Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Marie-France BEAULIEU

HARVEY, M., J.-F. ST-PIERRE, L. DEVINE, A. GAGNÉ, Y. GAGNON, M.F. BEAULIEU, 2005. Oceanographic conditions in the Estuary and the Gulf of St. Lawrence during 2004 : zooplankton ; Conditions océanographiques dans l’estuaire et le golfe du St-Laurent en 2004 : zooplancton. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2005/043, 22 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L’information présentée dans ce rapport décrit l’état du zooplancton dans le Saint-Laurent en 2004. Ces résultats proviennent de l’analyse des données de deux stations fixes situées dans la gyre d’Anticosti (GA) et le courant de Gaspé (CG) et de sept sections réparties dans l’ensemble de l’estuaire maritime (EM) et du golfe du Saint-Laurent (GSL). Des informations additionnelles provenant d’une grille de 48 stations échantillonnées depuis 1994 dans l’estuaire maritime et le golfe du Saint-Laurent sont aussi présentées. Nous mettons l’accent sur les conditions en 2004, que nous comparons ensuite aux observations recueillies depuis 1999 dans le cadre du programme de la zone Atlantique (PMZA) et aux observations sur le macrozooplancton recueillies de 1994 à 2004. L’année 2004 a été particulière en ce qui concerne la fréquence d’échantillonnage des 2 stations fixes de la région du Québec qui n’ont été échantillonnées qu’à 4 reprises au cours de l’année soit: en février, mars, juin et novembre 2004. Malgré cette faible fréquence d’échantillonnage, nous avons observé que le patron de variation saisonnière de la biomasse de zooplancton est demeuré le même que celui observé au cours des 5 dernières années. De plus, les biomasses de zooplancton observés en février, mars, juin et novembre 2004 étaient comparables aux biomasses de zooplancton mesurées précédemment aux mêmes dates, excepté en juin et novembre dans la gyre d’Anticosti, où les biomasses étaient 2 fois plus faibles que la normale. Les copépodes continuent à dominer numériquement la communauté de zooplancton pendant toute l’année aux deux stations fixes. Cependant, l’analyse de l’abondance des différents stades de développement de Calanus finmarchicus suggère que la production de cette espèce aurait été plus faible en 2004 qu’au cours des années précédentes, aux deux stations fixes. Finalement, la biomasse et l’abondance du zooplancton observée au printemps et à l’automne 2004 le long des six sections correspondaient aux observations faites en 2003, 2002, 2001 et 2000 dans l’ensemble des régions. La biomasse de mésozooplancton observée en novembre 2004 dans l’estuaire maritime et le nord-ouest du GSL était 1.3 fois plus faible qu’en 2003 et correspond à la seconde plus faible valeur observé au cours des 10 dernières années dans ces deux régions. Par ailleurs, la biomasse moyenne de macrozooplancton était 1.2 fois plus élevé qu’en 2003. Le résultat le plus marquant que nous avons obtenu a été que l’année 2004 correspond à la plus faible biomasse d’euphausiacés (krill) observé au cours des 10 dernières années et que pour la première fois depuis 1994, la biomasse moyenne de l’amphipode pélagique Themisto libellula était plus élevé que celle des euphausiacés (krill). Finalement, nous avons observé une importante augmentation de l’abondance moyenne des chaetognathes Sagitta elegans ainsi que du zooplancton gélatineux (Aglantha digitale, Obelia sp. Et Boreo sp.); l’abondance moyenne de ces 2 groupes d’organismes était respectivement 8.5 et 10.5 fois plus élevées en 2004 qu’au cours des 10 dernières années

