Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Denis CHABOT

NELSON, J.A., D. CHABOT, 2011. General energy metabolism. Pages 1566-1572 in A.P. Farrell (eds). Encyclopedia of fish physiology : from genome to environment, volume 3. San Diego : Academic Press.

CHABOT, D., S. DUBÉ, 2011. Processus consultatif scientifique régional sur l'évaluation des stocks de crabe des neiges de l'estuaire et du nord du golfe du Saint-Laurent, 7 au 9 et 17 février 2011, Institut Maurice-Lamontagne ; Regional Science Advisory Process on the Assessment of the Estuary and Northern Gulf of St. Lawrence Snow Crab Stocks, February 7 to 9 and 17, 2011, Maurice Lamontagne Institute. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series, 2011/018, 29 p.

Cliquer pour voir tout le texte

CHABOT, D., C. CYR, S. BRULOTTE, 2010. Compte rendu de la réunion du processus consultatif scientifique de la région du Québec portant sur l’examen du plan de suivi écologique de la ZPM Manicouagan. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series, 2010/044, 20 p.

Cliquer pour voir tout le texte

DAOUD, D, Y. LAMBERT, C. AUDET, D. CHABOT, 2010. Size and temperature-dependent variations in intermolt duration and size increment at molt of Northern Shrimp, Pandalus borealis. Mar. Biol., 157: 2655-2666.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Growth of Pandalus borealis post-larval stages was measured in relation to size and temperature. Growth characteristics, including intermolt period (IP), molt increment (MI) in size and mass, and tissue allocation in juvenile, male, and female shrimp, were evaluated at 2, 5, and 8 °C, the temperature range where this species is generally found in the Northwest Atlantic. Significant variations in growth were associated with temperature and shrimp size. IP (days) increased significantly with shrimp size and was inversely related to temperature. Size (cephalothorax length in mm) and temperature effects were best described by IP = 10(0.67 log(CL) – 0.06 T – 1.34). The pronounced effect of temperature on IP while MIS changed little indicated that the main influence of temperature on growth rate of P. borealis was through IP. Specific growth rate (SGRS) decreased rapidly with size to near zero values in females. Overall, juveniles were much more sensitive to temperature variations than adults, suggesting that temperatures encountered during the juvenile stage will largely influence the growth trajectory of the population.©2010 Springer

CHABOT, D., DUBÉ, S, 2010. Évaluation des stocks de pétoncle des eaux côtières du Québec, 26 janvier 2010, Institut Maurice-Lamontagne ; Stock assessments on scallop in the Quebec's inshore waters, January 26, 2010, Maurice Lamontagne Institute. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series, 2010/004, 16 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MORISSETTE, L., M. CASTONGUAY, C. SAVENKOFF, D.P. SWAIN, D. CHABOT, H. BOURDAGES, M.O. HAMMILL, J. MARK HANSON, 2009. Contrasting changes between the northern and southern Gulf of St. Lawrence ecosystems associated with the collapse of groundfish stocks. Deep-Sea Res., Part II, Top. Stud. Oceanogr., 56(21-22): 2117-2131.

[Résumé disponible seulement en anglais]
In order to have a global view of ecosystem changes associated with the collapse of groundfish species in the Gulf of St.Lawrence during the early 1990s, Ecopath mass balance models were constructed in corporating uncertainty in the input data.These models covered two ecosystems (northern and southern Gulf of St.Lawrence; NAFO divisions 4RSand 4T), and two time periods (before the collapse, in the mid-1980s, and after it, in the mid 1990s). Our analyses revealed that the ecosystem structure shifted dramatically from one previously dominated by piscivorous groundfish and small-bodied forage species during the mid-1980s to one now dominated only by small-bodied pelagic species during the mid-1990s in both southern and northern Gulf.The species structure in the northern Gulf versus southern Gulf was different, which may explain why these two ecosystems did not recover the same way from the collapse in the early1990s. Productivity declined in the northern Gulf after the collapse but increased in the southern Gulf. The collapse of groundfish stocks resulted in declines in the mean trophic level of the landings in both the northern and the southern Gulf. Even though fishing mortality was then intentionally reduced, this part of the total mortality was taken up by predation.The temporal changes in the internal structure of both ecosystems are reflected in their overall emergent properties.©2009 Elsevier Ltd.

SAVENKOFF, C., S. VALOIS, D. CHABOT, M.O. HAMMILL, 2009. Input data and parameter estimates for ecosystem models of the northern Gulf of St. Lawrence (2003–2005). Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2829, 123 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des modèles d’équilibre de masse ont été utilisés pour représenter les flux trophiques de l’écosystème complet du nord du Golfe du Saint-Laurent (divisions 4RS de l’OPANO) pour la période 2003-2005. L’écosystème du nord du Golfe du Saint-Laurent a été divisé en 31 groupes ou compartiments trophiques depuis le phytoplancton et les détritus jusqu’aux oiseaux et mammifères marins incluant les espèces commerciales des domaines pélagique, démersal et benthique. Nous présentons ici le détail des données (biomasse, production, consommation, export et composition alimentaire) pour chaque groupe utilisé pour la modélisation. Les paramètres estimés par la modélisation inverse sont également montrés pour comparaisons.

CHABOT, D., G. CLAIREAUX, 2008. Environmental hypoxia as a metabolic constraint on fish: the case of Atlantic cod, Gadus morhua. Mar. Pollut. Bull., 57(6-12): 287-294.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Hypoxia is known to provoke a wide range of effects on aquatic animals. Here we use laboratory and field data on Atlantic cod, Gadus morhua, to illustrate that many of these responses can be explained within the metabolic scope (MS) framework, i.e. taking into account the directive and limiting effects of dissolved oxygen (DO) on the ability of animals to acquire energy for growth and activity. A MS model for cod shows that scope for activity (swimming, feeding, etc.) is proportional to DO and becomes nil, jeopardising survival, when DO is <≈20 % air saturation. Laboratory studies have confirmed this lethal threshold and demonstrated that growth and food ingestion were significantly reduced below 70 % sat. This loss of appetite has been linked to a reduction of the peak value and an increase in duration of postprandial metabolism, in agreement with the MS model. Dwindling MS during hypoxia imposes an upper limit to swimming performance. Cod may also opt to reduce spontaneous swimming activity to spare oxygen for other activities such as digestion. In the Kattegat, the Baltic Sea, and the Gulf of St. Lawrence, eastern Canada, cod completely avoid waters where their MS is near zero. Furthermore, cod density increases exponentially with DO up to ≈70 % sat in the Gulf of St. Lawrence. Although hypoxia results in other direct and indirect effects as well, the MS framework allows modelling of many of the responses to hypoxia for individual cod that ought to be reflected at the population and community levels. The MS framework is also useful to compare species responses. We show that the impact of hypoxia on MS is similar, when expressed as a proportion of MS in normoxia, in cod, European sea bass (Dicentrarchus labrax), the common sole (Solea solea) and turbot (Psetta maxima). Data are required for other species to evaluate how general these findings are.©2008 Elsevier Ltd.

CHABOT, D., B. SAINTE-MARIE, K. BRIAND, J.M. HANSON, 2008. Atlantic cod and snow crab predator-prey size relationship in the Gulf of St. Lawrence, Canada. Mar. Ecol. Prog. Ser., 363: 227-240.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Atlantic cod Gadus morhua stomach contents (n = 30 973, including 28 377 non-empty stomachs) and morphometric measurements on live snow crab Chionoecetes opilio and cod were examined to assess the predator-prey relationship between these 2 species. The most common snow crab instars found in cod stomachs were III and V (˜6 to 8 and ˜12 to 16 mm carapace width [CW], respectively) in the northern Gulf of St. Lawrence (GSL) and VI and VII (˜17 to 23 and ˜23 to 31 mm CW, respectively) in the southern GSL. A significant positive relationship was found between cod length and the largest and smallest CW of snow crab ingested by cod. Positive relationships were also found between gape width and body length in cod and between 3 measures of size (maximum span, width at rest, length at rest) and CW in snow crab. Snow crab length at rest was closely related to cod gape width, suggesting that the largest snow crab ingested by cod must be attacked from the side. There appears to be a plateau at 65.1 mm in the relationship between maximum snow crab CW and cod length, caused by the absence of large (adolescent and adult) male snow crab in cod stomachs. Other studies have found recently moulted, soft-shell snow crabs in cod stomachs, but this appears to be rare. Thus, snow crabs are susceptible to predation by cod mostly for the first 4 yr of postsettlement in the GSL. Any effect of cod predation on the snowcrab fishery would be felt 6 to 11 yr later, given growth models established for the GSL.©2008 Inter-Research

SAVENKOFF, C., L. MORISSETTE, M. CASTONGUAY, D.P. SWAIN, M.O. HAMMILL, D. CHABOT, J.M. HANSON, 2008. Interactions between marine mammals and fisheries: implications for cod recovery FOR COD RECOVERY. Pages 107-151 in J. Chen & C. Guo (ed.). Ecosystem Ecology Research Trends. Nova Science Publishers.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Abundance of many Atlantic cod (Gadus morhua) and groundfish stocks in the Northwest Atlantic declined to low levels in the early 1990s, resulting in cessation of directed fishing for these stocks, thus ending one of the largest and longest running commercial groundfish fisheries in the world. The stocks of the northern (nGSL) and southern Gulf of St. Lawrence (sGSL) were closed to directed cod fishing from 1994 to 1996 for the nGSL and from 1993 to 1997 for the sGSL, followed by the opening of a small directed fishery in the two systems. In the northern Gulf of St. Lawrence, the ecosystem biomass structure shifted dramatically from one dominated by demersal fish predators (Atlantic cod Gadus morhua, redfish Sebastes spp.) and small-bodied forage species (capelin Mallotus villosus, mackerel Scomber scombrus, herring Clupea harengus, northern shrimp Pandalus borealis) to one now dominated by only small-bodied forage species. The decline of large predatory fishes has left only marine mammals as top predators during the mid-1990s, and marine mammals and Greenland halibut Reinhardtius hippoglossoides during the early 2000s. Large changes also occurred in the biomass structure and ecosystem functioning of the adjacent southern Gulf of St Lawrence (sGSL) but they were not as dramatic. Although predatory fishes decreased between the mid-1980s and mid-1990s, and prey consumption by seal species increased considerably, large cod remained among the most important single predators on fish in the sGSL. The changes in top-predator abundance driven by human exploitation of selected species resulted in a major perturbation of the structure and functioning of both Gulf ecosystems and represent a case of fishery-induced regime shift. Overfishing influenced community biomass structure directly through preferential removal of larger-bodied fishes and indirectly through predation release. Species interactions are central to ecosystem considerations. In marine ecosystems, predation can be the major ecological process affecting fish populations and piscivory is often the largest source of fish removal, usually larger than fishing mortality. In both northern and southern Gulf ecosystems, predation mortality exceeded fishing mortality for most groups in recent years because fishing mortality was intentionally reduced by fisheries closures. Seals have benefited from reduced hunting (harvesting and culling/bounties) since the 1970s. Consumption of fish by marine mammals exceeded consumption by predatory fishes in the two ecosystems in the recent time periods. Since the collapse of groundfish stocks, commercial fisheries and seals have become important predators on predatory fishes-possibly slowing their recovery. In recent years, consumption by seals shifted towards species at lower trophic level (forage fishes and invertebrates), which were also the main target of fisheries. Thus, commercial fisheries and seals may have become important competitors of predatory fishes for the same resource.©2008 Nova Science Publishers, Inc.

