Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Yves DE LAFONTAINE

RUNGE, J.A., Y. De LAFONTAINE, 1996. Characterization of the pelagic ecosystem in surface waters of the northern Gulf of St. Lawrence in early summer : the larval redfish - Calanus - microplankton interaction. Fish. Oceanogr., 5: 21-37.

ST-PIERRE, J.-F., Y. De LAFONTAINE, 1995. Fecundity and reproduction characteristics of beaked redfish (Sebastes fasciatus and S. mentella) in the Gulf of St. Lawrence. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2059, 32 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L'étude doit permettre de quantifier les indices des activités d'exploitation forestière sur l'environnement et d'évaluer dans quelle mesure ces incidences peuvent être atténuées par le maintien de rideaux d'arbres de diverges largeurs le long des berges des cours d'eau. Le présent rapport initial présente des renseignements généraux sur cette étude. Il esquisse une description du site étudie, détermine les rôles et objectifs des participants, énonce le plan général de l'étude et présente certains détails sur ses diverses composantes et sur les méthodes qui seront appliquées.

De LAFONTAINE, Y., 1994. Zooplankton biomass in the southern Gulf of St. Lawrence : spatial patterns and the influence of freshwater runoff. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 51: 617-635.

SÉVIGNY, J.-M., Y. De LAFONTAINE, 1992. Identification of redfish juveniles in the Gulf of St. Lawrence using genotypic specific variations. Pages 69-73 in Y. De Lafontaine, T. Lambert, G.R. Lilly, W.D. McKone & R.J. Miller (ed.). Juvenile stages : the missing link in fisheries research : report of a workshop. DFO (Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 1890).

PEPIN, P., T. SHEARS, Y. De LAFONTAINE, 1992. Significance of body size to the interaction between a larval fish (Mallotus villosus) and a vertebrate predator (Gasterosteus aculeatus). Mar. Ecol. Prog. Ser., 81: 1-12.

De LAFONTAINE, Y., 1992. A workshop on juvenile stages : searching for the missing link in fisheries research. Pages 3-11 in Y. De Lafontaine, T. Lambert, G.R. Lilly, W.D. McKone & R.J. Miller (ed.). Juvenile stages : the missing link in fisheries research : report of a workshop. DFO (Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 1890).

De LAFONTAINE, Y., T. LAMBERT, G.R. LILLY., W.D. McKONE, R.J. MILLER (éd.), 1992. Les stades juvéniles : le chaînon manquant en recherche sur les pêches : rapport d'atelier de travail, 1-3 octobre 1991, Bedford Institute of Oceanography, Dartmouth, Nova Scotia ; Juvenile stages : the missing link in fisheries research : report of a workshop 1-3 October, 1991, Bedford Institute of Oceanography, Dartmouth, Nova Scotia. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat. ; Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 1890, 139 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Organisé sous les auspices du Sous-comité des écosystèmes et de l'environnement marin (SÉEM) du Comité scientifique consultatif des pêches canadiennes dans l'Atlantique (CSCPCA), un atelier de travail d'une durée de 3 jours et portant sur les stades juvéniles des poissons et invertébrés marins s'est tenu à Dartmouth, N.É. en octobre 1991. Les objectifs de cet atelier étaient de faire le point sur la recherche menée sur les stades juvéniles en appui à la gestion des ressources halieutiques et de fournir des recommendations pour de futures recherches afin d'obtenir des indices de recrutement à partir des stades juvéniles. La première partie de l'atelier fut dédiée à une revue des activités de recherche par la présentation de résultats inédits ou non-publiés ou de recherche en cours portant sur l'écologie des stades juvéniles. Le présent rapport fournit sous forme de notes ou résumés le contenu des contributions couvrant les études tant sur les vertébrés et invertébrés. Durant la seconde partie de l'atelier, les participants furent divisés en quatre groupes de travail afin de formuler des recommandations de recherche sur quatre sujets de discussion préalablement définis. Les recommandations de chaque groupe de travail furent révisées par tous les participants réunis en assemblée générale. Les rapports de discussion de chaque groupe de travail sont présentés ici. Les recommandations finales ainsi que les généralisations du comité organisateur de l'atelier sont aussi incluses dans le présent rapport.

LEGENDRE, L., K. JUNNIPER, D. BOOTH, A. CEMBELLA, Y. DE LAFONTAINE, J. GAGNÉ, W.G. HARRISON, S. ROY, B. SAINTE-MARIE, A. SINCLAIR, R. TRITES, A.F. VÉZINA, 1991. Report of the Workshop on Biological Oceanography. Pages 23-30 in J.-C. Therriault (ed.). The Gulf of St. Lawrence : small ocean or big estuary ? Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Spec. Publ. Fish. Aquat. Sci., 113).

LEGENDRE, L., K. JUNNIPER, D. BOOTH, A. CEMBELLA, Y. DE LAFONTAINE, J. GAGNÉ, W.G. HARRISON, S. ROY, B. SAINTE-MARIE, A. SINCLAIR, R. TRITES, A.F. VÉZINA, 1991. Rapport de l'atelier de travail sur l'océanographie biologique. Pages 23-30 in J.-C. Therriault (éd.). Le golfe du Saint-Laurent : petit océan ou grand estuaire? Ministère des pêches et des océans (Publ. spéc. can. sci. halieut. aquat., 113).

ST-PIERRE, J.-F., Y. De LAFONTAINE, 1991. Bibliography of the biological oceanography for the Gulf of St. Lawrence. Pages 335-359 in J.-C. Therriault (ed.). The Gulf of St. Lawrence : small ocean or big estuary ? Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Spec. Publ. Fish. Aquat. Sci., 113).

