Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Pierre FRADETTE

GENDRON, L., P. FRADETTE, 1995. Revue des interactions entre le crabe commun (Cancer irroratus) et le homard américain (Homarus americanus), dans le contexte du développement d'une pêche au crabe commun au Québec. Rapp. manus. can. sci. halieut. aquat., 2306, 47 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Au cours des dernières années, des efforts significatifs ont été déployés au Québec afin de structurer et de mettre sur pied une exploitation dirigée sur le crabe commun. Cependant, un certain nombre de pêcheurs ont manifesté une certaine réticence à exploiter cette espèce notamment parce qu'ils appréhendent que son exploitation puisse nuire au homard. Le présent document tente de faire le point sur les interactions existant entre le crabe commun et le homard américain afin de mieux comprendre les liens qui unissent ces deux espèces. Les bénéfices et les pertes que pourraient subir les populations de homard suite à une exploitation du crabe commun sont discutés dans le document. Des impacts négatifs sur le homard pourraient être attendus seulement si la quantité de petits crabes, c'est-à-dire ceux sur lesquels les homards exercent une prédation, diminuait à tel point qu'ils deviendraient moins accessibles au homard. Le cas échéant, il est probable que le homard ait un niveau de croissance et de reproduction plus faible. La consommation de proies alternatives en quantité suffisante pourrait ne pas compenser totalement l'absence d'une proie de qualité comme le crabe commun. Il est probable aussi qu'en l'absence de crabe commun, les prédateurs friands de décapodes augmentent leur pression de prédation sur le homard. Il n'est pas possible de déterminer le niveau d'abondance de crabe commun en-deçà duquel cette ressource deviendrait limitante et occasionnerait les effets mentionnés ci-haut. Il n'est pas possible non plus de déterminer le niveau de stock parental nécessaire au maintien d'une production suffisante de crabe commun. Le crabe commun et le homard montrent suffisamment d'interactions pour justifier une gestion serrée et prudente du crabe commun afin de prévenir tout impact négatif.

GENDRON, L., C. CYR, P. FRADETTE, 1994. Détermination du potentiel de pêche au homard (Homarus americanus) le long du versant nord de la péninsule gaspésienne. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 1980, 35 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des travaux ont été réalisés au cours de l'été 1993 afin de déterminer s'il y avait dans le secteur de Gaspé-Nord, entre Capucins et Gros Morne, des concentrations de homard susceptibles de supporter une pêche commerciale et le cas échéant, de déterminer le type de pêche qui pourrait y être réalisé. La pêche exploratoire s'est déroulée du 5 juillet au 7 août 1993. Dans un premier temps, la pêche s'est déroulée le long de transects déterminés, et dans un second temps, les pêcheurs déterminaient eux-mêmes les sites de pêche à l'intérieur de la zone allouée. Au cours de la première phase (pêche dirigée), 8 homards ont été capturés pour un total de 1229 casiers levés. Au cours de la seconde phase (pêche libre), il s'est capturé 216 homards, pour un total de 3381 casiers levés. Les captures ont été réalisées principalement à faible profondeur (3,6 à 10 m) dans la zone 5 (Rivière-à-Claude à Gros Morne). Les homards capturés étaient d'assez grande taille (moyenne de 95,0 et 97,7 mm LCT pour les femelles et les mâles respectivement). De façon générale, la biomasse de homard dans cette région est très faible, la croissance présumément lente et le potentiel reproducteur faible. La présence de quelques homards de petite taille (60 mm LCT) suggère qu'il pourrait y avoir recrutement local de jeunes homards. Par contre, la production locale de larves est vraisemblablement tôt au tard exportée. Le stock présent serait donc tributaire d'une production provenant d'autres régions, soit par apport larvaire ou par migration des homards au stade benthique. L'ensemble des données recueillies laisse envisager que l'exploitation qui pourrait y être pratiquée serait de faible envergure et possiblement de courte durée si le recrutement est sporadique ou très lent. La mise en place de mesures de conservation de la ressource, par le biais de la protection du potentiel reproducteur est discutable. Tout d'abord, la capacité reproductive de cette population est mise en doute et deuxièmement, ces mesures n'auraient pas d'impact local. Elles pourraient seulement être bénéfiques pour des populations qui seraient tributaires de la population de Gaspé-Nord, et il est peu probable qu'il s'en trouve.

HUDON, C., P. FRADETTE, 1988. Planktonic growth of lobster (Homarus americanus) larvae off Îles-de-la-Madeleine (Quebec), Gulf of St. Lawrence. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 45: 868-878.

HUDON, C., P. FRADETTE, P. LEGENDRE, 1986. La répartition horizontale et verticale des larves de homard (Homarus americanus) autour des Îles-de-la-Madeleine, golfe du Saint-Laurent. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 43: 2164-2176 .