Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Michael C.S. KINGSLEY

LESAGE, V., J.-F. GOSSELIN, M. HAMMILL, M.C.S. KINGSLEY, J. LAWSON, 2007. Ecologically and biologically significant areas (EBSAs) in the Estuary and Gulf St. Lawrence : a marine mammal perspective ; Zones d'importance écologique et biologique (ZIEB) pour l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent : une perspective des mammifères marins. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2007/046, 92 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L'importance de certaines aires de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent pour l'agrégation des mammifères marins et un phénomène reconnu depuis longtemps. Dans ce rapport, les résultats de trois inventaires aériens et de deux études de télémétrie par satellite sont analysés et combinés aux résultats de la littérature existante afin d'identifier les aires connues de concentrations de mammifères marins. La qualité de ces aires de concentration de mammifères marins et leurs fonctions sont déterminées à l'aide de critères développés pour identifier les Zones d'Importance Écologique et Biologique (ZIEBs). Selon ces critères, il existerait onze aires d'importance écologique et biologique pour les mammifères marins: 1) Pointe-des-Monts à Sept-Îles, 2) Ouest d'Anticosti, 3) Détroit de Jacques-Cartier, 4) Détroit de Belle-Isle/Plateau Mecatina, 5) Plateau à l'ouest de Terre-Neuve, 6) Entrée de St Georges Bay, Newfoundland, 7) Tranchée du Cap Breton, 8) Au large de Gaspé, incluant le chenal de la Baie des Chaleurs, 9) Marge nord du chenal Laurentien au sud d'Anticosti, 10) L'estuaire du Saint-Laurent, et finalement, 11) le plateau du sud du golfe, qui trouve son importance principalement lorsque la glace est présente dans cette région.

KINGSLEY, M.C.S., I. GAUTHIER, 2002. Visibility of St Lawrence belugas to aerial photography, estimated by direct observation. Pages 259-270 in M.P. Heide-Jorgensen & Oystein Wiig (eds). Belugas in the North Atlantic and the Russian Arctic. Tromso (NAMMCO Scientific Publications, 4).

HICKIE, B.E., M.C.S. KINGSLEY, P.V. HODSON, D.C.G. MUIR, P. BELAND, D. MACKAY, 2000. A modelling-based perspective on the past, present, and future polychlorinated biphenyl contamination of the St. Lawrence beluga whale (Delphinapterus leucas) population. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 57 (Suppl. 1): 101-112.

Les auteurs présentent des modèles axés sur l'individu et des modèles axés sur la population qui permettent d'obtenir des évaluations quantitatives par l'accumulation des polluants organiques persistants (POP) pendant la durée de vie du béluga (Delphinapterus leucas) et qui prennent en compte tous les aspects de son cycle vital. Grâce à ces modèles, l'accumulation des polychlorobiphényles (PCB) par la population de bélugas du Saint-Laurent, qui est menacée de disparition, peut être étudiée pendant la période de 1950 à aujourd'hui, et on peut prévoir les tendances futures en se fondant sur des scénarios probables de charge de contaminants. Les auteurs examinent l'hypothèse selon laquelle des anguilles migratrices (Anguilla rostrata) sont une source importante de contamination de la population. L'histoire de l'exposition aux PCB par le régime alimentaire est reconstruite à partir des données existantes et des profils de PCB dans des carottes de sédiments datées. Les modèles décrivent bien les effets de l'âge, de la croissance, du sexe et de l'activité reproductrice sur les concentrations de PCB chez les bélugas, et les résultats montrent une bonne concordance avec les concentrations observées lorsque les anguilles constituent 3 % du régime alimentaire annuel. Les concentrations de PCB dans la population semblent avoir atteint un pic entre 1967 et 1972. Le modèle est conforme à de récentes études qui ont montré que les concentrations de PCB dans la population diminuent lentement.

KINGSLEY, M.C.S., 2000. Numbers and distribution of beluga whales, Delphinapterus leucas, in James Bay, eastern Hudson Bay, and Ungava Bay in Canada during the summer of 1993. Fish. Bull., 98(4): 736-747.

