Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Marie-Hélène GENDRON

GRÉGOIRE, F., W. BARRY, J.-J. BARRY, J. BARRY, J.-L. BEAULIEU, M.-H. GENDRON, 2011. West coast of Newfoundland Capelin (Mallotus villosus M.) and Atlantic Herring (Clupea harengus harengus L.) larval survey, part 8 : abundance estimates and marine community analyses of the data collected in partnership with the industry (Barry Group) in july 2008. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2954, 65 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En partenariat avec le Groupe Barry de Corner Brook, un relevé larvaire a été réalisé sur la côte ouest de Terre-Neuve en juillet 2008 dans le but de mesurer l’abondance et de décrire la distribution spatiale des œufs et des larves des principales espèces de poissons rencontrées. Lors du relevé, les œufs les plus abondants ont été ceux du groupe CYT (tanche-tautogue [Tautogolabrus adspersus] et limande à queue jaune [Limanda ferruginea]) suivi des œufs de maquereau bleu (Scomber scombrus) et des groupes CHW (morue franche [Gadus morhua], aiglefin [Melanogrammus aeglefinus] et plie grise [Glyptocephalus cynoglossus]) et H4B (merluches [Urophycis spp.], motelle à quatre barbillons [Enchelyopus cimbrus] et stromatée à fossette [Peprilus triacanthus]). Parmi les larves récoltées, les espèces les plus abondantes ont été le capelan (Mallotus villosus), la tanche-tautogue, l’ulvaire deux-lignes (Ulvaria subbifurcata), le hareng (Clupea harengus) et le maquereau bleu. Par rapport au relevé réalisé dans la même région en 2007, et en omettant la baie St. George, le relevé de 2008 a été caractérisé par un plus grand nombre d’œufs de maquereau et de larves de capelan et de hareng comparativement à une baisse pour les larves de morue et de plie. Des modèles additifs généralisés (GAM) ont démontré que l’abondance des œufs et des larves des principales espèces échantillonnées pouvait être décrite à l’aide de fonctions de lissage basées sur la longitude, la latitude, leur interaction, la température de l’eau et l’abondance des œufs de maquereau bleu dans le cas des larves de cette même espèce. À partir des mesures d’abondance de toutes les larves échantillonnées, des analyses de groupement et d’ordination ont démontré la présence d’une structure spatiale au sein de la communauté larvaire. Cette dernière était principalement caractérisée par le capelan, la tanche-tautogue et le hareng.

GRÉGOIRE, F., W. BARRY, J.-J. BARRY, J. BARRY, C. LÉVESQUE, J.-L. BEAULIEU, M.-H. GENDRON, 2011. West coast of Newfoundland Capelin (Mallotus villosus M.) and Atlantic Herring (Clupea harendus harengus L.) larval survey, part 7 : description of the data collected in partnership with the industry (Barry Group) in July 2008. Can. Data Rep. Fish. Aquat. Sci., 1235, 33 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En partenariat avec le Groupe Barry, un relevé larvaire a été réalisé sur la côte ouest de Terre- Neuve entre le 16 et le 18 juillet 2008. Ce relevé avait pour objectif de mesurer l’abondance des œufs et des larves des poissons échantillonnés à l’aide de filets à plancton. Un second objectif consistait à décrire la distribution spatiale des larves de poissons dont celles de deux espèces commerciales importantes, le capelan (Mallotus villosus) et le hareng (Clupea harengus harengus). Les deux plus abondants groupes d’œufs ont été CYT (tanche-tautogue [Tautogolabrus adspersus] et limande à queue jaune [Limanda ferruginea]) et CHW (morue [Gadus morhua], aiglefin [Melanogrammus aeglefinus] et plie grise [Glyptocephalus cynoglossus]). De plus, des œ de maquereau bleu (Scomber scombrus) ont été récoltés à toutes les stations. Des 16 espèces de larves identifiées, les plus abondantes ont été celles du capelan et de la tanche-tautogue. Ces dernières ont été suivies de l’ulvaire deux-lignes (radiated shanny), du hareng, de la motelle à quatre barbillons (Enchelyopus cimbrus) et du maquereau bleu. Des profils de la température et de la salinité de l’eau en fonction de la profondeur ont été réalisés à chaque station. Toutes les données biologiques et océanographiques recueillies ont été compilées et sont présentées dans les tableaux, figures et annexes du présent document. Ces données seront analysées et publiées dans un rapport à venir.

