Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Denis GILBERT

DIONNE, S., J.A. GAGNÉ, D. GILBERT, C. ROULEAU, 2011. Processus consultatif scientifique régional sur l’examen du plan de suivi écologique de la zone de protection marine Estuaire du Saint-Laurent, 3-5 Mai 2011, Institut Maurice-Lamontagne, Mont-Joli, Qc ; Regional Science Advisory Process on the Review of the St. Lawrence Estuary Marine Protected Area Ecological Monitoring Plan, Mai 3-5, 2011, Maurice Lamontagne Institute, Mont-Joli, Qc. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series, 2011/037, 18 p.

Cliquer pour voir tout le texte

JURANEK, L.W., R.A. FEELY, D. GILBERT, H. FREELAND, L.A. MILLER, 2011. Real-time estimation of pH and aragonite saturation state from Argo profiling floats : prospects for an autonomous carbon observing strategy. Geophys. Res. Lett., 38(17): art. no. L17603.

[Résumé disponible seulement en anglais]
We demonstrate the ability to obtain accurate estimates of pH and carbonate mineral saturation state (O) from an Argo profiling float in the NE subarctic Pacific. Using hydrographic surveys of the NE Pacific region, we develop empirical algorithms to predict pH and O using observations of temperature (T) and dissolved O2. We attain R2 values greater than 0.98 and RMS errors of 0.018 (pH), 0.052 (Oarag), and 0.087 (Ocalc) for data between 30—500 m, σθ < 27.1. After calibrating optode-based O2 data, we apply the algorithms to T and O2 data from an Argo profiling float to produce a 14 month time-series of estimated pH and Oarag in the upper water column of the NE subarctic Pacific. Comparison to independent data collected nearby in 2010 indicates pH and Oarag estimates are robust. Although the method will not allow detection of anthropogenic trends in pH or Oarag, this approach will provide insight into natural variability and the key biogeochemical controls on these parameters. Most importantly, this work demonstrates that an assemblage of well-calibrated regional algorithms and Argo float data can be used as a low-cost, readily-deployable component of a global ocean carbon observing strategy.©2011 American Geophysical Union

GENOVESI, L., A. DE VERNAL, B. THIBODEAU, C. HILLAIRE-MARCEL, A. MUCCI, D. GILBERT, 2011. Recent changes in bottom water oxygenation and temperature in the gulf of St. Lawrence : micropaleontological and geochemical evidence. Limnol. Oceanogr., 56(4): 1319-1329.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Micropaleontological and geochemical analyses of a sediment core collected in the Laurentian Trough of the Gulf of St. Lawrence were carried out to reconstruct temporal variations in pelagic productivity and benthic environmental conditions. Dinoflagellate cyst assemblages reveal relatively stable pelagic productivity over the last two centuries. Similarly, geochemical (organic C, Corg :N) and isotopic (δ13Corg, δ15N) data reveal that organic matter fluxes to the seafloor have been relatively constant over the same period. In contrast, significant changes are recorded in the benthic foraminifer assemblages. A sediment surface peak in the abundance of Cassidulina laevigata and Brizalina subaenariensis is consistent with the recent record of oxygen depletion in the bottom water. A decrease in the relative abundance of Nonionellina labradorica, concomitant with a relatively higher occurrence of Oridorsalis umbonatus in the upper part of the core, reflects a significant warming of the bottom water. Changes in bottom-water properties are further constrained by a negative trend of the δ18O in Bulimina exilis carbonate shells over the last century, corresponding to a warming of about 2 °C. These results strongly suggest that the recent oxygen depletion in the bottom waters of the Gulf of St. Lawrence is due to changes in water masses that have led to increased bottom-water temperatures and, to some extent, a resultant increase in organic matter respiration rates.©2011 American Society of Limnology and Oceanography, Inc.

PETTIGREW, B., P. LAROUCHE, D. GILBERT, 2011. Validation des images composites des températures de surface produites au laboratoire de télédétection de l’Institut Maurice- Lamontagne. Rapp. tech. can. hydrogr. sci. océan., 270, 39 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un système opérationnel entièrement automatisé ayant la charge de produire des images composites des températures de surface (SST) des eaux canadiennes a été élaboré au laboratoire de télédétection de l’Institut Maurice-Lamontagne (IML) à partir de données du capteur Advanced Very High Resolution Radiometer (AVHRR). Des températures de surface de l’eau mesurées in situ provenant de six stations réparties dans l’estuaire et le golfe du St-Laurent ont servi à la validation des images composites pour la période allant d’août 1995 à août 2004. Pour l’ensemble des stations nous avons calculé les statistiques des différences entre les moyennes SST et les moyennes de températures in situ pour des périodes de 1, 7 et 15 jours et nous avons obtenu respectivement les valeurs moyennes (écarts-types) de -0,26 °C (1,06 °C), -0,21 °C (0,90 °C) et -0,13 °C (0,84 °C). D’autre part, les résultats montrent que la précision des moyennes journalières est fortement corrélée avec le nombre de mesures composant ces moyennes ; toutefois, à la plupart des stations, cette corrélation diminue rapidement pour les moyennes de 7 et 15 jours. Finalement, nous avons estimé, au niveau de confiance à 95 %, l’erreur maximale absolue journalière et hebdomadaire à pratiquement toutes les stations.

GALBRAITH, P.S., J. CHASSÉ, D. GILBERT, P. LAROUCHE, D. BRICKMAN, B. PETTIGREW, L. DEVINE, A. GOSSELIN, R.G. PETTIPAS, C. LAFLEUR, 2011. Physical oceanographic conditions in the Gulf of St. Lawrence in 2010 ; Conditions océanographiques physique dans le golfe du Saint-Laurent en 2010. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2011/045, 86 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le présent document donne un aperçu des conditions d’océanographie physique qui ont prévalu dans le golfe du Saint-Laurent en 2010. Les températures de l’air moyennées de janvier à mars, d’octobre à décembre, ainsi qu’annuellement ont atteint des niveaux records. L’apport d’eau douce mensuel moyen mesuré à Québec a été normal pour l’ensemble de l’année 2010, mais a été supérieur à la moyenne au cours de l’hiver et l’automne, ce qui fut compensé par une crue printanière presque absente. Les températures de l’eau près de la surface ont été normales ou supérieures à la normale dans l’ensemble du golfe pendant tous les mois de l’année, à l’exception de la région de la cuvette de Mécatina et du chenal Esquiman au cours du mois de juin. Le volume maximal des glaces dans le Golfe s’est établi à 11 km³, une valeur minimum depuis 1969. La durée de la saison de glace 2009-2010 a été plus courte que la normale et était associée à une fonte précoce. Les entrées hivernales d’eaux froides et salées du plateau du Labrador ont rempli entièrement la cuvette de Mécatina au cours de l’hiver 2010. La propagation de cette intrusion s’est davantage limitée près du détroit de Belle Isle et de la côte nord comparativement aux conditions observées en 2009, se traduisant par un volume global plus faible (809 km³). Ce faible volume a néanmoins représenté 29 % de la couche hivernale de surface plus froide que – 1 °C. Le volume de cette couche hivernale, sélectionnée avec un critère moins strict de la température, sous 0 °C au lieu de – 1 °C, était de 13 900 km³ (excluant l’estuaire). C’est une valeur supérieure de 0,7 fois l’écart type à la moyenne de la période 1996-2009, et correspondait à 42 % du volume d’eau total présent dans le Golfe. Cependant, la couche de surface hivernale était chaude, autour de 1 °C au dessus du point de congélation. Ce fut la première fois en 15 ans de monitorage hivernal que de telles conditions ont été observées. L’indice de la CIF (couche intermédiaire froide) d’été pour 2010 s’est établi à – 0,04 °C, ce qui est comparable aux conditions observées en 2000 et représente une forte augmentation (de 0,38 °C) par rapport à l’été 2009. Sur le Plateau madelinien, aucune partie du fond n’était couverte par des eaux de température < 0 °C en septembre 2010, tel qu’observé aussi en 2005, 2006, 2007 et 2009. Les profils régionaux de la CIF d’août et de septembre indiquent que les couches où T < 1 °C et < 0 °C ont été beaucoup plus minces dans la plupart du Golfe en 2010 comparativement à 2009 et que la température minimale était en général supérieure dans l’ensemble du Golfe. Les températures dans la colonne d’eau observées en mars 2010 ont été caractérisées par une couche de surface très épaisse dans la plupart des régions, mais particulièrement chaude, et caractérisée par une épaisse intrusion d’eaux du Golfe dans l’Estuaire. Dès le mois de juin, la CIF s’était amincie vers des épaisseurs normales mais avait encore des températures minimales au dessus de la normale. Le taux de réchauffement de la CIF a semblé plus faible qu’habituellement car les températures minimales de la CIF étaient près de la normale dès le mois d’août dans certaines régions, et davantage en novembre. Les eaux profondes de l’estuaire qui étaient chaudes en 2009 ont été remplacées par des eaux plus froides que la normale dès juin 2010. Des eaux très chaudes occupaient le détroit de Cabot en juin à 250 m, la profondeur du maximum de température, et il y a des signes que la partie supérieure de ces eaux a été échantillonnée en mars. Ces eaux chaudes étaient encore présentes dans le détroit de Cabot durant les relevés d’août et de novembre. Dans l’ensemble, la température a été généralement sous la normale à une profondeur allant de 200 à 300 m, tandis que la salinité était sous la normale de 150 à 300 m. Les températures à 300 m ont globalement augmenté légèrement, mais de façon significative au détroit de Cabot (par 1 écart-type) où l’anomalie atteignait +1 écart-type. La salinité à 200 m et 300 m a diminué globalemnt de 0,6 écart-type mais a augmenté au détroit de Cabot pour atteindre +0,6 écart-type à 200 m. Les eaux profondes de l’estuaire devraient se refroidir durant les deux prochaines années, l’anomalie chaude présente en 2010 dans le détroit de Cabot qui devrait remonter le chenal Laurentien vers l’estuaire par la suite. La couche de surface était épaisse et très chaude en novembre 2010, plus chaude même que les conditions de novembre 2009 qui étaient précurseurs de l’hiver record de 2010.

DE VERNAL, A., G. ST-ONGE, D. GILBERT, 2011. Oceanography and quaternary geology of the St. Lawrence Estuary and the Saguenay Fjord. IOP Conf. Series: Earthand and Environmental Science, 14(1): Art. no 012004.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The St. Lawrence Estuary is an environment marked by important freshwater discharge and well stratified water masses, recording large seasonal contrast in surface waters from freezing conditions in winter to temperate conditions in summer due to a very strong seasonal cycle in overlying air temperature. High productivity takes place in the pelagic and benthic environments, where a recent trend toward bottom water hypoxia is observed. The area was profoundly marked by the Quaternary glaciations. Thick glaciomarine sequences dating from the last deglaciation are observed in the Estuary and along the shores, whereas a relatively thin layer (a few meters at most) of hemipelagic mud was deposited during the Holocene.©2011 IOP Publishing Ltd

MUCCI, A., M. STARR, D. GILBERT, B. SUNDBY, 2011. Acidification of Lower St. Lawrence estuary bottom waters. Atmos.-Ocean, 49(3): 206-218.

L’accumulation de CO2 métabolique acidifie l’eau de mer au-delà de ce qui est généré par l’ajout de CO2 anthropique. L’impact de la respiration sur la spéciation des espèces carbonatées en solution et du pH est plus marqué dans les bassins hypoxiques et anoxiques où le CO2 métabolique atteint de fortes concentrations. Dans l’estuaire maritime du Saint-Laurent (EMSL), des eaux profondes sévèrement hypoxiques se sont développées depuis les derniers 80 ans. Nous avons reconstitué l’évolution du pH des eaux de fond à l’aide de mesures historiques et récentes ainsi que des principes de base qui décrivent la relation stoéchiométrique entre la consommation d’oxygène et la production de CO2 métabolique issu de la dégradation microbienne de la matière organique. Selon la valeur de la pression partielle en CO2 qui reproduit le plus précisément les concentrations de carbone inorganique dissous préformées dans les eaux profondes, nous avons estimé l’âge moyen de ces eaux à 16 ± 3 ans. Le pH des eaux profondes s’est abaissé de 0.2 à 0.3 depuis 75 ans, ce qui est de 4 à 6 fois plus important que ce qui est attribuable au transfert du CO2 anthropique. La décroissance du pH est accompagnée par une diminution du degré de saturation par rapport à la calcite et l’aragonite. En 2007, les eaux profondes de l’EMSL demeurent légèrement sursaturées par rapport à la calcite (Oc ≈ 1.06 ± 0.04) mais sont sévèrement sous-saturées par rapport à l’aragonite (Oa ≈ 0.67 ± 0.03).© 2011 Taylor & Francis

OUELLET, M., B. PETRIE, J. CHASSÉ, D. GILBERT, 2011. Temporal and spatial scales of temperature, salinity and current velocity on the Newfoundland Grand Banks and in the Gulf of St. Lawrence. Can. Tech. Rep. Hydrogr. Ocean Sci., 272, 85 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Afin d’évaluer la représentativité du Programme de Monitorage de la Zone Atlantique (PMZA), nous présentons une analyse de la variabilité spatiale et temporelle de la température, de la salinité et du courant dans les eaux atlantiques canadiennes, à partir de données historiques de mouillages. Des fonctions de corrélation spatiale sont estimées dans les directions verticale et horizontale entre des données simultanées de capteurs séparés. Les échelles temporelles sont évaluées au moyen de la fonction d’auto corrélation temporelle. L’analyse se concentre sur deux régions: les Grand Bancs de Terre-Neuve et le golfe du Saint-Laurent. Sur les Grand Bancs, la péninsule d’Avalon, le col Flamand, le plateau du Sud-Est et les lieux de CASP2. Dans le golfe, le détroit de Belle Isle, le détroit de Jacques-Cartier, l’estuaire Saint-Laurent, le courant de Gaspé, le centre du golfe et le détroit de Cabot.