MORISSETTE, L., M. CASTONGUAY, C. SAVENKOFF, D.P. SWAIN, D. CHABOT, H. BOURDAGES, M.O. HAMMILL, J.M.HANSON, 2008. Contrasting changes between the northern and southern Gulf of St. Lawrence ecosystems associated with the collapse of groundfish stocks. Deep-Sea Res., Part II , Top. Stud. Oceanogr. [ARTICLE IN PRESS].

[Résumé disponible seulement en anglais]
In order to have a global view of ecosystem changes associated with the collapse of groundfish species in the Gulf of St. Lawrence during the early 1990s, Ecopath mass-balance models were constructed incorporating uncertainty in the input data. These models covered two ecosystems (northern and southern Gulf of St. Lawrence; NAFO divisions 4RS and 4T), and two time periods (before the collapse, in the mid-1980s, and after it, in the mid-1990s). Our analyses revealed that the ecosystem structure shifted dramatically from one previously dominated by piscivorous groundfish and small-bodied forage species during the mid-1980s to one now dominated only by small-bodied pelagic species during the mid-1990s in both southern and northern Gulf. The species structure in the northern Gulf versus southern Gulf was different, which may explain why these two ecosystems did not recover the same way from the collapse in the early 1990s. Productivity declined in the northern Gulf after the collapse but increased in the southern Gulf. The collapse of groundfish stocks resulted in declines in the mean trophic level of the landings in both the northern and the southern Gulf. Even though fishing mortality was then intentionally reduced, this part of the total mortality was taken up by predation. The temporal changes in the internal structure of both ecosystems are reflected in their overall emergent properties. ©2008 Elsevier Ltd.

MARION, A., M. HARVEY, D. CHABOT, J.-C. BRÊTHES, 2008. Feeding ecology and predation impact of the recently established amphipod, Themisto libellula, in the St. Lawrence marine system, Canada. Mar. Ecol. Prog. Ser., 373: 53-70.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Themisto libellula was virtually absent from the St. Lawrence marine system (SLMS) before 1990. Since then, it has become an abundant, full-time resident of this system. Hyperiid amphipods of the genus Themisto are principally carnivorous and represent an essential link in the trophic pathway from secondary production to higher trophic levels. Sampling of T. libellula was carried out in the lower St. Lawrence Estuary (LSLE) and the northwest Gulf of St. Lawrence (NWGSL) in the fall of 1998, 2003 and 2004 to study the feeding dynamics and predation impact of this species on mesozooplankton and macrozooplankton communities. Our results showed that T. libellula was an opportunistic predator with a circadian feeding cycle; activity was higher during the second part of the night and the sunrise period. Stomach content analyses showed that these amphipods consumed chiefly copepods, in particular, the copepodite stages CIV and CV of Calanus finmarchicus. Euphausiids, chaetognaths, amphipods and mysids constituted other important prey. Digestion time was estimated at 13 h. The daily ingestion rate of T. libellula was estimated using 2 approaches: (1) stomach fullness index and (2) mean number of prey removed per unit of time and converted to prey biomass using the stage-species dry masses of each prey item. We found that the daily ingestion rate of T. libellula ranged from 6.32 to 16.82 % of body dry mass per day in both study areas (LSLE and NWGSL). Concerning predation impact, T. libellula consumed between 0.14 and 1.79 % of the combined mesozooplankton and macrozooplankton standing stock per day and between 0.43 and 2.48 % of the C. finmarchicus standing stock. Themisto libellula may thus exert a significant control on the mesozooplankton and macrozooplankton communities in the SLMS through direct predation.©2008 Inter-Research

CHABOT, D., D. GILBERT, 2008. The impact of hypoxia on cod from the Baltic and the Gulf of St. Lawrence. ICES CM 2008/J:15, 23 p.

Cliquer pour voir tout le texte

[Résumé disponible seulement en anglais]
Both the Baltic Sea and the Gulf of St. Lawrence are characterised by low levels of dissolved oxygen (DO) below a halocline. When hydrographical conditions are favourable, salty oxygenated water from the North Sea flows into the deep basins of the Baltic. Between such events, oxygen levels are progressively depleted. During the last few decades, the frequency of inflows has decreased and eutrophication has increased oxygen consumption. As a result, young cod have been displaced to shallower waters whereas adult cod live in mid-water, on top of the most hypoxic or even anoxic water. Diet has changed and cod rely less on benthic prey, although it is not clear if this has resulted in a reduced energy intake. Worse, reproduction failure has become common as low salinity typical of the Baltic Sea surface water causes negative buoyancy in cod eggs, which sink into the severely hypoxic or anoxic deep waters and die. In the deep channels of the Gulf of St. Lawrence, water originating at the mouth of the Laurentian channel flows landward. DO averages 50-65 % sat. In the Cabot Strait and declines progressively towards the heads of the deep channels. Natural variability in the DO level at the mouth of the Laurentian Channel and possibly also eutrophication have resulted in a drop from about 40 % down to about 20 % sat. in the estuary. Cod have suffered habitat loss as a result, but the main impact appears to be a slowing of growth caused by a reduction of the metabolic scope.

CHABOT, D., A. RONDEAU, B. SAINTE-MARIE, L. SAVARD, T. SURETTE, P. ARCHAMBAULT, 2007. Distribution des invertébrés benthiques dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent ; Distribution of benthic invertebrates in the Estuary and Gulf of St. Lawrence. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2007/018, 108 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La présente étude avait deux objectifs. Le premier était de rassembler les données de relevés scientifiques disponibles à l’Institut Maurice-Lamontagne (IML) et au Centre des Pêches du Golfe (CPG) qui permettraient de déterminer les patrons de distribution et d’abondance relative des invertébrés benthiques de l’estuaire maritime et du golfe Saint-Laurent (EMGSL). Le second objectif était de proposer, à partir des données de distribution et d’abondance relative, des Zones d’Importance Écologique et Biologique (ZIEB) potentielles pour les invertébrés benthiques de l’EMGSL. La plupart des relevés de l’IML sont réalisés dans l’Estuaire et le nord du Golfe (nGSL), quoique certains relevés plus côtiers couvrent aussi la Gaspésie (incluant la baie des Chaleurs) et les Îles-de-la-Madeleine. Les relevés du CPG couvrent l’ensemble du sud du Golfe (sGSL), excluant les Îles-de-la-Madeleine. Le gros des données présentées dans cette étude provient de relevés annuels réalisés par les deux régions. Pour l’IML, il s’agit du relevé multidisciplinaire et du relevé des Pêches Sentinelles par engins mobiles. Le CPG a trois relevés annuels, le relevé d’automne, de crabe des neiges, et du détroit de Northumberland. Plusieurs autres relevés étaient disponibles à l’IML, certains réalisés sur plusieurs années mais à couverture géographique moins importante (relevé de crabe des neiges, de pétoncle, de mactre), d’autres réalisés moins régulièrement et à faible couverture géographique (relevés de mye, du buccin). Finalement des contenus stomacaux de morue et de flétan du Groenland ont aussi été utilisés comme échantillonneurs d’invertébrés benthiques. Malgré ce grand nombre de relevés, la zone côtière (moins de 50 m de profondeur dans l’Estuaire et le nGSL, moins de 30 m dans le sGSL) est très mal échantillonnée, exception faite du détroit de Northumberland. Les distributions de 44 taxons d’invertébrés benthiques sont présentées dans la partie principale du rapport et ont été utilisées pour définir des ZIEB : 4 grands regroupements (coraux mous, anémones, éponges, ascidies), 5 échinodermes, 6 mollusques, 1 mysidacé, 22 crevettes et 6 crabes. Les zones d’abondance maximale de chaque taxon, avec pondération inversement proportionnelle à l’étendue de leur distribution, ont servi à calculer un indice de concentration d’invertébrés benthiques pour chaque parcelle de 10 x 10 km pour laquelle il y avait des données. Cet indice a été le principal outil pour l’identification des ZIEB potentielles. Un total de 17 ZIEB pour les invertébrés benthiques sont proposées. Il faut cependant noter que ces ZIEB sont basées sur une très petite sélection (environ 0,02 %) des espèces d’invertébrés benthiques répertoriées dans la zone d’étude. L’absence de données adéquates pour la zone côtière constitue une lacune sérieuse. Nous présentons en annexe les quelques données disponibles pour 6 espèces côtières.

