Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Sophie COMTOIS

GIGUÈRE, N., P. NELLIS, G.H. TREMBLAY, M. GIANGIOPPI, H.-F. ELLEFSEN, A. MAGASSOUBA, S. COMTOIS, C. SAVENKOFF, R. DUFOUR, 2011. Démarche d’évaluation du risque : développement d’outils et application à la zone de fraie et d’alevinage du capelan. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2947, 45 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le présent projet pilote s’annexe aux travaux nationaux en cours et vise à appliquer les concepts théoriques d’une approche d’analyse de risque aux particularités d’une situation réelle, la conservation du capelan de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent. Alors que la phase I a conduit à l’identification et à la formulation de la problématique par l’élaboration de modèles de séquence des effets (SdE), la phase II présentée dans ce document a ciblé l’élaboration d’une démarche d’évaluation du risque par le développement d’outils et par leur application. La démarche proposée se compose de quatre blocs d’analyses : les analyses des conditions prédites, des conditions mesurées et des conditions désirées, de même que l’analyse comparative de ces conditions. Afin de réaliser les exercices de développement et d’application des outils, les activités humaines et les facteurs de stress identifiés par les SdE pour leur potentiel d’altération de la zone côtière, donc ayant un effet probable sur la zone de fraie et d’alevinage du capelan, ont été retenus. À cet effet, la plage de Gallix, située dans la région de Sept-Îles (Québec, Canada), a été identifiée comme unité écologique de référence. La démarche d’évaluation du risque proposée a permis de développer un outil d’analyse des conditions prédites et d’explorer, par la réalisation d’ébauche d’outils, certaines avenues possibles pour les trois autres blocs d’analyses. Dans l’ensemble, cette deuxième phase du projet pilote a permis de démontrer qu’il est possible de développer des outils d’évaluation du risque de façon à ce qu’ils soient polyvalents, flexibles et performants lorsqu’utilisés dans le contexte d’une situation réelle. Enfin, ces travaux ont permis de valider que l’évaluation du risque, à l’intérieur d’un cadre d’analyse de risque, a le potentiel de permettre aux décideurs de dégager les priorités et, subséquemment, de concentrer leurs efforts sur la gestion et la réglementation des activités qui ont un plus grand potentiel d’impact environnemental, social, culturel ou économique.

GIGUÈRE, N., P. NELLIS, G.H. TREMBLAY, M. GIANGIOPPI, H.-F. ELLEFSEN, A. MAGASSOUBA, S. COMTOIS, C. SAVENKOFF, R.DUFOUR, 2011. Risk assessment procedure : development of tools and application in the capelin spawning. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci.,2947, 44 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le présent projet pilote s’annexe aux travaux nationaux en cours et vise à appliquer les concepts théoriques d’une approche d’analyse de risque aux particularités d’une situation réelle, la conservation du capelan de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent. Alors que la phase I a conduit à l’identification et à la formulation de la problématique par l’élaboration de modèles de séquence des effets (SdE), la phase II présentée dans ce document a ciblé l’élaboration d’une démarche d’évaluation du risque par le développement d’outils et par leur application. La démarche proposée se compose de quatre blocs d’analyses : les analyses des conditions prédites, des conditions mesurées et des conditions désirées, de même que l’analyse comparative de ces conditions. Afin de réaliser les exercices de développement et d’application des outils, les activités humaines et les facteurs de stress identifiés par les SdE pour leur potentiel d’altération de la zone côtière, donc ayant un effet probable sur la zone de fraie et d’alevinage du capelan, ont été retenus. À cet effet, la plage de Gallix, située dans la région de Sept-Îles (Québec, Canada), a été identifiée comme unité écologique de référence. La démarche d’évaluation du risque proposée a permis de développer un outil d’analyse des conditions prédites et d’explorer, par la réalisation d’ébauche d’outils, certaines avenues possibles pour les trois autres blocs d’analyses. Dans l’ensemble, cette deuxième phase du projet pilote a permis de démontrer qu’il est possible de développer des outils d’évaluation du risque de façon à ce qu’ils soient polyvalents, flexibles et performants lorsqu’utilisés dans le contexte d’une situation réelle. Enfin, ces travaux ont permis de valider que l’évaluation du risque, à l’intérieur d’un cadre d’analyse de risque, a le potentiel de permettre aux décideurs de dégager les priorités et, subséquemment, de concentrer leurs efforts sur la gestion et la réglementation des activités qui ont un plus grand potentiel d’impact environnemental, social, culturel ou économique.