GILBERT, D., 2011. Aller en ligne droite sur une planète qui tourne : la force de Coriolis. Accromath, 6(2): 24-29.

PENA, M.A., S. KATSEV, T. OGUZ, D. GILBERT, 2010. Modeling dissolved oxygen dynamics and hypoxia. Biogeosciences, 7(3): 933-957.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Hypoxia conditions are increasing throughout the world, influencing biogeochemical cycles of elements and marine life. Hypoxia results from complex interactions between physical and biogeochemical processes, which can not be understood by observations alone. Models are invaluable tools at studying system dynamics, generalizing discrete observations and predicting future states. They are also useful as management tools for evaluating site-specific responses to management scenarios. Here we review oxygen dynamics models that have significantly contributed to a better understanding of the effects of natural processes and human perturbations on the development of hypoxia, factors controlling the extent and temporal variability of coastal hypoxia, and the effects of oxygen depletion on biogeochemical cycles. Because hypoxia occurs in a variety of environments and can be persistent, periodic or episodic, models differ significantly in their complexity and temporal and spatial resolution. We discuss the progress in developing hypoxia models for benthic and pelagic systems that range from simple box models to three dimensional circulation models. Applications of these models in five major hypoxia regions are presented. In the last decades, substantial progress has been made towards the parameterization of biogeochemical processes in both hypoxic water columns and sediments. In coastal regions, semi-empirical models have been used more frequently than mechanistic models to study nutrient enrichment and hypoxia relationships. Recent advances in three-dimensional coupled physical-ecological-biogeochemical models have allowed a better representation of physical-biological interactions in these systems. We discuss the remaining gaps in process descriptions and suggest directions for improvement. Better process representations in models will help us answer several important questions, such as those about the causes of the observed worldwide increase in hypoxic conditions, and future changes in the intensity and spread of coastal hypoxia. At the same time, quantitative model intercomparison studies suggest that the predictive ability of our models may be adversely affected by their increasing complexity, unless the models are properly constrained by observations.©2010 European Geosciences Union

RABALAIS, N.N., R.J. DIAZ, L.A. LEVIN, R.E. TURNER, D. GILBERT, J. ZHANG, 2010. Dynamics and distribution of natural and human-caused hyposia. Biogeosciences, 7(2): 585-619.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Water masses can become undersaturated with oxygen when natural processes alone or in combination with anthropogenic processes produce enough organic carbon that is aerobically decomposed faster than the rate of oxygen re-aeration. The dominant natural processes usually involved are photosynthetic carbon production and microbial respiration. The re-supply rate is indirectly related to its isolation from the surface layer. Hypoxic water masses (<2 mg L-1, or approximately 30 % saturation) can form, therefore, under "natural" conditions, and are more likely to occur in marine systems when the water residence time is extended, water exchange and ventilation are minimal, stratification occurs, and where carbon production and export to the bottom layer are relatively high. Hypoxia has occurred through geological time and naturally occurs in oxygen minimum zones, deep basins, eastern boundary upwelling systems, and fjords. Hypoxia development and continuation in many areas of the world's coastal ocean is accelerated by human activities, especially where nutrient loading increased in the Anthropocene. This higher loading set in motion a cascading set of events related to eutrophication. The formation of hypoxic areas has been exacerbated by any combination of interactions that increase primary production and accumulation of organic carbon leading to increased respiratory demand for oxygen below a seasonal or permanent pycnocline. Nutrient loading is likely to increase further as population growth and resource intensification rises, especially with increased dependency on crops using fertilizers, burning of fossil fuels, urbanization, and waste water generation. It is likely that the occurrence and persistence of hypoxia will be even more widespread and have more impacts than presently observed. Global climate change will further complicate the causative factors in both natural and human-caused hypoxia. The likelihood of strengthened stratification alone, from increased surface water temperature as the global climate warms, is sufficient to worsen hypoxia where it currently exists and facilitate its formation in additional waters. Increased precipitation that increases freshwater discharge and flux of nutrients will result in increased primary production in the receiving waters up to a point. The interplay of increased nutrients and stratification where they occur will aggravate and accelerate hypoxia. Changes in wind fields may expand oxygen minimum zones onto more continental shelf areas. On the other hand, not all regions will experience increased precipitation, some oceanic water temperatures may decrease as currents shift, and frequency and severity of tropical storms may increase and temporarily disrupt hypoxia more often. The consequences of global warming and climate change are effectively uncontrollable at least in the near term. On the other hand, the consequences of eutrophication-induced hypoxia can be reversed if long-term, broad-scale, and persistent efforts to reduce substantial nutrient loads are developed and implemented. In the face of globally expanding hypoxia, there is a need for water and resource managers to act now to reduce nutrient loads to maintain, at least, the current status.©2010 European Geosciences Union

ZHANG, J., D. GILBERT, A.J. GOODAY, L. LEVIN, S.W.A. NAQVI, J.J. MIDDELBURG, M. SCRANTON, W. EKAU, A. PENA, B. DEWITTE, T. OGUZ, P.M.S. MONTEIRO, E. URBAN, N.N. RABALAIS, V. ITTEKKOT, W.M. KEMP, O. ULLOA, R. ELMGREN, E. ESCOBAR-BRIONES, A.K. VAN DER PLAS, 2010. Natural and human-induced hypoxia and consequences for coastal areas : synthesis and future development. Biogeosciences, 7(5): 1443-1467.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Hypoxia has become a world-wide phenomenon in the global coastal ocean and causes a deterioration of the structure and function of ecosystems. Based on the collective contributions of members of SCOR Working Group #128, the present study provides an overview of the major aspects of coastal hypoxia in different biogeochemical provinces, including estuaries, coastal waters, upwelling areas, fjords and semi-enclosed basins, with various external forcings, ecosystem responses, feedbacks and potential impact on the sustainability of the fishery and economics. The obvious external forcings include freshwater runoff and other factors contributing to stratification, organic matter and nutrient loadings, as well as exchange between coastal and open ocean water masses. Their different interactions set up mechanisms that drive the system towards hypoxia. Coastal systems also vary in their relative susceptibility to hypoxia depending on their physical and geographic settings. It is understood that coastal hypoxia has a profound impact on the sustainability of ecosystems, which can be seen, for example, by the change in the food-web structure and system function; other influences include compression and loss of habitat, as well as changes in organism life cycles and reproduction. In most cases, the ecosystem responds to the low dissolved oxygen in non-linear ways with pronounced feedbacks to other compartments of the Earth System, including those that affect human society. Our knowledge and previous experiences illustrate that there is a need to develop new observational tools and models to support integrated research of biogeochemical dynamics and ecosystem behavior that will improve confidence in remediation management strategies for coastal hypoxia.©2010 European Geosciences Union

GILBERT, D., N.N. RABALAIS, R.J. DIAZ, J. ZHANG, 2010. Evidence for greater oxygen decline rates in the coastal ocean than in the open ocean. Biogeosciences, 7(7): 2283-2296.

[Résumé disponible seulement en anglais]
In the global ocean, the number of reported hypoxic sites (oxygen <30 % saturation) is on the rise both near the coast and in the open ocean. But unfortunately, most of the papers on hypoxia only present oxygen data from one or two years, so that we often lack a long-term perspective on whether oxygen levels at these locations are decreasing, steady or increasing. Consequently, we cannot rule out the possibility that many of the newly reported hypoxic areas were hypoxic in the past, and that the increasing number of hypoxic areas partly reflects increased research and monitoring efforts. Here we address this shortcoming by computing oxygen concentration trends in the global ocean from published time series and from time series that we calculated using a global oxygen database. Our calculations reveal that median oxygen decline rates are more severe in a 30 km band near the coast than in the open ocean (>100 km from the coast). Percentages of oxygen time series with negative oxygen trends are also greater in the coastal ocean than in the open ocean. Finally, a significant difference between median published oxygen trends and median trends calculated from raw oxygen data suggests the existence of a publication bias in favor of negative trends in the open ocean.©2010 European Geosciences Union

GILBERT, D., J. CHRISTIAN, 2010. Fertilisation des océans : atténuation des impacts environnementaux de la recherche scientifique. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Avis scientifique, 2010/012, 15 p.

Cliquer pour voir tout le texte

EKAU, W., H. AUEL, H.-O. PORTNER, D. GILBERT, 2010. Impacts of hypoxia on the structure and processes in pelagic communities (zooplankton, macro-invertebrates and fish). Biogeosciences, 7(5): 1669-1699.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Dissolved oxygen (DO) concentration in the water column is an environmental parameter that is crucial for the successful development of many pelagic organisms. Hypoxia tolerance and threshold values are species- and stagespecific and can vary enormously. While some fish species may suffer from oxygen values of less than 3 mL OL-1 through impacted growth, development and behaviour, other organisms such as euphausiids may survive DO levels as low as 0.1 mL O2 L-1. A change in the average or the range of DO may have significant impacts on the survival of certain species and hence on the species composition in the ecosystem with consequent changes in trophic pathways and productivity. Evidence for the deleterious effects of oxygen depletion on pelagic species is scarce, particularly in terms of the effect of low oxygen on development, recruitment and patterns of migration and distribution. While planktonic organisms have to cope with variable Dos and exploit adaptive mechanisms, nektonic species may avoid areas of unfavourable DO and develop adapted migration strategies. Planktonic organisms may only be able to escape vertically, above or beneath the Oxygen Minimum Zone (OMZ). In shallow areas only the surface layer can serve as a refuge, but in deep waters many organisms have developed vertical migration strategies to use, pass through and cope with the OMZ. This paper elucidates the role of DO for different taxa in the pelagic realm and the consequences of low oxygen for foodweb structure and system productivity. We describe processes in two contrasting systems, the semi-enclosed Baltic Sea and the coastal upwelling system of the Benguela Current to demonstrate the consequences of increasing hypoxia on ecosystem functioning and services.©2010 Copernicus Publications on behalf of the European Geosciences Union

GILBERT, D., J. CHRISTIAN, 2010. Ocean fertilization : mitigating environmental impacts of future scientific research. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Science Advisory Report, 2010/012, 14 p.

Cliquer pour voir tout le texte

GRUBER, N., S.C. DONEY, S.R.EMERSON, D. GILBERT, T. KOBAYASHI, A. KÖRTZINGER, G.C. JOHNSON, K.S. JOHNSON, S.C. RISER AND O. ULLOA, 2010. Adding oxygen to Argo : developing a global in-situ observatory for ocean deoxygenation and biogeochemistry. 10 pages in J. Hall, D.E. Harrison & D. Stammer (eds.). Proceedings of OceanObs'09 : Sustained Ocean Observations and Information for Society (Vol.2), Venice, Italy, 21-25 September 2009 (ESA Publication, WPP-306).