SAVENKOFF, C., D.P. SWAIN, J.M. HANSON, M. CASTONGUAY, M.O. HAMMILL, H. BOURDAGES, L. MORISSETTE, D. CHABOT, 2007. Effects of fishing and predation in a heavily exploited ecosystem : comparing periods before and after the collapse of groundfish in the southern Gulf of St. Lawrence (Canada). Ecol. Model., 204(1-2): 115-128.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Mass-balance models, using inverse methodology, were applied to the southern Gulf of St. Lawrence for the mid-1980s and the mid-1990s to describe ecosystem structure, trophic group interactions, and the effects of fishing and predation on the ecosystem for periods preceding and following the collapse of groundfish stocks in this area. These models were used to determine how the ecosystem changed, and whether its structure and functioning were affected by the observed changes in key species between the two time periods. Our analyses indicate that the ecosystem structure shifted dramatically from one previously dominated by piscivorous groundfish and small-bodied forage species (e.g., capelin, herring, and shrimp) in similar proportions to one now dominated by small-bodied forage species. Overfishing removed a functional group, large-bodied demersal predators that has not been replaced 12 years after the cessation of heavy fishing, and left marine mammals such as seals and cetacea as top predators of many species (especially fishes) during the mid-1990s. Predation by marine mammals on fish increased from the mid-1980s to the mid-1990s while predation by large fish on fish decreased. A change in the prey of seals from juvenile cod to capelin occurred between the models for the mid-1980s and the mid-1990s consistent with observed shifts in the abundance of the two prey species between the two time periods. These major changes were accompanied by a decrease in total catches and a transition in landings from long-lived and piscivorous groundfish toward planktivorous pelagic fish and invertebrates. ©2007 Elsevier B.V.

GILBERT, D., D. CHABOT, P. ARCHAMBAULT, B. RONDEAU, S. HÉBERT, 2007. Appauvrissement en oxygène dans les eaux profondes du Saint-Laurent marin : causes possibles et impacts écologiques. Naturaliste can., 131(1): 67-75.

Depuis les années 1930, les concentrations d'oxygène ont baissé de moitié dans l'estuaire maritime du Saint-Laurent, à 300 m de profondeur. Un accroissement de la proportion d'eau chaude et pauvre en oxygène du GulfStream, au détriment de la proportion d'eau froide et bien oxygénée du courant du Labrador, expliquerait entre la moitié et les deux tiers de la baisse. Parmi les autres facteurs naturels et anthropiques susceptibles d'expliquer le reste de la baisse d'oxygène, les plus probables impliquent un flux accru de matières organiques des eaux de surface vers les fonds marins, où leur décomposition augmente la consommation d'oxygène. Nous montrons notamment une faible tendance à la hausse des nitrates à Lauzon, depuis 1990. Certaines espèces d'animaux marins comme le turbot, la crevette nordique et les polychètes Myriochele et Ampharete sont très abondantes dans les zones les plus pauvres en oxygène de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent, tandis que d'autres espèces comme la morue en sont absentes. Le seuil de tolérance aux faibles teneurs d'oxygène varie donc d'une espèce à l'autre. Nous devrons améliorer nos connaissances à cet égard afin de mieux comprendre les conséquences de l'appauvrissement en oxygène sur la biodiversité et le fonctionnement de l'écosystème.©2007 La Société Provancher d'histoire naturelle du Canada

SAVENKOFF, C., M. CASTONGUAY, D. CHABOT, M. O. HAMMILL, H. BOURDAGES, L. MORISSETTE, 2007. Changes in the northern Gulf of St. Lawrence ecosystem estimated by inverse modelling : evidence of a fishery-induced regime shift?. Estuar. Coast. Shelf Sci., 73(3-4): 711-724.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Mass-balance models have been constructed using inverse methodology for the northern Gulf of St. Lawrence for the mid-1980s, the mid-1990s, and the early 2000s to describe ecosystem structure, trophic group interactions, and the effects of fishing and predation on the ecosystem for each time period. Our analyses indicate that the ecosystem structure shifted dramatically from one previously dominated by demersal (cod, redfish) and small-bodied forage (e.g., capelin, mackerel, herring, shrimp) species to one now dominated by small-bodied forage species. Overfishing removed a functional group in the late 1980s, large piscivorous fish (primarily cod and redfish), which has not recovered 14 years after the cessation of heavy fishing. This has left only marine mammals as top predators during the mid-1990s, and marine mammals and small Greenland halibut during the early 2000s. Predation by marine mammals on fish increased from the mid-1980s to the early 2000s while predation by large fish on fish decreased. Capelin and shrimp, the main prey in each period, showed an increase in biomass over the three periods. A switch in the main predators of capelin from cod to marine mammals occurred, while Greenland halibut progressively replaced cod as shrimp predators. Overfishing influenced community structure directly through preferential removal of larger-bodied fishes and indirectly through predation release because larger-bodied fishes exerted top-down control upon other community species or competed with other species for the same prey. Our modelling estimates showed that a change in predation structure or flows at the top of the trophic system led to changes in predation at all lower trophic levels in the northern Gulf of St. Lawrence. These changes represent a case of fishery-induced regime shift. ©2007 Elsevier Ltd.

CHABOT, D., R. MILLER, 2007. A rare case of completely ambicoloured Atlantic halibut, Hippoglossus hippoglossus, from the lower St. Lawrence estuary, Quebec. Can. Field-Nat., 121(1): 35-39.

[Résumé disponible seulement en anglais]
An Atlantic halibut (Hippoglossus hippoglossus) (41.4 cm fork length) with the same pigmentation on the blind side as on the ocular side (ambicoloration) was captured in the lower St. Lawrence estuary, Canada, on 24 June 2004. This specimen represents the most extreme case of ambicoloration published for this species to date. As in other cases of extreme ambicoloration, this specimen shows other signs of abridged metamorphosis and reduced asymmetry, such as incomplete migration of the left eye and a hooked dorsal fin. Studies of hatchery-reared larvae have shown that the most common cause of malpigmentation, including ambicoloration, in halibut is a diet containing inadequate amounts and proportions of essential unsaturated fatty acids shortly before metamorphosis. Even though not expected to be common in the wild, inadequate diet for a short duration before metamorphosis is the most likely cause of ambicolouration in wild halibut.©2007 The Ottawa Field-Naturalists'Club Transactions

DAOUD, D., D. CHABOT, C. AUDET, Y. LAMBERT, 2007. Temperature induced variation in oxygen consumption of juvenile and adult stages of the northern shrimp, Pandalus borealis. J. Exp. Mar. Biol. Ecol., 347(1-2): 30-40.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The impact of temperature on oxygen consumption (MO2) of Pandalus borealis was measured in the laboratory for juvenile, male and female shrimp at 2, 5 and 8 °C, the temperature range where P. borealis is generally found in the Northwest Atlantic. Measurements of MO2 were taken every 60 min over 7-10 days on 0.22 to 13.80 g shrimp. These long-term measurement periods insured acclimation to the respirometers and allowed calculation of standard metabolic rate of individuals (SMRind). SMRind was linearly related to body mass (log transformed data) and the mass-exponent for the species was 0.56. The effects of wet body mass (Ww) and temperature (T) on SMRind were described by: SMRind = 10(0.57 log (Ww)+0.04 T-1.21), with SMRind expressed in mg O2 h-1, Ww in g and T in °C. This model explained 92 % of the variability in SMRind. Mass-specific MO2 adjusted for a 5 g shrimp (SMR5g) was not influenced by developmental stage indicating that the regression model for SMRind was valid regardless of variations in size at maturity and sex transition. Routine and active metabolic rates followed the same variation pattern in relation to temperature and developmental stage than SMR. Finally, thermal coefficients (Q10) were in the normal range found for crustaceans, Q10 values varying from 1.73 to 4.97. &2007 Elsevier B.V.

SAVENKOFF, C., M. CASTONGUAY, D. CHABOT, A. FRÉCHET, M.O. HAMMILL, L. MORISSETTE, 2006. Main prey and predators and estimates of mortality of Atlantic cod (Gadus morhua) in the northern Gulf of St. Lawrence during the mid-1980s, mid-1990s, and early 2000s. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2666, 32 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Nous avons utilisé les résultats de modèles d’équilibre de masse pour décrire les changements dans la structure et le fonctionnement de l’écosystème du nord du Golfe du Saint-Laurent associés au stock de morue franche (Gadus morhua) pour le milieu des années 1980, le milieu des années 1990 et le début des années 2000. La forte diminution des biomasses des espèces démersales au début des années 1990 et la chute résultante de leur pression de prédation ont conduit à une structure de l’écosystème dominée par des petits poissons pélagiques et des mammifères marins. Il y a eu une forte diminution de la mortalité totale et de la prédation sur la petite et la grande morue depuis le milieu des années 1980 jusqu’au milieu des années 1990. La consommation de la morue (à la fois la petite et la grande) a largement diminué depuis le milieu des années 1980 jusqu’au milieu des années 1990. Le grand zooplancton, les crevettes (surtout Pandalus borealis), le capelan (Mallotus villosus) et les petits pélagiques planctivores (principalement le hareng d’Atlantique Clupea harengus) étaient parmi les principales proies consommées par la petite morue à chaque période de temps. La proportion de poissons dans l’alimentation de la grande morue a diminué de 77 % au milieu des années 1980, période où elle consommait surtout du capelan, à 49 % au début des années 2000. Au début des années 2000, les principales proies de la grande morue étaient le grand zooplancton et les crevettes. La mortalité de la grande morue par la pêche a également diminué pendant la même période de temps (moratoire). Depuis le milieu des années 1990 jusqu’au début des années 2000, la biomasse à la fois de la petite et la grande morue a doublé. La prédation sur la petite morue a légèrement augmenté alors que la prédation sur la grande morue est restée identique. Toutefois, l’augmentation de mortalité la plus importante pour la grande morue est venue de la pêche qui a augmenté d’un facteur 23 depuis le milieu des années 1980 jusqu’au début des années 2000. Le cannibalisme apparaissait également comme une source non négligeable de mortalité de la morue. Une forte proportion (entre 30 et 40 %) de la mortalité totale de la grande morue n’a pu être attribuée ni à la pêche, ni à la prédation à chaque période (autres causes de mortalité). Cela suggère que des processus dans l’écosystème n’ont pas été comptabilisés dans les modèles