KINGSLEY, M.C.S., 1999. Indices d'abondance et estimations de la population de bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2266, 27 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L'évaluation des populations constitue l'élément essentiel du monitoring des espèces en péril. Les bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent ont été inventoriés par relevé aérien depuis 1973. Les résultats du dernier relevé, effectué par photographie aérienne à haute altitude le 26 août 1997, sont présentés ici, et sont comparés avec ceux des relevés antérieurs. L'aire d'étude s'étendait de l'Île-aux-Coudres à l'Île du Bic. Des transects larges de 6 000 pieds et espacés de 2 milles marins ont été photographiés à une échelle de 1:8 000 en utilisant un film couleur positif spécial pour les relevés aériens. Vingt et un pour cent de l'aire d'étude était couverte de brouillard et n'a pas pu être photographiée. Les dénombrements étaient corrigés pour les animaux en plongée avec deux facteurs différents : un standard historique de 15 % donnant un indice d'abondance de la population, et une valeur plus récente de 109 % basée sur des données de comportement pour fournir un estimé de la vraie taille de la population. La séquence des données de relevé était lisse de façon linéaire par jeu de 5 points pour fournir des moyennes mobiles, des estimés courants, et des taux de changement de la population. Lors du relevé de 1997, 284 bélugas ont été identifiés sur 88 des 832 clichés pris, et 20 autres ont été vus dans le fjord du Saguenay lors d'un relevé visuel simultané. L'estimé de l'indice standard était de 681 (ET 91), et celui de la vraie taille de la population était de 1 221 (SE 189). À partir d'un lissage linéaire des 5 survols les plus récents, l'estimé courant de l'indice standard est de 700 (ET 46) avec un taux de croissance de 21,4/an (ET 8,2); et celui de la vraie population est de 1238 (ET 119) avec un taux de croissance de 31,4/an (ET 13,1). Trente-neuf embarcations allant des kayaks jusqu'aux barges ont été dénombrées sur les photographies, mais aucune tendance à être près des bélugas ou à s'en approcher n'a été détectée.

KINGSLEY, M.C.S., 1999. Population indices and estimates for the belugas of the St. Lawrence Estuary. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2266, 27 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L'évaluation des populations constitue l'élément essentiel du monitoring des espèces en péril. Les bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent ont été inventoriés par relevé aérien depuis 1973. Les résultats du dernier relevé, effectué par photographie aérienne à haute altitude le 26 août 1997, sont présentés ici, et sont comparés avec ceux des relevés antérieurs. L'aire d'étude s'étendait de l'Île-aux-Coudres à l'Île du Bic. Des transects larges de 6 000 pieds et espacés de 2 milles marins ont été photographiés à une échelle de 1:8 000 en utilisant un film couleur positif spécial pour les relevés aériens. Vingt et un pour cent de l'aire d'étude était couverte de brouillard et n'a pas pu être photographiée. Les dénombrements étaient corrigés pour les animaux en plongée avec deux facteurs différents : un standard historique de 15 % donnant un indice d'abondance de la population, et une valeur plus récente de 109 % basée sur des données de comportement pour fournir un estimé de la vraie taille de la population. La séquence des données de relevé était lisse de façon linéaire par jeu de 5 points pour fournir des moyennes mobiles, des estimés courants, et des taux de changement de la population. Lors du relevé de 1997, 284 bélugas ont été identifiés sur 88 des 832 clichés pris, et 20 autres ont été vus dans le fjord du Saguenay lors d'un relevé visuel simultané. L'estimé de l'indice standard était de 681 (ET 91), et celui de la vraie taille de la population était de 1 221 (SE 189). À partir d'un lissage linéaire des 5 survols les plus récents, l'estimé courant de l'indice standard est de 700 (ET 46) avec un taux de croissance de 21,4/an (ET 8,2); et celui de la vraie population est de 1238 (ET 119) avec un taux de croissance de 31,4/an (ET 13,1). Trente-neuf embarcations allant des kayaks jusqu'aux barges ont été dénombrées sur les photographies, mais aucune tendance à être près des bélugas ou à s'en approcher n'a été détectée.

McALPINE, D.F., M.C.S. KINGSLEY, P.-Y. DAOUST, 1999. A lactating record-age St. Lawrence beluga (Delphinapterus leucas). Mar. Mamm. Sci., 15: 854-859.

LESAGE, V., C. BARRETTE, M.C.S. KINGSLEY, B. SJARE, 1999. The effect of vessel noise on the vocal behavior of belugas in the St. Lawrence River Estuary, Canada. Mar. Mamm. Sci., 15; 65-84.

KINGSLEY, M.C.S., 1998. Walruses, Odobenus rosmarus, in the Gulf and Estuary of the St. Lawrence, 1992-1996. Can. Field-Nat., 112: 90-93.

LESAGE, V., M.C.S. KINGSLEY, 1998. Updated status of the St. Lawrence River population of the beluga, Delphinapterus leucas. Can. Field-Nat., 112: 98-114.

KINGSLEY, M.C.S., 1998. Population index estimates for the St. Lawrence belugas, 1973-1995. Mar. Mamm. Sci., 14: 508-530.