[Résumé disponible seulement en anglais]
We propose to add dissolved oxygen sensors to the Argo float program in order to determine, on a global-scale, seasonal to decadal time-scale variations in dissolved oxygen concentrations throughout the upper ocean. Such observations are especially important to document the ocean’s expected loss of oxygen as a result of ocean warming, but there are many other benefits including the opportunity to estimate net community and export production, the assessment of changes in low oxygen regions, and improved estimates of the oceanic uptake of anthropogenic CO2. The proposed joint Argo-Oxygen program is made possible by the recent development of dissolved oxygen sensors that are both precise and stable over extended periods and can be easily integrated with the currently used Argo floats. Results from the more than 200 oxygen equipped Argo float have not only demonstrated the feasibility of the program, but also produced already many insights and discoveries. Achieving the main goal of the Argo-Oxygen program does not require any appreciable changes in the deployment and operating strategies of the current Argo program and can therefore be implemented without a significant impact on Argo’s core mission. A two-phase implementation is proposed, consisting of a small set of regional pilot-studies, followed by a build-up toward a global implementation. The cost of adding oxygen sensors to all floats of the Argo program is estimated to be about USD 4.2 million per year. The proposed Argo-Oxygen program will add substantial value to Argo by expanding the number of Argo data users, as well as by creating new synergies between the physical and the biogeochemical ocean research communities. The new observations will also contribute to the activities of various international networks and partnerships for Earth Observing Systems.©2010 OceanObs'09

DALE, V.H., C. KLING, J.L. MEYER, J. SANDERS, H. STALLWORTH, T. ARMITAGE, D. WANGSNESS, T.S. BIANCHI, A. BLUMBERG, W. BOYNTON, D.J. CONLEY, W. CRUMPTON, M.B. DAVID, D. GILBERT, R.W. HOWARTH, R. LOWRANCE, K. MANKIN, J. OPALUCH, H. PAERL, K. RECKHOW, A.N. SHARPLEY, T.W. SIMPSON, C. SNYDER, D. WRIGHT, 2010. Hypoxia in the Northern Gulf of Mexico. Springer, New York, 284 p..

Cliquer pour voir tout le texte

[Résumé disponible seulement en anglais]
Hypoxia in the Northern Gulf of Mexico is based on an extensive review conducted by the Hypoxia Advisory Panel of the Science Advisory Board for the Environmental Protection Agency, which was chaired by the editor. The book examines scientific advances that, since 2000, have increased understanding of hypoxia in the Gulf. It discusses characterization of its cause, characterization of its nutrient fate, transport, and sources, and the scientific basis for goals and management options. Using available data, including models, model results, and uncertainty, the advisory team addresses the strengths and limitations of managing the Gulf hypoxia problem. This book will be of interest to specialists in the fields of environmental sciences, social sciences, economics, landscape architecture, planning, and communication of risks.©2011 Springer

GILBERT, D., 2010. National Advisory Meeting on Ocean Fertilization Consequences and Impacts, September 29 and 30, 2009, Boulton Room, 615 Booth Street, Ottawa, Ontario ; Réunion d’avis scientifique nationale sur les conséquences et impacts de la fertilisation, les 29 et 30 septembre 2009, Salle Boulton, 615, rue Booth, Ottawa (Ontario). DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings series, ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus, 2010/025, 28 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La Convention de Londres sur la prévention de la pollution des mers résultant de l’immersion de déchets et autres matières a été adoptée en 1972 (mise à jour en 1996 par le Protocole de Londres ) afin de prévenir la pollution des mers et d’interdire l’immersion délibérée de déchets et autres matières dans les mers, sauf si l’on a un permis. En 2008, une résolution non contraignante a été adoptée pour limiter les activités de fertilisation des océans à l’« exécution de travaux de recherche scientifique justifiés ». En conséquence, un cadre d’évaluation provisoire pour la recherche scientifique a été élaboré afin d’évaluer les propositions de recherche scientifique une par une. Les 29 et 30 septembre 2009, des chercheurs d’universités canadiennes et du gouvernement fédéral ont organisé une réunion à Ottawa (Ontario) pour discuter de la fertilisation des océans et présenter des avis scientifiques à la délégation canadienne lors de la Convention de Londres, ainsi que pour présenter des commentaires au groupe de travail scientifique concernant leur cadre d’évaluation provisoire. Dans un document de discussion, distribué avant la réunion, on a examiné les conséquences prévues et imprévues de la fertilisation des océans et déterminé l’échelle à laquelle un projet ne serait pas susceptible de causer des dommages irréversibles et inacceptables à l’écosystème en pleine mer. Dans ce document, on a également examiné le cadre d’évaluation provisoire et étudié les possibilités de domaines prioritaires pour la recherche future. Il y a eu consensus pour dire que les expériences effectuées jusqu’à maintenant renforcent notre compréhension des écosystèmes et des cycles biogéochimiques des océans, mais que cela ne donne qu’un aperçu des conséquences de la fertilisation à grande échelle des océans sur le système océanique et le climat mondial. La recherche scientifique à venir sur la fertilisation des océans devrait avoir des limites temporelles et spatiales et devrait se concentrer sur l’amélioration de notre compréhension des processus océaniques et non pas sur la viabilité de la géo-ingénierie. Le cadre d’évaluation provisoire a été perçu comme un mécanisme acceptable en matière de réglementation de la recherche scientifique en pleine mer. L’Avis scientifique 2010/012, « Fertilisation des océans : atténuation des impacts environnementaux de la recherche scientifique » constitue le résultat de cette réunion.

GALBRAITH, P.S., R.G. PETTIPAS, J. CHASSÉ, D. GILBERT, P. LAROUCHE, B. PETTIGREW, A. GOSSELIN, L. DEVINE, C. LAFLEUR, 2010. Physical Oceanographic Conditions in the Gulf of St. Lawrence in 2009 Conditions d’océanographie physique dans le golfe du Saint-Laurent en 2009. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2010/035, 77 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Lle présent document donne un aperçu des conditions d’océanographie physique qui ont prévalu dans le golfe du Saint-Laurent en 2009. La moyenne des températures de l’air établie pour la période allant de janvier à mars a été près de la normale, ce qui a contribué à la formation d’une couverture de glace qui est demeurée juste sous la normale climatologique. En général, les températures de l’air ont été normales ou supérieures à la normale pendant le reste de l’année. L’apport d’eau douce mensuel moyen mesuré à Québec a été normal pour l’ensemble de l’année 2009, mais a été supérieur à la moyenne au cours du mois de juillet et inférieur à la normale à l’automne. Les températures de l’eau près de la surface ont été en général supérieures à la normale dans l’ensemble du golfe à l’exception du nord-ouest du Golfe et de l’Estuaire au cours des mois de juin, et partout en août. Le volume maximal des glaces dans le Golfe et sur le Plateau néo-écossais s’est établi à 65 km³, une valeur sous la normale selon de nouvelles estimations de volumes de glace pour la période s’étendant de 1971 à 2000. La durée de la saison de glace a été plus longue que la normale dans l’Estuaire, normale dans le centre du Golfe et le détroit de Cabot, et plus courte ailleurs. Ceci était associée à une variabilité dans la date d’englacement, la fin de la saison étant normale partout. Les entrées hivernales d’eaux froides et salées du plateau du Labrador ont rempli entièrement la cuvette de Mécatina au cours de l’hiver 2009. La propagation de cette intrusion s’est davantage limitée près de la côte comparativement aux conditions observées en 2008, se traduisant par un volume global plus faible (1270 km³), similaire aux valeurs observées en 2002. Le volume de la couche mélangée d’eau froide d’hiver s’est établi à 14 000 km³, une valeur supérieure de 0,7 fois l’écart type à la moyenne de la période 1996-2009, et correspondait à 42 % du volume d’eau total présent dans le Golfe. L’indice de la CIF (couche intermédiaire froide) d’été pour 2009 s’est établi à - 0,42 °C, ce qui est comparable aux conditions très froides observées en 2002, 2004, 2005 et 2007 et représente une forte augmentation (de 0,32 °C) par rapport à l’été 2008. Sur le Plateau madelinien, presque qu’aucune proportion du fond a été couverte par des eaux de température < 0 °C en septembre 2009, telle qu’observé aussi en 2005, 2006 et 2007. Les profils régionaux de la CIF d’août et de septembre indiquent que les couches où T < 1 °C et < 0 °C ont été beaucoup plus minces dans la plupart des parties du Golfe en 2009 comparativement à 2008 et que la température minimale était en général supérieure dans l’ensemble du Golfe. Dans le nord du Golfe, la superficie couverte par des eaux de faibles températures (< 1 °C) a diminuée en août 2009 par rapport à août 2008. Les températures dans la colonne d’eau observées en mars 2009 ont été caractérisées par une couche de surface froide très épaisse dans la plupart des régions, et particulièrement par une épaisse intrusion des eaux froides du Golfe dans l’Estuaire. Dès le mois de juin, l’épaisseur de la CIF s’était amincie vers des conditions normales et la tendance au réchauffement s’est maintenue jusqu’en août, plus particulièrement sur le Plateau madelinien. En octobre-novembre, les conditions de la CIF était normales presque partout, sauf dans l’Estuaire et le nord-ouest du Golfe où la CIF était profonde ainsi que la couche de surface mélangée. Dans l’ensemble, les températures et la salinité ont été généralement normales à une profondeur allant de 150 à 200 m, et sous la normale à 250 et 300 m. Les températures et la salinité à 300 m ont diminué pour une troisième année consécutive pour atteindre des valeurs sous la normale, composées d’eaux de température normale dans l’Estuaire et le nord-ouest du Golfe et à des températures plus froides dans le centre et s’écoulant dans le Golfe depuis le détroit de Cabot. Cette anomalie froide poursuivra son cours vers l’Estuaire dans les prochaines années.

CHRISTIAN, J., A. PENA, K. DENMAN, D. GILBERT, P. LYON, 2010. Information in support of Science Advisory Report (SAR) 2010/012 : «Ocean Fertilization : Mitigating Environmental Impacts of Future Scientific Research» ; Information à l'appui de l’avis scientifique (AS) 2010/012 : «Fertilisation des océans : atténuation des impacts environnementaux de la recherche scientifique». DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2010/106, 23 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des options de géo-ingénierie ont été proposées pour réduire le taux de réchauffement global résultant de l'accumulation des gaz à effet de serre produits par les activités humaines. La fertilisation des océans a été proposée comme méthode de géo-ingénierie qui permettrait d’augmenter, dans certaines régions de l’océan mondial, l’absorption par les océans du dioxyde de carbone de l’atmosphère. Le phytoplancton convertit le dioxyde de carbone en matière organique, qui peut couler dans l’océan profond et rester là pour des décennies ou siècles. La Convention de Londres / Protocole de Londres (CL/PL) est l’organisme international avec l’autorité appropriée pour réglementer la fertilisation des océans. En 2008, les groupes de travail scientifique et légal de la CL/PL ont recommandé de cheminer vers une réglementation de cette activité, et ont proposé que les Partis “s’entendent sur le concept d’une règlementation telle que des activités commerciales seraient interdites. Ce document passe en revue l'état de la science de la fertilisation des océans et ses impacts en appui à l’Avis scientifique 2010/012 du Secrétariat canadien de consultation scientifique. L'avis répond à quatre questions: (1) Quelles sont les conséquences négatives les plus importantes, prévues et imprévues, de la fertilisation des océans, et quel est le degré de certitude scientifique vis-à-vis des impacts d’une telle pratique? (2) Dispose-t-on de suffisamment de connaissances pour déterminer l’échelle à laquelle un projet ne sera pas susceptible de causer des dommages irréversibles et inacceptables à l’écosystème? Le cas échéant, quels sont les critères qui pourraient nous permettre de définir les limites supérieures associées à un tel projet? (3) Est-ce que le cadre d’évaluation provisoire de la CL/PL convient pour évaluer les propositions de recherche scientifique sur la fertilisation des océans? (4) Quels domaines de la recherche sur la fertilisation des océans affichent le caractère le plus urgent ou important? L'avis considère la base scientifique pour la règlementation de la fertilisation des océans ainsi que l'impact de cette réglementation sur la recherche scientifique. Ce Document de Recherche en appui à l'avis présente un examen plus approfondi et plus technique basé sur la littérature scientifique.