SAVENKOFF, C., B. MORIN, D. CHABOT, M. CASTONGUAY, 2006. Main prey and predators of redfish (Sebastes spp.) in the northern Gulf of St. Lawrence during the mid-1980s,mid-1990s, and early 2000s. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2648, 23 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Nous avons utilisé les résultats de modèles d’équilibre de masse pour décrire les changements dans la structure et le fonctionnement de l’écosystème du nord du golfe du Saint-Laurent associés au stock de sébaste (Sebastes spp.) pour le milieu des années 1980, le milieu des années 1990 et le début des années 2000. La forte diminution des biomasses des espèces démersales au début des années 1990 et la chute résultante de leur prédation ont conduit à une structure de l’écosystème dominée par des petits poissons pélagiques et des mammifères marins. La consommation du sébaste a largement diminué depuis le milieu des années 1980 jusqu’au début des années 2000. Le grand zooplancton, le capelan (Mallotus villosus) et le petit zooplancton étaient les principales proies consommées par le sébaste à chaque période de temps. Il y a eu une forte diminution de la mortalité totale et de la prédation sur le sébaste depuis le milieu des années 1980 jusqu’au début des années 2000. La mortalité par la pêche a également diminué endant la même période de temps du fait du moratoire imposé sur la pêche au sébaste depuis 1995. La prédation était la principale cause de mortalité du sébaste pour chaque période de temps. Les principaux prédateurs du sébaste étaient la grande morue (Gadus morhua) pendant le milieu des années 1980 et le phoque du Groenland (Pagophilus groenlandicus) et les raies pendant le milieu des années 1990 et le début des années 2000. Même si la proportion de sébaste dans l’alimentation de chacun de ces trois prédateurs était généralement faible, leur prédation pouvait représenter des pourcentages élevés de la mortalité totale du sébaste. Le cannibalisme apparaissait également comme une source importante de mortalité du sébaste (entre 10 et 15 % de la mortalité totale)

SAVENKOFF, C., F. GRÉGOIRE, M. CASTONGUAY, J.M. HANSON, D. CHABOT, D.P. SWAIN, 2006. Main prey and predators of Atlantic herring (Clupea harengus L.) in the Gulf of St. Lawrence during the mid-1980s, mid-1990s, and early 2000s. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2643, 28 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Nous avons utilisé les résultats de modèles d’équilibre de masse pour décrire les changements dans la structure et le fonctionnement des écosystèmes du nord et du sud du golfe du Saint-Laurent associés aux populations de hareng de l’Atlantique (Clupea harengus L.) pour le milieu des années 1980, le milieu des années 1990 et le début des années 2000. Le petit et le grand zooplancton étaient les principales proies du hareng dans chaque écosystème à chaque période de temps. Le hareng était parmi les trois principales proies dans les deux écosystèmes à chaque période de temps. La prédation était la principale cause de mortalité du hareng dans le nord du Golfe à chaque période de temps et dans le sud du Golfe pendant le milieu des années 1980. La grande morue (Gadus morhua) et le sébaste (Sebastes spp.) ont été progressivement remplacés par les cétacés et les phoques comme principaux prédateurs du hareng depuis le milieu des années 1980 jusqu’au début des années 2000 pour le nord du Golfe. Pour le sud du Golfe, la grande morue et le phoque du Groenland étaient les principaux prédateurs pendant le milieu des années 1980 alors que la prédation et la mortalité par pêche étaient d’égale importance pendant le milieu des années 1990. La mortalité par pêche était parmi les trois principales causes de mortalité en valeurs absolues dans le nord et le sud du Golfe à chaque période de temps. Les effets des pêches sur les espèces fourragères depuis le début des années 1990 semble masquer les augmentations attendues de biomasse de ces espèces suite à la diminution nette de la biomasse des espèces démersales et la chute résultante de leur prédation

SAVENKOFF, C., L. SAVARD, B. MORIN, D. CHABOT, 2006. Main prey and predators of northern shrimp (Pandalus borealis) in the northern Gulf of St. Lawrence during the mid-1980s, mid-1990s, and early 2000s. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2639, 28 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Nous avons utilisé les résultats de modèles d’équilibre de masse pour décrire les changements dans la structure et le fonctionnement de l’écosystème du nord du golfe du Saint-Laurent associés à la crevette nordique (Pandalus borealis) pour le milieu des années 1980, le milieu des années 1990 et le début des années 2000. La forte diminution des biomasses des grandes espèces démersales et la chute résultante de leur prédation au milieu des années 1990 pourraient expliquer l’augmentation de l’abondance de la crevette nordique à la fin des années 1990. La crevette était parmi les principales proies et la prédation était la principale cause de mortalité de la crevette à chaque période de temps. Le flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides) a remplacé progressivement la morue (Gadus morhua) et le sébaste (Sebastes spp.) comme principal prédateur de la crevette. Étant donné que la biomasse du flétan du Groenland a augmenté grandement depuis 1995, l’effet de la prédation, en plus de la pêche, devraient être considérés dans l’élaboration des stratégies de gestion pour la crevette du nord du golfe du St. Laurent.

GRÉGOIRE, F., C. SAVENKOFF, D. CHABOT, 2006. Pêche, biologie, régime alimentaire et prédation du maquereau bleu (Scomber scombrus L.) dans les sous-régions 3 et 4 de l'OPANO en 2005 ; Atlantic mackerel (Scomber scombrus L.) fishery, biology, diet composition and predation in NAFO Subareas 3 and 4 in 2005. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2006/095, 84 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En 2005, les débarquements de maquereau bleu (Scomber scombrus L.) dans le Nord-Ouest de l’Atlantique se sont chiffrés à 93 512 t, ce qui représente une diminution de 14 020 t par rapport à 2004. Un total de 51 918 t a été débarqué dans l’est du Canada dont 40 724 t à Terre-Neuve seulement. La plupart des débarquements de la côte ouest de Terre-Neuve ont été réalisés dans les zones unitaires 4Rb, 4Rc et 4Rd avec des tonnages respectifs de 4 576 t, 1 334 t et 7 614 t. Sur la côte est de Terre-Neuve, les plus importants débarquements ont été réalisés dans les zones unitaires 3Kd, 3Kh, 3Ki, 3Lb et 3Lf avec des valeurs respectives de 8 570 t, 10 647 t, 3 380 t, 1 856 t et 1 552 t. Des captures aussi importantes de maquereau pour la côte est de Terre-Neuve sont inhabituelles. Les autres zones unitaires en importance ont été 4Tg et 4Tl dans le sud-ouest du golfe du Saint-Laurent avec des débarquements respectifs de 3 513 t et 3 577 t et 4Xm et 4Xo, en Nouvelle-Écosse, avec 944 t et 625 t. Depuis 2000, le principal fait marquant de la pêche commerciale au maquereau a été la présence dans les captures d’une forte abondance et d’une très grande proportion de poissons de la classe d’âge de 1999. Au cours des six dernières années, les poissons de cette classe d’âge ont compté pour 30 % à 77 % de toutes les captures en nombre, du jamais vu depuis la fin des années 1960. En 2005, la classe d’âge de 1999 a dominé les captures réalisées lors du deuxième et du quatrième trimestre par rapport aux classes d’âge de 2004 et 2003 au troisième trimestre. L’analyse des données biologiques a révélé que la proportion des poissons matures à l’âge a diminué au cours des dernières années. La taille à partir de laquelle 50 % des poissons sont matures, ou L50, était de 254.9 mm en 2005. Depuis 1999, les valeurs annuelles de L50 sont inférieures ou légèrement supérieures à la taille minimale légale de capture de 250 mm. Des données recueillies depuis le milieu des années 1980 ont montré que le maquereau présent dans le nord du golfe du Saint-Laurent (divisions 4RS) se nourrissait principalement de petit (< 5 mm) et de grand (≥ 5 mm) zooplancton. Au milieu des années 1990 et au début des années 2000, l’importance du petit et du grand zooplancton dans son régime alimentaire a légèrement diminué au profit de la crevette (Pandalus borealis) et du capelan (Mallotus villosus). Comme l’indiquent les résultats de différents modèles de l’écosystème marin du nord du golfe du Saint-Laurent, les principales causes de mortalité du maquereau dans le milieu des années 1980 étaient les cétacés, la grande morue (Gadus morhua) et les grands poissons démersaux. Les cétacés sont demeurés les principaux prédateurs du maquereau au milieu des années 1990 et au début des années 2000. Les mêmes modèles indiquent aussi que les mortalités causées par la pêche ont graduellement augmenté, passant de 2 % au milieu des années 1980 à 15 % au milieu des années 1990 et finalement à 30 % de la mortalité totale au début des années 2000. Les principales sources d’incertitudes reliées à la présente évaluation sont les prises non comptabilisées de même que la contribution du maquereau provenant des eaux canadiennes dans les captures américaines réalisées dans les régions du golfe du Maine et du Banc George. Compte tenu de ces imprécisions, de l’augmentation récente de l’effort de pêche et de l’incertitude reliée aux résultats des derniers relevés d’abondance, le niveau actuel du TAC de 75 000 t pourrait être réévalué à la baisse au cours de la prochaine année.

LAFRANCE, P., M. CASTONGUAY, D. CHABOT, C. AUDET, 2005. Ontogenetic changes in temperature preference of Atlantic cod. J. Fish Biol., 66(2): 553-567.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Final thermal preferendum (T) experiments were conducted in a horizontal thermal gradient tank from the beginning of August 2001 to mid-November 2001 using Atlantic cod Gadus morhua from 6.5 to 79.0 cm fork length (LF). The value of T varied significantly (P <0.005) with LF (T= 7.23-0.054LF), with smaller (younger) fish choosing higher temperatures than larger (older) fish. The preferendum varied from 6.9 °C for fish of 6.5 cm to 3.0 °C for those of 79.0 cm. Experiments comparing fish positions in the gradient tank between thermal gradients of 0.5-11.0 and 4.5-14.5 °C demonstrated that fish positions were determined by temperature selection instead of undesirable tank effects. This study is the first to demonstrate the effect of ontogeny on temperature preferences of a marine fish species.©2005 Minister of Public Works and Government Services Canada