KINGSLEY, M.C.S., T.J. BYERS, 1998. Failure of reproduction in ringed seals (Phoca hispida) in Amundsen Gulf, Northwest Territories in 1984-1987. Pages 197-210 in M.P. Heide-Jorgensen & C. Lydersen (eds). Ringed seals in the North Atlantic. Tromso (NAMMCO Scientific Publications, 1).

REEVES, R.R., G.W. WENZEL, M.C.S. KINGSLEY, 1998. Catch history of ringed seals (Phoca hispida) in Canada. Pages 100-129 in M.P. Heide-Jorgensen & C. Lydersen (ed.). Ringed seals in the North Atlantic. Tromso (NAMMCO Scientific Publications, 1).

KINGSLEY, M.C.S., 1998. The numbers of ringed seals (Phoca hispida) in Baffin Bay and associated waters. Pages 181-196 in M.P. Heide-Jorgensen & C. Lydersen (eds). Ringed seals in the North Atlantic. Tromso (NAMMCO Scientific Publications, 1).

KINGSLEY, M.C.S., R.R. REEVES, 1998. Aerial surveys of cetaceans in the Gulf of St. Lawrence in 1995 and 1996. Can. J. Zool., 76: 1529-1550.

Des inventaires aériens le long de transects ont été effectués au-dessus du golfe du Saint-Laurent à la fin d'août et au début de septembre en 1995 et à la fin de juillet et au début d'août 1996. Les transects nord-sud étaient systématiquement espacés par 15 minutes de longitude. En 1995, tout le golfe a été inventorié, divisé en 3 strates pour fins d'analyse; 69 % a été survolé. En 1996, une seule strate ne couvrait que la plate-forme le long de la rive nord; 75 % a été survolé. Le véhicule utilisé était un petit avion léger à ailes hautes et à fenêtres en bulles volant à 213,4 m (700 pieds) d'altitude. Dix espèces ont été repérées. Nous avons vu suffisamment de Petits Rorquals (Balaenoptera acutorostrata), de Dauphins à flancs blancs (Lagenorhynchus acutus) et de Marsouins communs (Phocoena phocoena) pour faire une bonne estimation des populations, mais le nombre restreint de Rorquals communs (Balaenoptera physalus), de Rorquals à bosse (Megaptera novaeangliae), de Dauphins à nez blanc (L. albirostris) et de Globicéphales noirs (Globicephala melas) observés ne permettait de faire que des estimations approximatives des populations. Les Rorquals bleus (Balaenoptera musculus) et les Bélugas (Delphinapterus leucas) ont également été vus trop rarement pour permettre toute analyse. La dixième espèce était un petit delphinidé qu'il a été impossible d'identifier. Les Petits Rorquals ont été vus partout, mais ils abondaient surtout dans la strate nord. Nous avons estimé leur nombre à environ 1 000 dans tout le golfe en 1995 et à environ 600 dans la strate nord en 1996 (ces nombres et ceux qui suivent n'ont pas été corrigés en fonction de la visibilité). Nous avons estimé à environ 12 000 le nombre de Dauphins à flancs blancs dans tout le golfe en 1995, mais n'en avons vu que très peu en 1996, peut-être parce que l'inventaire a été fait plus tôt en saison. Les Marsouins communs (12 000 en 1995 et 21 000 en 1996) étaient nombreux surtout dans la strate nord, mais ils étaient également bien répartis quoique en densités moindres, dans le centre et le sud du golfe. Les Dauphins à nez blanc (2500 en 1995 et 2500 en 1996) n'ont été aperçus que dans le détroit de Belle-Isle et dans la partie de l'extrême nord-est du golfe. Nous avons estimé quelques centaines de Rorquals communs dans les strates nord et centre et environ 100 Rorquals à bosse, surtout dans le nord-est. Les Globicéphales noirs n'ont été vus que dans le sud-est du golfe, inventorié seulement en 1995 (environ 1 500 individus)©1998 Conseil national de recherches Canada

WESTGATE, A.J., D.C.G. MUIR, D.E. GASKIN, M.C.S. KINGSLEY, 1997. Concentrations and accumulation patterns of organochlorine contaminants in the blubber of harbour porpoises, Phocoena, from the coast of Newfoundland, the Gulf of St. Lawrence and the Bay of Fundy/Gulf of Maine. Environ. Pollut., 95: 105-119.

HARWOOD, L.A., S. INNES, P. NORTON, M.C.S. KINGSLEY, 1996. Distribution and abundance of beluga whales in the Mackenzie estuary, southeast Beaufort Sea, and west Amundsen Gulf during late July 1992. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 53: 2262-2273.