GRÉGOIRE, F., W. BARRY, J. BARRY, C. LÉVESQUE, J.-L. BEAULIEU, M.-H. GENDRON, 2011. West coast of Newfoundland Capelin (Mallotus villosus M.) and Atlantic Herring (Clupea harengus harengus L.) larval survey, part 6 : abundance estimates and marine community analyses of the data collected in partnership with the industry (Barry Group) in July 2007. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2953, 65 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En partenariat avec le Groupe Barry de Corner Brook, un relevé larvaire a été réalisé sur la côte ouest de Terre-Neuve en juillet 2007 afin de mesurer l’abondance et de décrire la distribution spatiale des œufs et des larves des poissons échantillonnés dont deux espèces d’importance commerciale, le capelan (Mallosus villosus) et le hareng (Clupea harengus harengus). Les œufs les plus abondants ont été ceux des groupes CYT (tanche-tautogue [Tautogolabrus adspersus] et limande à queue jaune [Limanda ferruginea]), CHW (morue [Gadus morhua], aiglefin [Melanogrammus aeglefinus] et plie grise [Glyptocephalus cynoglossus]) et H4B (merluches [Urophycis spp.], motelle à quatre barbillons [Enchelyopus cimbrius] et stromatée à fossette [Peprilus triacanthus]). Parmi les larves récoltées, les espèces les plus abondantes ont été la tanche-tautogue, la plie (Pleuronectidae) et le maquereau bleu (Scomber scombrus) suivies du capelan, de la motelle à quatre barbillons, de l’ulvaire deuxlignes (Ulvaria subbifurcata), de la morue et du hareng. Par rapport au relevé réalisé en 2005 et en omettant la baie St. George, le relevé de 2007 a été caractérisé par un moins grand nombre d’œufs et de larves de maquereau bleu et de capelan. Les œufs des groupes CYT, CHW et H4B ont aussi été moins abondants. Les seules hausses d’abondance ont été mesurées pour les œufs de turbot de sable (Scophthalmus aquosus) et les larves d’ulvaire deux-lignes, de sébaste (Sebastes spp.), de lançon (Ammodytes spp.) et de limace (Liparis spp.). Des modèles additifs généralisés (GAM) ont démontré que l’abondance des œufs et des larves de la plupart des espèces échantillonnées pouvait être décrite à l’aide d’une fonction de lissage basée sur l’interaction entre la longitude et la latitude des stations. Les abondances d’œufs de maquereau bleu et de larves de morue ont aussi été décrites par une seconde fonction basée sur la température de l’eau. Finalement, une dernière fonction basée sur l’abondance des œufs de maquereau bleu a permis de décrire l’abondance des larves de cette même espèce. À partir des mesures d’abondance de toutes les larves échantillonnées, des analyses de groupement et d’ordination ont démontré la présence d’une structure spatiale bien définie au sein de la communauté larvaire. Cette dernière était principalement caractérisée par la tanche-tautogue et la plie.

LAROCQUE, R., J-D. DUTIL, S. PROULX, M. THORNE, P.-M. SCALLON-CHOUINARD, M.-H. GENDRON, J. PLOURDE, T. SCHMITT, 2010. Contribution à la description de l'habitat des loups de mer (Anarhichas spp.) près de la péninsule gaspésienne par vidéo remorquée et relevés acoustiques multifaisceaux. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2902, 51 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce rapport présente les résultats d’initiatives visant à étudier l’habitat potentiel et la distribution du loup (Anarhichas spp.) dans le golfe du Saint-Laurent et en particulier près de la péninsule gaspésienne. Les caractéristiques de l’habitat furent examinées à des échelles spatiales différentes : par relevés vidéo, par levés acoustiques multifaisceaux et par un examen des données historiques de capture. La bathymétrie à haute résolution et la rétrodiffusion couplées à l’information provenant de la vidéo ont permis de décrire en détail des environnements connus pour être fréquentés par les loups. Des caractéristiques présumées favorables aux loups ont été notées sur les deux secteurs principaux, y compris des abris sous roche et des sillons d’origine glaciaire. L’information produite est présentée sous la forme d’un document interactif sur DVD-ROM annexé au rapport. La complémentarité de ces méthodes ainsi que les implications pour la gestion d’autres espèces en péril sont discutées.

