Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Annick DROUIN

DROUIN, A., C.W. MCKINDSEY, L.E. JOHNSON, 2012. Detecting the impacts of notorious invaders : experiments versus observations in the invasion of eelgrass meadows by the green seaweed Codium fragile. Oecologia, 168: 491-502.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Biological invasions can vary in the extent of their effects on indigenous communities but predicting impacts for particular systems remains difficult. In coastal marine ecosystems, the green seaweed Codium fragile ssp. Fragile is a notorious invader with its reputation based on studies conducted largely on rocky shores. The green seaweed has recently invaded soft-bottom eelgrass communities by attaching epiphytically to eelgrass (Zostera marina) rhizomes, thereby creating the potential for disruption of these coastal habitats through competition or disturbance. We investigated the effect of this invader on various aspects of eelgrass performance (shoot density and length, shoot growth, above- and below-ground biomass, carbohydrate storage) using both small-scale manipulative and large-scale observational experiments. Manipulative experiments that varied Codium abundance demonstrated clear negative effects over a 4-month period on shoot density and carbohydrate reserves, but only for high, but realistic, Codium biomass levels. Light levels were much lower under canopies for high and medium density Codium treatments relative to low and control Codium cover treatments, suggesting that shading may influence eelgrass growing under the algal cover. In contrast, these effects were either not detectable or very weak when examined correlatively with field surveys conducted at larger spatial scales, even for sites that had been invaded for over 4 years. It is premature to extend generalizations of Codium’s impact derived from studies in other systems to eelgrass communities; further efforts are required to assess the long-term threats that the alga poses to this ecosystem. This study demonstrates the need to investigate impacts of invasions over multiple scales, especially those that incorporate the temporal and spatial heterogeneity of the invader’s abundance.©2011 Springer

DROUIN, A., C.W. MCKINDSEY, L.E. JOHNSON, 2011. Higher abundance and diversity in faunal assemblages with the invasion of Codium fragile ssp. Fragile in eelgrass meadows. Mar. Ecol. Prog. Ser., 424: 105-117.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The present study examined how species-specific attributes of the invasive alga Codium fragile ssp. Fragile (hereafter Codium) and eelgrass Zostera marina influenced faunal assemblages associated with eelgrass ecosystems in îles de la Madeleine, eastern Canada. Direct association of species with Codium (<1 m) was evaluated and compared to eelgrass faunal assemblages from invaded beds. Potential neighborhood effects (ca. 10 m) were assessed by comparing invertebrates associated with eelgrass in invaded and non-invaded beds. The influence of Codium on more mobile species was evaluated by comparing fish assemblages associated with macrophytes in invaded and non-invaded beds. In addition, species–area relationships for low mobility species associated with Codium were contrasted between beds where Codium or eelgrass was the dominant structuring macrophyte. Codium had distinct invertebrate species assemblages, as there was a greater abundance and diversity of invertebrates associated with Codium than with eelgrass, and multivariate assemblage structure differed between macrophyte types. In contrast, no neighborhood patterns were observed as invertebrate assemblages associated with eelgrass did not differ between invaded and non-invaded beds, suggesting that the mechanisms that account for differences between the invertebrate assemblages are a function of the macrophyte’s nature and operate at small spatial scales. Fish community structure differed between invaded and non-invaded beds, largely due to a greater abundance of 2 fishes, Apeltes quadracus and Tautogolabrus adspersus, in invaded beds. Epifaunal abundance and species richness were positively correlated with Codium thallus biomass, and the abundance relative to biomass correlation was greatest where Codium was the dominant macrophyte. Experimental manipulation of thallus structure to create straight or branched Codium fronds with similar surface area showed that associated invertebrate and gastropod abundance was not influenced by this factor and indicated that factors other than macrostructure complexity influenced the presence of epifauna on the introduced alga. Overall, the present study suggests that the invasion of eelgrass beds by Codium increases faunal density and diversity. However, longer-term effects of Codium invasion in this and other eelgrass ecosystems require further assessment, as the severity of the invasion effects on faunal communities likely depends on the interaction between Codium and eelgrass.©2011 Inter-Research