OUELLET, P., D. CHABOT, 2005. Rearing Pandalus borealis (Krøyer) larvae in the laboratory : I. Development and growth at three temperatures. Mar. Biol., 147(4): 869-880.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Northern shrimp Pandalus borealis (Krøyer) larvae hatch in the northern Gulf of St. Lawrence from early May to the end of June, and larval development occurs over a range of relatively cold water temperatures. Because of the long duration of the pelagic phase and the difficulty of sampling all successive larval stages at sea, we used laboratory experiments to assess the effects of water temperature on larval development and growth. In spring 2000, P. borealis larvae were reared from hatching to the first juvenile stages (i.e., stage VI and VII) at three temperatures (3, 5, and 8 °C) representing conditions similar to those in spring in the northern Gulf of St. Lawrence. Larval development and growth were dependent on temperature, with longer duration and smaller size (cephalothorax length, CL , and dry mass, DM) at 3 °C relative to the 5 and 8 °C treatments. There were no significant differences in the morphological characters of the different stages among treatments, indicating that regular moults occurred at each temperature. The results suggest a negative impact of cold temperatures (lower intra-moult growth rates and smaller size) and, possibly, higher cumulative mortality due to longer development time that could affect the success of cohorts at sea. However, CL and DM for stage III and later larvae were smaller than those of larvae identified at the same developmental stage in field locations. It is possible that the diet offered to larvae in this experiment (Artemia nauplii, either newly hatched nauplii or live adults, depending on the developmental stage) was not optimal for growth, even though it is known to support successful P. borealis larval development. In the field, there is the possibility that phytoplankton contributes to the larval diet during the first stages and stimulates development of the digestive glands. Furthermore, the nutritional quality of the natural plankton diet (e.g., high protein content, fatty acid composition) might be superior and favourable to higher growth rates even at lower temperatures.©2005 Springer-Verlag

SAVENKOFF, C., M. CASTONGUAY, D. CHABOT, 2005. Effets de la pêche et la prédation sur l'écosystème du nord du golfe du Saint-Laurent: changements depuis le milieu des années 1980 jusqu'au milieu des années 1990. Naturaliste can., 129(1): 103-109.

En développant des modèles écosystémiques, le programme CDEENA qui vient de prendre fin, a cherché à expliquer les changements survenus dans le golfe depuis le milieu des années 1980 jusqu'au milieu des années 1990, et notamment leur impact sur la morue. Les résultats montrent notamment le rôle déterminant de la surpêche, l'importance de la prédation par les phoques mais aussi le changement des conditions environnementales.

SAVENKOFF, C., M. CASTONGUAY, R. METHOT, D. CHABOT, M.O. HAMMILL, 2005. Input data and parameter estimates for ecosystem models of the northern Gulf of St. Lawrence (2000-2002). Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2588, 96 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des modèles d'équilibre de masse ont été utilisés pour représenter les flux trophiques de l'écosystème complet du nord du Golfe du Saint-Laurent (divisions 4RS de l'OPANO) pour la période 2000-2002. L'écosystème du nord du Golfe du Saint-Laurent a été divisé en 31 groupes ou compartiments trophiques depuis le phytoplancton et les détritus jusqu'aux oiseaux et mammifères marins incluant les espèces commerciales des domaines pélagique, démersal et benthique. Nous présentons ici le détail des données (biomasse, production, consommation, export et composition alimentaire) pour chaque groupe utilisé pour les modélisations. Les paramètres estimés par la modélisation inverse sont également montrés pour comparaisons. Le succès de l'élaboration des modèles écosystémiques apportera de nouveaux outils scientifiques puissants pour évaluer l'impact des facteurs humains et environnementaux sur les écosystèmes marins.

SAVENKOFF, C., F. GREGOIRE, M. CASTONGUAY, D.P. SWAIN, D. CHABOT, J.M. HANSON, 2005. Main prey and predators of Atlantic mackerel (Scomber scombrus L.) in the northern and southern Gulf of St. Lawrence during the mid-1980s, mid-1990s, and early 2000s. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2619, 34 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Nous avons utilisé les résultats de modèles d’équilibre de masse pour décrire les changements dans la structure et le fonctionnement des écosystèmes du nord et du sud du golfe du Saint-Laurent associés au stock de maquereau de l’Atlantique (Scomber scombrus L.) pour le milieu des années 1980, le milieu des années 1990 et le début des années 2000. La forte diminution des biomasses des espèces démersales et la chute résultante de la pression de prédation qu’elles exercent depuis le milieu des années 1980 jusqu’au milieu des années 1990 ont conduit à une structure de l’écosystème dominée par des petits poissons pélagiques et des mammifères marins dans le nord et le sud du Golfe. La prédation était la principale cause de mortalité du maquereau dans chaque écosystème et à chaque période. Cependant les prédateurs démersaux tels que la morue et les grands démersaux ont été progressivement remplacés par les cétacés et les phoques comme principaux prédateurs du maquereau depuis le milieu des années 1980 jusqu’au milieu des années 1990 (et le début des années 2000 pour le nord du Golfe). Durant la même période de temps, la mortalité par pêche a augmenté et est devenue la seconde cause de mortalité dans le nord du Golfe au début des années 2000 et la principale cause de mortalité dans le sud du Golfe pour le milieu des années 1990s. La mortalité par pêche a pu être sous-estimée à cause de captures non déclarées qui seraient non négligeables (rejets en mer, captures récréatives et captures réalisées par les pêcheurs d’appât)

CHABOT, D., P. OUELLET, 2005. Rearing Pandalus borealis larvae in the laboratory. II. Routine oxygen consumption, maximum oxygen consumption and metabolic scope at three temperatures. Mar. Biol., 147(4): 881-894.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Larvae of the northern shrimp Pandalus borealis (Krøyer) are pelagic. In the Estuary and Gulf of St. Lawrence, Canada, the early stages are found in the upper 25-m of the water column in spring and early summer and are expected to experience a range of water temperatures from as low as 0 °C to as high at 6 °C. Little is known of the impact of water temperature on metabolic requirements of northern shrimp larvae. In this study, routine respiration (VO2), maximum respiration (electron transport system activity, ETSA) and metabolic scope for growth (MS, ETSA-VO2) of northern shrimp larvae were measured as a function of temperature (3, 5 and 8 °C), developmental stage (I-V at 3 °C, I-VII at 5 °C and 8 °C) and growth rate in dry mass. After logarithmic transformation, all three metabolic variables were linearly related to dry mass. The increase in VO2 with body mass was faster at 5 °C than at 3 or 8 °C, whereas with ETSA this increase was slower. As a result, MS increased more slowly with dry mass at 5 °C than at 3 and 8 °C. However, MS did not limit growth in this study, since it explained only 39 % of the variability in growth. All three metabolic variables as well as growth varied together as a function of temperature and ontogeny. Q10 of all three metabolic variables ranged from 1.6 and 2.2 for stages I-V larvae, except for VO2 at stage I (3.9) and stage III (2.9).©2005 Springer-Verlag

FRÉCHET, A., J. GAUTHIER, P. SCHWAB, L. PAGEAU, C. SAVENKOFF, M. CASTONGUAY, D. CHABOT, C. TOURNOIS, J.-F. LUSSIER, J. SPINGLE, F. COLLIER, 2005. L’état du stock de morue du nord du golfe du Saint-Laurent (3Pn, 4RS) en 2004 ; The status of cod in the Northern Gulf of St. Lawrence (3Pn, 4RS) in 2004. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2005/060, 72 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les prises commerciales du stock de morue du nord du golfe du Saint-Laurent (3Pn, 4RS) ont atteint un maximum de 106 000 tonnes alors que la biomasse mature avait atteint un maximum de 378 000 tonnes en 1983. Par la suite, le stock a été réduit si bien que la biomasse mature affichait une valeur minimum pour la série de 9 000 tonnes en 1994. La pêche de ce stock a été sous moratoire de 1994 à 1996, permettant une reconstitution modeste de la biomasse mature qui était de 26 000 tonnes à la réouverture de la pêche commerciale en 1997. Depuis, cette pêche ne s’effectue que par des engins fixes (palangres, filets maillants et lignes à main). Malgré l'effort de pêche réduit et un second moratoire en 2003, la biomasse mature demeure faible à 38 000 tonnes en 2005.

GRÉGOIRE, F., C. SAVENKOFF, D. CHABOT, 2005. Capelan (Mallotus villosus) de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent (divisions 4RST de l’OPANO) en 2004. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2005/058, 55 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En 2004, les débarquements de capelan de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent se sont chiffrés à 6 089 t ce qui représente une hausse de 1 057 t par rapport à 2003. Avec cette hausse, les débarquements réalisés en 2004 se situent maintenant juste au-dessus de la moyenne annuelle des 5 487 t calculée pour la période 1990-2003. Un total de 76 % des débarquements réalisés en 2004 provenait de la pêche à la seine bourse qui se pratique sur la côte ouest de Terre-Neuve, en particulier dans la zone unitaire 4Rc. Entre la fin des années 1980 et le début des années 1990, les saisons de pêche dans cette zone unitaire ont été généralement caractérisées par des dates d’ouverture (et de ponte) de plus en plus tardives. Cependant, une certaine stabilité est observée dans les dates de pêche depuis 2001. La longueur moyenne des capelans capturés dans la division 4R a diminué entre 1986 et 1999. Elle a cependant augmenté par la suite, mais les longueurs mesurées en 2004 demeurent toujours en deçà de celles qui ont été observées dans les années 1980. L’indice de dispersion du capelan dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent présente une tendance générale à la hausse entre 1990 et 2004. Cependant, en 2004, une diminution est mesurée sur la côte ouest de Terre-Neuve et dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Le petit et le grand zooplancton représentent les principales proies du capelan. Au milieu des années 1980, les principales causes de mortalité chez le capelan provenaient de la prédation par la grande morue (Gadus morhua) et le sébaste (Sebastes spp.). Ces deux espèces ont été remplacées dans les années 1990 et 2000 par les cétacés, le phoque du Groenland (Phoca groenlandica) et le flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides). Dans le milieu des années 1980, la consommation annuelle de capelan par ses principaux prédateurs était estimée à environ un million de tonnes. Malgré la forte diminution de l’abondance de ces principaux prédateurs (morue et sébaste), elle était de 400 000 t au début des années 2000 ce qui fait du capelan la principale proie de l’écosystème du nord du golfe du Saint-Laurent.