GRÉGOIRE, F., W. BARRY, J. BARRY, C. LÉVESQUE, J.-L. BEAULIEU, M.-H. GENDRON, 2009. West coast of Newfoundland Capelin (Mallotus villosus M.) and Atlantic Herring (Clupea harengus harengus L.) larval survey, part 4 : abundance estimates and marine community analyses of the data collected in partnership with the industry (Barry Group) in July 2005. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2837, 51 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En partenariat avec le Groupe Barry de Corner Brook, un relevé larvaire a été réalisé sur la côte ouest de Terre-Neuve en juillet 2005. Les deux principaux objectifs visés par ce relevé étaient de décrire la distribution spatiale des œufs et des larves des principales espèces de poissons présents dans la zone d’étude et de mesurer leur abondance. Les œufs les plus abondants ont été ceux du groupe CYT (tanche-tautogue [Tautogolabrus adspersus] et limande à queue jaune [Limanda ferruginea]) suivi du groupe H4B (merluches [Urophycis spp.], motelle à quatre barbillons [Enchelyopus cimbrus] et stromatée à fossette [Peprilus triacanthius]) et du groupe CHW (morue franche [Gadus morhua], aiglefin [Melanogrammus aeglefinus] et plie grise [Glyptocephalus cynoglossus]). Parmi les larves récoltées, les espèces les plus abondantes ont été la tanchetautogue, le capelan (Mallotus villosus), la motelle à quatre barbillons et la lompénie (Lumpenus spp.) suivies des pleuronectidés, de la morue, du maquereau bleu (Scomber scombrus) et du turbot de sable (Scophthalmus aquosus). Par rapport au relevé réalisé dans la même région en 2004, celui de 2005 s’est caractérisé par une baisse importante de l’abondance des larves de hareng (Clupea harengus) et une hausse de l’abondance des larves de capelan et de maquereau bleu. Des analyses de groupement et d’ordination ont démontré la présence d’une structure au sein de la communauté larvaire. Des groupes de stations ont été définis et caractérisés principalement par la présence de la tanche-tautogue et du capelan. Des différences significatives de température et de salinité ont été mesurées entre ces groupes. Cependant, ces différences n’ont pas permis d’établir de liens entre la composition larvaire de chaque groupe et ces deux variables environnementales.

GRÉGOIRE, F., C. LÉVESQUE, J.-L. BEAULIEU, M.-H. GENDRON, 2009. Pêche commerciale et biologie du maquereau bleu (Scomber scombrus L.) dans les sous-régions 3 et 4 de l’OPANO en 2007 ; Commercial fishery and biology of the Atlantic mackerel (Scomber scombrus L.) in NAFO Subareas 3 and 4 in 2007. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2009/025, 166 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En 2007, les débarquements préliminaires de maquereau bleu (Scomber scombrus L.) dans le nord-ouest de l’Atlantique se sont chiffrés à 75 863 t, ce qui représente une baisse de 34 423 t par rapport à 2006 et de 20 475 t par rapport à 2005. Un total de 50 578 t ont été débarquées dans l’est du Canada dont 44 032 t (87 %) seulement à Terre-Neuve. Les débarquements réels en eaux canadiennes devraient être plus élevés puisque les données de pêche de certaines provinces n’étaient pas toutes comptabilisées au moment de l’évaluation. En 2007, les débarquements américains se sont chiffrés à 25 285 t, soit une baisse de 31 352 t par rapport à 2006 et de 15 732 t par rapport à 2005. Un partage de la ressource basé sur les débarquements historiques qui tiendrait compte des captures réalisées par les navires étrangers en eaux américaines et canadiennes s’élèverait à 74 % en faveur des Etats-Unis si ce calcul était basé sur les débarquements totaux réalisés entre 1960 et 2007. Cette proportion serait de 51 % si les calculs étaient réalisés à partir de la moyenne des proportions annuelles des débarquements de chaque pays. En ne considérant que les captures domestiques américaines et canadiennes, ces valeurs passeraient respectivement à 63 % et 70 % en faveur du Canada. En 2007, la plupart des débarquements de la côte ouest de Terre-Neuve ont été réalisés dans les zones unitaires 4Rb, 4Rc et 4Rd avec des tonnages respectifs de 7 100 t, 8 094 t et 8 039 t. Sur la côte est de Terre-Neuve, les plus importants débarquements ont été réalisés dans les zones unitaires 3Kh, 3Ki, 3La et 3Lb avec des valeurs respectives de 6 131 t, 1 483 t, 4 687 t et 5 511 t. Depuis le début des années 2000, les débarquements canadiens ont été fortement dominés par les poissons de la classe d’âge de 1999. Entre 2000 et 2004, les poissons de cette classe d’âge constituaient entre 45 % et 77 % de toutes les captures en nombre, du jamais vu depuis la fin des années 1960. Cependant, l’importance relative de cette classe d’âge a chuté rapidement à partir de 2005 en faveur de la classe d’âge de 2003 qui comptait en 2007 pour 40 % des débarquements. La forte classe d'âge de 1999, qui a été responsable pour des débarquements de plus de 150 000 t de débarquements depuis 2000, n’est plus un important contributeur à la pêche ou au stock reproducteur. La force des classes d'âge depuis 1999 ne semble pas être importante. Au cours des dernières années, des captures de l'ordre de 50 000 t ont été supportées par cette très forte classe d'âge. Il est incertain que des captures de ce niveau puissent être réalisées au cours des prochaines années avec les classes d'âges qui sont présentement disponibles à la pêche.