HARVEY, M., J.-F. ST-PIERRE, L. DEVINE, A. GAGNÉ, Y. GAGNON, M.F. BEAULIEU, 2004. Oceanographic conditions in the Estuary and the Gulf of St. Lawrence during 2003: zooplankton ; Conditions océanographiques dans l’estuaire et le golfe Saint-Laurent en 2003: zooplancton. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2004/061, 31 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L’information présentée dans ce rapport décrit l’état du zooplancton dans le Saint-Laurent en 2003. Ces résultats proviennent de l’analyse des données de deux stations fixes situées dans la gyre d’Anticosti et le courant de Gaspé et de six sections répartis dans l’ensemble de l’estuaire maritime (EM) et du golfe du Saint-Laurent (GSL). Des informations additionnelles provenant d’une grille de 48 stations échantillonnées depuis 1994 dans l’estuaire maritime et le golfe du Saint-Laurent sont aussi présentées. Nous mettons l’accent sur les conditions en 2003, que nous comparons ensuite aux observations recueillies en 1999, 2000, 2001 et 2002 dans le cadre du programme de la zone Atlantique (PMZA) et aux observations sur le macrozooplancton recueillies de 1994 à 2003. La biomasse et l’abondance de zooplancton observées dans la gyre d’Anticosti (GA) et le courant de Gaspé (CG) en 2003 étaient plus élevées qu’en 1999, 2000, 2001 et 2002 aux mêmes stations. L’abondance relative des copépodes par rapport au reste du mésozooplancton (larvacé, ostracode, mérozooplancton, etc.) a augmenté de 70 à 95 % entre 1999 et 2003 dans le CG et de 70 à 85 % entre 1999 et 2001 dans la GA. Contrairement aux années précédentes (1999 à 2002), nous n’avons observé aucun larvacé aux deux stations fixes (CG et GA) au cours de l’année 2003. L’espèce de copépode Calanus finmarchicus s’est reproduite à deux reprises au cours de l’été et de l’automne 2003 aux deux stations fixes. La première période de reproduction s’est produite en juin-juillet et la seconde en septembre-octobre. Cette situation est semblable à celle observée en 2000, 2001 et 2002. De plus, 2003 représente l’année de la plus forte abondance de cette espèce dans le CG et la GA par rapport aux années précédentes (1999 à 2002). Finalement, la biomasse et l’abondance du zooplancton observée au printemps et à l’automne 2003 le long des six sections correspondaient aux observations faites en 2002, 2001 et 2000 dans l’ensemble des régions. La biomasse de mésozooplancton a légèrement augmenté dans l’EM et le nord-ouest du GSL en 2003 par comparaison avec 2002 alors que la biomasse de macrozooplancton n’a pas varié de façon significative. Des changements importants dans l’abondance moyenne de certaines espèces de macrozooplancton ont cependant été observés. Nous avons observé une importante augmentation de l’abondance moyenne de l’amphipode pélagique Themisto libellula et du mysidacé Boreomysis arctica ainsi qu’une diminution de l’abondance du chaetognath Sagitta elegans ainsi que du zooplancton gélatineux (Aglantha digitale, Obelia sp. et Boreo sp.). En 2003, l’abondance moyenne de l’amphipode pélagique Themisto libellula a augmenté de façon importante par rapport à 2002 et la relation positive significative entre la proportion d’eau du plateau du Labrador qui pénètre dans le GSL pendant l’hiver et l’abondance de T. libellula dans l’estuaire maritime et le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent mesuré depuis 1994 est demeurée hautement significative en 2003. Selon cette relation, cette espèce pourrait être considérée comme une espèce indicatrice de l’intrusion massive dans le golfe du Saint-Laurent d’eaux froides provenant du plateau du Labrador via le détroit de Belle Isle (Harvey et al 2003).