SAINTE-MARIE, B., R. DUFOUR, L. BOURASSA, D. CHABOT, M. DIONNE, D. GILBERT, A. RONDEAU, J.-M. SÉVIGNY, 2005. Critères et proposition pour une définition des unités de production du crabe des neiges (Chionoecetes opilio) dans l'estuaire et le nord du golfe du Saint-Laurent ; Criteria and proposition for the definition of snow crab (Chionoecetes opilio) production units in the estuary and northern Gulf of St. Lawrence. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2005/059, 20 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les frontières actuelles des zones de gestion du crabe des neiges dans la région du Québec du Ministère des pêches et des océans (MPO) ne sont pas étayées par des critères biologiques ou océanographiques et regroupent parfois des territoires à caractéristiques très différentes. Il y a donc un besoin, identifié par le CCRH (2005), de définir des unités de production biologique afin de mieux suivre l’état des populations et assurer leur conservation. À cette fin, nous avons identifié, à partir d’une revue de la littérature scientifique et de données de chalutage pour le golfe du Saint-Laurent, les facteurs biologiques et physiques qui limitent la distribution et la dispersion du crabe des neiges. Cette information nous permet de caractériser l’habitat du crabe des neiges, qui peut être défini comme un territoire à fonds de sédiments meubles, baignés par des eaux à salinité > 26 ‰, dont une partie est à une température de 0-2 °C et le reste à une température variant d’à peu près -1,5 à 4 °C. Les eaux de surface au-dessus de ce territoire doivent avoir une salinité généralement > 26 ‰ et se réchauffer jusqu’à 5-15 °C pendant plusieurs semaines pour la survie et le développement des larves. Les larves du crabe des neiges peuvent se disperser sur de grandes distances, ce qui peut expliquer la faible différentiation génétique des populations à l’intérieur du Golfe, mais les divers stades benthiques ont généralement une capacité de dispersion bien moindre. Nous décrivons les critères retenus pour la définition des unités de production et sur cette base nous proposons un découpage du territoire administratif du MPO-Québec en sept unités.

GRÉGOIRE, F., C. SAVENKOFF, D. CHABOT, 2005. Capelin (Mallotus villosus) of the Estuary and Gulf of St. Lawrence (NAFO Divisions 4RST) in 2004. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2005/058, 55 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En 2004, les débarquements de capelan de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent se sont chiffrés à 6 089 t ce qui représente une hausse de 1 057 t par rapport à 2003. Avec cette hausse, les débarquements réalisés en 2004 se situent maintenant juste au-dessus de la moyenne annuelle des 5 487 t calculée pour la période 1990-2003. Un total de 76 % des débarquements réalisés en 2004 provenait de la pêche à la seine bourse qui se pratique sur la côte ouest de Terre-Neuve, en particulier dans la zone unitaire 4Rc. Entre la fin des années 1980 et le début des années 1990, les saisons de pêche dans cette zone unitaire ont été généralement caractérisées par des dates d’ouverture (et de ponte) de plus en plus tardives. Cependant, une certaine stabilité est observée dans les dates de pêche depuis 2001. La longueur moyenne des capelans capturés dans la division 4R a diminué entre 1986 et 1999. Elle a cependant augmenté par la suite, mais les longueurs mesurées en 2004 demeurent toujours en deçà de celles qui ont été observées dans les années 1980. L’indice de dispersion du capelan dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent présente une tendance générale à la hausse entre 1990 et 2004. Cependant, en 2004, une diminution est mesurée sur la côte ouest de Terre-Neuve et dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Le petit et le grand zooplancton représentent les principales proies du capelan. Au milieu des années 1980, les principales causes de mortalité chez le capelan provenaient de la prédation par la grande morue (Gadus morhua) et le sébaste (Sebastes spp.). Ces deux espèces ont été remplacées dans les années 1990 et 2000 par les cétacés, le phoque du Groenland (Phoca groenlandica) et le flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides). Dans le milieu des années 1980, la consommation annuelle de capelan par ses principaux prédateurs était estimée à environ un million de tonnes. Malgré la forte diminution de l’abondance de ces principaux prédateurs (morue et sébaste), elle était de 400 000 t au début des années 2000 ce qui fait du capelan la principale proie de l’écosystème du nord du golfe du Saint-Laurent.

SAVENKOFF, C., F. GRÉGOIRE, D. CHABOT, 2004. Main prey and predators of capelin (Mallotus villosus) in the northern and southern Gulf of St. Lawrence during the mid-1980s and mid-1990s. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2551, 30 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Basé sur les résultats de modèles d’équilibre de masse, nous présentons ici les changements dans la structure et le fonctionnement des écosystèmes du nord et du sud du golfe du Saint-Laurent associés au stock de capelan (Mallotus villosus) avant et après l’effondrement des stocks de poissons de fond qui étaient les principaux prédateurs du capelan. La forte diminution des biomasses de ces espèces démersales et la chute résultante de leur prédation depuis le milieu des années 1980 au milieu des années 1990 ont conduit à une structure de l’écosystème dominée par des petits poissons pélagiques et des mammifères marins dans le nord et le sud du golfe du Saint-Laurent. Le capelan est une importante proie pour de nombreuses espèces de poissons (morue [Gadus morhua] et sébaste [Sebastes spp.] dans le nord du Golfe ; morue et maquereau [Scomber scombrus] dans le sud du Golfe) et pour les mammifères marins (cétacés et phoques). Le capelan joue un rôle clé dans le réseau trophique en transférant l’énergie depuis les producteurs primaires et secondaires aux niveaux trophiques supérieurs des domaines démersal et pélagique du golfe du Saint-Laurent. Le capelan était le principal poisson prédateur du petit et grand zooplancton dans le nord du Golfe à chaque période de temps tout en étant la principale proie consommée par les poissons et les mammifères marins.

GRÉGOIRE, F., C. SAVENKOFF, H. BENOÎT, D. CHABOT, C. LÉVESQUE, J. HUDON, J. LAVERS, 2004. Pêche, biologie et distribution du capelan (Mallotus villosus) dans les divisions 4RST de l'OPANO en 2003 ; Capelin (Mallotus villosus) fishery, biology and distribution in NAFO Divisions 4RST in 2003. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2004/136, 79 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En 2003, les débarquements de capelan de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent se sont chiffrés à 4 640 t ce qui représente une hausse de 1 248 t par rapport à 2002. Malgré cette hausse, les débarquements réalisés en 2003 demeurent sous la moyenne annuelle des 5 522 t calculée pour la période 1990-2002. Selon l’industrie, la baisse récente des débarquements de capelan serait reliée à la perte de certains marchés importants et non à une diminution de l’abondance. La plupart des débarquements réalisés en 2003 provenaient de la pêche à la seine bourse qui se pratique sur la côte ouest de Terre-Neuve, en particulier dans la zone unitaire 4Rc. Entre la fin des années 1980 et le début des années 1990, les saisons de pêche dans cette zone unitaire ont été généralement caractérisées par des dates d’ouverture (et de ponte) de plus en plus tardives. La longueur moyenne des capelans capturés dans la division 4R a diminué entre 1986 et 1999. Elle a cependant augmenté par la suite, mais les longueurs mesurées en 2003 demeurent toujours en deçà de celles qui ont été observées dans les années 1980. Des indices mesurant la dispersion et les probabilités de retrouver du capelan sont maintenant calculés à partir des prises provenant des relevés scientifiques mesurant l’abondance des poissons de fond et de la crevette (Pandalus borealis). Ces indices présentent une tendance générale à la hausse entre 1990 et 2003. Entre 1997 et 2002, les zones associées à des probabilités élevées de retrouver du capelan dans le nord du Golfe se sont étendues graduellement vers l’est. Cependant, en 2003, la région de la côte ouest de Terre-Neuve a été caractérisée par une réduction de ces surfaces. Dans le sud du Golfe, une expansion très importante de la distribution du capelan s’est produite depuis le milieu des années 1990. Cette expansion semble être reliée à une réduction de la surface du plateau Madelinien qui est couverte par des eaux de moins de 1 °C. Des contenus stomacaux prélevés dans le golfe du Saint-Laurent (divisions 4R et 4S) depuis 1993 montrent que le capelan est important dans le régime alimentaire de la morue (Gadus morhua). Il existerait aussi un fort lien entre la longueur de la morue et l'importance du capelan dans son régime alimentaire. En fait, ce sont les morues de 20 à 70 cm qui consommeraient le plus de capelan.

SAVENKOFF, C., H. BOURDAGES, M. CASTONGUAY, L. MORISSETTE, D. CHABOT, M. HAMMILL, 2004. Input data and parameter estimates for ecosystem models of the northern Gulf of St. Lawrence (mid-1990s). Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2531, 93 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Dans cette étude, nous utilisons les méthodes Ecopath et inverses pour représenter les flux trophiques de l'écosystème complet du nord du Golfe du Saint-Laurent (divisions 4RS de l'OPANO) pour le milieu des années 1990, avant l'effondrement des stocks de poissons de fond. Les biomasses des principales espèces étaient relativement constantes pendant cette période. L'écosystème du nord du Golfe du Saint-Laurent a été divisé en 32 groupes ou compartiments trophiques depuis le phytoplancton et les détritus jusqu'aux oiseaux et mammifères marins incluant les espèces commerciales des domaines pélagique, démersal et benthique. Nous présentons ici le détail des données (biomasse, production, consommation, export et composition alimentaire) pour chaque groupe utilisé pour les modélisations. Le succès de l'élaboration des modèles écosystémiques proposés par le programme «Comparative Dynamics of Exploited Ecosystems in the Northwest Atlantic»(CDEENA) apporta de nouveaux outils scientifiques efficaces pour évaluer l'impact des facteurs humains et environnementaux dans différents écosystèmes côtiers de l'Atlantique.

SAVENKOFF, C., M. CASTONGUAY, A.F. VÉZINA, S.-P. DESPATIE, D. CHABOT, L. MORISSETTE, M.O. HAMMILL, 2004. Inverse modelling of trophic flows through an entire ecosystem: the northern Gulf of St. Lawrence in the mid-1980s. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 61: 2194-2214.

