Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Daniel GAUTHIER

DRAPEAU, G., D. GAUTHIER, D. LAVALLÉE, 1999. In situ deposition versus transport by density currents of dredged sediments dumped in coastal waters. J. Coast. Res., 15(1): 87-96.

HARVEY, M., M. GILBERT, D. GAUTHIER, D.M. REID, 1999. A preliminary assessment of risks for the ballast water-mediated introduction of nonindigenous marine organisms in the Estuary and Gulf of St. Lawrence. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2268, 56 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les risques d'introduction d'espèces marines non indigènes dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent (EGSL) par les activités maritimes commerciales étrangères ont été évalués par le biais de trois études visant à caractériser : 1) le trafic maritime en provenance de l'étranger dans l'EGSL; 2) les déversements d'eau de lest par les navires étrangers visitant les principaux ports de l'EGSL; et 3) la richesse spécifique et la biodiversité du phytoplancton et du zooplancton présents dans les eaux et les sédiments de lest de certains navires.

MUNRO, J., D. GAUTHIER, J.A. GAGNÉ, 1998. Description d'une frayère de hareng (Clupea harengus L.) à l'île aux Lièvres, dans l'estuaire moyen du Saint-Laurent. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2239, 34 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des opérations d'exploration par vidéo sous-marine, par échantillonnage à la benne et au grappin ainsi que par plongée, effectuées du 31 mai au 23 juin 1987, ont permis de localiser une frayère de hareng située du côté nord-ouest de la pointe amont de l'île aux Lièvres, dans l'estuaire moyen du Saint-Laurent. La frayère avait une longueur d'environ 1600 m et une largeur variant entre 50 et 250 m, couvrant une superficie d'environ 285 900 m2 entre les isobathes de 0 et 5 m. Le site de fraye était caractérisé par un substrat de cailloux et de galets, par la présence d'algues macrophytes (Odonthalia dentata, Phycodrys rubens) et par un courant de marée pouvant dépasser 1,5 m.s-1. L'examen de l'évolution du développement des oeufs indique que la date d'éclosion se situerait entre le 9 et le 12 juin; au taux de développement fixé par la température locale de l'eau, le rétrocalcul de la date de fraye donne comme résultat la période du 21 au 24 mai. Le pourcentage des oeufs morts était faible avant et pendant l'éclosion (13 %) et a augmenté considérablement après l'éclosion (53 %). Le nombre d'oeufs déposés sur le site fut estimé à 1,65.1012, correspondant à une abondance de quelque 94,8 millions de géniteurs ou une biomasse de 14 321 t.

HARVEY, M., D. GAUTHIER, J. MUNRO, 1998. Temporal changes in the composition and abundance of the macro-benthic invertebrate communities at dredged material disposal sites in the Anse a Beaufils, Baie des Chaleurs, Eastern Canada. Mar. Pollut. Bull., 36: 41-55.

GAUTHIER, D., D.A. STEEL, 1996. A synopsis of the situation regarding the introduction of nonindigenous species by ship-transported ballast water in Canada and selected countries. Can. Manuscr. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2380, 57 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Chaque année, les navires transportent des centaines de millions de tonnes d'eau de lest autour du monde. Ces eaux et les sédiments qui y sont associés contiennent des centaines d'espèces d'organismes, parmi lesquels plusieurs se sont établis dans de nouveaux habitats et ont eu des effets négatifs sur la santé humaine, l'économie et l'environnement. Ce rapport décrit la situation canadienne, dans son contexte international, en ce qui concerne l'introduction d'espèces non indigènes par les eaux de lest transportées par les navires, en examinant particulièrement le trafic maritime, la réglementation, les activités de gestion et de recherche scientifique, ainsi que les contrôles et les traitements possibles. Essentiellement, la reconnaissance internationale du problème n'a pas donné lieu à des actions concrètes dans d'autres pays que l'Australie, les États-Unis et, plus récemment, Israël et le Chili. Le Canada est particulièrement vulnérable à l'introduction d'espèces non indigènes par les navires, compte tenu des grandes quantités d'eau de lest déversées dans ses ports et de la quasi-absence de mesures de contrôle dans les régions autres que les Grands Lacs. A l'instar de plusieurs pays, le Canada a besoin d'évaluer les risques auxquels sont exposés ses habitats et ses ressources aquatiques.

GAUTHIER, D., D.A. STEEL, 1996. Sommaire de la situation concernant l'introduction d'espèces non indigènes par l'eau de lest des navires au Canada et dans d'autres pays. Rapp. manus. can. sci. halieut. aquat., 2380, 62 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Chaque année, les navires transportent des centaines de millions de tonnes d'eau de lest autour du monde. Ces eaux et les sédiments qui y sont associés contiennent des centaines d'espèces d'organismes, parmi lesquels plusieurs se sont établis dans de nouveaux habitats et ont eu des effets négatifs sur la santé humaine, l'économie et l'environnement. Ce rapport décrit la situation canadienne, dans son contexte international, en ce qui concerne l'introduction d'espèces non indigènes par les eaux de lest transportées par les navires, en examinant particulièrement le trafic maritime, la réglementation, les activités de gestion et de recherche scientifique, ainsi que les contrôles et les traitements possibles. Essentiellement, la reconnaissance internationale du problème n'a pas donné lieu à des actions concrètes dans d'autres pays que l'Australie, les États-Unis et, plus récemment, Israël et le Chili. Le Canada est particulièrement vulnérable à l'introduction d'espèces non indigènes par les navires, compte tenu des grandes quantités d'eau de lest déversées dans ses ports et de la quasi-absence de mesures de contrôle dans les régions autres que les Grands Lacs. A l'instar de plusieurs pays, le Canada a besoin d'évaluer les risques auxquels sont exposés ses habitats et ses ressources aquatiques.

