Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Béatrice HUPPERTZ

BLASCO, D., M. LEVASSEUR, R. GÉLINAS, R. LAROCQUE, A.D. CEMBELLA, B. HUPPERTZ, E. BONNEAU, 1998. Monitorage du phytoplancton toxique et des toxines de type IPM dans les mollusques du Saint-Laurent : 1989 à 1994. Rapp. stat. can. hydrogr. sci. océan., 151, 117 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le Ministère des Pêches et des Océans réalise des programmes de monitorage de la toxicité des mollusques depuis 1984 et des algues nuisibles depuis 1989 dans le Saint-Laurent. Les algues sont échantillonnées hebdomadairement à 11 stations côtières d'avril à novembre alors que les mollusques sont récoltés dans environ 85 secteurs coquilliers de mars à novembre. Les principales algues nuisibles dénombrés sont Alexandrium tamarense (= Gonyaulax tamarensis), A. ostenfeldii, Dinophysis acuminata, D. norvegica et Phalacroma rotundatum. Les principales espèces de mollusque échantillonnées sont la moule bleue (Mytilus edulis) et la mye (Mya arenaria). Ce rapport présente une synthèse des données recueillies entre 1984 et 1994 dans le cadre de ces programmes de monitorage. Les mollusques deviennent généralement toxiques (<80 µg STX eq/100 g chair) dès que la concentration d'Alexandrium spp. (Alexandrium tamarense + A. ostenfeldii) atteint 1 000 cellules L-1. Comme il a déjà été observé dans d'autres régions, les moules sont généralement 5 fois plus toxiques que les myes à un même site. Les concentrations maximales d'Alexandrium spp. et de toxines IPM (intoxication paralysante par les mollusques) chez les moules et les myes ont été mesurées dans les régions Haute-Côte-Nord, du Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-Nord et Gaspésie-Sud-Est. De très faibles concentrations d'Alexandrium spp. ont été mesurées dans les régions Basse-Côte-Nord et Îles-de-la-Madeleine, où la toxicité des mollusques a toujours été sous la norme de 80 µg STX eq/100 g chair. Alexandrium spp. était également peu abondant dans la région Gaspésie-Sud-Ouest, bien que la toxicité des moules ait dépassée la valeur de 80 µg STX eq/100 g chair dans cette région à quelques reprises entre 1989 et 1994. La région Moyenne-Côte-Nord est caractérisée par une augmentation d'est en ouest de l'abondance d'Alexandrium spp. et de la toxicité des mollusques. Les mollusques récoltés dans la partie ouest de cette région présentent régulièrement des valeurs de toxicité supérieures à 80 µg STX eq/100 g chair. Les résultats ne nous ont pas permis de déceler de variations inter-annuelles statistiquement significatives de l'abondance d'Alexandrium spp. aux stations échantillonnées au cours des années 1989 et 1994. La toxicité des moules a cependant varié significativement entre 1984 et 1994; les toxicités minimales et maximales ayant été mesurées en 1987-88 et 1991, respectivement.

HUPPERTZ, B., M. LEVASSEUR, 1993. Monitorage du phytoplancton dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent en 1990. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 1922, 51 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Depuis 1989, une dizaine de stations situées dans l'estuaire et le nord du golfe du Saint-Laurent sont échantillonnées entre juin et novembre afin de déterminer la présence des microalgues toxiques Alexandrium spp., Dinophysis spp. et Nitzschia pungens forma multiseries. En 1990, les floraisons d'Alexandrium spp. se sont produites à la fin juin et ont été de faible intensité. Tel qu'observé en 1989, la répartition spatiale d'Alexandrium était confinée au panache des rivières Manicouagan et Aux-Outardes ainsi qu'au courant de Gaspé. De très faibles concentrations d'Alexandrium spp. ont été enregistrées sur la Basse Cote-Nord ainsi qu'aux Iles-de-la- Madeleines. Dinophysis spp. se retrouve sur tout le territoire à des concentrations beaucoup plus faibles. Nitzschia pungens forma multiseries n'a pas été observée dans la zone d'étude.

BUGDEN, G., R. FORBES, D.C. GORDON, B. HUPPERTZ, P.D. KEIZER, M. LEVASSEUR, J.L. MARTIN, R. PENNEY, J.C. SMITH, D.V.S. RAO, D.J. WILDISH, P. YEATS, 1992. Overview of canadian phytoplankton monitoring programs. Pages 105-118 in J.-C. Therriault & M. Levasseur (ed.). Proceedings of the Third Canadian Workshop on Harmful Marine Algae, Maurice-Lamontagne lnstitute, Mont-Joli, Québec, 12-14 May, 1992.

Cliquer pour voir tout le texte

SMITH, J.C., N. BOUCHARD-STEEVES, D. BLASCO, M. LEMAY, A. GERVAIS, R. GELINAS, S. GOSSELIN, B. HUPPERTZ, P. KEIZER, C.M. YENTSCH; C. POWELL, S. HANCOCK, K.H. MANN, J. MARTIN, L. BÉRARD-THERRIAULT, J.-C. THERRIAULT, E. BERDALET, 1992. Monitoring toward year 2000. Pages 91-104 in J.-C. Therriault & M. Levasseur (ed.). Proceedings of the Third Canadian Workshop on Harmful Marine Algae, Maurice-Lamontagne lnstitute, Mont-Joli, Québec, 12-14 May, 1992 .

Cliquer pour voir tout le texte