Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Martine DESROCHES

DUTIL, J.-D., Y. LAMBERT, H. GUDERLEY, P.U. BLIER, D. PELLETIER, M. DESROCHES, 1998. Nucleic acids and enzymes in Atlantic cod (Gadus morhua) differing in condition and growth rate trajectories. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 55: 788-795 .

Des morues franches (Gadus morhua) ont été soumises à quatre régimes alimentaires, soit 16 semaines de jeûne (U) ou d'alimentation à satiété (F) ou deux régimes mixtes, 8 semaines de jeûnes suivies de 8 semaines à satiété (UF) ou vice versa (FU), pour déterminer si les corrélations observées entre les acides nucléiques ou les enzymes et le taux de croissance sont le fait d'une amélioration de la condition ou la résultante d'un changement du taux de croissance. L'indice de condition final (K) variait entre les traitements, mais non entre les traitements mixtes, suite à 8 semaines de décroissance (FU) ou 8 semaines de croissance (UF). L'activité de la cytochrome C oxydase dans l'intestin reflétait le taux récent de croissance, non seulement chez les poissons à jeun ou nourris, mais aussi chez les poissons des traitements mixtes (FU et UF). L'activité de la lactate déshydrogénase du muscle blanc reflétait le taux de croissance, mais 8 semaines de jeûne n'ont pas suffi pour revenir au niveau initial chez les morues du groupe FU. Le ratio glutamate pyruvate transaminase : ADN du foie variait plutôt en fonction de K. Les protéines myofibrillaires n'ont diminué que chez les poissons à jeun (U) alors que les protéines sarcoplasmiques s'ajustaient à K. Le ratio ARN : ADN du muscle blanc n'a varié ni en fonction de K ni en fonction du taux de croissance.