Des modèles d'équilibre de masse utilisant les méthodes inverses ont été construits pour représenter l'écosystème du nord du Golfe du Saint-Laurent dans le milieu des années 1980, avant l'effondrement des stocks de poissons de fond. Les résultats mettent en évidence les effets des principales causes de mortalité (pêche, prédation et autres causes de mortalité) sur les communautés de poissons et d'invertébrés. Les principaux prédateurs de poissons étaient la grande morue (Gadus morhua) suivie par le sébaste (Sebastes spp.), le capelan (Mallotus villosus) et la pêche. La grande morue était le principal prédateur de la petite morue et ce cannibalisme contribuait à 44 % au moins de la mortalité de la petite morue. Les principaux prédateurs de la grande morue étaient le phoque du Groenland (Phoca groenlandica) et le phoque gris (Halichoerus grypus). Cependant, cette mortalité par prédation ne représentait que 2 % de la mortalité totale de la grande morue. Les autres causes de mortalité dominaient la mortalité totale avec 52 %, alors que la pêche représentait 46 %. Des tests ont été réalisés pour préciser les causes possibles de cette mortalité inexpliquée. La seule façon de réduire significativement la mortalité inexpliquée dans le modèle a été d'augmenter les prises commerciales de la grande morue au-dessus des valeurs rapportées. Cela suggère que la mortalité par la pêche a été substantiellement sous-estimée dans le milieu des années 1980, juste avant le déclin d'un stock de morues qui était historiquement le deuxième plus grand dans l'Atlantique nord-ouest.©2004 NRC Canada

DUTIL, J.-D., J. GAUTHIER, A. FRÉCHET, D. CHABOT, 2003. Cod stocks rebuilding and fish bioenergetics: low productivity hypothesis ; Le rétablissement des stocks de morue et la bio-énergique des poissons: l'hypothèse d'une faible productivité. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2003/060, 39 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Nous posons l’hypothèse que la lenteur avec laquelle les stocks de morue se reconstituent malgré la mise en place de plans de gestion censés en favoriser le rétablissement s’explique par un effet combiné de trois facteurs : 1- la productivité naturelle de ces stocks est faible, 2- la productivité naturelle est aujourd’hui moindre que par le passé, 3- la mortalité par pêche et la mortalité naturelle sont demeurées élevées ou même ont augmenté exerçant des contraintes majeures sur la production. La production annuelle par individu ou par kg de biomasse diffère entre les stocks, les stocks nordiques ou vivant en milieu froid ou parfois pauvre en oxygène étant nettement moins productifs que les autres. Les morues des stocks les moins productifs ont une croissance lente, recrutent à la pêche à un âge plus avancé, deviennent sexuellement matures à une longueur moindre et un âge plus avancé tout en produisant moins d’oeufs. Leur condition énergétique est moins bonne et varie davantage que chez les morues des stocks les plus productifs. Les conditions environnementales se sont détériorées progressivement vers la fin des années ‘80 et n’ont pas été favorables à la morue pendant le moratoire dans le nord-ouest de l’Atlantique. Les stocks de cette région sont donc devenus encore moins productifs et moins aptes à résister ou à se remettre d’une perturbation qu’elle soit naturelle ou anthropique. Quelques éléments suggèrent que la performance individuelle s’est améliorée récemment, mais une reprise de la pêche a réduit à néant la lente remontée des stocks dans un contexte où la production était handicapée par une forte prédation et des conditions environnementales peu favorables. Pour ces stocks, la production de nouvelle biomasse est lente de sorte que le rétablissement sera plus lent que pour d’autres stocks vivant dans un milieu moins hostile, particulièrement si on les exploite et que les conditions environnementales restent extrêmes. Les forces et les faiblesses de cette hypothèse sont discutées.

MORISSETTE, L., S.-P. DESPATIE, C. SAVENKOFF, M.O. HAMMIL, H. BOURDAGES, D. CHABOT, 2003. Data gathering and input parameters to construct ecosystem models for the nothern Gulf of St. Lawrence (mid-1980s). Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2497, 94 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Dans cette étude, nous utilisons les méthodes Ecopath et inverses pour représenter les flux trophiques de l'écosystème complet du nord du Golfe du Saint-Laurent (divisions 4RS de l'OPANO) pour le milieu des années 1980, avant l'effondrement des stocks de poissons de fond. Les biomasses des principales espèces étaient relativement constantes pendant cette période. L'écosystème du nord du Golfe du Saint-Laurent a été divisé en 32 groupes ou compartiments trophiques depuis le phytoplancton et les détritus jusqu' aux oiseaux et mammifères marins incluant les espèces commerciales des domaines pélagiques, démersal et benthique. Nous présentons ici le détail des données (biomasse, production, consommation, export et composition alimentaire) pour chaque groupe utilisé pour les modélisations. Le succès de l'élaboration des modèles écosystémiques proposés par le programme " Comparative Dynamics of Exploited Ecosystems in the Northwest Atlantic" (CDEENA) apportera de nouveaux outils scientifiques efficaces pour évaluer l' impact des facteurs humains et environnementaux dans différents écosystèmes côtiers de l'Atlantique.

FRECHET, A., J. GAUTHIER, P. SCHWAB, H. BOURDAGES, D. CHABOT, F. COLLIER, F. GRÉGOIRE, Y. LAMBERT, G. MOREAULT, L. PAGEAU, J. SPINGLE, 2003. L'état du stock de morue du Nord du golfe du Saint-Laurent (3Pn, 4RS) en 2002 ; The status of cod in the Northern Gulf of St. Lawrence (3Pn, 4RS) in 2002. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2003/065, 90 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les prises commerciales du stock de morue du nord du golfe du Saint-Laurent (3Pn, 4RS) ont atteint un maximum de 106,000 tonnes alors que la biomasse mature du stock avait atteint un maximum de 462,000 tonnes en 1983. Par la suite, le stock a été réduit si bien que la biomasse mature affichait une valeur minimum pour la série de 21,000 tonnes en 1994. La pêche de ce stock a été sous moratoire de 1994 à 1996, permettant une reconstitution modeste de la biomasse mature qui était de 58,000 tonnes à la réouverture de la pêche commerciale en 1997. Depuis, cette pêche ne s’effectue que par des engins fixes (palangres, filets maillants et lignes à main). Malgré l'effort de pêche réduit, la biomasse mature stagne et est demeurée au même faible niveau qu'à la réouverture de la pêche en 1997.

DUTIL, J.-D., Y. LAMBERT, D. CHABOT, 2003. Winter and spring changes in condition factor and energy reserves of wild cod compared with changes observed during food-deprivation in the laboratory. ICES J. Mar. Sci., 60: 780-786.

DARBYSON, E., D.P. SWAIN, D. CHABOT, M. CASTONGUAY, 2003. Diel variation in feeding rate and prey composition of herring and mackerel in the southern Gulf of St. Lawrence. J. Fish Biol., 63: 1235-1257.

DUTIL, J.-D., D. CHABOT, 2002. Impact of hypoxia on Atlantic cod in the northern Gulf of St. Lawrence. Pages 51-60 in R.V. Thurston (ed.). Fish Physiology, Toxicology and Water Quality : proceedings of the Sixth International Symposium, La Paz, B.C.S. Mexico, January 22-26, 2001.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Oxygen levels range from 70 to 30 % saturation or less in waters deeper than 175 m in the Gulf of St. Lawrence. The potential impact of hypoxia on two stocks of Atlantic Cod (Gadus morhua) that live in the Gulf of St. Lawrence was investigated. In a first experiment (84 days, three meals per week), cod were raised under six oxygen treatments between 45 and 93 % saturation. Growth and food ingestion were limited by oxygen below 70 % saturation. In a second experiment (56 days), we varied meal frequency (one, three, and seven meals per week) for cod held at two regimes of dissolved oxygen (40 and 90 % saturation). In normoxia, growth was significantly reduced at one meal per week compared to three and seven meals per week. In hypoxia, however, there was no difference in growth between the three feeding frequencies. At one meal per week, growth was equally poor at both oxygen levels. At three and seven meals per week, growth was faster in normoxia than in hypoxia, although this was significant only at the highest feeding frequency. In both experiments, food consumption explained practically all of the variability in growth rate.Crown©2002

STARR, M., M. HARVEY, P.S. GALBRAITH, D. GILBERT, D. CHABOT, J.-C. THERRIAULT, 2002. Recent intrusion of Labrador Shelf waters into the Gulf of St. Lawrence and its influence on the plankton community and higher trophic levels. ICES C.M., 2002/N:16, 10 p.

Cliquer pour voir tout le texte

SAINTE-MARIE, B., D. CHABOT, 2002. Ontogenetic shifts in natural diet during benthic stages of American lobster (Homarus americanus), off the Magdalen Islands. Fish. Bull., 100: 106-116.

CHABOT, D., G.B. STENSON, 2002. Growth and seasonal fluctuations in size and condition of male Northwest Atlantic harp seals Phoca groenlandica : an analysis using sequential growth curves. Mar. Ecol. Prog. Ser., 227: 25-42.

DESPATIE, S.-P., M. CASTONGUAY, D. CHABOT, C. AUDET, 2001. Final thermal preferendum of Atlantic cod : effect of food ration. Trans. Am. Fish. Soc., 130: 263-275.

CHABOT, D., J.-D. DUTIL, C. COUTURIER, 2001. Impact of chronic hypoxia on food ingestion, growth and condition of Atlantic cod, Gadus morhua. ICES C.M., 2001/V:05, 17 p.

LE FRANÇOIS, N.R., J.-D. DUTIL, P. BLIER, K. LORD, D. CHABOT, 2001. Tolerance and growth of juvenile common wolffish (Anarhichas lupus) under low salinity and hypoxic conditions: preliminary results. AAC Spec. Publ., 4: 57-59.