GRÉGOIRE, F., M.-H. GENDRON, 2009. La pêche aux poissons pélagiques dans le nord du golfe du Saint-Laurent (divisions 4R et 4S de l’OPANO) entre 1995 et 2007. Rapp. can. ind. sci. halieut. aquat., 283, 36 p.

Cliquer pour voir tout le texte

D’importantes prises de poissons pélagiques sont réalisées annuellement dans le nord du golfe du Saint-Laurent. Entre 1995 et 2007, 413 000 t de capelan (Mallotus villosus), hareng (Clupea harengus harengus) et maquereau (Scomber scombrus L.) y ont été débarquées dont près de 405 000 t sur la côte ouest de Terre-Neuve (division 4R de l’OPANO). Le hareng est l’espèce qui a été la plus exploitée suivie du maquereau et du capelan avec des débarquements annuels moyens respectifs de 15 190 t, 10 653 t et 5 927 t. Les débarquements de hareng et de capelan sont relativement stables d’une année à l’autre. Par contre, une hausse marquée des débarquements de maquereau est observée depuis 2000. La senne bourse, le filet maillant et la trappe sont les principaux engins de pêche utilisés pour la capture des poissons pélagiques. Sur la côte ouest de Terre-Neuve la senne "Tuck", qui est utilisée depuis 2005, représente maintenant le second engin en importance pour la capture du hareng et du maquereau. La pêche au capelan et au hareng (composante du printemps) se déroule lors des saisons de fraie au printemps. Pour la pêche au maquereau et au hareng (composante d’automne), elle a lieu, de façon générale, à la fin de l’été lors des périodes de fraie (hareng d’automne) et à l’automne lors des rassemblements annuels en bancs. Compte tenu de la vaste étendue du territoire de la Côte-Nord du Québec (division 4S de l’OPANO), les débarquements de poissons pélagiques pourraient y être plus élevés. Cependant, toute augmentation de l’effort de pêche devrait s’accompagner d’un suivi serré des captures compte tenu que l’abondance, la biologie, la distribution et les migrations de ces espèces sont mal connues.

GRÉGOIRE, F., W. BARRY, J. BARRY, O. GREGAN, C. LÉVESQUE, J.-L. BEAULIEU, M.-H. GENDRON, 2008. Évaluation de la biomasse reproductrice de maquereau bleu (Scomber scombrus L.) à partir des données des relevés d’ichtyoplancton réalisés sur la côte ouest de Terre-Neuve en 2004 et 2005 ; Assessment of the Atlantic mackerel (Scomber scombrus L.) spawning stock biomass from the data of the ichthyoplankton surveys made on the west coast of Newfoundland in 2004 and 2005. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2008/039, 29 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des relevés d’ichtyoplancton visant à décrire la distribution et à calculer l’abondance des larves de poissons pélagiques ont été réalisés sur la côte ouest de Terre-Neuve en juillet 2004 et 2005. Des oeufs et des larves de maquereau bleu (Scomber scombrus L.) ont été récoltés à la plupart des stations échantillonnées. Les densités d’oeufs par station ont été converties en productions quotidienne et totale et en biomasse reproductrice selon la même approche analytique employée pour les relevés d’abondance réalisés annuellement dans le sud du golfe du Saint-Laurent. En 2004 et 2005, les biomasses reproductrices ont été évaluées à 1 466 t et 5 692 t, respectivement. Ces biomasses ne sont associées qu'à la zone échantillonnée ainsi qu'à la portion de la population qui était en train de se reproduire lors des relevés.