Trois avions Twin Otter, chacun ayant à son bord trois ou quatre observateurs, ont servi à la tenue d'un relevé systématique dans la partie sud-est de la mer de Beaufort (couverture de 4,5-6,3 %), de l'estuaire du Mackenzie (couverture de 15-29 %) et de la partie ouest du golfe Amundsen (couverture de 2,9 %); les opérations ont duré 55 h et se sont déroulées entre le 23 et le 25 juillet 1992. Des bélugas (Delphinapterus leucas) ont été observés partout dans l'estuaire et au large, la densité la plus élevée étant obtenue dans la baie Kigmallit, dans l'estuaire du Mackenzie (1137 béluga/km2). On estime que plus de 85 % des bélugas se trouvaient au large, où ils s'étaient répartis uniformément en faible densité (0,099-0,311 béluga/km2). Les données recueillies par les observateurs principaux (qui avaient l'expérience des dénombrements aériens) indiquent qu'il y aurait eu 15 307 bélugas visibles à la surface de l'eau (IC 95 %, 12 305-18 309). Six examinateurs ont évalué indépendamment lesquelles parmi les observations faites par des observateurs secondaires (des participants provenant des communautés de la région, qui avaient une expérience limitée de ce type de recensement aérien, mais étaient habitués à repérer les bélugas à partir d'embarcations) ne concordaient pas avec celles des observateurs principaux. Ces résultats de confirmation ont servi à ajuster les dénombrements principaux de manière à tenir compte des bélugas à la surface et manqués ou sur le point de faire surface. Ils ont porté l'indice du stock des bélugas visibles à 19 629 (IC 95 %, 15 134-24 125). Cette évaluation ne tient pas compte du nombre de bélugas qui avaient plongé en profondeur, par conséquent qui échappaient à toute détection, ou qui se trouvaient à l'extérieur de la zone d'étude.

KINGSLEY, M.C.S., 1996. Population index estimate for the belugas of the St. Lawrence in 1995. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2117, 38 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un recensement aérien de la population de bélugas (Delphinapterus leucas) de fleuve Saint-Laurent eut lieu le 25 août 1995. Deux avions, volant à 4000 pieds d'altitude, équipés chacun d'une caméra de cartographie métrique prenaient des clichés de 9 po. x 9 po. avec une lentille de 6 po. selon une grille systématique de transects orientés nord-ouest-sud-est s'étendant de l'Île aux Coudres à l'Île du Bic. Un transect tous les 2 milles nautiques procura un recouvrement de 50 % de l'estuaire. Mille quatre-vingt-douze clichés furent pris sur film couleur positif pour survol aérien. En même temps, un seul observateur recensait visuellement le fjord du Saguenay à bord d'un autre avion. Le vent fut léger et le ciel clair sur toute l'aire de survol, permettant la prise d'images de haute qualité. Le film fut scruté sur une table lumineuse avec un microscope à faible grossissement. On repéra 377 bélugas sur 86 clichés; de ce nombre, 93 furent considérés comme des images répétées des clichés voisins, donc le compte final fut de 284. Cinquante sur 197 (25 %), de petite taille, semblaient être juvéniles. Ceci a permis un estimé de 568 (erreur type d'échantillonnage 94,0) bélugas visibles en surface. Après une correction de 15 % pour les bélugas en plongée, nous obtînmes une estimation de 653,2 (erreur type d'échantillonnage 108,1). Aucune correction pour la lumière solaire reflétée de la surface de l'eau et apparaissant sur les clichés ne fut portée au décompte. Lors du relevé visuel simultané du fjord du Saguenay, cinquante et un autres bélugas furent observés à la baie Ste-Marguerite et un autre plus en amont; ces chiffres ne furent pas corrigés pour la visibilité. L'estimé final de l'indice total de la population fut alors de 705,2. Cet estimé de l'indice de la population fut de 34 % plus élevé que celui obtenu en 1992 avec les mêmes méthodes, et de 16 % plus élevé que celui de 1990.

