baie d'Hudson. L'objectif était de mesurer le cycle annuel des échanges de masse, de chaleur et de sel entre la baie d'Hudson, le bassin de Foxe et le détroit d'Hudson. Malheureusement, seulement 4 mouillages ont pu être retrouvés. Comme conséquence, aucune donnée n'a été obtenue pour le détroit de Fisher et le Roes Welcome Sound. Les instruments récupérés ont enregistré les conditions océanographiques durant une année complète dans le nord-est de la baie d'Hudson, et ce pour la première fois. Les données horaires validées sont présentées. De celles-ci, les moyennes et les déviations standards de la température, de la salinité, de la densité et des vitesses ont été extraites, ainsi que les résultats de l'analyse harmonique des marées pour les vitesses et la profondeur.

LAROUCHE, P., 1994. Observations of a coastal current using ERS-1 SAR. Pages 249-251 in Proceedings of the WMO/IOC Technical conference on space-based ocean observations, Bergen, Norway, Sept. 1993 (WMO/TD, 649).

LAROUCHE, P., A. GOSSELIN, 1994. Ocean monitoring using a small AVHRR receiving system : data acquisition, management and analysisL. Pages I-441-I-443 in Oceans 94 : oceans engineering for today's technology and tomorrow's preservation : proceedings, volume I. Institute of Electrical and Electronics Engineers, New York.

De LISLE, D.A., G. DRAPEAU, P. LAROUCHE, C. BJERKELUND, 1994. Coastal evolution monitoring using remote sensing. Pages 119-124 in Proceedings of the WMO/IOC Technical conference on space-based ocean observations, Bergen, Norway, Sept. 1993 (WMO/TD, 649).

De LISLE, D.A., G. DRAPEAU, P. LAROUCHE, C. BJERKELUND, 1993. Potentiel du radar à antenne synthétique pour caractériser l'évolution des littoraux. Pages 307-310 in P. Gagnon & N. O'Neil (éd.). Actes du 16e Symposium canadien sur la télédétection ; 8e Congrès de l'Association québécoise de télédétection, 7-10 juin 1993, Sherbrooke (Québec).

LAROUCHE, P., 1993. Profils de salinité et de température recueillis dans le courant de Gaspé. Volume 1, Septembre 1991. Rapp. stat. can. hydrogr. sci. océan., 119(1), 119 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des profils de salinité et de température ont été acquis entre 1991 et 1993 dans la portion du courant de Gaspé comprise entre Les Machins et Mont-Louis. Ces mesures s'inscrivent dans le cadre d'une étude portant sur la possibilité de détection des courants côtiers par télédétection ainsi que sur la dynamique interne du courant de Gaspé. Ce volume est le premier d'une série de quatre et comprend les données recueillies lors d'une mission en mer ayant eu lieu à l'automne 1991.

FUENTES-YACO, C., P. LAROUCHE, A.F. VÉZINA, 1993. Primary production in the Gulf of St. Lawrence : 1979-80, CZCS Imagery. Pages 113-118 in P. Gagnon & N. O'Neil (ed.). Proceedings of the 16th Canadian Symposium on Remote Sensing; 8e Congrès de l'Association québécoise de télédétection, June 7-10, 1993, Sherbrooke (Quebec).

HUDIER, E.J.-J., D. De LISLE, P. LAROUCHE, 1993. Analyse de la distribution des crêtes de pression sur image satellitaire. Journal canadien de télédétection, 19: 83-87.

LAROUCHE, P., 1993. Profils de salinité et de température recueillis dans le courant de Gaspé. Volume 2, Mai 1992. Rapp. stat. can. hydrogr. sci. océan., 119(2), 134 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des profils de salinité et de température ont été acquis entre 1991 et 1993 dans la portion du courant de Gaspé comprise entre Les Méchins et Mont-Louis. Ces mesures s'inscrivent dans le cadre d'une étude portant sur la possibilité de détection des courants côtiers par télédétection ainsi que sur la dynamique interne du courant de Gaspé. Ce volume est le second d'une série de quatre et comprend les données recueillies lors d'une croisière ayant eu lieu au printemps 1992.