La tolérance du loup atlantique juvénile à la salinité et à l'hypoxie a été étudiée à une température constante de l'eau (10 °C). Vingt sujets (d'un poids moyen de 0,11g) ont été transférés directement dans un système à circulation fermée contenantl de l'eau d'une salinité de 0 (eau douce), 7, 14, 21, 28 et 35 ppm, afin d'évaluer leur tolérance à la salinité. Aucun poisson n’a survécu plus de 6 heures dans l'eau douce; par contre, le taux de mortalité a été négligeable (0-0,05 %) dans tous les autres groupes. Un deuxième test de provocation utilisant des sujets de 0,408 g a été réalisé pendant 72 h, à une salinité de 0 à 7 ppm et de 28 ppm. Le taux cumulatif de mortalité, qui était de 100 %dans l'eau douce, a diminué à 33 %à 6 ppm après 72 h, et aucune mortalité n'a été observée entre 7et 28 ppm. Un essai de croissance de 20 jours a été réalisé en utilisant les sujets ayant survécu au premier test de provocation (7, 14, 21, 28 et 35 ppm); cet essai n'a révélé aucun effet néfaste sur la croissance à des salinités aussi faibles que 7 ppm. La teneur en protéines et la longueur totale ont été beaucoup plus élevées à des salinités plus faibles. Les effets d'une faible tension en oxygène sur la survie des juvéniles d'âge 1+ (poids moyen -40 g) ont aussi été examinés (CL50 après 6 heures; valeurs de saturation en oxygène: 16, 22, 28, 34, 40 et 100 %). Aucun poisson n'a survécu à une saturation de 16 %, mais aucune mortalité n'a été observée à un taux de saturation supérieur à 22 %. Les études se poursuivent sur les effets d'une faible tension en oxygène sur la croissance.©2001 L'Association Aquacole du Canada

CHABOT, D., G.B. STENSON, 2000. Implantation date, grownth rate, and allometric relationships in foetal Northwest Atlantic harp seals (Phoca groenlandica). Can. J. Zool., 78: 501-505.

Un échantillon de fœtus (150 femelles et 141 mâles, prélevés entre octobre et février de la période 1980-1995) de la population de Phoques du Groenland (Phoca groenlandica) de l'Atlantique nord-ouest nous a permis de déterminer que la relation allométrique entre la masse totale et la longueur standard était la même pour les deux sexes, et ne différait pas de celle calculée pour les fœtus dans l'étude de Stewart et collègues (R.E.A. Stewart, B.E. Stewart, D.M. Lavigne, and G.W. Miller. 1989. Can. J. Zool. 67 : 2147-2157). En incluant les fœtus des deux études, l'exposant de la relation standard et la masse 1/2,75 augmentent linéairement à mesure que la gestation progresse. Des équations sont données pour prédire la longueur standard et la masse totale des fœtus durant la période d'août à février, et d'octobre à février la masse de la peau et du gras sous-cutané, celle de la carcasse sans la peau, ainsi que la circonférence axillaire des fœtus à partir de leur longueur. L'estimation la plus fiable de la date d'implantation (jour 223, 11 août) a été obtenue par régression de la date de récolte1/2 sur la masse1/2,75©2000 Conseil national de recherches Canada

CHABOT, D., J.-D. DUTIL, 2000. Reduced growth of Atlantic Cod (Gadus morhua) in chronic hypoxia : the effect of varying meal frequency. Pages 75-79 in D. Val & D. MacKinlay. Fish surviving in extreme conditions : symposium proceedings : International Congress on the Biology of Fish, University of Aberdeen, Scotland, July 23-27, 2000.

Cliquer pour voir tout le texte

DUTIL, J.-D., Y. LAMBERT, D. CHABOT, 2000. Estimating natural mortality of wild cod from controlled feeding and starvation experiments conducted in the laboratory. ICES C.M., 2000/R:01, 16 p.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The contribution of individual factors to the rate of natural mortality is usually unknown because it can hardly be measured in the wild, particularly in large ecosystems. Atlantic cod experienced a decline of their nutritional condition in the early 1990s in the Gulf of St. Lawrence. Whether or not natural mortality increased as a result of that decline was determined from controlled experiments conducted in the laboratory. The maximum range of several variables reflecting the nutritional condition of fed and unfed cod >30 cm was determined. By comparing values observed in the wild and in the laboratory, we concluded that wild cod may die of inanition during the spring period. The decline in the nutritional condition of wild cod from January to April was slower however than in cod deprived of food during a similar period of time in laboratory experiments. This indicates that cod fed but did not meet their energy requirements in winter prior to spawning. In contrast, the decline in condition from April to May matched the rate observed in the laboratory experiments, indicating that wild cod probably fast at this time. Estimates of survival probability based on the frequency distribution of condition factor during the spawning period appear to be unbiased as the rate of energy mobilization observed in the field never exceeded the rate observed in the laboratory.©2000 ICES

CHABOT, D., J.-D. DUTIL, 1999. Reduced growth of Atlantic cod in non-lethal hypoxic conditions. J. Fish Biol., 55: 472-491.

CHABOT, D., J.-D. DUTIL, S. PLANTE, 1998. Survival and growth of Atlantic cod in hypoxia. Pages 39-44 in C. Kennedy & D. MacKinlay (ed.). Fish response to toxic environments : symposium proceedings. Physiology Section, American Fisheries Society.

Cliquer pour voir tout le texte

DUTIL, J.-D., M. CASTONGUAY, M.O. HAMMILL, P. OUELLET, Y. LAMBERT, D. CHABOT, H. BROWMAN, D. GILBERT, A. FRÉCHET, J.-A. GAGNÉ, D. GASCON, L. SAVARD, 1998. Environmental influences on the productivity of cod stocks : some evidence for the northern Gulf of St. Lawrence, and required changes in management practices. DFO, Canadian Stock Assessment Secretariat, Research Document, 98/18, 42 p.

PLANTE, S., D. CHABOT, J.-D. DUTIL, 1998. Hypoxia tolerance in Atlantic cod. J. Fish Biol., 53: 1342-1356.

CHABOT, D., P. GAGNON, E.A. DIXON, 1996. Effect of predator odors on heart rate and metabolic rate of wapiti. J. Chem. Ecol., 22: 839-868.

CHABOT, D., G.B. STENSON, N.G. CADIGAN, 1996. Short- and long-term fluctuations in the size and condition of harp seal (Phoca groenlandica) in the Northwest Atlantic. NAFO Sci. Counc. Stud., 26: 15-32.

Cliquer pour voir tout le texte

CHABOT, D., G.B. STENSON, N.B. CADIGAN, 1995. Short- and long-term fluctuations in the size and condition of harp seal (Phoca groenlandica) in the Northwest Atlantic. NAFO SCR Doc., 95/42, 27 p.

MORIN, B., B. BERNIER, D. CHABOT, J.J. MAGUIRE, 1995. Évaluation et biologie du flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides) du golfe du Saint-Laurent (4RST) en 1994. MPO, Pêches de l'Atlantique, Document de recherche, 95/59, 47 p.

Depuis 1992, le flétan du Groenland des divisions 4RST est géré comme une population distincte sur la base du rendement par recrue. Les principales concentrations de flétan du Groenland dans le golfe du Saint-Laurent à l'été se retrouvent à l'ouest de l'île d'Anticosti, dans une moindre mesure, au nord de cette île et près de la côte ouest de Terre-neuve dans le chenal d'Esquiman. Des résultats préliminaires sur la maturité sexuelle du flétan du Groenland de l'estuaire du Saint-Laurent ont indiqué que la longueur à laquelle 50 % des mâles ont atteint la maturité sexuelle était d'environ 39 cm pour les mâles et de 56 cm pour les femelles. Les débarquements de flétan du Groenland de 4RST ont augmenté de 2,800 t à 3,600 t de 1993 à 1994. Le filet maillant est l'engin de pêche le plus utilisé depuis le milieu des années 1970. La taille des poissons capturés en 1994 se situait entre 41-51 cm et plus de 70 % des captures étaient composées de femelles donc, d'une très forte proportion de poissons immatures. Les indices d'abondance indiquent que la biomasse du flétan du Groenland est faible mais relativement stable depuis 1990. Le taux d'exploitation du flétan du Groenland du golfe est probablement élevé et le faible nombre de poissons de grande taille fait en sorte que l'exploitation se concentre sur le recrutement annuel. Il est donc important de protéger les poissons immatures afin de permettre à la biomasse adulte d'augmenter.

FRÉCHET, A., P. SCHWAB, Y. LAMBERT, D. CHABOT, D. DECKER, G. ROWE, P. NADEAU, F. COLLIER, 1995. Les pêches sentinelles du stock de morue du nord du golfe du Saint-Laurent (3Pn, 4RS) en 1994 ; The sentinel fisheries of the northern Gulf of St. Lawrence cod stock (3Pn, 4RS) in 1994. MPO, Pêches de l'Atlantique, Document de recherche ; DFO, Atlantic Fisheries, Research Document, 95/54, 30 p.

Les projets de pêches sentinelles ont été mis en place pour la première fois à l'automne de 1994. Le but principal de ces projets est de remettre en situation de pêche un nombre limité de pêcheurs pour effectuer un suivi des populations de morues alors que la pêche est fermée. Ainsi 76 pêcheurs ont effectué 185 sorties en mer avec des engins fixes et 5 chalutiers ont effectué un relevé de type stratifié aléatoire dans les divisions 4R et 3Pn. Les taux de captures des engins fixes variaient de façon géographique, de très faibles rendements ont été observés le long de la Basse Côte-Nord du Québec et sur la côte ouest de Terre-Neuve du détroit de Belle-Isle à la péninsule de Port au Port. De bons rendements ont été observés dans le sud de 4R et dans 3Pn. Ces rendements reflètent les mouvements migratoires de la morue durant cette période. L'estimation de la biomasse minimale chalutable pour la morue de 4R et 3Pn lors du relevé de décembre impliquant les 5 chalutiers est de 14,000 t. Cette valeur est très près des résultats des relevés de janvier 1994 et de août-septembre 1994 effectués à bord du navire de recherche Gadus Atlantica et Alfred Needler respectivement. Les pêches sentinelles ont aussi permis d'apporter de précieuses informations concernant les conditions des phoques capturés accidentellement. Des spécimens de morues ont été analysés en laboratoire pour des études d'alimentation et de condition (relation entre la longueur et le poids des individus). La diète était dominée par des invertébrés alors que la diète normale à cette période est surtout constituée de poissons. Les échantillons des autres pêches sentinelles pourront mettre ces résultats en perspective. Enfin, la condition des morues a augmenté de façon significative par rapport aux échantillons provenant d'autres relevés de poissons de fond effectués en janvier. Il appert donc que les pêches sentinelles permettent d'effectuer un suivi des populations de morues sous moratoire et qu'elles permettent donc une implication directe des pêcheurs au processus d'évaluation des stocks.

CHABOT, D., 1994. Relationship between mass and body length in Australian fur seals. Mar. Mamm. Sci., 10: 250-251 .