KINGSLEY, M.C.S., 1996. Estimation d'un indice d'abondance de la population de bélugas du Saint-Laurent en 1995. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2117, 42 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un recensement aérien de la population de bélugas (Delphinapterus leucas) de fleuve Saint-Laurent eut lieu le 25 août 1995. Deux avions, volant à 4000 pieds d'altitude, équipés chacun d'une caméra de cartographie métrique prenaient des clichés de 9 po. x 9 po. avec une lentille de 6 po. selon une grille systématique de transects orientés nord-ouest-sud-est s'étendant de l'Île aux Coudres à l'Île du Bic. Un transect tous les 2 milles nautiques procura un recouvrement de 50 % de l'estuaire. Mille quatre-vingt-douze clichés furent pris sur film couleur positif pour survol aérien. En même temps, un seul observateur recensait visuellement le fjord du Saguenay à bord d'un autre avion. Le vent fut léger et le ciel clair sur toute l'aire de survol, permettant la prise d'images de haute qualité. Le film fut scruté sur une table lumineuse avec un microscope à faible grossissement. On repéra 377 bélugas sur 86 clichés; de ce nombre, 93 furent considérés comme des images répétées des clichés voisins, donc le compte final fut de 284. Cinquante sur 197 (25 %), de petite taille, semblaient être juvéniles. Ceci a permis un estimé de 568 (erreur type d'échantillonnage 94,0) bélugas visibles en surface. Après une correction de 15 % pour les bélugas en plongée, nous obtînmes une estimation de 653,2 (erreur type d'échantillonnage 108,1). Aucune correction pour la lumière solaire reflétée de la surface de l'eau et apparaissant sur les clichés ne fut portée au décompte. Lors du relevé visuel simultané du fjord du Saguenay, cinquante et un autres bélugas furent observés à la baie Ste-Marguerite et un autre plus en amont; ces chiffres ne furent pas corrigés pour la visibilité. L'estimé final de l'indice total de la population fut alors de 705,2. Cet estimé de l'indice de la population fut de 34 % plus élevé que celui obtenu en 1992 avec les mêmes méthodes, et de 16 % plus élevé que celui de 1990.

STENSON, G.B., B. SJARE, W.G. WARREN, R.A. MYERS, M.O. HAMMILL, M.C.S. KINGSLEY, 1996. 1994 Pup production of the Northwest Atlantic harp seal, Phoca groenlandica. NAFO Sci. Counc. Stud., 26: 47-61.

Cliquer pour voir tout le texte

STENSON, G.B., M.O. HAMMILL, M.C.S. KINGSLEY, B. SJARE, W.G. WARREN, R.A. MYERS, 1995. Pup production of harp seals, Phoca groenlandica, in the Northwest Atlantic during 1994. DFO, Atlantic Fisheries, Research Document, 95/20, 32 p.

LESAGE, V., M.C.S. KINGSLEY, 1995. Bilan des connaissances de la population de bélugas (Delphinapterus leucas) du Saint-Laurent. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2041, 51 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La population de bélugas du Saint-Laurent est réduite à 500-600 individus et démontre un taux de croissance faible malgré l'absence d'exploitation. La variabilité génétique faible entre les individus, et les rares observations de bélugas à l'extérieur des limites de distribution dans le golfe du Saint-Laurent laissent supposer que cette population ne subit que peu d'immigration et qu'elle est géographiquement et génétiquement isolée. Les bélugas du Saint-Laurent montrent un taux de reproduction, des taux de survie et une structure d'âge semblable à ceux d'autres populations. Il fut suggéré que les niveaux élevés de certains organochlorés chez cette population pourraient entraîner des déficiences reproductrices et immunitaires. Bien qu'il semble que le taux d'ovulation des femelles soit semblable à celui enregistré chez d'autres populations, d'autres travaux sont néanmoins nécessaires afin de vérifier cette hypothèse.

HAMMILL, M.O., M.C.S. KINGSLEY, G.G. BECK, T.G. SMITH, 1995. Growth and condition in the Northwest Atlantic harp seal. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 52: 478-488.

FONTAINE, P.-M., C. BARRETTE, M.O. HAMMILL, M.C.S. KINGSLEY, 1994. Incidental catches of harbour porpoises (Phocoena phocoena) in the Gulf of St. Lawrence and the St. Lawrence River Estuary, Québec, Canada. Pages 159-163 in W.F. Perrin, G.P. Donovan & J. Barlow (ed.). Gillnets and cetaceans. International Whaling Commission, Cambridge (Report of the International Whaling Commission, Special issue, 15).