LAROUCHE, P., 1993. Profils de salinité et de température recueillis dans le courant de Gaspé. Volume 3, Août 1992. Rapp. stat. can. hydrogr. sci. océan., 119(3), 96 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des profils de salinité et de température ont été acquis entre 1991 et 1993 dans la portion du courant de Gaspé comprise entre Les Méchins et Mont-Louis. Ces mesures s'inscrivent dans le cadre d'une étude portant sur la possibilité de détection des courants côtiers par télédétection ainsi que sur la dynamique interne du courant de Gaspé. Ce volume est le troisième d'une série de quatre et comprend les données recueillies lors d'une croisière ayant eu lieu à l'été 1992.

LAROUCHE, P., 1993. Profils de salinité et de température recueillis dans le courant de Gaspé. Volume 4, Juin 1993. Rapp. stat. can. hydrogr. sci. océan., 119(4), 46 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des profils de salinité et de température ont été acquis entre 1991 et 1993 dans la portion du courant de Gaspé comprise entre Les Méchins et Mont-louis. Ces mesures s'inscrivent dans le cadre d'une étude portant sur la possibilité de détection des courants côtiers par télédétection ainsi que sur la dynamique interne du courant de Gaspé. Ce volume est le dernier d'une série de quatre et comprend les données recueillies lors d'une mission en mer ayant eu lieu à l'été 1993.

PETTIGREW, B., P. LAROUCHE, 1992. Données courantométriques et météorologiques dans le sud-est de la baie d'Hudson durant l'hiver 1986. Rapp. stat. can. hydrogr. sci. océan., 113, 87 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des mesures courantométriques et météorologiques ont été acquises durant l'hiver 1986 dans le sud-est de la baie d'Hudson entre l'embouchure de la Grande rivière de la Baleine et les îles Belcher. Ces mesures s'inscrivent dans le cadre d'une étude visant à comprendre l'influence du gradient de pression atmosphérique sur le déplacement du panache de la Grande rivière de la Baleine. Les données de courantomètres (courant, température et salinité) et d'une station météorologique (vents, pression atmosphérique, radiation solaire et humidité relative) sont présentées dans ce rapport. Sont aussi inclus une analyse statistique des données courantométriques, l'analyse harmonique des courants de marée, et l'analyse spectrale des composantes du courant.

LAROUCHE, P., C. CARIOU, 1992. Directional wave spectra estimation in a marginal ice zone using linear prediction. J. Phys. Oceanogr., 22: 196-206.

LAROUCHE, P., G. DRAPEAU, C. CARIOU, 1991. Detection of 2-D nearshore wave patterns using linear prediction and SAR data. Pages 2645-2652 in Coastal Zone '91 : proceedings of the Seventh Symposium on Coastal and Ocean Management, Long Beach, California July 8-12.

LAROUCHE, P., J.-M.M. DUBOIS, 1990. Dynamical evaluation of the surface circulation using remote sensing of drifting ice floes. J. Geophys. Res. (C Oceans), 95(C6): 9755-9764.

LAROUCHE, P., 1990. Winter offshore/onshore wind differences in southeastern Hudson Bay, Canada. Arctic, 43: 55-59.

REEVES, R.R., E.G. ATKINSON, J. BOULVA, A. GASTON, J. GREEN, P. LAROUCHE, D. MUDRY, J. PERCY, T.G. SMITH, 1990. Report of marine birds and mammals working group. Pages 33-38 in J.A. Percy (ed.). Proceedings of a workshop : Marine Ecosystem Studies in Hudson Strait, November 9-10, 1989, Montréal, Québec. Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 1770).

