Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Pierre CARTER

BOWEN, W.D., P. CARTER, M. HAMMILL, 2011. Estimated Grey seal diets near Sable Island derived from fecal samples : 1991 to 2010 ; Estimation des régimes alimentaires des phoques gris près de l’île de Sable d’après les échantillons de fèces : 1991 à 2010. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2011/024, 13 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des échantillons de fèces recueillis au fil des saisons à l’île de Sable ont été utilisés pour estimer la composition du régime alimentaire des phoques gris pendant la période s’étendant de 1991 à 1998 et à l’hiver 2010. Les phoques gris se sont nourris principalement de lançon, et ce, peu importe les saisons ou les années. Le lançon paraissait dans 77,6 % (CV 20,7 %) des fèces, en moyenne, ce qui indique que la plupart des individus composant la population se nourrissaient de cette espèce. D’une saison à l’autre et d’une année à l’autre, l’occurrence (30,9 %) et le pourcentage de morue (poids humide) dans le régime alimentaire variaient énormément, comportant des CV de 53 % et de 104 % respectivement. Divers facteurs de correction ont été appliqués pour tenter d’atténuer les biais associés à la digestion complète d’otolithes. Le pourcentage de morue dans le régime variait de 0 à 21,7 %, mais ne présentait aucune tendance au fil du temps ni de différences significatives entre les saisons. En moyenne, le régime alimentaire se composait de morue dans une proportion de 7,1 % (écart-type de 7,4).

HAMMILL, M.O., G.B. STENSON, F. PROUST, P. CARTER, D. McKINNON, 2007. Feeding by grey seals in the Gulf of St. Lawrence and around Newfoundland. Pages 135-152 in T. Haug, M. Hammill & D. Olafsdottir (ed.). Grey seals in the North Atlantic and the Baltic. North Atlantic Marine Mammal Commission (NAMMCO Sci. Pub., 6).

[Résumé disponible seulement en anglais]
Diet composition of grey seals in the Gulf of St. Lawrence (Gulf) and around the coast of Newfoundland, Canada, was examined using identification of otoliths recovered from digestive tracts. Prey were recovered from 632 animals. Twenty-nine different prey taxa were identified. Grey seals sampled in the northern Gulf of St. Lawrence fed mainly on capelin, mackerel, wolffish and lumpfish during the spring, but consumed more cod, sandlance and winter flounder during late summer. Overall, the southern Gulf diet was more diverse, with sandlance, Atlantic cod, cunner, white hake and Atlantic herring dominating the diet. Capelin and winter flounder were the dominant prey in grey seals sampled from the east coast of Newfoundland, while Atlantic cod, flatfish and capelin were the most important prey from the south coast. Animals consumed prey with an average length of 20.4 cm (Range 4.2-99.2 cm). Capelin were the shortest prey (Mean = 13.9 cm, SE = 0.08, N = 1126), while wolffish were the longest with the largest fish having an estimated length of 99.2 cm (Mean = 59.4, SE = 2.8, N = 63). In the early 1990s most cod fisheries in Atlantic Canada were closed because of the collapse of the stocks. Since then they have shown limited sign of recovery. Diet samples from the west coast of Newfoundland indicate a decline in the contribution of cod to the diet from the pre-collapse to the postcollapse period, while samples from the southern Gulf indicate little change in the contribution of cod.©2007 North Atlantic Marine Mammal Commission

HAMMILL, M.O., V. LESAGE, P. CARTER, 2005. What do harp seals eat? Comparing diet composition from different compartments of the digestive tract with diets estimated from stableisotope ratios. Can. J. Zool., 83: 1365-1372.

Notre étude compare les régimes alimentaires reconstitués à partir d’analyses des différents compartiments du tube digestif de phoques du Groenland (Pagophilus groenlandicus (Erxleben, 1777) avec ceux obtenus dans des modèles de mélange utilisant les rapports d’isotopes stables de carbone et d’azote. Nous avons déterminé la composition du régime alimentaire de 18 phoques du Groenland en période d’alimentation (âge moyen = 2,4 ans, erreur type (ET) = 1,8 ans, étendue = 0-6 ans) à l’aide de méthodes traditionnelles d’identification des structures dures et de reconstitution, ainsi que par les rapports d’isotopes stables de carbone et d’azote. La composition du régime alimentaire consiste de 68,8 % (ET = 8,7 %) en masse d’invertébrés dans l’estomac et de 69,6 % (ET = 11,6 %) dans le petit intestin; en énergie, les pourcentages respectifs sont de 65,0 % (ET = 8,8 %) et de 66,5 % (ET = 11,8 %). Le régime reconstitué à partir des structures récupérées dans le gros intestin indique des pourcentages respectifs d’invertébrés de 43,1 % (ET = 12,2 %) en masse et de 38,0 % (ET = 11,9 %) en énergie. Les rapports d’isotopes stables de carbone et d’azote mesurés chez les mêmes individus indiquent un régime consistant d’environ 66,1 % (ET = 117,4) d’invertébrés, ce qui montre que les reconstitutions basées sur les structures dures récupérées de l’estomac ont plus de chances d’être exactes que celles faites à partir du contenu du gros intestin. Chez les espèces qui s’alimentent d’une combinaison de vertébrés et d’invertébrés, l’utilisation du matériel fécal pour la reconstitution du régime alimentaire sous-estimera probablement l’importance des invertébrés dans le régime.©2005 Conseil national de recherches Canada

HAMMILL, M.O., V. LESAGE, G. LOBB, P. CARTER, 1999. A remote release mechanism to recover time-depth recorders from marine mammals. Mar. Mamm. Sci., 15: 584-588 .