KINGSLEY, M.C.S., 1994. Recensement, tendance et statut de la population de bélugas du Saint-Laurent en 1992. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 1938, 41 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un recensement aérien de la population de bélugas du fleuve Saint-Laurent eut lieu le 12 septembre 1992. Deux aéronefs, chacun équipé d'un appareil photo cartographique métrique prenant des clichés de 9 po sur 9 po avec un objectif de 6 po, volèrent à 4000 pieds selon une grille de lignes systématiques orientées nord-ouest sud-est s'entendant de l'île aux Coudres à l'île du Bic. Les lignes espacées de 2 milles marins permirent un recouvrement de 50 % de l'estuaire. Le film fut analysé avec une table lumineuse et un microscope à faible grossissement. Deux cent vingt-sept bélugas furent dénombrés sur 55 clichés; 45 (20 %) de petite taille, semblaient être des juvéniles. Ceci a permis un estimé de 454 (erreur-type d'échantillonnage 61,8) bélugas visibles en surface. Après une correction de 15 % pour les bélugas en plongée, nous obtînmes une estimation de 522 (erreur-type d'échantillonnage 71,1). La correction pour les reflets solaires était de zéro pour toutes les lignes où des bélugas furent observés. Simultanément, lors du relevé aérien visuel du fjord du Saguenay, trois autres bélugas furent observés à la baie Sainte- Marguerite, donnant ainsi une estimation de 525 pour la population totale.

MARTIN, A.R., M.C.S. KINGSLEY, M.A. RAMSAY, 1994. Diving behaviour of narwhals (Monodon monoceros) on their summer grounds. Can. J. Zool., 72: 118-125.

Trois femelles adultes de la population de narvals qui passe l'été dans les eaux protégées du nord de l'Île de Baffin, Canada, ont été munies d'un système d'émetteur-radio UHF relié à un réseau satellite. Ces systèmes assuraient l'enregistrement et la transmission de données sur les plongées et la vitesse de nage et permettaient de repérer les animaux étudiés pour les périodes pouvant aller jusqu'à 19 jours. La majorité des plongées étaient restreintes aux 40 mètres supérieurs et inférieurs de la colonne d'eau. Les plongées peu profondes étaient caractérisées par des descentes et des remontées plutôt lentes (<0,5 m.s-1), des submersions de courte durée et des changements fréquents de la direction verticale. Les plongées en profondeur amenaient les animaux jusqu'au fond de l'eau ou tout près, à des profondeurs atteignant 257 m, et elles étaient plus rapides (1–2 m.s-1) et de plus longue durée (jusqu'à 15,1 min.). Les plongées au milieu de la colonne d'eau avaient des caractéristiques intermédiaires entre les deux extrêmes. Les plongées en profondeur avaient un profil "carré" caractéristique et assuraient à l'animal 7 min à la profondeur choisie, représentant 57 % du temps sous l'eau. Aucune plongée ne s'est avérée plus longue que la limite estimée de la duré d'une plongée aérobic chez cette espèce. L'activité en profondeur, constituée de mouvements de nage rapide et de plusieurs changements de la direction verticale, semblait reliée à la recherche de nourriture et correspondait bien à un régime alimentaire composé d'un grand nombre de petites proies. Dans l'ensemble, une proportion relativement peu importante du temps a été consacrée à l'activité présumée de recherche de nourriture, ce qui indique l'une ou l'autre de deux choses : ou l'alimentation est une moindre priorité à ce moment de l'année, ou alors les besoins nutritifs de l'animal peuvent être comblés facilement par la nourriture disponible à ce moment.©1994 Conseil national de recherches Canada

PATENAUDE, N.J., J.S. QUINN, P. BELAND, M. KINGSLEY, B.N. WHITE, 1994. Genetic variation of the St. Lawrence beluga whale population assessed by DNA fingerprinting. Mol. Ecol., 3: 375-381.

KINGSLEY, M.C.S., H.J. CLEATOR, M.A. RAMSAY, 1994. Summer distribution and movements of narwhals (Monodon monoceros) in Eclipse Sound and adjacent waters, North Baffin Island, N.W.T. Medd. Groenl. Bioscience, 39: 163-174.

FONTAINE, P.-M., M.O. HAMMILL, C. BARRETTE, M.C. KINGSLEY, 1994. Summer diet of the harbour porpoise (Phocoena phocoena) in the estuary and the northern Gulf of St. Lawrence. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 51: 172-178.

BREAR, K., J.D. CURREY, M.C.S. KINGSLEY, M. RAMSAY, 1993. The mechanical design of the tusk of the narwhal (Monodon monoceros : Cetacea). J. Zool., 230: 411-423.