GRÉGOIRE, F., W. BARRY, J. BARRY, C. LEVESQUES, J.-L. BEAULIEU, M.-H. GENDRON, 2008. West coast of Newfoundland capelin (Mallotus villosus M.) and Atlantic herring (Clupea harengus harengus L.) larval survey. Part 5, Description of the data collected in partnership with the industry (Barry Group) in July 2007. Can. Data Rep. Fish. Aquat. Sci., 1205, 31 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En partenariat avec le Groupe Barry de Comer Brook, un releve larvaire a ete realise sur la cote ouest de Terre-Neuve entre le 18 et le 21 juillet 2007. Des œufs et des larves de plusieurs especes de poissons ont ete retrouves a toutes les stations echantillonnees. Les deux plus abondants groupes d'œufs ont ete CYT (tanche-tautogue [Tautogolabrus adspersus] et limande a queue jaune [Limanda jerruginea]) et CHW (moroe [Gadus morhua], aiglefin [Melanogrammus aeglefinus] et plie grise [Glyptocephalus cynoglossus]). Des oeufs de maquereau (Scomber scombrus) ont ete retrouves a la plupart des stations. Des treize especes de larves identifiees, les plus importantes ont ete celles de la tanche-tautogue, de la plie (Pleuronectidae), du maquereau, de la motelle a quatre barbillons (Enchelyopus cimbrus) et du capelan (Mallotus villosus). Des profils de la temperature et de la salinite de l'eau en fonction de la profondeur ont ete realises a chaque station. Toutes les donnees biologiques et oceanographiques recueillies lors du releve ont ete compilees et sont presentees dans les tableaux, figures et annexes du present document. Ces donnees seront analysees et publiees dans un rapport avenir

LAROCQUE, R., M.-H. GENDRON, J.-D. DUTIL, 2008. A survey of wolffish (Anarhichas spp.) and wolffish habitat in Les Méchins, Quebec. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2786, 35 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le loup atlantique (Anarhichas lupus) et le loup tacheté (A. minor) sont respectivement inscrites comme espèces préoccupante et menacée selon la Loi sur les Espèces en Péril (LEP). Les objectifs de ce travail étaient d’acquérir des connaissances sur une population côtière de loups de l’estuaire du Saint-Laurent dans l’est du Québec, d’évaluer des méthodes d’étude de ces espèces et la faisabilité d’ensemencer des poissons puis d’en faire le suivi in situ. Il a été démontré que la distribution verticale de A. lupus est limitée par la température, les loups évitant la couche de surface sujette au courant de Gaspé. Le nombre de loups sur les récifs profonds est demeuré sensiblement constant sur deux ans avec plusieurs poissons occupant les mêmes abris pour de longues durées. La survie hivernale suivant une expérience d’ensemencement a été confirmée par des observations en plongée et la migration est suggérée pour expliquer le taux de succès relativement faible de cet effort. Des couples de loups et des masses d’œufs ont été observés et ceci a mené à une évaluation du rôle des récifs côtiers dans le cycle de vie de Anarhichas spp. Une méthode de mesure non intrusive des loups a été utilisée et est décrite. L'utilisation de relevés multifaisceaux à haute résolution comme outils pour les plongeurs et pour les travaux reliés à l’habitat est aussi discutée.

GRÉGOIRE, F., C. LÉVESQUE, J.-L. BEAULIEU, C. MÉTHOT, M.-H. GENDRON, 2007. Résultats du relevé des œufs de maquereau bleu (Scomber scombrus L.) réalisé dans le sud du golfe du Saint-Laurent en 2006 ; Results of the Atlantic mackerel (Scomber scombrus L.) egg survey conducted in the southern Gulf of St. Lawrence in 2006. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2007/073, 76 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un relevé pour évaluer la biomasse reproductrice du maquereau bleu (Scomber scombrus L.) par l’échantillonnage des œufs a été réalisé dans le sud du golfe du Saint- Laurent entre le 28 juin et le 8 juillet 2006. De très faibles abondances d’œufs, de moins de 10 œufs/m2, ont été mesurées chez près de 75 % des stations échantillonnées. Les plus fortes abondances ont été observées aux stations situées à l’ouest des Îles-de-la-Madeleine. Ces stations étaient associées à des températures de l’eau (couche 0-10 m) se situant entre 9,3 °C et 12,3 °C. La production moyenne d’œufs pour l’ensemble de la zone échantillonnée a été évaluée à 7,4 œufs/m2, et la production totale, à 5,12 x 1011 œufs. À ces productions d’œufs est associée une biomasse reproductrice de 54 133 t, soit la plus faible valeur à être mesurée depuis 1979. Le relevé de 2006 a été réalisé vers la fin de la saison de reproduction comme l’indiquent la courbe de production quotidienne d’oeufs, les températures élevées de l’eau, entre 9,3 °C et 16,7 °C, et la présence de larves à presque toutes les stations. En tenant compte de ces résultats, la biomasse évaluée en 2006 serait plutôt associée à la portion du stock s’étant reproduit à la toute fin de la saison de ponte et non à l’ensemble du stock. Dans le but d’améliorer l’évaluation d’abondance du maquereau, nous suggérons que le relevé soit réalisé à des dates plus appropriées. Celui de 2006 n’a pu être réalisé plus tôt en raison d’un conflit dans la gestion des temps de navires. Nous suggérons aussi que le relevé couvre le plateau néo-écossais compte tenue des changements récents de routes de migration du maquereau.

