Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Charles CANTIN

DUTIL, J.-D., C. CANTIN, P. LAUZIER, M. NAUD, J. MUNRO, R. BAILEY, 1989. L'élevage de la morue franche, Gadus morhua : réalités biologiques et économiques. Rapp. can. ind. sci. halieut. aquat., 200, 41 p .

Cliquer pour voir tout le texte

Du strict point de vue biologique, l'élevage de la morue franche semble prometteur. La morue tolère de larges écarts des conditions environnementales et la production de larves et de juvéniles à partir de stocks de géniteurs est relativement simple. Par contre, la production de juvéniles pourrait être facilitée si nous connaissions mieux les besoins nutritionnels des larves. Nous disposons de peu d'informations sur les taux de mortalité de morue pendant la phase d'engraissement. Au Québec, certaines indications telles la baisse des débarquements et la rareté de morue de forte taille suggèrent une possibilité de marché pour une production aquicole de morue. Par contre, comme le marché des produits halieutiques est influencé par des variables ayant une portée à l'échelle mondiale, c'est à ce niveau que se dessine la tendance des prix. Actuellement, le jeu de l'offre et de la demande mondiale fait en sorte que les prix sont à la baisse. L'élevage de la morue, que ce soit en Écosse ou au Québec, sur la Basse Côte-Nord, ne semble pas rentable dans les conditions actuelles.