KINGSLEY, M.C.S., 1993. Census, trend, and status of the St. Lawrence beluga population in 1992. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 1938, 17 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un recensement aérien de la population de bélugas du fleuve Saint-Laurent eut lieu le 12 septembre 1992. Deux aéronefs, chacun équipé d'un appareil photo cartographique métrique prenant des clichés de 9 po sur 9 po avec un objectif de 6 po, volèrent a 4000 pieds selon une grille de lignes systématiques orientées nord-ouest sud-est s'entendant de l'île aux Coudres à l'île du Bic. Les lignes espacées de 2 milles marins permirent un recouvrement de 50 % de l'estuaire. Le film fut analysé avec une table lumineuse et un microscope à faible grossissement. Deux cent vingt-sept bélugas furent dénombrés sur 55 clichés; 45 (20 %) de petite taille, semblaient être des juvéniles. Ceci a permis un estimé de 454 (erreur-type d'échantillonnage 61,8) bélugas visibles en surface. Après une correction de 15 % pour les bélugas en plongée, nous obtînmes une estimation de 522 (erreur-type d'échantillonnage 71,1). La correction pour les reflets solaires était de zéro pour toutes les lignes où des bélugas furent observés. Simultanément, lors du relevé aérien visuel du fjord du Saguenay, trois autres bélugas furent observés à la baie Sainte- Marguerite, donnant ainsi une estimation de 525 pour la population totale.

STENSON, G.B., R.A. MYERS, M.O. HAMMILL, I.-H. NI, W.G. WARREN, M.C.S. KINGSLEY, 1993. Pup production of harp seals, Phoca groenlandica, in the Northwest Atlantic. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 50: 2429-2439.

KINGSLEY, M.C.S., 1993. Effects of aquatic toxicity on the belugas of the St. Lawrence Estuary. Pages 186-200 in E.G. Baddaloo, S. Ramamoorthy & J.W. Moore (ed.). Proceedings of the Nineteenth Annual Aquatic Toxicity Workshop, October 4-7, 1992, Edmonton, Alberta (Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 1942).

KINGSLEY, M.C.S., M.O. HAMMILL, 1991. Photographic census survey of the St. Lawrence beluga population, 1988 and 1990. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 1776, 19 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des recensements aériens de la population de bélugas du fleuve St-Laurent eurent lieu le 31 août 1988 et le 12 septembre 1990. Les recensements prirent la forme de relevés par échantillonnage, utilisant une grille de transects systématique. Le taux d'échantillonnage fut de 37.5 p. 100 ou de 50 p. 100 dans l'aire la plus fréquentée, et de 12.5 p. 100 dans une aire additionnelle. Les caméras utilisées avaient une largeur de cliche de 9 po. x 9 po. L'estimé de 1988 fut de 427 bélugas avec une erreur standard de 60. Les chiffres correspondants pour le recensement de 1990 furent de 527 (erreur standard 268). Le dénombrement des veaux étroitement liés aux femelles a révélé une forte différence entre les deux années étudiées : 23 paires en 1990 par rapport à 3 en 1988.

STENSON, G.B., I.-H. NI, R.A. MYERS, M.O. HAMMILL, W.G. WARREN, M.C.S. KINGSLEY, 1991. Aerial survey estimates of pup production of harp seals (Phoca groenlandica) in the Gulf of St. Lawrence and off Newfoundland during March 1990. CAFSAC Res. Doc., 91/83, 38 p.

Il n'y a pas eu d'évaluation de la population de phoques du Groenland (Phoca groenlandica) nouveau-nés dans l'Atlantique nord-ouest depuis le début des années 1980, malgré une forte réduction du nombre d'animaux capturés dans la chasse commerciale depuis lors. On a procédé à un recensement par photographies aériennes et à des observations visuelles en mars 1990 pour estimer la production de nouveau-nés dans les concentrations de reproducteurs du Front et du Golfe du Saint-Laurent. On a utilisé les données sur la proportion de nouveau-nés à des stades de croissance selon l'âge reconnaissable pour inclure dans les estimations les jeunes phoques qui pouvaient être absents au moment de l'observation. On a dénombré trois concentrations de reproducteurs sur le Front et deux dans le Golfe du Saint- Saurent. En se fondant sur des observations visuelles, on a estimé à 467 200 (E-T=31 200) le nombre de nouveau-nés se trouvant dans les concentrations du Front. En y ajoutant le nombre de nouveau-nés disséminés, calculé d'après le recensement par photographies aériennes, on obtient un total de 536 400 (ET=115 300) nouveau-nés sur le Front. Cette évaluation n'est toutefois pas considérée aussi fiable que celle obtenue par estimation visuelle en raison des hypothèses associées à la combinaison des deux méthodes. Quant au nombre de nouveau-nés du Golfe (concentrations de Îles-de-la-Madeleine et de Mecatina), on l'a estimé à 110 600 (E-T=23 000), ce qui porte la production totale de nouveau-nés dans l'Atlantique nord-ouest à 577 900 (E- T=38,000), selon des estimations visuelles sur le Front et des photographies aériennes dans le Golfe.