GIGUÈRE, N., L. PERREAULT, P. NELLIS, C. SAVENKOFF, F.BILODEAU, M. GIANGIOPPI, G.H. TREMBLAY, R. DUFOUR, S. COMTOIS, F. GRÉGOIRE, 2011. Pathways of effects (PoE) model development for capelin conservation as part of a risk analysis process. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2934, 78 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La première phase de ce projet pilote visait la création de modèles de séquence des effets (SdE) appliqués à la conservation du capelan de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent, à l’intérieur du cadre d’analyse de risque. Lors d’une telle analyse, la SdE est créée à l’étape d’identification et de formulation de la problématique afin d’identifier les liens potentiels existant entre les activités humaines, les facteurs de stress générés et leurs impacts sur une composante de l’écosystème et, par conséquent, sur les collectivités qui en dépendent. Le présent projet vient s’annexer aux travaux nationaux réalisés sur le sujet de l’analyse de risque et vise à appliquer les concepts théoriques établis par ceux-ci à une situation réelle. Pour ce faire, le sujet de la conservation du capelan de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent a été retenu, puisque le capelan est une espèce clé dans le réseau trophique marin. Au cours de l’exercice, six modèles SdE ont été élaborés. Ils illustrent chacun une vision soit générale, soit spécifique du contexte de la conservation du capelan. L’ensemble des modèles permet d’obtenir un portrait des liens existants entre les volets écologique, socio-économique et culturel et les paramètres écologiques d’importance que sont la quantité et la qualité de l’habitat de fraie et d’alevinage du capelan et l’abondance du capelan. La création de modèles et leur application à un cas réel (conservation du capelan) ont permis de confirmer l’utilité des SdE en tant qu’outil d’intégration des connaissances et de communication, en plus de confirmer leur rôle de support à la prise de décision et de guide pour les étapes subséquentes de l’analyse de risque.

GIGUÈRE, N., L. PERREAULT, P. NELLIS, C. SAVENKOFF, F. BILODEAU, M. GIANGIOPPI, G.H. TREMBLAY, R. DUFOUR, S. COMTOIS, F. GRÉGOIRE, 2011. Réalisation de modèles de séquence des effets (SdE) appliqués à la conservation du capelan dans le cadre d'une approche d'analyse de risque. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2934, 83 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La première phase de ce projet pilote visait la création de modèles de séquence des effets (SdE) appliqués à la conservation du capelan de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent, à l’intérieur du cadre d’analyse de risque. Lors d’une telle analyse, la SdE est créée à l’étape d’identification et de formulation de la problématique afin d’identifier les liens potentiels existant entre les activités humaines, les facteurs de stress générés et leurs impacts sur une composante de l’écosystème et, par conséquent, sur les collectivités qui en dépendent. Le présent projet vient s’annexer aux travaux nationaux réalisés sur le sujet de l’analyse de risque et vise à appliquer les concepts théoriques établis par ceux-ci à une situation réelle. Pour ce faire, le sujet de la conservation du capelan de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent a été retenu, puisque le capelan est une espèce clé dans le réseau trophique marin. Au cours de l’exercice, six modèles SdE ont été élaborés. Ils illustrent chacun une vision soit générale, soit spécifique du contexte de la conservation du capelan. L’ensemble des modèles permet d’obtenir un portrait des liens existants entre les volets écologique, socio-économique et culturel et les paramètres écologiques d’importance que sont la quantité et la qualité de l ’habitat de fraie et d’alevinage du capelan et l’abondance du capelan. La création de modèles et leur application à un cas réel (conservation du capelan) ont permis de confirmer l’utilité des SdE en tant qu’outil d’intégration des connaissances et de communication, en plus de confirmer leur rôle de support à la prise de décision et de guide pour les étapes subséquentes de l’analyse de risque.

COMTOIS, S., C. SAVENKOFF, M.-N. BOURASSA, J.-C. BRÊTHES, R. SEARS, 2010. Regional distribution and abundance of Blue and Humpback Whales in the Gulf of St. Lawrence. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2877, 46 p .

Cliquer pour voir tout le texte

La Station de Recherche des Îles Mingan (ou MICS) effectue le monitorage des rorquals bleus fréquentant le golfe du Saint-Laurent (GSL) depuis 1979. Jusqu’à présent, plus de 400 individus ont pu être photo-identifiés dans diverses régions du Golfe. Ce rapport vise à décrire qualitativement la distribution, l’abondance et le comportement des rorquals bleus à une échelle tant spatiale que temporelle. Les informations collectées sur les rorquals à bosse sont également décrites. Les résultats obtenus confirment le caractère généralement nomade du rorqual bleu et laissent présager que le GSL ne constitue qu’un fragment de l’aire d’alimentation estival de l’espèce. Les résultats révèlent également l’existence de divers comportements individuels par rapport à la fidélité au site : visiteurs occasionnels vs. réguliers et individus cosmopolites vs. exclusifs. Aussi, nous avons été capables d’effectuer une distinction entre les diverses zones de concentration des observations en se basant sur les tendances temporelles dans la fréquentation des sites. Alors que l’estuaire maritime semble être la région où les rorquals bleus sont le plus souvent observés, le nombre d’individus fréquentant la Minganie a décliné au cours du temps, au point où les observations sont maintenant un phénomène rare. Parallèlement, un nombre toujours croissant de rorquals à bosse a été observé chaque année dans cette même région. Comme plusieurs questions sur leur écologie générale restent sans réponse, le but de cette étude était d’augmenter l’état des connaissances sur le comportement et l’utilisation de l’habitat par ces rorquals. Les mammifères marins pourraient exercer le rôle de « sentinelle écosystémique ». Dans ce contexte, le monitorage à long terme permettrait de détecter toute tendance spatiale ou temporelle susceptible de refléter un changement dans l’environnement