GRÉGOIRE, F., C. LÉVESQUE, J.-L. BEAULIEU, C. MÉTHOT, M.-H. GENDRON, 2007. Pêche et biologie du maquereau bleu (Scomber scombrus L.) des sous-régions 3 et 4 de l’OPANO en 2006 ; Atlantic mackerel (Scomber scombrus L.)fishery and biology for NAFO Subareas 3 and 4 in 2006. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2007/067, 136 p .

Cliquer pour voir tout le texte

En 2006, les débarquements préliminaires de maquereau bleu (Scomber scombrus L.) dans le nord-ouest de l’Atlantique se sont chiffrés à 96 272 t, ce qui représente une baisse de 66 t par rapport à 2005 et de 12 547 t par rapport à 2004. Un total de 38 155 t ont été débarquées dans l’est du Canada dont 34 884 t à Terre-Neuve seulement. Les débarquements réels réalisés en eaux canadiennes en 2006 devraient être plus élevés puisque les données de pêche du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse n’étaient pas toutes comptabilisées au moment de l’évaluation. Les débarquements américains se sont chiffrés en 2006 à 58 117 t, soit une hausse de 17 100 t par rapport à 2005. En tenant compte des captures réalisées par les navires étrangers en eaux américaines et canadiennes, le partage de la ressource entre les deux pays s’élèverait à 75 % en faveur des Etats-Unis si ce calcul était basé sur les débarquements totaux réalisés entre 1960 et 2005 et à 52 % à partir de la moyenne des proportions annuelles des débarquements de chaque pays. En ne considérant que les captures domestiques américaines et canadiennes, ces valeurs passeraient respectivement à 64 % et 70 % en faveur du Canada. À Terre-Neuve, la plupart des débarquements de la côte ouest ont été réalisés dans les zones unitaires 4Rd, 4Rb et 4Rc avec des tonnages respectifs de 8 159 t, 3 139 t et 2 617 t. Sur la côte est de Terre-Neuve, les plus importants débarquements ont été réalisés dans les zones unitaires 3Kh, 3Lb et 3Kd avec des valeurs respectives de 11 705 t, 3 265 t et 3 243 t. Les autres zones unitaires en importance, avec plus de 1 000 t chacune, ont été 3La sur la côte est de Terre-Neuve et 4Tf aux Îles-de-la-Madeleine avec respectivement 1 912 t et 1 046 t. Depuis le début des années 2000, les débarquements canadiens ont été fortement dominés par les poissons de la classe d’âge de 1999. Entre 2001 et 2004, les poissons de cette classe d’âge ont compté pour 45 % à 77 % de toutes les captures en nombre, du jamais vu depuis la fin des années 1960. Cependant, l’importance relative de cette classe-d’âge a chuté rapidement en 2005 et 2006 en faveur de la classe d’âge de 2003. Entre 2000 et 2003, les débarquements annuels attribués à la classe d’âge de 1999 ont varié de 4 927 t à 35 970 t. Ils sont passés de 30 792 t et 24 805 t en 2004 et 2005 à seulement 6 429 t en 2006. Malgré les incertitudes toujours existantes associées aux statistiques de la pêche, il apparaît que la forte classe d’âge de 1999 ne contribue plus beaucoup ni à la pêche ni au stock reproducteur. Les captures de 2007 ne devraient donc pas excéder celles des dernières années et le TAC, qui est de beaucoup supérieur aux plus hautes captures enregistrées, devrait être ramené à 50 000 t. Cependant, il est fort probable que des captures de cet ordre ne puissent être soutenues si les classes d’âge subséquentes à celle de 1999 s’avèrent d’abondance moyenne.