THIBODEAU, B., M.F. LEHMANN, J. KOWARSYK, A. MUCCI, Y. GÉLINAS, D. GILBERT, R. MARANGER, M. ALKHATIB, 2010. Benthic nutrient fluxes along the Laurentian Channel : impacts on the N budget of the St. Lawrence marine system. Estuar. Coast. Shelf Sci., 90: 195-205.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Water column concentrations and benthic fluxes of dissolved inorganic nitrogen (DIN) and oxygen (DO) were measured in the Gulf of St. Lawrence and the Upper and Lower St. Lawrence Estuary (USLE and LSLE, respectively) to assess the nitrogen (N) budget in the St. Lawrence (SL) system, as well as to elucidate the impact of bottom water hypoxia on fixed-N removal in the LSLE. A severe nitrate deficit, with respect to ambient phosphate concentrations (N*˜ -10 μmol L-1), was observed within and in the vicinity of the hypoxic bottom water of the LSLE. Given that DO concentrations in the water column have remained above 50 μmlol L-1, nitrate reduction in suboxic sediments, rather than in the water column, is most likely responsible for the removal of fixed N from the SL system. Net nitrate fluxes into the sediments, derived from pore water nitrate concentration gradients, ranged from 190 μmol m-2 d-1 in the hypoxic western LSLE to 100 mmol m-2 d-1 in the Gulf. The average total benthic nitrate reduction rate for the Laurentian Channel (LC) is on the order of 690 μmol m -2 d -1, with coupled nitrification-nitrate reduction accounting for more than 70%. Using average nitrate reduction rates derived from the observed water column nitrate deficit, the annual fixed-N elimination within the three main channels of the Gulf of St. Lawrence and LSLE was estimated at 411 × 106 t N, yielding an almost balanced N budget for the SLmarine system. ©2010 Elsevier Ltd.

GILBERT, D., P. CUMMINS, 2009. Preface : The interacting scales of ocean dynamics : a tribute to Chris Garrett ; Préface : Les échelles d'intéraction de la dynamique océanique : un hommage à Chris Garrett. Atmos.-Ocean, 47(4): 1-4.

MacCRACKEN, M., E. ESCOBAR-BRIONES, D. GILBERT, G. KOROTAEV, W. NAQVI, G.M.E. PERILLO, T. RIXEN, E. STANEV, B. SUNDBY, H. THOMAS, D. UNGER, E.R.Jr. URBAN, 2009. Vulnerability of semi-enclosed marine systems to environmental disturbances. Pages 9-29 in E.R. Jr. Urban, B. Sundby, P. Malanotte-Rizzoli, & J. Mellilo (eds.). Watersheds, bays, and bounded seas : the science and management of semi-enclosed marine systems. Island Press (Scientific Committee on Problems of the Environment (SCOPE) series,70).

FENNEL, W., D. GILBERT, J. SU, 2009. Physical processes in semi-enclosed marine systems. Pages 97-114 in E.R. Jr. Urban, B. Sundby, P. Malanotte-Rizzoli, & J. Mellilo (eds.). Watersheds, bays, and bounded seas : the science and management of semi-enclosed marine systems. Island Press (Scientific Committee on Problems of the Environment (SCOPE) series,70).

RABALAIS, N.N., D. GILBERT, 2009. Distribution and consequences of hypoxia. Pages 209-225 in E.R. Jr. Urban, B. Sundby, P. Malanotte-Rizzoli, & J. Mellilo (eds.). Watersheds, bays, and bounded seas : the science and management of semi-enclosed marine systems. Island Press (Scientific Committee on Problems of the Environment (SCOPE) series,70).

KEMP, W.M., J.M. TESTA, D.J. CONLEY, D. GILBERT, J.D. HAGY, 2009. Temporal responses of coastal hypoxia to nutrient loading and physical controls. Biogeosciences, 6(12): 2985-3008.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The incidence and intensity of hypoxic waters in coastal aquatic ecosystems has been expanding in recent decades coincident with eutrophication of the coastal zone. Worldwide, there is strong interest in reducing the size and duration of hypoxia in coastal waters, because hypoxia causes negative effects for many organisms and ecosystem processes. Although strategies to reduce hypoxia by decreasing nutrient loading are predicated on the assumption that this action would reverse eutrophication, recent analyses of historical data from European and North American coastal systems suggest little evidence for simple linear response trajectories. We review published parallel time-series data on hypoxia and loading rates for inorganic nutrients and labile organic matter to analyze trajectories of oxygen (O2) response to nutrient loading. We also assess existing knowledge of physical and ecological factors regulating O2 in coastal marine waters to facilitate analysis of hypoxia responses to reductions in nutrient (and/or organic matter) inputs. Of the 24 systems identified where concurrent time series of loading and O2 were available, half displayed relatively clear and direct recoveries following remediation. We explored in detail 5 well-studied systems that have exhibited complex, non-linear responses to variations in loading, including apparent "regime shifts". A summary of these analyses suggests that O2 conditions improved rapidly and linearly in systems where remediation focused on organic inputs from sewage treatment plants, which were the primary drivers of hypoxia. In larger more open systems where diffuse nutrient loads are more important in fueling O2 depletion and where climatic influences are pronounced, responses to remediation tended to follow non-linear trends that may include hysteresis and time-lags. Improved understanding of hypoxia remediation requires that future studies use comparative approaches and consider multiple regulating factors. These analyses should consider: (1) the dominant temporal scales of the hypoxia, (2) the relative contributions of inorganic and organic nutrients, (3) the influence of shifts in climatic and oceanographic processes, and (4) the roles of feedback interactions whereby O2-sensitive biogeochemistry, trophic interactions, and habitat conditions influence the nutrient and algal dynamics that regulate O2 levels. ©2009 European Geosciences Union

FREELAND, H., D. GILBERT, 2009. Estimate of the steric contribution to global sea level rise from a comparison of the WOCE one-time survey with 2006-2008 argo observations. Atmos.-Ocean, 47(4): 292-298.

[Traduit par la rédaction] Les satellites altimétriques (en particulier le TOPEX/Poseidon et le Jason-1) montrent sans équivoque que le niveau des mers du globe s’élève. Il est plus difficile, toutefois, de savoir dans quelle mesure cette hausse est attribuable à un effet stérique (élévation du niveau de la mer résultant de changements dans la température et la salinité ambiantes) et dans quelle mesure elle est attribuable à l’addition d’une nouvelle masse d’eau aux océans. À proprement parler, il n’est pas possible de faire une telle distinction à cause de la non-linéarité dans l’équation d’état de l’eau de mer, mais sur le plan pratique, les non-linéarités sont suffisamment petites pour que cette distinction constitue une très bonne première approximation. Une comparaison minutieuse du relevé à occupation simple de l’Expérience sur la circulation océanique mondiale (ECOM) avec des observations récentes du réseau Argo indique une composante stérique d’élévation du niveau de la mer de 2,2 mm a-1 entre le début des années 1990 et 2006 à 2008. C’est là un taux d’élévation nettement plus important que ce qui avait été estimé auparavant et, compte tenu des estimations récentes du taux de fonte des glaciers continentaux, il s’accorde beaucoup mieux avec le taux d’élévation total observé par les satellites altimétriques, qui est de 3,2 ± 0,4 mm a-1 au cours de cette période.©2009 Canadian Meteorological and Oceanographic Society

LEHMANN, M.F., B. BARNETT, Y. GÉLINAS, D. GILBERT, R.J. MARANGER, A. MUCCI, B. SUNDBY, B. THIBODEAU, 2009. Aerobic respiration and hypoxia in the Lower St. Lawrence Estuary : stable isotope ratios of dissolved oxygen constrain oxygen sink partitioning. Limnol. Oceanogr., 54(6): 2157-2169.

[Résumé disponible seulement en anglais]
We measured the concentration and the stable isotope ratios of dissolved oxygen in the water column in the Estuary and Gulf of St. Lawrence to determine the relative importance of pelagic and benthic dissolved oxygen respiration to the development of hypoxic deep waters. The progressive landward decrease of dissolved oxygen in the bottom waters along the axis of the Laurentian Channel (LC) is accompanied by an increase in the 18O:16O ratio, as would be expected from O-isotope fractionation associated with bacterial oxygen respiration. The apparent O-isotope effect, εO-app, of 10.8 ‰ reveals that community O-isotope fractionation is significantly smaller than if bacterial respiration occurred solely in the water column. Our observation can best be explained by a contribution of benthic O2 consumption occurring with a strongly reduced O-isotope effect at the scale of sediment–water exchange (εO-sed ˜ 7 ‰). The value for εO-sed was estimated from benthic O2 exchange simulations using a one-dimensional diffusion-reaction O-isotope model. Adopting this εO-sed value, and given the observed community O-isotope fractionation, we calculate that approximately two thirds of the ecosystem respiration occurs within the sediment, in reasonable agreement with direct respiration measurements. Based on the difference between dissolved oxygen concentrations in the deep waters of the Lower St. Lawrence Estuary and in the water that enters the LC at Cabot Strait, we estimate an average respiration rate of 5500 mmol O2 m-2 yr-1 for the 100-m–thick layer of bottom water along the LC, 3540 mmol O2 m-2 yr-1 of which is attributed to bacterial benthic respiration.©2009 American Society of Limnology and Oceanography inc.

GALBRAITH, P., R.G. PETTIPAS, J. CHASSÉ, D. GILBERT, P. LAROUCHE, B. PETTIGREW, A. GOSSELIN, L. DEVINE, C. LAFLEUR, 2009. Physical oceanographic conditions in the Gulf of St. Lawrence in 2008 ; Conditions d’océanographie physique dans le golfe du Saint-Laurent en 2008. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2009/014, 73 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le présent document donne un aperçu des conditions d’océanographie physique qui ont prévalu dans le golfe du Saint-Laurent en 2008. La moyenne des températures de l’air établie pour la période allant de janvier à mars a été près de la normale, ce qui a contribué à la formation d’une couverture de glace qui est demeurée près de la moyenne climatologique. En général, les températures de l’air ont été normales ou supérieures à la normale pendant le reste de l’année. L’apport d’eau douce mensuel moyen mesuré à Québec a été normal pour l’ensemble de l’année 2008, mais a été supérieur à la moyenne au cours de l’été et inférieur à la moyenne à l’automne. L’apport important d’eau douce en été a contribué à une stratification supérieure à la normale. Les températures de l’eau près de la surface ont été en général supérieures à la normale dans l’ensemble du golfe au cours des mois de mai, de juillet et de novembre, sur le Plateau madelinien au mois de juin ainsi que dans le nord du golfe du mois d’août au mois d’octobre. En août, les secteurs situés dans le nord du golfe ont affiché des anomalies positives, tandis que ceux situés dans le sud ont présenté des anomalies négatives. Cela a provoqué l'occurrence inhabituelle de températures plus élevées en juillet qu’en août dans les eaux entourant l’Île-du-Prince-Édouard et celles du détroit de Northumberland, en 2008. Sur le Plateau madelinien, une grande proportion du fond a été couverte par des eaux de température < 0 °C en septembre 2008, ce qui rappelle la période froide observée dans les années 1990 et contraste avec les conditions enregistrées en septembre 2005, 2006 et 2007, alors que de telles eaux froides étaient absentes. Le volume maximal des glaces dans le golfe et sur le Plateau néo-écossais s’est établi à 81 km<sup3, une valeur près de la normale selon de nouvelles estimations de volumes de glace pour la période s’étendant de 1971 à 2000. La glace est apparue tôt en saison et est demeurée plus tard que la normale (environ huit semaines de plus sur le Plateau madelinien). Les arrivées hivernales d’eaux froides et salées du plateau du Labrador ont rempli entièrement la fosse de Mécatina au cours de l’hiver 2008. La propagation de cette intrusion s’est davantage limitée près de la côte comparativement aux conditions observées en 2007, se traduisant par un volume global plus faible (1850 km3), similaire aux valeurs observées en 2001 et en 2006. Le volume de la couche mélangée d’eau froide d’hiver s’est établi à 13 700 km3, une valeur supérieure de 0,8 fois l’écart type à la moyenne de la période 1996-2008, et correspondait à 41 % du volume d’eau total présent dans le golfe. L’indice de la CIF (couche intermédiaire froide) d’été pour 2008 s’est établi à - 0,70 °C, ce qui est comparable aux conditions très froides observées en 2003 et représente une forte diminution (de 0,47 °C, par rapport à l’été 2007. Les profils régionaux de la CIF d’août et de septembre indiquent que les couches où T < 1 °C et < 0 °C ont été beaucoup plus épaisses dans la plupart des parties du golfe en 2008 comparativement à 2007 et que la température minimale était en général inférieure dans l’ensemble du golfe. Dans le nord du golfe, la superficie couverte par des eaux de faibles températures (de < -1 °C à < 1 °C) s’est accrue en août 2008 par rapport à août 2007. Les températures dans la colonne d’eau observées en juin 2008 ont été caractérisées par une CIF très épaisse et froide dans la plupart des régions, sauf dans l’estuaire, et par des eaux profondes chaudes dans l’estuaire et le nord-ouest du golfe. Ce profil global s’est maintenu en août et en septembre. En octobre et novembre, la CIF était toujours épaisse et froide, tandis que les eaux situées au-dessus de la CIF étaient anormalement chaudes. Dans l’ensemble, les températures et la salinité ont été généralement normales à une profondeur allant de 150 à 300 m, exception faite des températures légèrement inférieures à la normale (de 0,6 fois l’écart type) observées à 150 m attribuables à l’épaisseur accrue de la CIF. Les températures et la salinité dans cette gamme de profondeurs ont diminué pour une deuxième année consécutive. Les températures de l’eau étaient près de la normale dans l’ensemble du golfe à 300 m, composées d’eaux plus chaudes dans l’estuaire, à des températures près de la normale dans les secteurs du nord-ouest et du centre et à des eaux plus froides s’écoulant dans le golfe depuis le détroit de Cabot.