HARVEY, M., J.-F. ST-PIERRE, A. GAGNÉ, M.F. BEAULIEU, Y. GAGNON, 2003. Oceanographic conditions in the Estuary and the Gulf of St. Lawrence during 2002 : zooplankton ; Conditions océanographiques dans l’estuaire et le golfe du St-Laurent en 2002 : zooplancton. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2003/077, 23 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L'information présentée dans ce rapport décrit l'état du zooplancton dans le Saint-Laurent en 2002. Ces résultats proviennent de l'analyse des données de deux stations fixes situées dans la gyre d'Anticosti et le courant de Gaspé et de six sections réparties dans l'ensemble de l'estuaire maritime et du golfe du Saint-Laurent. Des informations additionnelles provenant d'une grille de 48 stations échantillonnées depuis 1994 dans l'estuaire maritime et le golfe du Saint-Laurent sont aussi présentées. Nous mettons l'accent sur les conditions en 2002, que nous comparons ensuite aux observations recueillies en 1999, 2000 et 2001 dans le cadre du programme de monitorage de la zone Atlantique (PMZA) et aux observations sur le macrozooplancton recueillies de 1994 à 2002. Dans la gyre d'Anticosti et le courrant de Gaspé, l'abondance moyenne et la biomasse de zooplancton observée en 2002 correspondent aux niveaux observés en 1 999, 2000 et 2001 à l'exception de la biomasse dans le courant de Gaspé qui était 1.5 fois plus élevée qu'au cours des années précédentes. Les copépodes (œufs, juvéniles et adultes) étaient clairement les organismes dominants, constituant plus de 80 % de la communauté de zooplancton à toutes les dates d'échantillonnage dans la gyre d'Anticosti et le courant de Gaspé. Aux deux stations, l'espèce de copépode Calanus finmarchicus s'est reproduit à deux reprises pendant l'été 2002. La première période de reproduction s'est produite en juin-juillet et la seconde en septembre-octobre. Cette situation est semblable à celle observée en 2001 et 2000. De façon générale, les biomasses de zooplancton observées au printemps et à l'automne 2002 aux différentes stations de l'estuaire maritime et du golfe du Saint-Laurent étaient comparables à celles observées en 2000 et 2001 dans les mêmes régions. Cependant, les abondances de zooplancton observées en 2002 étaient plus élevées qu'en 2001, mais comparables à celles observées en 2000. Les résultats obtenus aux stations situées le long des six sections du PMZA montrent qu'au printemps et à l'automne 2002 les biomasses de zooplancton étaient semblables à celles observées en 2001 et 2000 aux même stations. Par contre, l'abondance de zooplancton était plus élevée qu'en 2001 mais comparable à 2000. Dans l'estuaire maritime et le Nord-Ouest du golfe, la biomasse de mésozooplancton a légèrement augmenté en 2002 en comparaison avec 2001 alors que la biomasse de macrozooplancton n'a pas varié de façon significative. Des changements importants dans l'abondance moyenne de certaines espèces de macrozooplancton ont cependant été observées. Nous avons observé une diminution significative de l'abondance moyenne du mysidacé Boreomysis arctica et une augmentation significative de l'abondance du chaetognath Sagitta elegans, de certaines espèces gélatineuses (Aglantha digitale, Obelia sp. Et Boreo sp.) ainsi que de l'amphipode pélagique Themisto abyssorum.

GRÉGOIRE, F., J. LAMBERT, C. LÉVESQUE, M.-F. BEAULIEU, 1997. Évaluation de la biomasse du maquereau bleu (Scomber scombrus L.) pour 1996 par la Méthode de la Production Totale d'oeufs ; Assessment of the Atlantic mackerel (Scomber scombrus L.) biomass for 1996 by the Total Eggs Production Method. MPO, Secrétariat canadien pour l'évaluation des stocks, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 97/71, 29 p .

La mission d'évaluation de la biomasse reproductrice du maquereau bleu de 1996 n'a débuté que le 18 juin, soit trois jours plus tard que prévu. Dès le premier trajet, il s'est avéré que les températures de l'eau de surface étaient plus élevées que lors des premiers trajets des dernières missions. De plus, les oeufs des stades de développement plus avancés ainsi que les larves de maquereau étaient aussi plus nombreux. Les productions quotidiennes d'oeufs ont été estimées pour chaque trajet à 0.6604 x 1013 et 0.6129 x 1013 oeufs et les biomasses reproductrices correspondantes à 259,842 t et 241,318 t. Ces dernières passent à 211,023 t et 206,566 t lorsque les densités d'oeufs à chaque station sont corrigées pour le suréchantillonnage qui se produit à la fin des traits. Lorsque ces densités corrigées sont utilisées avec l'approche géostatistique, les productions quotidiennes pour chaque trajet sont estimées respectivement à 0.6068 x 1013 et 0.6366 x 1013 oeufs pour des biomasses de 238,897 t et 250,628 t. Cette approche démontre aussi qu'il existe une relation étroite entre les densités d'oeufs et la température de l'eau. Cette relation pourrait donc être utilisée dans le futur pour améliorer les estimations d'abondance. À cause du mauvais synchronisme entre la ponte et la mission et aussi en raison de la méthode même utilisée pour calculer la courbe saisonnière de production d'oeufs, l'abondance estimée pour 1996 doit être considérée comme une abondance minimale.