GOSSELIN, S., M. LEVASSEUR, D. GAUTHIER, 1995. Transport and deballasting of toxic dinoflagellates via ships in the Grande Entree Lagoon of the Iles-de-la-Madeleine (Gulf of Saint-Lawrence, Canada). Pages 591-596 in Harmful Marine Algal Blooms : proceedings of the Sixth International Conference on Toxic Marine Phytoplankton, October 1993, Nantes, France. Lavoisier, Paris and Intercept Ltd, Andover, England.

JACQUAZ, B., D. GAUTHIER, 1994. Présentation de l'approche Amoeba pour l'aménagement des ressources biologiques de la lagune du Havre aux Basques. Pages 105-117 in Actes de l'atelier sur l'aménagement d'un milieu lagunaire. Association pour la revalorisation de la lagune du Havre aux Basques et Ministère des pêches et des océans.

JACQUAZ, B., D. GAUTHIER, 1994. Bilan des inventaires écologiques de la lagune du Havre aux Basques. Pages 59-66 in Actes de l'atelier sur l'aménagement d'un milieu lagunaire. Association pour la revalorisation de la lagune du Havre aux Basques et Ministère des pêches et des océans.

ENNIS, J., K. DRINKWATER, P. OUELLET, P. BRUNEL, M. FRÉCHETTE, D. GAUTHIER, L. GENDRON, J. HIMMELMAN, C. HUDON, I. McQUINN, L. SAVARD, J. WORMS, 1991. Report of the Workshop on Invertebrates. Pages 47-54 in J.-C. Therriault (ed.). The Gulf of St. Lawrence : small ocean or big estuary ? Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Spec. Publ. Fish. Aquat. Sci., 113).

ENNIS, J., K. DRINKWATER, P. OUELLET, P. BRUNEL, M. FRÉCHETTE, D. GAUTHIER, L. GENDRON, J. HIMMELMAN, C. HUDON, I. McQUINN, L. SAVARD, J. WORMS, 1991. Rapport de l'atelier de travail sur les invertébrés. Pages 47-54 in J.-C. Therriault (éd.). Le golfe du Saint-Laurent : petit océan ou grand estuaire? Ministère des pêches et des océans (Publ. spéc. can. sci. halieut. aquat., 113).

DRINKWATER, K.F., G.C. HARDING, W.P. VASS, D. GAUTHIER, 1991. The relationship of Quebec lobster landings to freshwater runoff and wind storms. Pages 179-187 in J.-C. Therriault (ed.). The Gulf of St. Lawrence : small ocean or big estuary ? Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Spec. Publ. Fish. Aquat. Sci., 113).

GAUTHIER, D., L. DESJARDINS, J. ROBITAILLE, Y. VIGNEAULT, 1989. River spawning of artificially reconditioned Atlantic salmon (Salmo salar). Can. J. Fish. Aquat. Sci., 46: 824-826.

GAUTHIER, D., F. HAZEL, 1988. Abondance du homard américain (Homarus americanus) à l'île d'Anticosti. CSCPCA doc. rech., 88/36, 29 p.

GAUTHIER, D., F. HAZEL, 1986. Les évents d'échappement sur les casiers à homard : détermination de la dimension optimale. CSCPCA doc. rech., 86/71, 36 p .

Des mesures de la carapace ont été prises sur 922 homards provenant de huit régions du Québec. Dans la perspective d'une réglementation imposant l'utilisation d'évents sur les casiers à homards, nous évaluons l'ampleur de la variabilité morphométrique de la relation longueur-largeur céphalothoracique entre les sexes et entre les régions. La comparaison des droites de régression révèle des différences d'allométrie du céphalothorax entre les sexes et entre les régions. Pour une longueur donnée, les mâles ont une carapace plus étroite que celle des femelles. Pour les homards des deux sexes provenant de La Tabatière, la carapace est proportionnellement plus étroite que dans les autres régions. Les équations de régression sont utilisées afin de calculer la répartition de la largeur du céphalothorax, laquelle détermine l'échappement. Compte tenu de la distribution de la largeur céphalothoracique, de la compressibilité de la carapace et de l'augmentation possible du rendement découlant de la désaturation des casiers, nous recommandons pour une longueur de 76.2 mm LCT, l'emploi d'évents, respectivement, de 43 mm et de 44 mm pour La Tabatière et pour les autres régions du Québec. Si la longueur cible devait être de 81.0 mm LCT, nous recommandons l'emploi respectif d'évents de 45 mm et de 46 mm pour La Tabatière et pour les autres régions du Québec. Finalement, l'usage d'un évent de 44 mm sur tout le territoire du Québec est recommandé si la taille limite légale est portée à 81 mm LCT sur la Côte-Nord et demeure 76.2 mm ailleurs au Québec. L'usage d'un évent de 44 mm dans la région de La Tabatière diminuerait de peu les avantages de la mesure de gestion par rapport à la taille optimale de 45 mm.