LAROUCHE, P., 1989. Spring surface circulation patterns detected using remote sensing of drifting ice floes in Hudson Bay, Canada. Pages 780-782 in Proceedings of the International Geoscience and Remote Sensing Symposium, 12-14 July 1989, Vancouver, Canada.

LAROUCHE, P., J.-C. DEGUISE, 1989. Field intercomparison of three current meters in an environment free from high frequency motion. Cont. Shelf Res., 9: 555-568.

TAGGART, C.T., K.F. DRINKWATER, K.T. FRANK, J. McRUER, P. LAROUCHE, 1989. Larval fish, zooplankton community structure, and physical dynamics at a tidal front. Rapp. P-v. Réun. CIEM, 191: 184-194.

LAROUCHE, P., J.-C. DEGUISE, 1989. Field intercomparison of three current meters in an environment free from high frequency motion. Cont. Shelf Res., 9(6): 555-568.

[Résumé disponible seulement en anglais]
An intercomparison of three different types of current meter was performed in an Arctic environment where wave action was absent, permitting the evaluation of the instruments under natural conditions of weak currents and cold water. The instruments were an Aanderaa RCMS4S, an Inter Ocean S4 and an EG&G–Neil Brown Smart Acoustic Current Meter (SACM). The S4 and the SACM both showed their ability to measure very small currents as opposed to the RCM4S which is limited by a mechanical rotor threshold. The agreement of the direction was better between the RCM4S and the SACM than between the RCM4S and the S4. Due to the isalignment of the Aanderaa vane in very weak currents, direction differences between the instruments of either pair can, however, reach 180 °. The misalignment also shields the Aanderaa rotor leading to underestimation of current speed. The threshold for a good speed reading for the Aanderaa can be put conservatively at 5 cm s-1. Above this value, the RCM4S over-responded compared to both the S4 and the SACM. The source of that problem seems to be related to different calibrations of the instruments. Finally a power spectrum analysis showed that the RCM4S, when not influenced by wave action, can produce a measure of the energy as good as that of a vector averaging instrument.©1989 Maxwell Pergamon Macmillan plc.

LAROUCHE, P., P.S. GALBRAITH, 1989. Factors affecting fast-ice consolidation in southeastern Hudson Bay, Canada. Atmos.-Ocean, 27: 367-375.

LAROUCHE, P., V. HAEBERLÉ, 1988. Sub-ice instrument trials in Hudson Bay. Entrefilets, 9(9): 11-12.

LAROUCHE, P., V. HAEBERLÉ, 1988. Projet d'essai d'instrumentation sous la glace dans la Baie d'Hudson. Entrefilets, 9(9): 11-12.

LAROUCHE, P., J.-M.M. DUBOIS, 1988. Évaluation dynamique de la circulation de surface utilisant la dérive de blocs de glace (baie d'Hudson, Canada). Photo-Interprétation, 6(3): 19-28.

CARIOU, C., J.M. BOUCHER, C. ROUX, P. LAROUCHE, 1988. Spectral analysis of ocean wave imagery using 2-D linear prediction. Pages 127-130 in Proceedings of the International Geoscience and Remote Sensing Symposium 1988, Sept. 13-16, 1988, Edinburgh, Scotland.

INGRAM, R.G., P. LAROUCHE, 1987. Changes in the under-ice characteristic of La Grande Rivière plume due to discharge variations. Atmos.-Ocean, 25: 242-250.

INGRAM, R.G., P. LAROUCHE, 1987. Variability of an under-ice river plume in Hudson Bay. J. Geophys. Res. (C Oceans), 92(C9): 9541-9547.

LAROUCHE, P., V.G. KOUTITONSKY, J.P. CHANUT, M.I. EL-SABH, 1987. Lateral stratification and dynamic balance at the Matane transect in the Lower Saint Lawrence Estuary. Estuar. Coast. Shelf Sci., 24: 859-871 .