Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Éric BOUCHER

DUTIL, J.-D., Y. LAMBERT, E. BOUCHER, 1997. Does higher growth rate in Atlantic cod (Gadus morhua) at low salinity result from lower standard metabolic rate or increased protein digestibility?. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 54 (Suppl. 1): 99-103 .

Nous avons voulu déterminer si un meilleur taux de croissance à faible salinité (14 %) chez la morue franche (Gadus morhua) pouvait être imputable à une réduction du taux métabolique standard (TMS) ou un meilleur taux d'assimilation (digestibilité des protéines). La morue tolère bien les faibles salinités et son taux de croissance y est meilleur qu'en eau de mer. Cette différence entre les salinités n'est pas imputable à des différences dans le taux d'ingestion de nourriture. Le TMS n'a pas diminué chez les morues exposées à une faible salinité ni augmenté lorsque ces mêmes morues furent exposées de nouveau à l'eau de mer (28 ppt). Les résultats furent semblables chez des morues non acclimatées ou préacclimatées à la salinité. La perte de poids chez les morues pré-acclimatées à la salinité fut la même à faible salinité qu'en eau de mer. La digestibilité des protéines chez des morues acclimatées à l'une ou l'autre des salinités est semblable à celle mesurée par divers auteurs, mais nous n'avons constaté aucune différence entre les salinités. Les meilleurs taux de croissance à faible salinité doivent être attribuables à d'autres facteurs, par exemple le niveau d'activité spontanée ou la performance natatoire, plutôt qu'à des changements dans le TMS ou la digestibilité des protéines.