KINGSLEY, M.C.S., 1991. Compte rendu du Symposium et de l'Atelier de travail sur le plan de recherches sur le béluga du Saint-Laurent, 5 et 6 mars 1991. Rapp. manus. can. sci. halieut. aquat., 2126, 48 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Dans le cadre du programme de recherches sur le béluga du Saint-Laurent, le ministère des Pêches et des Océans (région du Québec) a organisé un symposium portant sur les connaissances acquises sur le béluga depuis 1988. À ce symposium, était greffé un atelier de travail sur le plan de recherches regroupant des chercheurs des milieurs gouvernementaux, universitaires ainsi que du secteur privé. Les chercheurs ont présenté diverses options pour orienter la recherche sur le béluga au cours des deux prochaines années.

KINGSLEY, M.C.S., I. STIRLING, 1991. Haul-out behaviour of ringed and bearded seals in relation to defence against surface predators. Can. J. Zool., 69: 1857-1861.

Le Phoque annelé, Phoca hispida, se repose en surface au bord de trous de respiration qu'il entretient lui-même ou au bord de crevasses étroites, sur des glaces flottantes ou sur de gros îlots de glace de banquise, semble-t-il pour réduire sa vulnérabilité au prédateur l'Ours blanc, Ursus maritimus. Le Phoque annelé adopte aussi d'autres comportements anti-prédateurs en surface : il reste étendu face à son trou de respiration et face au vent et il reste vigilant. Le Phoque barbu, Erignathus barbatus, beaucoup plus gros, se repose en surface au bord de larges chenaux ou de grands trous dans la glace, ou sur la pointe de petits îlots de glace de banquise, et s'installe aussi face à l'eau et face au vent. Les phoques associés aux glaces qui ne sont pas menacés par les prédateurs de surface n'adoptent pas ces comportements©1991 Conseil national de recherches Canada

KINGSLEY, M.C.S., 1991. Proceedings of the Symposium and Workshop on the Research Plan for the Beluga of the St. Lawrence, March 5 and 6, 1991. Can. Manuscr. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2126, 44 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Dans le cadre du programme de recherches sur le béluga du Saint-Laurent, le ministère des Pêches et des Océans (région du Québec) a organisé un symposium portant sur les connaissances acquises sur le béluga depuis 1988. À ce symposium, était greffé un atelier de travail sur le plan de recherches regroupant des chercheurs des milieurs gouvernementaux, universitaires ainsi que du secteur privé. Les chercheurs ont présenté diverses options pour orienter la recherche sur le béluga au cours des deux prochaines années.

THERRIAULT, J.-C., J. PAINCHAUD, P. HODSON, M. CASTONGUAY, G. WALSH, J. GEARING, M. KINGSLEY, B. TESSIER, 1990. Le plan d'action Saint-Laurent à la Direction des sciences, Institut Maurice-Lamontagne : orientations et objectifs. Rapp. manus. can. sci. halieut. aquat., 2055, 15 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Pour le secteur Sciences-IML du Ministère des Pêches et des Océans, l'objectif principal du Plan d'action Saint-Laurent (PASL) est d'augmenter nos connaissances sur les causes et les effets de la contamination chimique dans le Saint-Laurent.

KINGSLEY, M.C.S., M.O. HAMMILL, B.P. KELLY, 1990. Infrared sensing of the under-snow lairs of the ringed seal. Mar. Mamm. Sci., 6: 339-347.

KINGSLEY, M.C.S., 1990. Status of the ringed seal, Phoca hispida, in Canada. Can. Field-Nat., 104: 138-145.

KINGSLEY, M., 1990. The narwhal. Dept. of Fisheries and Oceans (Underwater World, 61), 8 p.

KINGSLEY, M.C.S., 1990. Polar bear attack on a juvenile narwhal. Fauna Norv. Ser., A11: 57-58.

KINGSLEY, M., 1990. Le narval. Ministère des pêches et des océans (Le monde sous-marin, 61), 8 p.

KINGSLEY, M.C.S., 1990. Counting whales. Pages 75-78 in J. Prescott & M. Gauquelin (ed.). For the future of the beluga : proceedings of the International Forum for the Future of the Beluga. Presses de l'Université du Québec, Sillery, Québec.

BYERS, T.W., M.C.S. KINGSLEY, 1990. Extrauterine pregnancy in a ringed seal, Phoca hispida, from Thesiger Bay, Northwest Territories. Mar. Mamm. Sci., 6: 243-247.

KINGSLEY, M., 1989. Population dynamics of the narwhal Monodon monoceros : an initial assessment (Odontoceti : Monodontidae). J. Zool., 219: 201-208.

KINGSLEY, M.C.S., 1989. The distribution of hauled-out ringed seals and an interpretation of Taylor's law. Oecologia, 79: 106-110 .