ROCHE-MAYZAUD, O., J.-C. THERRIAULT, J.A. RUNGE, Y. De LAFONTAINE, 1991. Variations de l'activité des enzymes digestives et de la ponte chez les femelles de Calanus finmarchicus dans le golfe du Saint-Laurent. Pages 231-240 in J.-C. Therriault (éd.). Le Golfe du Saint-Laurent : petit océan ou grand estuaire? Ministère des pêches et des océans (Publ. spéc. can. sci. halieut. aquat., 113).

De LAFONTAINE, Y., S. DEMERS, J. RUNGE, 1991. Pelagic food web interactions and productivity in the Gulf of St. Lawrence : a perspective. Pages 99-123 in J.-C. Therriault (ed.). The Gulf of St. Lawrence : small ocean or big estuary ? Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Spec. Publ. Fish. Aquat. Sci., 113).

De LAFONTAINE, Y., 1990. Ichthyoplankton communities in the St. Lawrence Estuary : composition and dynamics. Pages 321-343 in M.I. El-Sabh & N. Silverberg (ed.). Oceanography of a large-scale estuarine system : the St. Lawrence. Springer-Verlag, Berlin (Coastal and Estuarine Studies, 39).

De LAFONTAINE, Y., 1990. Distribution and abundance of ichthyoplankton in the Manicouagan River estuary, a tributary of the Lower St. Lawrence Estuary. Estuaries, 13: 43-50.

De LAFONTAINE, Y., D. GASCON, 1989. Ontogenetic variation in the vertical distribution of eggs and larvae of Atlantic mackerel (Scomber scombrus). Rapp. P-v. Réun. CIEM, 191: 137-145.

De LAFONTAINE, Y., W.C. LEGGETT, 1989. Changes in size and weight of hydromedusae during formalin preservation. Bull. Mar. Sci., 44: 1129-1137.

De LAFONTAINE, Y., W.C. LEGGETT, 1988. Predation by jellyfish on larval fish : an experimental evaluation employing in situ enclosures. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 45: 1173-1190.

De larges enclos in situ ont été utilisés pour étudier la mortalité des larves de capelan (Mallotus villosus) avec sac vitellin en présence de quatre espèces de méduses pélagiques. Le taux journalier instantané de mortalité larvaire induite a augmenté linéairement avec la densité des prédateurs mais était indépendante de la densité initiale des larves suggérant une réponse fonctionnelle linéaire chez les quatre espèces de méduses. L'addition de proies alternatives n'a pas modifié la linéarité de la réponse fonctionnelle et n'a pas significativement réduit ou augmenté la mortalité larvaire imposée par deux espèces de méduses. La mise en évidence d'une réponse fonctionnelle linéaire chez les quatre espèces de méduses dans de larges enclos contraste avec la réponse curvilinéaire (type II) préalablement observée lors d'études avec de petits contenants expérimentaux. La mortalité larvaire était fortement dépendante de la taille des prédateurs d'une même espèce et a augmenté avec la taille initiale des larves. Les larves de capelan apparaissent plus susceptibles à la prédation au moment de la transition d'un mode de nutrition endogène à exogène. Les taux de mortalité larvaire due à la prédation ont varié entre 0,015 et 1,58 selon les espèces de méduses et apparaissent plus fortement reliés à la masse corporelle qu'à des différences des appendices nutritionnels des méduses. Nos résultats révèlent que la réduction de la mortalité larvaire due à la prédation par les méduses n'est réalisable seulement lorsque la libération des larves a lieu à l'intérieur de masses d'eau où l'abondance des méduses est naturellement réduite. Nous estimons que la prédation par les organismes macroinvertébrés peut être le régulateur primaire de la survie des larves et nous émettons l'hypothèse que la variation intra- et interannuelle chez la survie larvaire soit liée à la variabilité entre le temps d'émergence des larves de capelan et la trajectoire de croissance des méduses.

De LAFONTAINE, Y., W.C. LEGGETT, 1987. Effect of container size on estimates of mortality and predation rates in experiments with macrozooplankton and larval fish. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 44: 1534-1543 .

L'effet de la taille du contenant sur le taux de prédation par la méduse Aurelia aurita sur les larves de capelan (Mallotus villosus) nouvellement écloses a été évalué à l'aide de larges enclos cylindriques placés in situ. La profondeur des enclos a varié entre 1 et 9 m pour donner des volumes variant de 0,26 à 6,35 m3. Les taux instantanés de mortalité des larves de capelan résultant de la prédation par les méduses ont varié de façon inverse et non-linéaire avec le volume de l'enclos. Les taux de mortalité ont varié d'un ordre de grandeur à l'intérieur de la gamme de tailles des contenants utilisés. Le volume du contenant a expliqué 80 % de la variance des taux de mortalité, alors que la taille des prédateurs et la taille des larves ont contribué respectivement pour 8,3 et 2,3 % de la variabilité Le taux de mortalité était indépendant de la densité larvaire initiale à l'intérieur de chaque contenant. Les variations des taux de mortalité entre les contenants de différentes tailles s'expliquent par les différents niveaux d'hétérogénéité verticale des larves observés dans les enclos de différentes tailles. Ces résultats démontrent que des expériences réalisées dans de petits contenants semblables à ceux typiquement utilisés lors d'études en laboratoire surestiment grandement les taux de mortalité larvaire due à la prédation. L'extrapolation directe des résultats de telles études de laboratoire aux conditions en nature n'est donc pas recommandée. Nous concluons que la distribution verticale des prédateurs et des proies peut être le facteur les plus importants contrôlant les relations prédateur-proie in situ.