GILBERT, D., É. NAULT, 2008. Temperature, Salinity and Oxygen Measurements from Argo Profiling Floats in the Slope Water Region. AZMP Bull. PMZA, 7: 47-52.

Cliquer pour voir tout le texte

Le programme Argo de suivi du climat océanique mondial permet l’acquisition en temps réel de profils verticaux de température et de salinité entre 2000 m de profondeur et la surface. Parmi les quelques 3000 flotteurs-profileurs Argo déployés dans l’océan mondial, près d’une centaine sont équipés de senseurs d’oxygène et cinq de ceux-ci ont été déployés dans les eaux de la pente continentale au sud de Terre-Neuve et de la Nouvelle-Écosse. Dans cet article, nous présentons des statistiques de température, salinité et oxygène, dans la région comprise entre les latitudes 35°N et 48°N et entre les longitudes 45°O et 75°O, calculées à partir de l'ensemble des données recueillies par les flotteurs-profileurs Argo de 1998 à 2007.

GALBRAITH, P.S., D. GILBERT, R.G. PETTIPAS, J. CHASSÉ, C. LAFLEUR, B. PETTIGREW, P. LAROUCHE, L. DEVINE, 2008. Physical oceanographic conditions in the Gulf of St. Lawrence in 2007 ; Conditions d'océanographie physique dans le golfe Saint-Laurent en 2007. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2008/001, 59 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les conditions d’océanographie physique dans le golfe du Saint-Laurent en 2007 sont brièvement présentées. Les températures de l'air étaient généralement normales, ou inférieures à la normale, dans les parties ouest du Golfe. Par contre elles n’ont été sous les normales mensuelles qu’en avril et mai dans les parties est du Golfe. Moyennée sur toute l’année sur l’ensemble du Golfe, la température de l’air était normale. Le débit mensuel d’eau douce à Québec a été sous la normale durant toute l’année 2007. Les températures de surface de l’eau ont été plus froides en 2007 qu’en 2006. Des redoux au début janvier et encore en février ont causé des températures de surface au-dessus du point de congélation dans l'estuaire. Les maximums de température de surface estivale sont survenus plus tôt que la normale et ont été suivis d’un refroidissement plus hâtif. Les températures de surface ont alors été généralement sous la normale pour le reste de l’année sauf en octobre dans l’estuaire. Sur le Plateau madelinien, il n’y a presque pas eu d’eau plus froide que 0 °C au mois de septembre. Le volume de glace de mer durant l’hiver a été sous la normale, mais quand même beaucoup plus qu’en hiver 2006. L'intrusion hivernale d’eau froide et salée par le détroit de Belle Isle a occupé la fosse de Mecatina de la surface jusqu’au fond. L'étendue de l'intrusion était similaire à celle de 2006, bien que son volume en fût beaucoup plus grand et semblable à celui observé en 2004. Le volume de la couche mélangée d’eau froide hivernale était de 13100 km3, légèrement au-dessus de la moyenne 1997-2007, et correspondait à 39 % du volume d’eau total dans le Golfe. Cette couche mélangée plus profonde qu’en hiver 2006 s’est traduite par une baisse de 0,44 °C de l'indice de la couche intermédiaire froide (CIF) pour l’été 2007, après trois années consécutives de hausses. Celui-ci a atteint - 0,23 °C, similaire aux conditions de 2004. La distribution régionale de la CIF indique que les couches sous 1 °C et 0 °C étaient plus épaisses dans le nord du Golfe en été 2007 qu’en 2006, et que le minimum de température était aussi généralement plus froid presque partout. La distribution saisonnière et régionale de la température de la colonne d’eau montre que la période de juin était relativement près des normales climatologiques de 1971-2000 à toutes les profondeurs, exception faite de l’épaisse et froide CIF dans le chenal Anticosti et des eaux profondes chaudes dans le nord-ouest. Ce patron a persisté en août et septembre mais les conditions sont revenues à la normale à la fin de l’automne, excepté pour la couche mélangée de surface chaude dans le nord-ouest et les eaux de surface chaudes sur le Plateau madelinien et dans le détroit de Cabot. Moyennées annuellement et pour l’ensemble du Golfe, la température et la salinité de 150 à 300 m étaient normales en 2007. Spatialement, cette normale à 300 m était composée d’eaux plus chaudes que la normale dans la région de l’estuaire, d’eaux de températures normales dans le centre plus, et d’eaux froides que la normale dans le détroit de Cabot. L'épaisseur de la couche de surface froide mesurée lors de la mission de mars 2008 nous laisse prévoir des conditions estivales 2008 de la CIF légèrement plus froide qu’en 2007, avec un indice de -0,47 °C .

CRAIG, J., D. GILBERT, 2008. Estimation of Mixed Layer Depth at the AZMP Fixed Stations. AZMP Bull. PMZA, 7: 37-42.

Cliquer pour voir tout le texte

Nous examinons des données récoltées aux sept stations fixes du Programme de Monitorage de la Zone Atlantique afin de comparer des méthodes d’estimation de la profondeur de la couche mélangée (Mixed layer depth, MLD). Ces sites sont diversifiés du point de vue océanographique, géographique et des facteurs climatiques qui les affectent et fournissent donc d’excellents contrastes pour évaluer la méthode du seuil, du gradient et une méthode mixte d’estimation du MLD. Nous avons trouvé que les estimations du MLD basées sur le maximum du gradient de densité étaient toujours plus élevées que celles obtenues par la méthode du seuil ou la méthode mixte du seuil du gradient. Malgré que ce résultat soit dû en partie au fait que la zone de mélange immédiatement au-dessus du milieu de la pycnocline soit incluse dans l’estimation par la méthode du maximum du gradient, le cycle annuel plus marqué révélé par cette méthode en fait un indice plus robuste dans la perspective de relier les processus biologiques et physiques.

CHABOT, D., D. GILBERT, 2008. The impact of hypoxia on cod from the Baltic and the Gulf of St. Lawrence. ICES CM 2008/J:15, 23 p.

Cliquer pour voir tout le texte

[Résumé disponible seulement en anglais]
Both the Baltic Sea and the Gulf of St. Lawrence are characterised by low levels of dissolved oxygen (DO) below a halocline. When hydrographical conditions are favourable, salty oxygenated water from the North Sea flows into the deep basins of the Baltic. Between such events, oxygen levels are progressively depleted. During the last few decades, the frequency of inflows has decreased and eutrophication has increased oxygen consumption. As a result, young cod have been displaced to shallower waters whereas adult cod live in mid-water, on top of the most hypoxic or even anoxic water. Diet has changed and cod rely less on benthic prey, although it is not clear if this has resulted in a reduced energy intake. Worse, reproduction failure has become common as low salinity typical of the Baltic Sea surface water causes negative buoyancy in cod eggs, which sink into the severely hypoxic or anoxic deep waters and die. In the deep channels of the Gulf of St. Lawrence, water originating at the mouth of the Laurentian channel flows landward. DO averages 50-65 % sat. In the Cabot Strait and declines progressively towards the heads of the deep channels. Natural variability in the DO level at the mouth of the Laurentian Channel and possibly also eutrophication have resulted in a drop from about 40 % down to about 20 % sat. in the estuary. Cod have suffered habitat loss as a result, but the main impact appears to be a slowing of growth caused by a reduction of the metabolic scope.

OGUZ, T., D. GILBERT, 2007. Abrupt transitions of the top-down controlled Black Sea pelagic ecosystem during 1960-2000: evidence for regime-shifts under strong fishery exploitation and nutrient enrichment modulated by climate-induced variations. Deep-Sea Res., Part I, Oceanogr. Res. Pap., 54: 220-242.

Les effets cumulatifs de l’eutrophisation, d’une forte variabilité climatique, de la surexploitation des stocks de poissons pélagiques et de l’explosion démographique d’espèces carnivores gélatineuses ont profondément changé le fonctionnement de l’écosystème de la mer Noire depuis le début des années 1970. En appliquant aux séries temporelles (1960-2000) de données écologiques de la mer Noire un ensemble de critères issus de la théorie non-linéaire des changements de régimes dynamiques, nous démontrons que l’écosystème de la mer Noire s’est réorganisé sous diverses formes de structures trophiques contrôlées de haut en bas suite à des changements successifs de régimes possédant des propriétés écologiques distinctes. La profondeur du disque de Secchi, la zone d’interface oxique-anoxique et les concentrations d’oxygène dissous et de sulfure d’hydrogène subissent des transitions abruptes entre des régimes alternatifs, indiquant un couplage étroit entre les plus bas niveaux de la chaîne alimentaire et la pompe biogéochimique. Le premier changement de régime, survenu en 1973-1974, marque la transition d’un système contrôlé par les grands poissons prédateurs à un système contrôlé par de petits poissons planctivores. Ce régime a persisté jusqu’en 1989 avec des biomasses croissantes de petits poissons pélagiques et de phytoplancton pendant que la biomasse de zooplancton décroissait. L’augmentation de la biomasse phytoplanctonique, liée en partie à la diminution du broutage par le zooplancton, fut également favorisée par une contribution de bas en haut causée par une forte charge anthropique de sels nutritifs et le changement simultané vers un « régime climatique froid » (mélange vertical intense injectant des sels nutritifs dans la couche de surface) après 20 années de « régime climatique chaud ». La fin des années 1980 fut marquée par une forte diminution des petits poissons planctivores et la transition à un système contrôlé par les carnivore gélatineux. À la fin des années 1990, les populations de petits poissons planctivores redeviennent à nouveau dominantes dans le système. En même temps, leur pression de haut en bas combinée avec la diminution de la charge anthropique de sels nutritifs et un apport hivernal en nutriments réduit dû à l’effet stabilisateur d’hivers plus doux a favorisé la transition d’un régime de « forte production » du phytoplancton à un régime plus usuel de « basse production » phytoplanctonique. Les changements de régimes de la mer Noire semblent être des événements sporadiques causés par de fortes perturbations décennales. Ils diffèrent donc des événement cycliques multi-décennaux observés dans les écosystèmes marins pélagiques sous l’influence de forçage climatique multi-décennal. Les observations de la mer Noire illustrent que l’eutrophisation et un niveau extrême d’exploitation des ressources halieutiques peuvent effectivement produire une hystérésis dans de grands écosystèmes marins lorsque ces facteurs exercent des pressions suffisamment fortes sur le système. Elles illustrent aussi le lien entre les changements subis par les grands prédateurs situés à l'extrémité de la chaîne alimentaire, la prolifération de nouveaux stocks de prédateurs et les événements de changements de régimes dans un écosystème marin de taille importante.

GILBERT, D., D. CHABOT, P. ARCHAMBAULT, B. RONDEAU, S. HÉBERT, 2007. Appauvrissement en oxygène dans les eaux profondes du Saint-Laurent marin : causes possibles et impacts écologiques. Naturaliste can., 131(1): 67-75.