DROUIN, A., C.W. McKINDSEY, 2007. QBRAT v2 assessment : Codium fragile ssp. tomentosoides in the Gulf of St. Lawrence as a case study ; Evaluation de QBRAT v2 : etude de cas pour Codium fragile ssp. tomentosoides dans le golfe du Saint-Laurent. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2007/007, 28 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La macroalgue verte Codium fragile ssp. tomentosoides (appelée ci-après Codium) provient du Japon et a envahi les eaux de l’est du Canada. La présente étude évalue le risque associé à la propagation de Codium fragile ssp. tomentosoides dans le golfe du Saint-Laurent. Plusieurs objectifs spécifiques ont été par le fait même examinés : 1) procéder à un examen et à une synthèse de la littérature disponible sur l’écologie et les impacts de Codium; 2) solliciter, dans le cadre d’une enquête, l’avis d’experts de cette espèce en ce qui concerne les vecteurs de dispersion, les attributs de son habitat essentiel ainsi que les probabilités et l’importance des impacts environnementaux, économiques et sociaux associés à l’établissement de Codium; 3) évaluer l’utilité de la méthode de hiérarchie multicritère (MHM) pour interpréter l’avis des experts; 4) évaluer le risque posé par Codium dans le golfe du Saint-Laurent; 5) évaluer l’utilité de l’outil d’évaluation du risque quantitatif (QBRAT v2) (cadre et logiciel) en utilisant l’évaluation du risque lié à Codium en tant qu’étude de cas. L’analyse qualitative de l’examen de la littérature et les résultats de l’enquête laissent sous-entendre que Codium poursuivra fort probablement son expansion dans le golfe du Saint-Laurent et devrait causer des dommages à divers composants. La propagation par des thalles ou des fragments de thalles est considérée comme le plus grand vecteur pour la propagation de Codium. En ce qui concerne les processus naturels, la propagation au moyen de propagules est considérée beaucoup moins importante. Selon les experts, le plus important vecteur anthropique lié à la propagation de Codium est la translocation d’objets infestés. La présence de structures artificielles et l’encrassement biologique des navires sont considérés comme étant le deuxième plus important vecteur anthropique, tandis que la navigation de plaisance et commerciale ainsi que les eaux de ballast sont considérées comme moins importants. Les plus importants critères associés à l’adéquation de l’habitat sont les facteurs associés avec la qualité du substrat (exposition aux vagues, aire d’habitat disponible et type de substrat) et la température moyenne de l’eau. Les experts semblent également croire que deux des quatre critères environnementaux (biodiversité et interactions trophiques) seraient très exposés à une invasion de Codium. Les critères économiques sont considérés comme étant à risque modéré et les critères sociaux, à risque modéré ou négligeable. La MHM nous a permis assez efficacement de résumer l’opinion des experts et de décrire l’erreur associée à l’évaluation de chaque critère. Cette méthode nous a donc permis d’effectuer une organisation quantitative des données qualitatives. L’évaluation du risque effectuée à l’aide du cadre QBRAT a démontré que le golfe du Saint-Laurent était exposé à un risque élevé d’invasion par Codium et que la majeure partie de ce risque était associée à la poursuite de la propagation de l’algue dans la région. On devrait utiliser de nouveau QBRAT avec Codium pour évaluer séparément les critères écologiques, économiques et sociaux afin de fournir aux gestionnaires l’information la plus précise. L’utilisation de QBRAT v2 a permis à des utilisateurs novices d’orienter leurs recherches pour acquérir toute l’information nécessaire à l’exécution de l’évaluation du risque et procéder à des choix plus objectifs. L’utilisation de la MHM combinée avec QBRAT v2 a permis aux utilisateurs de bien définir les valeurs associées à différents critères ainsi que la structure d’erreur connexe. Plusieurs recommandations spécifiques à QBRAT sont formulées.

DROUIN, A., P. SIROIS, P. ARCHAMBAULT, 2006. Structure des communautés d’invertébrés et des espèces d’amphibiens dans des lacs avec et sans omble de fontaine (Salvelinus fontinalis) en forêt boréale. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2628, 40 p .

Cliquer pour voir tout le texte

L’influence de l’ensemencement de lacs sans poissons sur l’intégrité et la diversité biologique demeure méconnue. Notre objectif était de comparer la structure des communautés d’invertébrés et les espèces d’amphibiens entre les lacs avec et sans poissons. Les communautés zooplanctoniques, nectoniques, benthiques et les amphibiens ont été échantillonnés dans cinq lacs sans poissons et dans cinq lacs avec des populations allopatriques d’omble de fontaine (Salvelinus fontinalis). La structure des communautés d’invertébrés et des espèces d’amphibiens ont été analysées selon des approches univariée (abondance, richesse, indice de diversité de Shannon, équitabilité) et multivariée (PERMANOVA, MDS). Les lacs sans poissons avaient une plus grande abondance d’organismes zooplanctoniques et une plus grande diversité d’amphibiens que les lacs avec poissons. L’approche multivariée s’est avérée plus sensible que l’approche univariée pour illustrer les différences des communautés d’invertébrés entre les types de lac.