Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Valérie HARVEY

HARVEY, V., M.O. HAMMILL, 2010. Variations on spatial distribution on fish abundance in eastern Scotian shelf over the past four decades ; Variations de la distribution spatiale de l’abondance des poissons sur le plateau néo-écossais au cours des quatre dernières décennies. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2010/132, 16 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des changements majeurs dans l’abondance des poissons démersaux ont eu lieu au cours des quatre dernières décennies. Au cours de cette même période, l’abondance de phoque gris a augmentée de façon spectaculaire au niveau le plus élevé observé durant les 5 dernières décennies. Des relevés synoptiques au chalut de fond menés sur le plateau néo-écossais (4VsW zone de pêche de l'OPANO), ont été examinés afin de déterminer s'il ya eu des changements dans l'abondance de poissons par rapport à la distance de l'île de Sable. Les données ont été combinées en blocs de 10 années (1970-1979, 1980-1980, 1990-1999, 2000- 2009) qui correspondent respectivement à des périodes où l’abondance de morue est faible, élevée, faible et en baisse. L'abondance de poisson a été examinée en fonction des classes de distance fixées à 0-50 km, 50-100 km, 100-150 km et 150-200 km de l'Île de Sable. Un changement important a été observé dans les années 2000 alors que, tel qu’il était plausible de s’y attendre afin de minimiser la mortalité causée par la prédation des phoques gris, les grandes abondances de morue, de merlu, de hareng et d’aiglefin étaient observées à une plus grande distance de l’Île qu’elles ne l’étaient dans les années 1970.

HARVEY, V., M. HAMMILL, D. SWAIN, 2010. Summer overlap between a centralplace forager and its prey in the Southern Gulf of St. Lawrence ; Chevauchement estival entre un prédateur s’alimentant depuis un point central et ses proies dans le sud du golfe du Saint-Laurent. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2010/131, 52 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les prédateurs peuvent affecter les populations de proies en consommant les individus et en induisant des changements spatiaux dans leur comportement. Pour les proies, les effets indirects de la prédation peuvent être plus importants que la prédation en elle-même en affectant négativement la survie, la croissance ou la reproduction. La biomasse des poissons démersaux de grande taille de l’Atlantique Nord-Ouest s’est effondrée au début des années 1990 et n’a pas récupérée depuis alors que l’abondance de phoques gris (Halichoerus grypus) est actuellement à des niveaux historiquement élevés ce qui peut amplifier la pression de prédation qu’ils exercent sur les stocks de poissons. Nous avons utilisé des émetteurs satellite pour suivre les déplacements de 14 phoques gris autour de leur site de repos au cours de l’été dans le sud du golfe du Saint-Laurent afin d’évaluer leur chevauchement avec les poissons d’intérêt commercial dont nous avons quantifié l’abondance et la distribution spatiale à partir de données de recensement. Généralement, les phoques sont concentrés à moins de 50 km de leur site de repos et la probabilité qu’ils démontrent un comportement d’alimentation décroît avec la distance au site d’échouerie. À l’opposé de ce qui est observé où aucun site d’échouerie n’est connu, le lançon, les petites merluches blanches, les petits harengs et les petites plies rouges sont concentrés à moins de 50 km des sites de repos alors que la tanche, le capelan et le hareng de grande taille étaient plus abondants au large des côtes. En août, le chevauchement entre les phoques et les petites morues est plus important à proximité des sites de repos qu’entre 50-100 km alors que l’inverse est observé pour le lançon. En septembre, la probabilité d’avoir une aire d’alimentation dans les régions de fortes abondances de morue est plus élevée entre 50 et 100 km qu’à proximité des sites de repos. La distribution des poissons autour des échoueries de phoques gris suggère que les poissons tentent de minimiser les menaces de prédation que les phoques gris et les autres prédateurs exercent ce qui, à long terme, peut nuire au rétablissement des stocks.

HARVEY, V., M.O. HAMMILL, D.P. SWAIN, G.A. BREED, C. LYDERSEN, K.M. KOVACS, 2010. Winter foraging by a top predator, the grey seal, in relation to the distribution of prey ; Alimentation hivernale du phoque gris en relation avec la distribution des proies. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2010/124, 45 p .

Cliquer pour voir tout le texte

Identifier les aires de recherche restreinte d’un animal et les corréler à l’abondance de ressources peut aider à mieux comprendre les relations prédateurs-proies. Nous avons utilisé les données d’émetteur satellite posés sur les phoques gris entre 1993 et 2005 et les données d’abondance de poissons obtenues des relevés au chalut par navire scientifique réalisés à l’hiver entre 1994-1997 et démontrant la distribution des poissons de fond pour examiner si les déplacements des phoques étaient associés aux concentrations hivernales de plusieurs espèces de poissons dans le région du détroit de Cabot de l’Atlantique Canada. La distribution des ARS diffère entre les mâles et les femelles. Les zones de chasse des mâles se distinguent de celles des femelles par une plus grande densité de hareng, de morues de taille intermédiaire et de grande taille. La distribution de l’effort de recherche des mâles varie au cours de l’hiver. Au début de l’hiver, les mâles sont plus susceptibles d’utiliser les habitats autour de l’Île St-Paul où leurs aires de recherche restreinte sont associées à l’abondance de morue de taille intermédiaire et de grande taille. Plus tard en hiver, les mâles sont concentrés au sud-est de cette région où ils sont négativement associés au turbot de grande taille, à la morue de taille intermédiaire et à la petite plie grise. Les aires de recherche restreinte des femelles sont aussi concentrées dans cette région. Celles-ci sont négativement reliées à l’abondance de petites plies grises alors que la probabilité d’avoir un comportement de recherche restreinte le long du trajet des femelles augmente avec la densité de sébaste de taille intermédiaire et décroît avec l’abondance de grand sébastes et merluche blanche. Les différences spatiales et temporelles observées dans la distribution des ARS et des communautés de poissons recherchés par les mâles et les femelles peuvent refléter des différences dans les besoins énergétiques pour la reproduction. En concentrant leur activité dans des endroits où l’abondance des poissons de grande taille est importante au début de l’hiver, les phoques gris mâles peuvent avoir un impact sur les poissons d’intérêt commercial.