Depuis les années 1930, les concentrations d'oxygène ont baissé de moitié dans l'estuaire maritime du Saint-Laurent, à 300 m de profondeur. Un accroissement de la proportion d'eau chaude et pauvre en oxygène du GulfStream, au détriment de la proportion d'eau froide et bien oxygénée du courant du Labrador, expliquerait entre la moitié et les deux tiers de la baisse. Parmi les autres facteurs naturels et anthropiques susceptibles d'expliquer le reste de la baisse d'oxygène, les plus probables impliquent un flux accru de matières organiques des eaux de surface vers les fonds marins, où leur décomposition augmente la consommation d'oxygène. Nous montrons notamment une faible tendance à la hausse des nitrates à Lauzon, depuis 1990. Certaines espèces d'animaux marins comme le turbot, la crevette nordique et les polychètes Myriochele et Ampharete sont très abondantes dans les zones les plus pauvres en oxygène de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent, tandis que d'autres espèces comme la morue en sont absentes. Le seuil de tolérance aux faibles teneurs d'oxygène varie donc d'une espèce à l'autre. Nous devrons améliorer nos connaissances à cet égard afin de mieux comprendre les conséquences de l'appauvrissement en oxygène sur la biodiversité et le fonctionnement de l'écosystème.©2007 La Société Provancher d'histoire naturelle du Canada

GALBRAITH, P.S., D. GILBERT, C. LAFLEUR, P. LAROUCHE, B. PETTIGREW, J. CHASSÉ, R.G. PETTIPAS, W.M. PETRIE, 2007. Physical oceanographic conditions in the Gulf of St. Lawrence in 2006 ; Conditions d'océanographie physique dans le golfe Saint-Laurent en 2006. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2007/024, 51 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les conditions d’océanographie physique dans le golfe du Saint Laurent en 2006 sont brièvement présentées. Les températures de l’air et des eaux de surface étaient supérieures à la normale, sauf à la fin de l’été, dans la plupart des régions du Golfe. Les températures de l’eau près du fond du Plateau madelinien ont été exceptionnellement chaudes en septembre, aucune température inférieure à 0 °C n’ayant été observée à ce moment-là. Le débit d’eau douce à Québec avait une moyenne annuelle normale, mais sa répartition mensuelle incluait une crête anormalement forte à l’automne. La superficie et le volume de glace de mer durant l’hiver ont été les plus faibles enregistrés depuis 1969. Le volume de la couche mélangée d’eau froide hivernale était le plus faible en 11 ans de relevés par hélicoptère et correspondait à 29 % du volume d’eau total dans le Golfe. Cette couche mélangée moins profonde s’est traduite par une hausse de l’indice de la CIF pour l’été 2006. Celui-ci a atteint +0,21 °C. Il s’agissait de la température la plus chaude enregistrée depuis 1983, bien qu’elle n’ait été que légèrement plus chaude qu’en 2000. La distribution régionale des températures minimales de la CIF estivale montrent que les augmentations de 2005 à 2006 ont été plus prononcées dans le chenal Laurentien qu’ailleurs. En effet, la température minimale a même diminué dans la fosse de Mécatina, causée par l’intrusion hivernale d’une épaisse couche d’eau froide et salée par le détroit de Belle Isle. La répartition spatiale de l’épaisseur de la CIF est semblable à celle de la température minimale. Le volume de la CIF (T <1 °C) observé sur le Plateau madelinien pendant le relevé multidisciplinaire de septembre a été le plus faible enregistré depuis 1982. Les températures de l’eau étaient généralement au dessus de la moyenne climatologique de 1971 à 2000 par un écart-type, à toutes les profondeurs pour une grande partie de l’année. Les exceptions comprenaient la CIF dans le chenal Esquiman et dans la fosse de Mécatina ainsi que les eaux profondes (>300 m) de la partie sud du chenal Laurentien, où les eaux ont été plus froides que la normale. En novembre, les caractéristiques les plus remarquables de la température de l’eau ont été une CIF anormalement profonde dans l’estuaire et dans la partie nord-ouest du Golfe ainsi que les eaux anormalement chaudes au-dessus de la CIF partout dans le Golfe. Les perspectives pour 2007, d’après le relevé de mars 2007, comprennent un refroidissement de 0,6 °C de l’indice de la CIF estivale par-rapport à 2006, en raison de la couche de surface froide plus épaisse en hiver 2007 et de l’apport hivernal plus important en provenance du plateau continental du Labrador via le détroit de Belle Isle.

SAINTE-MARIE, B., R. DUFOUR, L. BOURASSA, D. CHABOT, M. DIONNE, D. GILBERT, A. RONDEAU, J.-M. SÉVIGNY, 2005. Critères et proposition pour une définition des unités de production du crabe des neiges (Chionoecetes opilio) dans l'estuaire et le nord du golfe du Saint-Laurent ; Criteria and proposition for the definition of snow crab (Chionoecetes opilio) production units in the estuary and northern Gulf of St. Lawrence. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2005/059, 20 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les frontières actuelles des zones de gestion du crabe des neiges dans la région du Québec du Ministère des pêches et des océans (MPO) ne sont pas étayées par des critères biologiques ou océanographiques et regroupent parfois des territoires à caractéristiques très différentes. Il y a donc un besoin, identifié par le CCRH (2005), de définir des unités de production biologique afin de mieux suivre l’état des populations et assurer leur conservation. À cette fin, nous avons identifié, à partir d’une revue de la littérature scientifique et de données de chalutage pour le golfe du Saint-Laurent, les facteurs biologiques et physiques qui limitent la distribution et la dispersion du crabe des neiges. Cette information nous permet de caractériser l’habitat du crabe des neiges, qui peut être défini comme un territoire à fonds de sédiments meubles, baignés par des eaux à salinité > 26 ‰, dont une partie est à une température de 0-2 °C et le reste à une température variant d’à peu près -1,5 à 4 °C. Les eaux de surface au-dessus de ce territoire doivent avoir une salinité généralement > 26 ‰ et se réchauffer jusqu’à 5-15 °C pendant plusieurs semaines pour la survie et le développement des larves. Les larves du crabe des neiges peuvent se disperser sur de grandes distances, ce qui peut expliquer la faible différentiation génétique des populations à l’intérieur du Golfe, mais les divers stades benthiques ont généralement une capacité de dispersion bien moindre. Nous décrivons les critères retenus pour la définition des unités de production et sur cette base nous proposons un découpage du territoire administratif du MPO-Québec en sept unités.

PEPIN, P., B. PETRIE, J.-C. THERRIAULT, S. NARAYANAN, G. HARRISON, J. CHASSÉ, E. COLBOURNE, D. GILBERT, D. GREGORY, M. HARVEY, G. MAILLET, M. MITCHEL, M. STARR, 2005. The Atlantic Zone Monitoring Program (AZMP) : review of 1998-2003. Can. Tech. Rep. Hydrogr. Ocean Sci., 242, 87 p.

Ce rapport présente les résultats de l'auto-évaluation du Programme de Monitorage de la Zone Atlantique (PMZA) basée sur les échéances précisées dans la proposition originale et sur une séries sujets identifiés durant la Cinquième Réunion Générale du Programme de Monitorage de la Zone Atlantique et appuyer par les Directeurs des Sciences Atlantique. Ce rapport est divisé en 12 sections qui présentent un aperçu des accomplissements du programme, du progrès, ainsi que l'identification des soucis concernant le maintient des activités courantes du programme et des futures développements. Ce rapport se termine avec quatre sections qui démontrent certains des bénéfices acquis par la compréhension et de la prévision des systèmes marins qui ont été obtenus au cous des activités de monitorage à long terme.

GILBERT, D., B. SUNDBY, C. GOBEIL, A. MUCCI, G.-H. TREMBLAY, 2005. A seventy-two-year record of diminishing deep-water oxygen in the St. Lawrence estuary: the northwest Atlantic connection. Limnol. Oceanogr., 50(5): 1654-1666.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Oxygen concentrations in the bottom waters of the Lower St. Lawrence estuary (LSLE) decreased from 125 αmol L-1 (37.7 % saturation) in the 1930s to an average of 65 αmol L-1 (20.7 % saturation) for the 1984-2003 period. A concurrent 1.65 °C warming of the bottom water from the 1930s to the 1980s suggests that changes in the relative proportions of cold, fresh, oxygen-rich Labrador Current Water (LCW) and warm, salty, oxygen-poor North Atlantic Central Water (NACW) in the water mass entering the Laurentian Channel probably played a role in the oxygen depletion. We estimate that about one half to two thirds of the oxygen loss in the bottom waters of the LSLE can be attributed to a decreased proportion of LCW. This leaves between one third and one half of the oxygen decrease to be explained by causes other than changes in water mass composition. An increase in the along-channel oxygen gradient from Cabot Strait to the LSLE over the past decades, combined with data from sediment cores, suggests that increased sediment oxygen demand may be partly responsible for the remainder of the oxygen decline. In July 2003, approximately 1,300 km2 of seafloor in the LSLE was bathed in hypoxic water (<62.5 αmol L-1).©2005 The American Society of Limnollogy and Oceanography

GILBERT, D., 2004. State of the ocean 2003: physical oceanographic conditions in the Gulf of St. Lawrence. Science, Ecosystem Status Report, 2004/002, 8 p.

Cliquer pour voir tout le texte

GILBERT, D., 2004. Temperature and salinity data from the 2003 summer shrimp and groundfish survey in the Gulf of St. Lawrence. In Fisheries and Oceans Canada. St. Lawrence Observatory. Publication Directory [Online]. http://www.osl.gc.ca/en/info/publications/missions-needler/needler2003ctd_en.html (Pages accessed on February 25, 2008).

Cliquer pour voir tout le texte

GILBERT, D., 2004. Température et salinité pendant la mission estivale d'évaluation des stocks de crevette et poissons de fond dans le golfe du Saint-Laurent en 2003. In Ministère des pêches et des océans. Observatoire du Saint-Laurent. Répertoire de publications [En ligne]. http://www.osl.gc.ca/fr/info/publications/missions-needler/needler2003ctd_fr.html (Pages consultées le 25 février 2008).

Cliquer pour voir tout le texte

HARRISON, G., E. COLBOURNE, D. GILBERT, B. PETRIE, 2004. Oceanographic observations and data products derived from large-scale fisheries resource assessment and environmental surveys in the Atlantic zone. AZMP Bull. PMZA, 4: 17-23.

Cliquer pour voir tout le texte

Les grands relevés standard d’évaluation de poissons pélagiques,démersaux et d’invertébrés commerciaux,ainsi que de plancton (krill) et des variables environnementales comme la température et la salinité, plusieurs en cours depuis le début des années 1970, sont les principales sources de données qui sont utilisées par le PMZA pour caractériser la variabilité spatiale des propriétés océanographiques (physique, biologique et chimique) dans la zone Atlantique. Approximativement 2,500 stations et sites de pêche sont échantillonnés annuellement.Dans le passé, les propriétés hydrographiques (température, salinité et densité) étaient les plus communément mesurées mais des mesures biologiques (abondance du plancton et chlorophylle) et chimiques (oxygène et sels nutritifs) ont été ajoutées à plusieurs missions depuis que le PMZA a débuté en 1999. En plus de fournir des estimations de la variabilité spatiale des conditions océanographiques des régions surveillées,plusieurs produits de données à valeur ajoutée sont générés de façon routinière pour caractériser l’habitat océanographique.Parmi les produits basés sur la surface couverte, on note la température du fond (i.e., l’index thermal de l’habitat ou «Thermal Habitat Index») et la saturation des eaux du fond en oxygène. Parmi les produits de données basés sur le volume,on note la CIF (couche intermédiaire froide) pour le golfe du Saint-Laurent,les indices de masse d’eau basés sur les propriétés de température et de salinité, les indices de stratification de la colonne d’eau et les patrons spatiaux de la structure verticale du phytoplancton (la fluorescence). Les nouvelles applications en cours incluent les efforts pour lier le forçage à grande échelle de la météorologie (e.g., indice ONA ou «NAO») aux habitats et à la distribution des poissons.

GILBERT, D., P.S. GALBRAITH, C. LAFLEUR, B. PETTIGREW, 2004. Physical Oceanographic Conditions in the Gulf of St. Lawrence in 2003 ; Conditions d’océanographie physique dans le golfe Saint-Laurent en 2003. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2004/061, 63 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Nous présentons un survol des conditions d’océanographie physique dans le golfe du Saint-Laurent en 2003. Les températures de l’air et les températures de surface de l’eau étaient sous la normale pendant l’hiver et au-dessus de la normale en automne. Durant l’hiver 2003, la couverture de glace de mer à l’intérieur du Golfe était environ 10 % supérieure à la moyenne à long terme, et ce pour la première fois depuis 1995. Mais encore plus important, une quantité record de glace fut transportée hors du Golfe à travers le détroit de Cabot pendant l’hiver 2003 et le volume total de glace formée dans le Golfe fut beaucoup plus élevé que la normale. De plus, les entrées d’eau à travers le détroit de Belle Isle dans le nord-est du Golfe furent de loin les plus importantes observées parmi les 9 années de mission héliportée du mois de mars. Ces entrées d’eau froide et salée en provenance du détroit de Belle Isle ainsi que l’énorme quantité de glace produite dans le Golfe pendant l’hiver 2003 ont entraîné une forte augmentation de l’épaisseur et du volume estival d’eaux avec T < 0 °C (+300 %) et T < 1 °C (+40 %) comparativement à l’année 2002. Ceci fut accompagné d’une chute de 0,65 °C de la température minimale de la couche intermédiaire froide qui se trouve maintenant 0,54 °C sous les conditions normales de 1971-2000 et au cinquième rang des années plus froides parmi les 57 dernières années. Le débit annuel moyen du fleuve Saint-Laurent à Québec fut 13,4 % sous la normale. Cela a mené à des salinités de surface au-dessus de la normale et à une stratification de la couche de surface plus faible que la normale pendant la majeure partie de 2003. Dans la couche de 30 à 100 m, la température était plus froide que la normale tandis que la salinité était plus élevée que la normale en 2003. Dans la couche de 100 à 200 m, la température était plus froide que la normale mais la salinité était près de la normale. Enfin, dans la couche de 200 à 300 m, la température et la salinité étaient près de la normale. La concentration annuelle moyenne d’oxygène dans les eaux profondes (≥ 300 m) de l’estuaire maritime du Saint-Laurent en 2003, à 18,3 % de saturation, fut la deuxième plus basse jamais observée.

DRINKWATER, K.F., D. GILBERT, 2004. Hydrographic Variability in the Waters of the Gulf of St. Lawrence, the Scotian Shelf and the Eastern Gulf of Maine (NAFO Subarea 4) During 1991-2000. J. Northwest Atl. Fish. Sci., 34: 85-101.

Cliquer pour voir tout le texte

[Résumé disponible seulement en anglais]
This paper examines the hydrographic variability within the Gulf of St. Lawrence, the Scotian Shelf and the eastern Gulf of Maine, including the Bay of Fundy, during the decade 1991-2000. Comparisons are made with previous decadal means to place the 1990s into a longer-term perspective. The 1990s decadal means of the near-surface salinity were the lowest ever recorded for the northern Gulf of St. Lawrence, the Scotian Shelf and the Bay of Fundy. These low salinities were advected into these regions from the Labrador and Newfoundland Shelves and led to record or near record high vertical stratification in the upper layers of the water column. Also during the 1990s, the decadal means of the temperature of the intermediate layer waters (approximately 30-150 m) were well below normal throughout the Gulf of St. Lawrence and over much of the Scotian Shelf. Similar low temperatures were first observed in the late 1980s and were mainly caused by advection from the Labrador and Newfoundland Shelves, although local atmospheric cooling also contributed. In the deep channels and basins of NAFO Subarea 4, near-bottom decadal mean temperatures were high and linked to the persistence of Warm Slope Water along the shelf break. A notable exception occurred in 1998 when Labrador Slope Water moved southward along the continental slope as far as the Middle Atlantic Bight, pushing the Warm Slope Water offshore. This much colder water subsequently penetrated onto the Scotian Shelf and into the Gulf of Maine resulting in the coldest conditions in the deep basins since the 1960s.

GILBERT, D., 2004. État de l’océan en 2003 : océanographie physique dans le golfe du Saint Laurent. Rapport sur l'état des écosystèmes, 2004/002, 9 p.

Cliquer pour voir tout le texte

GILBERT, D., 2003. Temperature and salinity data from the 2001 summer shrimp and groundfish survey in the Gulf of St. Lawrence. In Fisheries and Oceans Canada. St. Lawrence Observatory. Publication Directory [Online]. http://www.osl.gc.ca/en/info/publications/missions-needler/needler2001ctd_en.html (Pages accessed on February 25, 2008).

Cliquer pour voir tout le texte

DIONNE, M., B. SAINTE-MARIE, E. BOURGET, D. GILBERT, 2003. Distribution and habitat selection of early benthic stages of snow crab Chionoecetes opilio. Mar. Ecol. Prog. Ser., 259: 117-128.

GILBERT, D., 2003. Température et salinité pendant la mission estivale d'évaluation des stocks de crevette et poissons de fond dans le golfe du Saint-Laurent en 2000. In Ministère des pêches et des océans. Observatoire du Saint-Laurent. Répertoire de publications [En ligne]. http://www.osl.gc.ca/fr/info/publications/missions-needler/needler2000ctd_fr.html (Pages consultées le 25 février 2008).

Cliquer pour voir tout le texte

GILBERT, D., 2003. Temperature and salinity data from the 1999 summer shrimp and groundfish survey in the Gulf of St. Lawrence. In Fisheries and Oceans Canada. St. Lawrence Observatory. Publication Directory [Online]. http://www.osl.gc.ca/en/info/publications/missions-needler/needler1999ctd_en.html (Pages accessed on February 25, 2008).

Cliquer pour voir tout le texte

GILBERT, D., 2003. 2002 state of the ocean : physical oceanographic conditions in the Gulf of St. Lawrence. Ecosystem Status Report, 2003/006, 8 p.

Cliquer pour voir tout le texte

GILBERT, D., 2003. État de l'océan en 2002 : océanographie physique dans le golfe du Saint-Laurent. Rapport sur l'état des écosystèmes, 2003/006, 9 p.

Cliquer pour voir tout le texte

GILBERT, D., 2003. Temperature and salinity data from the 2000 summer shrimp and groundfish survey in the Gulf of St. Lawrence. In Fisheries and Oceans Canada. St. Lawrence Observatory. Publication Directory [Online]. http://www.osl.gc.ca/en/info/publications/missions-needler/needler2000ctd_en.html (Pages accessed on February 25, 2008).

Cliquer pour voir tout le texte

GILBERT, D., 2003. Temperature and salinity data from the 2002 summer shrimp and groundfish survey in the Gulf of St. Lawrence. In Fisheries and Oceans Canada. St. Lawrence Observatory. Publication Directory [Online]. http://www.osl.gc.ca/en/info/publications/missions-needler/needler2002ctd_en.html (Pages accessed on February 25, 2008).

Cliquer pour voir tout le texte

SUNDBY, B., A. MUCCI, C. GOBEIL, D. GILBERT, Y. GRATTON, P. ARCHAMBAULT, 2002. Hypoxia in the Deep Waters of the Laurentian Trough, Lower St. Lawrence Estuary. Pages 29-31 in J.J. Martin (ed.). Developments for a Canadian GEOHAB (Global Ecology and Oceanography of Harmful Algal Blooms) program: 2001 Workshop report. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2400.

DUTIL, J.-D., M. CASTONGUAY, D. GILBERT, D. GASCON, 2002. Production analyses for cold-water and warm-water stocks and their use to predict surplus production. Pages 50-54 in N. Anderson, G. Ottersen & D. Swain (ed.). Report of the ICES/GLOBEC Workshop on the Dynamics of Growth in Cod. International Council for the Exploration of the Sea (ICES Coop. Res. Rep., 252.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Surplus and net production per capita became nil or negative in the mid-1980s in the northern Gulf of St. Lawrence (Dutil et al., 1999). This situation was partly explained by a marked decline in growth production and is consistent with smaller sizes-at-age (Chouinard and Fréchet 1994) but also lower condition factor values during the same period (Lambert and Dutil 1997). The nutritional condition of cod in the Gulf of St. Lawrence varies markedly both seasonnally and annually (Lambert and Dutil 1997, Schwalme and Chouinard 1999) and this has been found to be associated with changes in swimming capacity (unpublished data), reproductive investment (Lambertet al., 2000, Lambert and Dutil 2000) and risks of natural mortality (Dutil and Lambert 2000; and unpublished data). Positive slopes between size-at-age and temperature suggested faster growth rates at higher temperatures for northern Gulf cod, but correlations between size-at-age and temperature were not significant (Dutil et al., 1999). Production analyses conducted for the northern Gulf of St. Lawrence were extended to other stocks. Growth production was assessed in order to determine its variability among and within stocks as a first step to measure its impact on the stock biomass.©2008 ICES

STARR, M., M. HARVEY, P.S. GALBRAITH, D. GILBERT, D. CHABOT, J.-C. THERRIAULT, 2002. Recent intrusion of Labrador Shelf waters into the Gulf of St. Lawrence and its influence on the plankton community and higher trophic levels. ICES C.M., 2002/N:16, 10 p.

Cliquer pour voir tout le texte

DRINKWATER, K.F., E. COLBOURNE, D. GILBERT, 2001. Overview of environmental conditions in the Northwest Atlantic in 2000. NAFO SCR Doc., 01/36, 84 p.

PLOURDE, J., D. GILBERT, 2001. La plus longue période froide de l'histoire climatique récente du golfe du Saint-Laurent. AZMP Bull. PMZA, 1: 18-19.

Cliquer pour voir tout le texte

[Résumé disponible seulement en anglais]
A prominent feature of the water of the Gulf of St. Lawrence is the presence of a cold intermediate layer (CIL) that persists throughout the year. In summer, the cold intermediate layer (temperature below 2 degree C) is isolated from the atmosphere by the surface layer. In winter, the surface layer disapears and the cold layer extends to the surface. The fluctuations of the minimum temperature of the CIL largely reflect climate variability. During the year 2000, the minimum temperature of the CIL was above the long term average for the first time since 1983, ending the longest period observed in the Gulf of St. Lawrence since 1948.

DRINKWATER, K.F., E. COLBOURNE, D. GILBERT, 2000. Overview of environmental conditions in the Northwest Atlantic in 1999. NAFO SCR Doc., 00/21, 87 p.

DRINKWATER, K.F., E. COLBOURNE, D. GILBERT, 2000. Overview of environmental conditions in the Northwest Atlantic in 1998. NAFO Sci. Counc. Stud., 33: 39-87.

Cliquer pour voir tout le texte

DUTIL, J.-D., M. CASTONGUAY, D. GILBERT, D. GASCON, 2000. Production analyses for cold-water and warm-water stocks and their use to predict surplus production. Pages 61-65 in N.G. Andersen, G. Ottersen & D.P. Swain (ed.). Report of the ICES/GLOBEC workshop on the dynamics of growth in cod, Dartmouth, Canada, 8-10 May 2000 (ICES C.M., 2000/C:12).

DRINKWATER, K.F., E. COLBOURNE, D. GILBERT, 1999. Overwiew of environment conditions in the Northwest Atlantic in 1997. NAFO Sci. Counc. Stud., 32: 75-121.

Cliquer pour voir tout le texte

DUTIL, J.-D., M. CASTONGUAY, D. GILBERT, D. GASCON, 1999. Growth, condition, and environmental relationships in Atlantic cod (Gadus morhua) in the northern Gulf of St. Lawrence and implications for management strategies in the Northwest Atlantic. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 56(10): 1818-1831.

Comme d'autres stocks dans l'est du Canada, le stock de morue franche (Gadus morhua) du nord du Golfe du Saint-Laurent s'est effondré après une longue période de pêche intensive. La production individuelle excédentaire a chuté au milieu des années 1980 de sorte que toute exploitation ne pouvait se solder que par une production nette négative. Ceci s'explique en partie par un ralentissement de la croissance et n'est pas étranger au fait que la taille à l'âge et l'indice de condition ont chuté pendant cette période. Les corrélations entre la taille à l'âge et la température du Golfe du Saint-Laurent ne sont pas significatives lorsque corrigées pour l'autocorrélation, mais la pente de ces relations est toujours positive ce qui suggère que la croissance est meilleure lorsque la température augmente. La diminution des tailles à l'âge ne semble pas s'expliquer par un taux de mortalité par pêche plus élevé ni par des changements dans la sélectivité des engins de pêche. Elle ne résulte pas non plus d'une augmentation des densités puisqu'une baisse de 10 cm de la longueur à 8 ans s'est produite alors que le stock est devenu 10 fois moins abondant. La longueur à l'âge varie selon la température lorsqu'on considère l'ensemble des stocks de l'Atlantique, mais cette relation est floue lorsque l'analyse porte uniquement sur les stocks d'eau froide, dont la croissance pourrait refléter davantage des différences dans l'abondance de nourriture. Puisqu'elle varie d'année en année et d'un stock à l'autre, la production biologique est un élément à intégrer au processus de gestion si l'on veut assurer la pérennité des stocks vivant dans un environnement variable ou extrême.

GILBERT, D., 1999. Oceanographic conditions in the Gulf of St. Lawrence in 1998 : physical oceanography. Science, Stock Status Report, G4-01, 7 p.

Cliquer pour voir tout le texte

CASTONGUAY, M., C. ROLLET, A. FRÉCHET, P. GAGNON, D. GILBERT, J.-C. BRÊTHES, 1999. Distribution changes of Atlantic cod (Gadus morhua L.) in the northern Gulf of St. Lawrence in relation to an oceanic cooling. ICES J. Mar. Sci., 56: 333-344.

GILBERT, D., 1999. Conditions océanographiques dans le golfe du Saint-Laurent en 1998 : océanographie physique. Rapport sur l'état des stocks, G4-01, 7 p.

Cliquer pour voir tout le texte

GILBERT, D., 1998. Conditions océanographiques dans le golfe du Saint-Laurent en 1997. Rapport sur l'état des stocks, G4-01, 8 p.

Cliquer pour voir tout le texte

GRÉGOIRE, F., D. GILBERT, 1998. La pêche au maquereau bleu (Scomber scombrus L.) dans les sous-régions 2 à 6 de l'OPANO pour 1997 ; The 1997 Atlantic mackerel (Scomber scombrus L.) fishery in NAFO subareas 2 to 6. MPO, Secrétariat canadien pour l'évaluation des stocks, Document de recherche ; DFO, Canadian Stock Assessment Secretariat, Research Document, 98/98, 49 p.

Les débarquements de maquereau bleu (Scomber scombrus L.) dans le Nord-Ouest de l'Atlantique se sont chiffrés en 1997 à 35 050 t. De ce nombre, 16 475 t provenaient des sous-régions 5 et 6 de l'OPANO et 18 575 t des sous-régions 3 et 4. Dans ce dernier cas, les plus importantes divisions ont été 4T, 4X et 4R avec des débarquements respectifs de 13 909 t, 1 985 t et 1 140 t. Les plus forts débarquements ont eu lieu à l'Île-du-Prince-Édouard et au Québec avec des valeurs de 6 111 t et 5 442 t. Les plus importantes zones unitaires ont été 4Tf, 4Tl et 4Tg pour la division 4T et pour les zones 4Rc et 4Xm pour les divisions 4R et 4X. Plus de 8 500 t ont été capturées par les pêcheurs de ligne et de turlutte et près de 6 000 t et 3 000 t par ceux utilisant le filet maillant et la trappe. Les trois plus importantes classes d'âge ou cohortes ont été, dans un ordre décroissant, celles de 1995, 1994 et 1996. Ces dernières représentaient à elles seules 62 % de toutes les captures. La cohorte dominante de 1988 était toujours présente en 1997 et constituait 8,51 % des captures. Comme au cours des dernières années, les principaux commentaires émis par l'industrie ont concerné la présence, à un niveau régional, d'importantes variations interannuelles dans les débarquements de maquereau. Le rôle de la température de l'eau dans ces variations est décrit dans le cas de la pêche à la seine qui se pratique sur la côte ouest de Terre-Neuve.

GILBERT, D., B. PETTIGREW, D. SWAIN, P. GALBRAITH, K. DRINKWATER, 1998. Oceanographic conditions in the Gulf of St. Lawrence in 1997. Science, Stock Status Report, G4-01, 8 p.

Cliquer pour voir tout le texte

SAINTE-MARIE, B., D. GILBERT, 1998. Possible effects of changes in CIL temperature and thickness on population dynamics of snow crab, Chionoecetes opilio, in the Gulf of Saint Lawrence. DFO, Canadian Stock Assessment Secretariat, Research Document, 98/38, 19 p.

DRINKWATER, K.F., E. COLBOURNE, D. GILBERT, 1998. Overview of environmental conditions in the Northwest Atlantic in 1996. NAFO Sci. Counc. Stud., 31: 111-146.

Cliquer pour voir tout le texte

DUTIL, J.-D., M. CASTONGUAY, M.O. HAMMILL, P. OUELLET, Y. LAMBERT, D. CHABOT, H. BROWMAN, D. GILBERT, A. FRÉCHET, J.-A. GAGNÉ, D. GASCON, L. SAVARD, 1998. Environmental influences on the productivity of cod stocks : some evidence for the northern Gulf of St. Lawrence, and required changes in management practices. DFO, Canadian Stock Assessment Secretariat, Research Document, 98/18, 42 p.

GILBERT, D., 1997. Conditions océanographiques dans le golfe du Saint-Laurent en 1996. Rapport sur l'état des stocks, G4-01, 7 p.

Cliquer pour voir tout le texte

GILBERT, D., 1997. Oceanographic conditions in the Gulf of St. Lawrence in 1996. Science, Stock Status Report, G4-01, 7 p.

Cliquer pour voir tout le texte

GILBERT, D., B. PETTIGREW, 1997. Interannual variability (1948-1994) of the CIL core temperature in the Gulf of St. Lawrence. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 54 (Suppl. 1): 57-67.

Nous avons étudié la variabilité interannuelle (1948-1994) de la couche intermédiaire froide (CIF), définie ici comme étant la couche où la température de l'eau est inférieure à 3 degré, dans le golfe du Saint-Laurent. Nous avons d'abord calculé un cycle annuel moyen des propriétés de la CIF pour six sous-régions du golfe (l'estuaire, le nord-ouest, le nord-est, le centre, le sud et le détroit de Cabot). Les taux de réchauffement estivaux ainsi obtenus furent utilisés pour créer une série chronologique de la température du cœur de la CIF, extrapolée au 15 juillet, en nous servant de toutes les données disponibles entre le 1er mai et le 30 septembre de chaque année. Nous avons également corrélé les séries chronologiques de température du cœur de la CIF avec les températures atmosphériques hivernales moyennes de plusieurs stations météorologiques à l'intérieur et à l'extérieur de golfe afin de distinguer entre le forçage atmosphérique local et éloigné. Les plus fortes corrélations furent obtenues avec les stations météorologiques de la côte ouest de Terre-Neuve.

GILBERT, D., A.F. VÉZINA, B. PETTIGREW, D.P. SWAIN, P.S. GALBRAITH, L. DEVINE, N. ROY, 1997. État du golfe du Saint-Laurent : conditions océanographiques en 1995. Rapp. tech. can. hydrogr. sci. océan., 191, 113 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Nous présentons un survol des conditions océanographiques dans le golfe du Saint-Laurent pour l'année 1995. Les faits saillants sont que 1) les températures de l'air en hiver étaient près des normales dans l'ouest du Golfe, mais se situaient près de 2 °C sous la normale dans l'est du Golfe; 2) l'été fut chaud et sec dans l'ouest du Golfe; 3) la couverture de glace a été légèrement supérieure à la normale, avec des conditions de glace généralement plus difficiles dans le nord-est du Golfe que dans l'ouest; 4) la température du cœur de la couche intermédiaire froide a été plus basse que la normale 5) la superficie où la température près du fond est inférieure à 0 °C a atteint un record maximal dans le sud du Golfe; 6) les couches profondes se sont refroidies par rapport à 1994, ce refroidissement étant plus intense dans la couche 100-200 m (0.9 °C) que dans la couche 200-300 m (0.3 °C); 7) la concentration d'oxygène dissous dans la couche 200-300 m était légèrement sous la moyenne de 1981-1995 aux sections du détroit de Cabot et du détroit d'Honguedo; 8) la répartition spatiale de la chlorophylle et du nitrate dans la couche de surface correspondait approximativement aux patrons dégagés des données historiques, c'est à dire un gradient de biomasse décroissant de l'ouest et du sud vers l'est et le nord et fortement inversement corrélé à la salinité; 9) dans le détroit de Northumberland, les concentrations de chlorophylle près du fond étaient beaucoup plus élevées qu'ailleurs dans le Golfe.

THERRIAULT, J.-C., D. GILBERT, P. LAROUCHE, D. LEFAIVRE, B. PELCHAT, 1997. L'estuaire et le golfe du Saint-Laurent scrutés de près. Le Fleuve : bull. d’inf., 8(1) : 2-4.

Cliquer pour voir tout le texte

La mer n’est pas inépuisable. La chute des stocks de morue dans l’est du Canada et les manchettes faisant état depuis quelques années des difficultés des pêcheurs aux deux extrémités du pays ont puissamment contribué à sensibiliser le grand public à la nécessité de mieux connaître le milieu marin, si l’on veut en gérer les ressources durablement.©1997 Saint-Laurent Vision 2000

GILBERT, D., B. PETTIGREW, D. SWAIN, M. COUTURE, 1996. State of the Gulf of St. Lawrence : oceanographic conditions in 1994. Can. Data Rep. Hydrogr. Ocean Sci., 143, 85 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Nous présentons un survol des observations d'océanographie physique dans le golfe du Saint-Laurent pour l'année 1994, en mettant l'emphase sur les observations de température et salinité recueillies en août et septembre lors de la mission d'évaluation des stocks de crevette et poissons de fond. Les faits saillants sont que 1) pour une sixième année consécutive, les températures de l'air en hiver ont été inférieures aux normales 1961-1990; 2) la superficie du couvert de glace a été supérieure à la normale 1962-1987; 3) la couche intermédiaire froide a été plus froide que la normale pour une neuvième année consécutive; 4) des remontées d'eau intenses sont survenues le long de la côte nord du Québec au cours du mois d'août, tel que révélé par des températures de surface très froides 5) les couches profondes (100 à 200 m et 200 à 300 m) se sont réchauffées partout dans le golfe par rapport à 1993, sauf dans le détroit de Cabot où elles se sont refroidies d'environ 0.5 °C.

PETRIE, B., K. DRINKWATER, A. SANDSTRÖM, R. PETTIPAS, D. GREGORY, D. GILBERT, P. SEKHON, 1996. Temperature, salinity and sigma-t atlas for the Gulf of St. Lawrence. Can. Tech. Rep. Hydrogr. Ocean Sci., 178, 256 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Nous avons divisé le golfe du Saint-Laurent en 21 sous-régions basées principalement sur la topographie. Pour chacune d'elles nous avons calculé les valeurs moyennes mensuelles, les écarts-types et les valeurs extrêmes de la température, de la salinité et de sigma-t. Nous présentons les résultats sous forme de tableaux, de chronologiques à des profondeurs choisies et de courbes d'isovaleurs, le temps figurant en abscisse et la profondeur en ordonnée. Nous avons utilisé la méthode d'estimation optimale pour calculer les distributions de la température, de la salinité et de sigma-t aux profondeurs de 0, 30, 50, 100 et 150 m, et près du fond au quinzième jour des mois de février, mai, août et novembre, correspondant à l'hiver, au printemps, à l'été et à l'automne. Nous présentons les distributions volumétriques saisonnières de la température et de la salinité.

DRINKWATER, K.F., E. COLBOURNE, D. GILBERT, 1996. Overview of environmental conditions in the Northwest Atlantic in 1995. NAFO Sci. Counc. Stud., 27: 1-37.

Cliquer pour voir tout le texte

DRINKWATER, K.F., E. COLBOURNE, D. GILBERT, 1996. Overview of environmental conditions in the Northwest Atlantic in 1994. NAFO Sci. Counc. Stud., 25: 25-58.

Cliquer pour voir tout le texte

GILBERT, D., B. PETTIGREW, 1996. Variations de la couche froide intermédiaire du golfe du Saint-Laurent de 1948 à 1995. Naturaliste can., 120(2): 69-70.

GILBERT, D., 1996. Conditions océanographiques dans le golfe du Saint-Laurent en 1995. MPO, Pêches de l'Atlantique, Rapport sur l'état des stocks, 96/51, 7 p.

GILBERT, D., 1996. Oceanographic conditions in the Gulf of St. Lawrence in 1995. DFO, Atlantic Fisheries, Stock Status Report, 95/51, 7 p.

CASTONGUAY, M., D. GILBERT, 1995. Effects of tidal streams on migrating Atlantic mackerel, Scomber scombrus L. ICES J. Mar. Sci., 52: 941-954.

GRATTON, Y., B. PETTIGREW, B. PELCHAT, D. GILBERT, M. COUTURE, J. LANDRY, 1994. Overview of the environmental conditions in the Gulf of St. Lawrence in 1993. DFO, Atlantic Fisheries, Research Document, 94/55, 45 p.

GILBERT, D., B. PETTIGREW, 1993. Current-meter data from Bonne Bay, Newfoundland, during the summer of 1991. Can. Data Rep. Hydrogr. Ocean Sci., 122, 63 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Au cours de l'été 1991, onze courantomètres ont été déployés à quatre sites de mouillage près de l'embouchure de Bonne Bay, un fjord de la côte ouest de Terre-Neuve. Les moyennes et écarts-types des séries temporelles de température, salinité, densité et composantes de la vitesse sont présentés, ici, de même que les résultats de l'analyse harmonique des courants pour les principales composantes de la marée. Chaque série temporelle est tracée ainsi que la série temporelle correspondante après application d'un filtre basse fréquence. Les données de vent de Daniel's Harbour, situé environ 80 km au nord-est de Bonne Bay, sont également présentées afin de les comparer aux données des courantomètres.

GILBERT, D., 1993. A search for evidence of critical internal wave reflection on the continental rise and slope off Nova Scotia. Atmos.-Ocean, 31: 99-122.

GILBERT, D., 1991. Vers des modèles couplés Océan-Atmosphère. Géosci. Can., 18(3): 109-110 .